lundi 8 mai 2017

Israël expulse un reporter du principal journal hollandais


Le directeur du journal NRC Handelsblad dit que la décision d’Israël de ne pas renouveler le visa de Walters est une tentative pour entraver la collecte d’informations libres et critiques sur Israël. En dépit de promesses préalables, le Service de Presse du gouvernement israélien a informé NRC cette semaine de son refus de renouveler le visa de Walters, qui devra partir début juillet. Le service de presse se trouve sous l’autorité du premier ministre Benyanmin Netanyahou.

La « pression » d’Israël sur son correspondant a commencé début 2016, a déclaré le directeur de NRC. Il s’agissait entre autres de plaintes par Ron Paz, chef du département de la presse étrangère, à propos du reportage de Walters.

Les Israéliens se sont émus du reportage de Walters sur les pseudos des abus des forces israéliennes à Hébron et de tweets sur le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). Dans un courriel de janvier à Walters, Paz a accusé le journaliste hollandais d’avoir fourni une « description hostile et partiale de la réalité à Hébron ». On rapporte que Paz a dit à Walters que l’ambassade d’Israël aux Pays Bas s’était elle aussi plainte à propos de la façon dont le sujet avait été couvert dans NRC. Malgré la mention du harcèlement, le Service de Presse du gouvernement a vigoureusement nié toute connexion entre le refus de prolonger le visa de Walters et le contenu dont il s’était plaint.

Sur cette base, le service de presse israélien a même essayé l’année dernière de prétendre que NRC n’était pas un organe de presse reconnu à cause de ce soi-disant conflit d’intérêt entre ses facettes commerciale et éditoriale représentées par Vandermeersch dans son double rôle. NRC Handelsblad a été créé en 1970 par la fusion de deux journaux fondés dans la première moitié du 19ème siècle. l’accréditation de Walters n’a toujours pas été renouvelée, avec pour excuse qu’il n’avait pas accepté une offre antérieure lui proposant une extension de trois mois de son visa. Mais Walters ne pouvait pas accepter ce genre d’offre alors que le gouvernement israélien ne reconnaissait pas NRC comme organe de presse. NRC a protesté contre le refus d’extension du visa de Walters, sans résultat. Le bureau de presse israélien dit qu’un successeur obtiendra peut-être un visa, mais c’est sûr que NRC restera sous la surveillance des fonctionnaires israéliens.

Aucun commentaire: