lundi 1 mai 2017

Contre l'occupation sioniste : les enfants dans leur maison, les prisonniers dans leurs prisons et leurs familles dans la rue

Par Nadine Acoury


La fameuse autorité palestinienne collabore avec l'occupant, propose même des mécanismes "appropriés" contre le peuple palestinien (arrêt de la fourniture du gaz à Gaza, arrêt du paiement du salaire des fonctionnaires), s'active à réprimer militairement les manifs et à emprisonner les militants, et à transmettre toute information "utile" à l'occupant, comme elle se prépare à accueillir Trump qui va déclarer que Al Quds est la capitale de l'entité sioniste et que les Palestiniens peuvent trouver ailleurs une place pour exister.

Les partis sensés représenter la population palestinienne s'activent tous pour s'aligner sur la ligne de la coalition "pacifique" du siècle (USA, Europe, pétromonarchies du Golfe, Egypte, Jordanie, Turquie, Maroc, secondés par la Libye, le Soudan, la Somalie), même si ça et là des branches militaires (au sein du Hamas et du Jihad Islamique) émettent de temps en temps un son étouffé de contestation, et s'apprêtent à livrer la bataille décisive contre le nouvel ennemi de l'Humanité et de la Paix dans le Monde, entendez l'Iran et les chiites en général, la résistance libanaise, la Syrie, l'Irak et le Yémen.

La résistance palestinienne s'est de ce fait retranchée dans ses derniers recours : les enfants de moins de 10 ans (âge à partir duquel ils sont éligibles à l'emprisonnement) à l'intérieur de leur maison (dehors, la soldatesque sioniste peut les abattre sans hésitation) ;



les 1.500 prisonniers (sur 6.500) à l'intérieur de leurs prisons, qui poursuivent une grève de la faim depuis 14 jours juste pour améliorer leurs conditions de détention, tandis que les sionistes réquisitionnent le sel (qui permet avec l'eau de les soutenir) à l'intérieur des cellules et font des festins de méchoui devant leurs fenêtres, histoire que l'odeur de la viande rôtie les ramollisse ; et leurs familles qui manifestent dans la rue leur soutien à ce dernier souffle de la résistance.

Naplouse, 27 avril 2017 (photo Dounia)

Aucun commentaire: