lundi 1 mai 2017

Liberman : pas d’indemnisation pour l’enfant palestinien victime d’un incendie terroriste


Le petit garçon de six ans dont la famille a été tuée lors d’un attentat présumé commis par des extrémistes juifs ne peut pas obtenir de fonds parce qu’il n’est pas citoyen israélien, a indiqué Liberman

Ahmed Dawabsha dans sa chambre de l'hôpital Tel Hashomer, 
le 23 décembre 2015. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)


sraël ne paiera pas l’indemnisation habituellement versée aux victimes du terrorisme à un petit garçon palestinien dont les parents et le frère ont été tués lors d’un incendie volontaire de leur maison, en 2015, dont des Juifs extrémistes seraient à l’origine, a indiqué à un député le ministre de la Défense Avigdor Liberman dans une correspondance officielle à ce sujet.

Ecrivant au député de la Liste arabe unie Yousef Jabareen, en réponse à une question demandant pourquoi Ahmed Dawabsha n’avait pas encore reçu d’argent de la part de l’état, Liberman a expliqué que le petit garçon de six ans, qui avait été grièvement blessé dans l’attaque, ne répond pas à la définition de « victime du terrorisme » et qu’il ne recevra en conséquence aucune compensation financière.

La loi actuelle stipule que l’Etat est dans l’obligation d’indemniser les citoyens israéliens touchés par le terrorisme mais qu’elle ne s’applique pas aux Palestiniens « qui ne sont pas citoyens ou résidents d’Israël », a écrit Liberman.

De plus, « nous n’avons pas trouvé dans nos registres une demande spécifique [visant à recevoir une indemnisation sans être malgré tout considéré comme victime du terrorisme], » est-il écrit dans la lettre.

Youssef Jabareen, député de la Liste arabe unie. (Crédit : Facebook)

Au mois de janvier 2016, le procureur général de l’époque, Yehuda Weinstein, avait rejeté une requête de la part de Jabareen demandant que Dawabsha soit reconnu comme une victime du terrorisme. S’adressant au Times of Israël dimanche, Jabareen a expliqué que la famille n’avait pas présenté de requête particulière d’indemnisation après le rejet et qu’elle n’avait pas l’intention de le faire.

« L’indemnisation devrait être un droit, pas un cadeau, a-t-il déclaré. L’Etat doit offrir [au petit garçon] une compensation pleine et entière en raison de l’incident grave dont il a souffert, et non en résultat d’une demande sans précédent. »

Jabareen a expliqué que la famille se tournerait dorénavant « vers les tribunaux » afin d’obtenir la reconnaissance et l’indemnisation du préjudice subi par Dawabsha.

Un responsable du ministère de la Défense a dit au Times of Israël qu’une opportunité de soumettre une requête à une Commission interministérielle avait été proposée à la famille pour obtenir une indemnisation mais que cette dernière avait décidé de poursuivre l’Etat.

Deux logements de Duma, village du sud de Naplouse, avaient été incendiés lors d’une attaque perpétrée le 31 juillet 2015, et les mots hébreux « vengeance » et « vive le roi messie » avaient été peints à la bombe sur les murs aux côtés d’une étoile de David.

Ali Dawabsha, 18 mois, avait été mortellement brûlé et son père Saad Dawabsha, son épouse Riham et leur fils Ahmed – âgé de 4 ans à l’époque – avaient été grièvement blessés. Saad était mort au mois d’août et Riham en septembre, après avoir été pris en charge dans des hôpitaux israéliens. Le seul survivant de la famille, Ahmed, a été soigné pendant plusieurs mois pour de graves brûlures.

Un policier palestinien inspecte les dommages dans la maison incendiée d’un témoin clé au procès pour incendie criminel et meurtre de deux extrémistes juifs après une attaque de juillet 2015 à Duma, qui a fait trois morts palestiniens, un bébé et ses parents, à Duma, en Cisjordanie, le 20 mars 2016. (Crédit : AFP/Jaafar Ashtiyeh)

Répondant à la lettre de Liberman, Jabareen a accusé le ministre de la Défense de mettre en œuvre une politique raciste envers les Palestiniens.

« La position adoptée par le ministre de la Défense se base sur une discrimination raciale, a déclaré Jabareen. Si nous parlions d’habitants de colonies juives blessés par des Palestiniens, les victimes auraient reçu automatiquement une indemnisation. »

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, devant la commission
 des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset,
 le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La lettre, qui a été vue par le Times of Israël, date du 6 avril mais un porte-parole de Jabareen a précisé qu’elle avait été envoyée par la poste et qu’elle n’avait pas été lue par le député avant dimanche, le parlement israélien étant en vacances lors des deux dernières semaines. Dimanche soir, Israël va commémorer Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tombés sur le front et aux victimes d’attentats terroristes.

En décembre 2015, Yoav Mordechai, Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, avait démenti les informations selon lesquelles le ministère israélien de la Santé avait présenté à la famille une facture de deux millions de shekels pour les traitements apportés par les hôpitaux israéliens, selon l’agence palestinienne d’information Maan. Mordechai avait indiqué qu’Israël réglerait ces frais.

Saad et Riham Dawabsha, avec leur bébé Ali . 
(Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Maan avait rapporté que la famille avait reçu une facture d’un montant de 900 000 shekels pour les dépenses médicales effectuées de la part du ministère de la Santé palestinien, somme sur laquelle 800 000 shekels auraient servi à soigner Ahmed. Mordechai, également cité par Maan, avait déclaré que le gouvernement israélien avait officiellement offert de régler la facture de 800 000 shekels mais que l’avocat des plaignants avait rejeté cette offre.

Cette attaque avait suscité une indignation massive en Israël et partout dans le monde et le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait promis de retrouver les terroristes responsables du lancement de cette bombe incendiaire et de les traduire devant la justice.

La ministre de la Justice Ayelet Shaked du parti HaBayit HaYehudi avait indiqué qu’elle favoriserait la peine capitale pour les terroriste responsables de l’incendie de l’habitation de la famille Dawabsha.

Au mois de janvier 2016, un juif de 21 ans, Amiram Ben-Uliel, et un mineur de 16 ans non identifié ont été inculpés pour avoir mené cet attentat terroriste de Duma. Ben-Uliel devra répondre de meurtre et le mineur, qui n’aurait pas directement participé à l’attaque, devrait répondre toutefois de complicité.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

RAOUL WOOTLIFF

Aucun commentaire: