mercredi 17 mai 2017

Un responsable américain affirme que le mur Occidental est “en Cisjordanie”

La Maison Blanche a précisé que ces propos n’étaient “pas autorisés” et ne représentaient pas la position de Trump

La bénédiction sacerdotale de Pessah au mur Occidental, dans la Vieille
 Ville de Jérusalem, le 13 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)


Deuxième chaîne a rapporté lundi soir un conflit entre les responsables israéliens et américains chargés de préparer la future visite du président américain Donald Trump en Israël.

Pendant une réunion entre les deux équipes, les Israéliens ont demandé si le Premier ministre Benjamin Netanyahu pouvait accompagner Trump au mur Occidental, où le président a prévu de se rendre et qui est un lieu sacré du judaïsme. Les responsables américains ont rejeté cette demande, affirmant que le président visiterait le site de manière privée.


Quand les Israéliens ont néanmoins suggéré que sa visite soit diffusée en direct, un « haut responsable américain » a grossièrement rétorqué « de quoi parlez-vous ? Cela ne vous regarde pas. Ce n’est même pas de votre responsabilité. Ce n’est pas votre territoire. [Le mur] est en Cisjordanie. »

Un responsable du bureau du Premier ministre a répondu au reportage de la Deuxième chaîne en disant que « la déclaration sur le mur Occidental a été choquante. Israël est certain que cette déclaration est contraire à la politique du président Trump. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au mur Occidental, 
dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 28 février 2015. (Crédit : Marc Sellem/Pool/AFP)

La Maison Blanche a effectivement déclaré lundi que ces propos n’étaient « pas autorisés » et ne représentaient pas la position de l’administration Trump.

« Ces propos sur le mur Occidental n’étaient pas autorisés et ils ne représentent pas la position des Etats-Unis, encore moins celle du président », a déclaré un responsable de l’administration au Times of Israël.

Il n’a cependant pas précisé si Netanyahu pourrait rejoindre Trump au mur Occidental pendant sa visite.

Le mur Occidental, une partie des murs de soutènement du complexe du deuxième Temple, est le point de prière juive le plus proche du site du Temple lui-même, et par conséquent le lieu de prière le plus saint du judaïsme. Il a été conquis avec le reste de la Vieille Ville et Jérusalem Est pendant la guerre des Six Jours de 1967, et annexé par Israël comme partie de sa capitale unifiée, une décision qui n’est pas reconnue par la communauté internationale.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain
 Donald Trump à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Avi Ohayun/GPO)

Après les déclarations du responsable américain, la réunion de préparation de visite de Trump a ensuite dégénéré en « foire d’empoigne » selon la Deuxième chaîne, les Israéliens rappelant à l’équipe américaine que le mur Occidental était « un territoire sacré » et sur le territoire souverain d’Israël.

La Deuxième chaîne a cité les responsables israéliens impliqués dans les discussions avec l’équipe de Trump, décrivant la réunion comme « rustre » et « arrogante ». L’un d’eux a déclaré, à propos de la visite présidentielle, « c’est Trump. Tous les autres ne sont que des figurants, y compris Netanyahu. »

Les responsables israéliens anonymes ont également déclaré que l’équipe de Trump considérait que le « protocole était simplement une recommandation. » Par exemple, ont-ils indiqué, l’équipe américaine, à un moment des préparatifs, a dit aux Israéliens que Trump pourrait appeler le président [Reuven] Rivlin ou visiter le musée mémorial de l’Holocauste de Yad Vashem, mais pas les deux. En l’occurrence, Trump ne passera que 15 minutes à Yad Vashem, selon la Deuxième chaîne.

Les détails de la visite n’ont pas encore été confirmés, mais la Maison Blanche a précisé que Trump discutera avec Netanyahu et Rivlin.

Lundi, un responsable de Jérusalem a indiqué que Netanyahu souhaitait prononcer un discours à Massada avec Trump pendant la visite du président, mais que la délégation américaine organisant la visite présidentielle était réservée. Elle n’a d’ailleurs toujours pas donné de réponse à cette demande.

Le site d’information Walla a indiqué que le bureau du Premier ministre avait demandé que Netanyahu prononce un discours de cinq à sept minutes aux côtés du président américain. Pour l’instant, le Premier ministre doit simplement présenter Trump devant la forteresse du désert de Judée, selon Walla.


Vue aérienne de Massada (Crédit : Andrew Shiva/CC BY-SAWikipedia)


Ironiquement, ces échanges colériques entre les équipes de préparation de la visite de Trump ont été connus peu après que l’ambassadeur nommé par le président américain en Israël, David Friedman, est arrivé dans le pays pour se rendre immédiatement au mur Occidental, où il a dit avoir prié pour le président et le succès de sa visite de la semaine prochaine.

« Nous sommes un peu fatigués, mais nous voulions venir directement dans le lieu le plus saint de tout le monde juif, le Kotel HaMaaravi, le mur Occidental, donc nous sommes venus directement ici », a déclaré Friedman dans une vidéo diffusée par l’ambassade.

David Friedman, nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, 
embrasse le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, 
le 15 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.


RAPHAEL AHREN ET ERIC CORTELLESSA

Aucun commentaire: