vendredi 9 juin 2017

Cinquante ans après la Guerre des six jours: l'eau, prétexte politique

Un garçon palestinien buvant de l'eau dans le nord 
de la bande de Gaza - © MAHMUD HAMS - AFP


"L'eau n'était pas l'une des causes qui a provoqué la guerre de '67 mais m'occupation qui a suivi a entraîné une imbrication des modes d'accès à l'eau de la part d’Israël et des Palestiniens qui sont
aujourd'hui difficiles à désenchevêtré". Au micro de Daniel Fontaine, Julie Trottier (Centre de recherche français à Jérusalem) revient sur l'une des problématiques complexes du conflit au Proche-Orient.

"L'eau comme raison pour poursuivre l'occupation a émergé bien après le début de l'occupation", explique l'experte française sur la problématique de l'eau. Cette thématique a même été instrumentalisée, notamment dans les années '80.

Julie Trottier - © RTBF

Julie Trottier estime ainsi que dire qu'Israël a besoin de contrôler la Cisjordanie pour satisfaire ses besoins en eau relève de la propagande: "Depuis 2000, Israël a fait un choix de politique de désalinisation massif de l'eau de mer et considère qu'à partir de 2020 l'état va se reposer sur l'eau de mer désalinisée".

Aujourd'hui, le système d'eau est profondément enchevêtré et "lorsque vous buvez de l'eau à Ramallah, vous ne savez pas quelle partie de votre verre d'eau provient" d'Israël ou de Palestine.

Ecoutez l'interview de Julie Trottier par Daniel Fontaine dans Au bout du Jour:



Aucun commentaire: