mardi 20 juin 2017

Khaled Meshaal parle de la résistance et de la nouvelle charte du mouvement Hamas

Khaled Meshaal - Photo : Archives

TRT World – Nous avons interrogé l’ancien premier dirigeant du Hamas, Khaled Meshaal, sur la nouvelle charte du groupe politique, qui préconise que les Palestiniens résistent contre les sionistes et non contre les Juifs. Il revient également sur ses anciennes responsabilités à la tête du mouvement.

La cause palestinienne pour un État est en crise. Le processus de paix qui a offert un certain espoir de progrès dans les années 1990 a implosé, avec Israël annexant de plus en plus de terres pour les colonies et construisant de plus en plus de murs qui semblent condamner les perspectives d’une solution à deux États – ou toute autre solution.

Khaled Meshaal est l’ancien responsable du bureau politique du mouvement du Hamas, le groupe politique palestinien qui contrôle la bande de Gaza. Son rival, le Fatah, contrôle la Cisjordanie, sur des lignes de séparation tracées suite à une brutale guerre civile palestinienne après que le Hamas ait remporté les élections en 2006. Les critiques de Fatah disent qu’il s’est fait le complice de l’occupation israélienne en Cisjordanie, réprimant la dissidence politique et exécutant les ordres du gouvernement israélien.

Dans une longue entrevue avec Imran Garda de TRT World, Meshaal décrit sa vision de l’avenir de la résistance palestinienne face à la domination israélienne, et revient sur la signification de la charte réformée du Hamas dans sa relation à Israël et dans un éventuel processus de paix.


Crossing the Line: Khaled Meshaal



Imran Garda : Le Hamas change-t-il ? Puisqu’il y a une nouvelle charte…

Khaled Meshaal: le Hamas change, il évolue. Comme tout organisme vivant, il a de la vitalité, il se régénère, a sa propre personnalité et un avenir. C’est normal et nous en sommes fiers. Ce que le Hamas présente, c’est un document qui n’est pas une charte. La première charte du Hamas datait de 1988, et maintenant nous avons un document daté de 2017. Cela reflète l’évolution naturelle de la pensée politique et des réalisations du Hamas. Dans le document politique, il présente un modèle équilibré, créatif et authentique : comment résister et adhérer aux droits des peuples et aux idéaux nationalistes, lesquels ne compromettent ni ne mettent en jeu des principes tout en restant ouverts à l’environnement régional et international. Connaître les lois du conflit, comment gérer un conflit, quand avancer et quand se replier…

IG : Qu’est-ce que vous regrettez le plus dans l’époque où vous étiez premier dirigeant ?

KM: Je n’ai aucune nostalgie. Parce que je n’ai rien fait si ce n’est servir ma cause et servir mon peuple. Nous ne sommes pas adeptes d’une violence sans discernement, nous croyons en la résistance. Nous n’avons fait que résister sur le terrain à l’occupation israélienne. Nous ne sommes pas entrés en conflit avec les autres, nous n’avons pas négligé les principes et les droits de notre peuple. Je ne regrette rien. Cela ne signifie pas que nous ne nous sommes pas trompés – si vous regardez les détails, bien sûr. Nous avons pris des décisions et elles n’ont peut-être pas toujours été les meilleures. En outre, dans les détails, il y a des succès et des échecs, la majorité des décisions étaient bonnes et certaines étaient mauvaises. Mais en général, en ce qui concerne les stratégies et les tactiques, je ne pense pas que nous avons commis des erreurs. Au contraire, nous avons réussi et offert un modèle unique et productif par la grâce de Dieu.

IG:Le cœur de la charte de 1988 semble suggérer que les Musulmans et les Juifs sont en conflit. Elle semble également suggérer qu’il n’y aura aucun compromis sur le terrain. Le noyau de la nouvelle charte semble suggérer une reconnaissance implicite d’Israël. Elle dit: « Nous ne combattons pas les Juifs, nous combattons les sionistes ». Il y a une énorme différence entre les deux formulations.

KM: Le vocabulaire de la charte originale reflète les premiers moments du Hamas et l’environnement de l’Intifada, la dureté de l’occupation, et comme vous vous souvenez des pratiques israéliennes de briser les os [des manifestants]. Donc, les expressions dans la charte étaient des réponses émotionnelles et ne comportaient pas beaucoup de formulations politiques. Mais cela reflète les sentiments de la nation palestinienne et ses émotions naturelles face à l’occupation.

Ce nouveau document a le même esprit mais s’exprime d’une manière plus équilibrée, plus posée et plus directe. Mais sincèrement, en ce qui concerne la question de la guerre contre les occupants, notre philosophie n’a pas changé depuis le début. Nous ne combattons pas les Israéliens en raison de leur religion. Nous luttons contre ceux qui occupent nos terres. Si des Musulmans occupait notre pays, nous les combattrions. Si c’était des Chrétiens, nous les combattrions. S’ils sont juifs, nous les combattons. La base de la résistance est l’occupation, et non les différences religieuses.

C’est la Palestine. La Terre Sainte. La terre bénie. Le pays des prophètes et des messagers. La terre des croyances abrahamiques. Naturellement, la coexistence et le pardon sont un principe général et font partie de cette terre, comme le Hamas fait partie de cet environnement et de cette terre.

Le document est limpide, il dit exprime clairement l’illégitimité de l’occupation, notre revendication de toute la Palestine, de Jérusalem, du droit de retour et de la résistance – ce sont des principes clairs.

Le vocabulaire de l’article 20 concernant les frontières de 1967 était également très clair. Il s’agit d’un projet basé sur l’établissement d’un État sur les frontières du 4 juin 1967, dont la capitale est à Jérusalem. Ce projet comprend également le droit au retour accordé aux peuples déplacés de force et aux réfugiés, sur les terres dont ils ont été chassés. Il s’agit d’une initiative nationale qui est partagée avec d’autres, afin de faciliter notre réconciliation nationale, afin que nous puissions travailler ensemble pour résister à l’occupation mais sans compromettre nos droits et nos principes nationaux, et sans reconnaître Israël.


Palestine’s Hamas to ease stance on Israel



IG : Un seul acteur impose l’occupation. C’est Israël. Mais deux acteurs imposent le siège de Gaza – c’est Israël et l’Égypte, deux pays. Est-ce la raison pour laquelle le Hamas doit se rapprocher de l’Égypte?

KM: Depuis sa fondation, le Hamas a voulu maintenir une relation forte avec l’Égypte. Et avec toutes les nations arabes et musulmanes. Et pour s’ouvrir au monde. Parce que la question palestinienne est liée aux courants régionaux et internationaux ainsi qu’à la Ummah [la communauté musulmane]. Et avoir une relation avec l’Égypte, en tant que plus grand pays arabe d’une part, et le fait qu’elle partage une frontière avec la Palestine et Gaza, est naturel. Nous sommes ceux qui ont développé une relation avec l’Égypte dans les années 80 et 90, et cela fait partie de la philosophie du Hamas en ce qui concerne la gestion des relations.

Aujourd’hui, notre peuple à Gaza souffre sous dix ans de blocus. Un blocus injuste. Et Gaza paye le prix pour résister et ne succomber à la volonté d’Israël d’une part, et d’autre part pour notre victoire aux élections en 2006. Celui qui a voté pour le Hamas a été puni et assiégé. Même ceux qui ont voté pour nous en Cisjordanie se débattent sous l’occupation, les colonies et la répression des services de sécurité [de l’Autorité palestinienne].

Nous luttons donc contre ce blocus, mais notre relation avec l’Égypte n’est pas seulement liée au blocus. Elle est lié à une philosophie politique par rapport à des acteurs régionaux importants, avec tous les pays musulmans et les peuples à l’intérieur de ces pays, ainsi que les gouvernements et les organisations. Je ne doute pas que l’Égypte est un acteur clé pour lever le siège imposé à Gaza et ouvrir le passage frontalier. C’est pourquoi nous avons travaillé dur pour maintenir notre relation ouverte avec l’Égypte, nous y rendre et parvenir à un accord grâce auquel ils ouvriront la frontière et lèveront le blocus dont Israël est responsable.

IG : Vous êtes allé en Afrique du Sud en octobre 2015. La solution de l’Afrique du Sud est quelque chose que les gens évoquent pour la Palestine. Ils parlent d’un seul État, « d’un homme une voix ». Les Blancs n’ont pas été expulsés, il y avait une solution politique. Est-ce quelque chose que vous voudriez pour la Palestine: où les Juifs, les Musulmans, les Chrétiens pourront tous vivre sous un seul et même État démocratique comme des citoyens égaux, sans qu’il y ait une solution à deux États ?

KM: Bien sûr, je suis vraiment fier de ma visite en Afrique du Sud et de la grande population de l’Afrique du Sud qui a donné un exemple à l’échelle mondiale de la volonté d’un peuple de libérer un pays de l’occupation ou d’un système raciste.

La leçon est dans l’essence du problème. Quelle est cette essence ? Vous pouvez l’appeler une solution d’État unique ou tout autre nom que vous souhaitez. Ce n’est pas ce qui était important en Afrique du Sud. L’important, c’est que la situation atteigne un point où les droits des peuples autochtones d’Afrique du Sud ont été appliqués ou non. Je crois que les dirigeants du système raciste en Afrique du Sud, à ce moment-clé de l’histoire, à la fin du XXe siècle, ont réalisé que leur projet avait atteint une impasse. La communauté internationale a retiré toute la couverture dont ils profitaient auparavant. Pour cette raison, une solution était possible. Ce n’est pas la situation pour la cause palestinienne aujourd’hui…

Israël, d’une part, estime qu’il a un avantage militaire, malheureusement dans toute la région. Et puis il y a une communauté internationale qui le protège. Elle le protège avec des veto. Soutenant [Israël] avec des armes, avec des décisions politiques, avec de l’argent pour son économie. Donc, je ne pense pas qu’il faille succomber à la logique du moment et que les droits du peuple palestinien sont sur le point d’être reconnus. Tant qu’Israël pense de cette façon, et que la communauté internationale ne se retire pas de ce projet qui atteindra obligatoirement une impasse, alors parler d’une solution à deux États ou à un seul est inutile.

IG : En plus de blâmer Israël et l’Égypte, beaucoup de gens reprochent au Hamas la situation dans Gaza. Quel est votre message pour vos concitoyens qui vivent une vie vraiment difficile à Gaza sous le blocus, et sans perspectives économiques ?

KM: Bien sûr, nos cœurs et nos esprits sont avec notre peuple à Gaza qui souffre de ce blocus et de son impact sur la vie quotidienne. Sur les traitements médicaux, l’éducation, les voyages et l’électricité… Bien sûr, c’est une souffrance sévère. Mais je voudrais dire à toutes ces personnes chères que leurs frères et sœurs en Cisjordanie souffrent de l’occupation et des colonies, et ceux à l’étranger et en exil souffrent aussi. Nous vivons sous occupation, et nous luttons avec cet occupant cruel et tout le monde se bat à différents degrés. La grande question est de savoir si le Hamas essaie de mettre fin à ce blocus et si cela peut mettre fin à ces pénuries d’électricité et à d’autres problèmes ? Nous obtenons des résultats. Cependant, il existe une différence entre passer par des canaux rationnels pour résoudre ces problèmes ou suivre un programme que d’autres voudraient que nous suivions.

17 juin 2017 – TRTWorld – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah

Aucun commentaire: