samedi 27 mai 2017

La mobilisation collective montre les potentialités de la résistance palestinienne

Par Ramona Wadi
Mobilisation pour les prisonniers à Toulouse, 
organisée par Coup pour Coup 31

25.05.2017 - La grève de la faim collective organisée par les prisonniers palestiniens, conduite par le leader du Fatah incarcéré Marwan Barghouti a évolué en une mobilisation des Palestiniens qui s’est propagée rapidement. En dehors des murs des prisons, les Palestiniens ont fait honte à l’Autorité palestinienne et son simple appel à un jour de colère. De sit-in à des manifestations devant les prisons, des barricades et des grèves, les Palestiniens ont transmis un point important : les prisonniers palestiniens en grève de la faim ne se sont pas lancés dans un effort isolé.

Ce qui a débuté comme une protestation contre des conditions de détention inhumaines est maintenant une résistance de la population contre les diverses formes de violence coloniale utilisées par Israël.

Lundi, une grève générale a été observée en Cisjordanie occupée. L’agence de presse Ma’an a relaté que d’après le comité des médias pour la grève de la faim Liberté et Dignité, l’action est la première à être organisée et mise en œuvre depuis la Première Intifada. En outre, le Haut Comité de suivi des citoyens arabes d’Israël exhorte les Palestiniens en Israël à participer à la grève.

Des Palestiniens ont également participé à une manifestation de Ramallah au poste de contrôle militaire de Qalandiya. Les forces israéliennes ont réprimé la marche à coups de balles réelles et de balles caoutchouc-acier. Les manifestants qui ont inhalé des gaz lacrymogènes pendant l’assaut israélien ont dû être traités près du poste de contrôle par le Croissant rouge.

La dernière semaine, un colon israélien a tué Mutaz Hussein Hilal Bani Shamsa, 23 ans, qui participait à une marche de solidarité à Naplouse. Le meurtre a suscité une déclaration du Coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen Orient, Nickolay Mladenov, qui exigeait que « cet incident déplorable fasse promptement l’objet d’une enquête minutieuse et que tous les suspects soient poursuivis. »

L’attention que la grève de la faim a retenue au niveau international diffère aussi des déclarations stéréotypées antérieures au sujet des grévistes de la faim individuels. Tandis que des militants dans le monde entier attirent l’attention d’abord en relevant le défi du sel et de l’eau, et ensuite en entamant des grèves de la faim en solidarité, une coopération sans faille entre Palestiniens et militants est apparue.

Manifestation de solidarité avec les prisonniers
 palestiniens à New-York, organisée par Samidoun



Contrairement à d’autres situations où le militantisme a éclipsé la cause, les exigences des prisonniers palestiniens et leur résistance non-violente ont pu s’exprimer. En retour cela a permis de clarifier les répercussions vécues par les prisonniers et leurs familles en raison des violations israéliennes. Une autre réalisation majeure de la mobilisation locale et internationale est la visibilité liée à la grève de la faim collective et à la résistance.

Tout aussi important pour l’histoire et la mémoire de la Palestine est la priorité donnée une fois encore aux prisonniers palestiniens. Israël a tenté d’étouffer leur existence par plusieurs mesures dégradantes, y compris la détention administrative, l’isolement et la négligence médicale. Alors que la grève de la faim gagne en importance, il est essentiel que tout en reconnaissant et en validant le rôle de Barghouti, il ne soit pas glorifié au-delà de ce qu’il a déclenché.

Au début de cette résistance non-violente, les spéculations sur les objectifs de Barghouti ont éclipsé la cause. A l’heure actuelle, il est évident que les Palestiniens ont le potentiel de modifier le paysage politique, avec ou sans l’AP et les factions ou les individus traditionnellement associés à la lutte et à la résistance anticoloniales.

Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Aucun commentaire: