dimanche 7 mai 2017

[Reportage] Le chemin de croix des Franco-palestiniens pour aller voter

La place Al-Manara, à Ramallah où 191 Français des Territoires
 palestiniens sont inscrits pour aller voter lors de l'élection
 présidentielle.Flickr/Bilal Randeree


Au Proche-Orient, les Franco-palestiniens de Cisjordanie doivent entreprendre tout un périple pour mettre leur bulletin dans l'urne. En raison des restrictions de circulation imposées par Israël, ils ne peuvent pas se rendre à Jérusalem et doivent voter à Ramallah. La famille Shehadeh vit à Beit Jala, près de Bethléem, et malgré le mur de séparation et les checkpoints, elle est bien décidée à accomplir son devoir de citoyen.

Avec notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

En contrebas de son appartement de Beit Jala s'érigent un checkpoint et le mur de séparation bâti par les Israéliens. Impossible pour Elie Shehadeh d'aller voter à Jérusalem. Pour ce second tour de l’élection présidentielle, le Franco-palestinien se prépare au jour le plus long.

« On va quitter le matin Béthléem et on va revenir le soir, juste pour cinq minutes, pour pouvoir voter », explique-t-il.

Pour aller à Ramallah, Eli doit emprunter la route de « la vallée du feu » qui contourne Jérusalem. Quelques dizaines de kilomètres seulement, mais un véritable chemin de croix pour Soha son épouse.

Une route sinueuse, du trafic et des checkpoints

« C’est une route très sinueuse avec beaucoup de circulation et il y a un checkpoint. La route prend au minimum une heure mais il m’est déjà arrivé d’arriver à Ramallah au bout de cinq heures à cause de plusieurs fermetures », raconte la jeune femme.

Et malgré ces difficultés de circulation, impensable pour la famille Shehadeh de ne pas glisser son bulletin dans l'urne. « C’est très important pour nous, c’est dans la culture de la famille, c’est une droit et c’est une obligation aussi pour nous de voter », se justifie Elie.

191 Français des Territoires palestiniens sont inscrits au bureau de vote de Ramallah. Seulement 23% d’entre eux s'étaient exprimés au premier tour de l’élection présidentielle.

Aucun commentaire: