jeudi 1 juin 2017

Trump va signer la renonciation, reportant le transfert de l'ambassade de 6 mois

Le président américain Donald Trump, le 14
 février 2017 à Washington SAUL LOEB (AFP/Archives)


Certains pensaient que Trump laisserait la renonciation expirer le 1 juin, obligeant légalement le transfert

Le président américain Donald Trump devrait signer la renonciation, qui retarderait de six mois le transfert de l'ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, ont indiqué la Maison Blanche et des sources diplomatiques mercredi, un jour avant que le délai pour la précédente renonciation n'expire.

La renonciation est l'acte qui confère au président américain, en vertu de la Loi sur l'ambassade de Jérusalem de 1995, le droit de retarder de six mois le déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem, de façon illimitée.

Chacun des trois prédécesseurs de Trump, Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama, ont à maintes reprises exercé ce droit.

La renonciation la plus récente, signée par Obama, expire le 1er juin. Si elle n'est pas signée aujourd'hui avant minuit, le gouvernement américain sera légalement obligé de procéder au déménagement de l'ambassade.

Certains commentateurs pensaient que Trump laisserait la renonciation expirer, obligeant légalement le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem.

Promesse majeure de Donald Trump tout au long de sa campagne présidentielle en 2016, le président s'est éloigné de son engagement depuis son entrée en fonction et est resté très évasif quant à sa mise en œuvre.
Ne pas porter préjudice au processus de paix

Un haut responsable de la Maison Blanche a déclaré à CNN mercredi que Trump était toujours favorable au déplacement de l'ambassade, mais qu'il voulait faire pression pour la reprise de négociations de paix israélo-palestiniennes, et craignait que ce déménagement ne suscite la colère des Palestiniens.

Un autre responsable de l'administration Trump a affirmé que la décision de signer la renonciation n'était pas encore définitive et que les deux documents avaient été présentés au président: celui pour déplacer l'ambassade vers Jérusalem et celui pour la garder à Tel-Aviv.

Cependant, laisser l'ambassade à Tel-Aviv pour le moment n'empêcherait pas Trump de la transférer à Jérusalem à l'avenir, a ajouté la même source.

Le transfert de l'ambassade des États-Unis est "quelque chose que le président soutient, quelque chose qu'il a soutenu pendant la campagne, et quelque chose qu'il soutient toujours", a confié le responsable à CNN.

"S'il signe la renonciation cette semaine, cela ne sera pas révélateur d'un renversement de position du président, ce sera simplement une question de calendrier. La question est 'quand', et non 'si'," a insisté le responsable américain.

"La difficulté est de ne pas porter préjudice au processus de paix par ce transfert ", a expliqué le fonctionnaire, ajoutant que "C'est un fait que les institutions du gouvernement israélien sont à Jérusalem... et la définition même d'une capitale est l'endroit où le gouvernement a son siège".

Aucun commentaire: