samedi 24 juin 2017

«Un royaume d’olives et de cendres»: un livre contre l'occupation israélienne

L’écrivaine israélo-américaine Ayelet Waldman (d) et son 
époux américain l’écrivain Michael Chabon à Jérusalem, 
le 18 juin 2017.MENAHEM KAHANA / AFP


Depuis un mois, les commémorations des 50 ans de la guerre des Six-Jours se succèdent. Ce conflit a permis à Israël de prendre le contrôle du Sinaï, de la bande de Gaza, de la Cisjordanie, du Golan et de Jérusalem-Est. Cinquante ans plus tard, les uns célèbrent l'anniversaire de la réunification de la ville sainte, et les autres dénoncent une occupation militaire qui se poursuit. C'est dans ce camp que se rangent 26 écrivains du monde entier. Parmi eux, des grands noms de la littérature comme le prix Nobel Mario Vargas Llosa. Ils publient un ouvrage collectif racontant le quotidien de cette occupation : Un royaume d'olives et de cendres est présenté cette semaine en Israël et dans les Territoires palestiniens. Reportage à Soussiya, un symbole de l'occupation israélienne.


Avec notre envoyé spécial à Soussiya, Guilhem Delteil

Le village de Soussiya fait l'objet d'un chapitre de Un royaume d'olives et de cendres. Aujourd'hui située juste en face d'une colonie, cette communauté palestinienne n'est pas reconnue par Israël. Et ses installations sommaires sont menacées de destruction.

Aux yeux de son chef, la localité répond donc parfaitement au titre de l'ouvrage. « Pour moi, les olives symbolisent la présence palestinienne sur cette terre. Et les cendres sont les manifestations de l'occupation et les actions des colons ici, dans les collines du sud d'Hébron. »

Ayelet Waldman est une auteure israélo-américaine. C'est elle qui avec son mari Michael Chabon, un écrivain juif américain, a dirigé cet ouvrage. Et à ses yeux aussi, Soussiya est un symbole de l'occupation israélienne.

Aucun commentaire: