samedi 17 juin 2017

Israël célèbre le nettoyage ethnique

Miko Peled - Photo : Mondoweiss


Miko Peled – Les festivités de la Journée de Jérusalem enfin passées, les Palestiniens peuvent pousser un soupir de soulagement.

Cette année, commémorant la conquête israélienne de Jérusalem-Est de 1967, la «journée» comprenait une semaine d’activités et a vu la réunion hebdomadaire du cabinet israélien se tenir dans les « tunnels du Mur Occidental», sous l’enceinte de la mosquée d’Al-Aqsa.

« Ici le roi Salomon a construit le Premier Temple, » c’est ainsi que le premier ministre Benjamin Netanyahou a ouvert la réunion du 28 mai, éludant le fait qu’il n’y a aucune preuve que le roi Salomon ait jamais existé si ce n’est dans le récit biblique.

Brouillant les lignes entre mythe et histoire, l’idéologie sioniste et l’état d’Israël fondé sur cette idéologie traitent l’Ancien Testament comme s’il s’agissait d’un livre d’histoire. Ils ont fabriqué des arguments pour légitimer la dépossession des Palestiniens reposant sur le postulat que les juifs d’aujourd’hui sont les descendants d’une ancienne tribu qui vivait en Palestine il y a des milliers d’années.

Le mouvement «religieux national » en Israël est composé de juifs orthodoxes à l’allure ordinaire, aux fortes croyances messianiques et à l’idéologie profondément raciste. Ces personnes ne se sont quasiment pas manifestées jusqu’en 1967. Puis, lorsque Israël a achevé l’occupation de la Palestine et s’est emparé de la Cisjordanie, Jérusalem-Est y compris, et de la Bande de Gaza ils sont devenus actifs.

Aujourd’hui, ils sont le fer de lance de la colonisation en Cisjordanie, créant des faits sur le terrain et construisant des « avant-postes illégaux » qui se transforment rapidement en colonies. Ils se rendent dans des centres de populations palestiniennes pour terroriser les habitants et se consacrent pleinement à l’expansion de la présence juive à Jérusalem.

Aucun commentaire: