jeudi 22 juin 2017

6 500 palestiniens croupissent dans les prisons israéliennes à la veille de l'Aid al-Fitr

Gaza - CPI

Le Comité des affaires des prisonniers et des libérés a déclaré que 6 500 prisonnières et prisonniers palestiniens souffrent extrêmement dans 22 prisons et centres de détention, dont 56 prisonnières, 350 enfants mineurs, 11 députés élus au Conseil législatif; et 500 détenus administratifs.

Un rapport publié par le Comité des prisonniers à la veille de l'Aïd al-Fitr a montré que 44 prisonniers sont détenus pendant plus de 20 ans, 9 depuis plus de 30 ans, les plus anciens détenus sont Younis Karim et Maher Younis

Le nombre total de martyrs du mouvement captif s'élève à 211 morts depuis 1967, qui ont été tués en raison de la torture, la négligence médicale ou le meurtre intentionnel, dont la dernière victime était Fatima Taqatqa originaire de Bethléem.

Le rapport a dénoncé la barbarie et les violations intensifiées récemment contre les détenus, notamment vis-à-vis des 1500 grévistes de la faim illimitée déclarée le 17 Avril dernier, laquelle a duré 41 jours, en protestation contre les conditions lamentables et difficiles dans les geôles de l'occupation.

Le rapport confirme que le gouvernement israélien a exercé une répression sans précédent contre les grévistes dans la mesure où il les a poussés au bord de la mort, et que certains sont atteints de maladies chroniques.

Il a souligné que les sanctions arbitraires sont toujours imposées aux prisonniers grévistes interdit de visites et l'imposition d'amendes et la privation de la cantine, qui a continué au cours du mois de Ramadan. L'administration pénitentiaire ne fait aucune intention et ne respecte plus les sentiments religieux et moraux, en particulier à la veille de l'Aïd al-Fitr, et le gouvernement israélien ne s'est pas engagé aux accords qui ont eu lieu entre eux et les dirigeants des prisonniers à la veille de la grève, ce qui rend la situation viable pour exploser à nouveau l'intérieur des prisons.
Plus de 1800 détenus sont malades, dont des situations très graves qui la menaçaient avec la mort, des patients handicapés, des blessés, des paralysés et des malades chroniques, en raison de la politique de la négligence médicale et le mépris de la santé des grévistes palestiniens.

Il a ainsi condamné les crimes commis par le gouvernement de l'occupation au sein des prisonniers, citant, la négligence médicale, l'isolement, la détention arbitraire, la torture, la législation sur le racisme, les arrestations massives, la détention des mineurs, le traitement inhumain des prisonniers, le renouvellement de la détention des libérés et d'autres mesures répressives et injustes.

Enfin, le rapport a conclu que les prisonniers ont besoin d'une protection internationale urgente et une grave ingérence de toutes les organisations des droits de l'homme, pour obliger le gouvernement de l'occupation à respecter les règles et les dispositions des lois internationales et humanitaires dans le traitement des prisonniers.

french.palinfo.com

Aucun commentaire: