jeudi 11 mai 2017

La diplomatie israélienne demande aux Etats-Unis d’annuler la résolution 2334 de l’ONU


Nikki Haley

Les relations entre Washington et Jérusalem s’étaient sévèrement dégradées juste avant les fêtes de Noel, après la décision de l’administration Obama sortante de s’abstenir, de ne pas opposer de veto et de conduire ainsi au vote de la résolution 2334 du conseil de sécurité, une resolution accablante pour
l’Etat hébreu que le président Donald Trump, fraîchement élu mais pas encore investi, avait d’emblée condamné tout comme le Congrès américain dont les parlementaires se sont vite désolidarisés du président démocrate sortant et ont voté à la chambre, par 342 voix contre 80, le retrait de cette résolution ou sa modification «afin qu’elle ne soit plus unilatérale et anti-Israélienne» et qu’elle permette « une solution au conflit par des négociations bilatérales directes entre les deux parties». Cette semaine, le ministère Israélien des Affaires étrangères revient à la charge, en appelant à l’aide, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, afin qu’elle travaille sur l’annulation de la dite résolution 2334, rapporte le site d’information Ynet..

le 21 février dernier, Nikki Haley, l’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies avait tenu un discours résolument pro-israélien en assistant à son premier Conseil de sécurité à l’ONU. Fin mars, a l’AIPAC, devant la plus grande organisation américaine pro israélienne, elle avait promis que le « dénigrement » de l’État hébreu aux Nations unies était « terminé ». Pour Nikki Haley, cette résolution a été « un coup de pied dans le ventre ressenti » aux États-Unis. « Tout ce que je peux vous dire, c’est que tout le monde aux Nations unies a peur de me parler de la résolution 2234 », avait-elle affirmé sous un tonnerre d’applaudissements de la conférence annuelle de l’Aipac (American Israël Public Affairs Committee), le premier lobby américain pro israélien. « Et je veux qu’ils sachent que, certes, c’est arrivé, mais que cela n’arrivera plus », a-t-elle promis, avant de lancer devant des délégués enthousiastes : « L’époque où l’on dénigrait Israël, c’est terminé ».

En outre, Israël a demandé à Nikki Haley de remettre la pression pour cesser le dénigrement d’Israël au seins des instances Onusiennes et réduire leurs importantes ressources (budget et la main d’oeuvre) aux Palestiniens en finançant des organisations telles que l’UNWRA, l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens arabes, un doublon du HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) qui avait déjà pour but originel de protéger les réfugiés, de trouver une solution durable à leurs problèmes et de veiller à l’application de la Convention de Genève de 1951. On est donc en droit de se demander entre autre, à quoi sert l’UNWRA, qui au passage, a servi à maintes reprises de cache d’armes au Hamas comme en Juillet 2014 lorsqu’on avait retrouvé des roquettes du Hamas cachées dans une des écoles de l’UNRWA. Le personnel de l’école avait alors déclaré qu’ils avaient « informé les parties concernés et avait pris toutes les mesures nécessaires pour détruire les missiles». Mais l’organisation avait finalement refusé de fournir des photos des dits missiles à Israel et il a été prouvé ensuite, que plutôt que de détruire les roquettes, les employés de l’UNRWA avaient appelé le Hamas pour venir les récupérer…..

Tel-Avivre .com– la rédaction –

Aucun commentaire: