jeudi 11 mai 2017

La Knesset approuve le projet de loi sur la judéité de l'Etat en première lecture

Jérusalem-CPI

La Knesset sioniste a approuvé mercredi, en première lecture, le projet de loi sur la judéité de l'Etat qui considère Israël comme la patrie nationale des Juifs avec Jérusalem pour capitale.

La liste arabe commune à la Knesset a souligné dans une brève déclaration que 48 députés ont voté en faveur du projet de loi et 41 députés contre.

La Knesset a été témoin d'un débat houleux, un membre arabe à la Knesset, Jamal Zahalka a déchiqueté le projet de loi avant d'être expulsé de la salle du parlement, et plus tard les deux députés Hanin Zoabi et Abdul Hakim Haj Yahia ont également été exclus.

Avant d'être adopté et appliqué, ce projet devra être approuvé en trois lectures.

La Knesset a affirmé dans une déclaration écrite que le projet de loi considère l'Etat d'Israël comme la patrie nationale du peuple juif, en tant qu'Etat juif et démocratique, que l'hébreu est la langue officielle, et Jérusalem est la capitale d'Israël, selon Anadolu.

Elle a souligné que le projet de loi sera soumis à la commission parlementaire de la Constitution et la loi, en vue d'une présentation du vote en première lecture, sans préciser la date du vote.

Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, a défendu ce projet de loi, et a déclaré lundi : "La législation nationale que nous encourageons prouvera légalement le statut d'Israël comme l'Etat national du peuple juif, et il n'y a pas de contradiction entre Israël en tant qu'Etat démocratique et et Etat du peuple juif".

Mais la liste arabe commune à la Knesset a déclaré le même jour que le projet de loi est comme une déclaration de guerre aux citoyens arabes, à leur statut et leurs droits fondamentaux.

Le Comité ministériel sioniste a ratifié dimanche dernier ce projet de loi, afin d'être soumis au vote de la Knesset.

Le membre de la Knesset du parti de droite, le Likoud, Avi Dichter, ancien chef de l'appareil de la sécurité publique sioniste a proposé ce projet de loi.

Selon les estimations du Bureau du recensement israélien, 1 400 000 Arabes vivent dans les territoires occupés et représentent 20% de la population totale qui s'élève à 8 600 000 habitants.

Aucun commentaire: