lundi 15 mai 2017

Barghouthi met en garde contre la reprise des négociations et appelle à l'unité

Ramallah - CPI

Marwan Barghouthi, membre du Comité central du Mouvement du Fatah, a mis en garde contre la reprise des négociations avec Israël sur la base des conditions précédemment annoncées, en précisant
six conditions pour la reprise des négociations.

Le leader au Fatah, qui purge cinq peines d'emprisonnement à perpétuité dans les prisons israéliennes, a également appelé à une désobéissance civile contre les autorités d'occupation israéliennes, et a défendu la tenue d'un Congrès national palestinienne pour lancer un dialogue national global et établir un gouvernement d'union nationale.

Conditions de reprise des négociations

Barghouthi a souligné qu’«il n'y aura aucun intérêt à tenir des négociations, sauf s'il y a un engagement israélien officiel à mettre fin à l'occupation selon un calendrier fixe, un arrêt complet de la construction de colonies, le retrait aux frontières de 1967, et la reconnaissance pour le peuple palestinien à l'autodétermination. Cela comprend également le droit des réfugiés au retour conformément à la Résolution 194 des Nations Unies, à la libération des prisonniers et des détenus avant toute reprise des négociations et à mettre fin la négligence médicale criminelle contre les prisonniers qui dure depuis un quart de siècle ».

Il a appelé au «lancement du plus grand mouvement populaire et à la désobéissance civile, ainsi qu'à la prise en compte du discours de libération nationale à mesure que les Palestiniens célèbrent le 50e anniversaire de l'occupation (les frontières de 1967) et à l'approche du 70e anniversaire de la Nakba » Il a souligné : « la lutte de la liberté et de la dignité fait partie intégrante de la lutte contre l'occupation pour renverser le régime injuste de l'apartheid ».

Appel à la réconciliation

Il a appelé les factions palestiniennes, en particulier le Fatah et le Hamas, à parvenir à une réconciliation nationale et à renouveler le dialogue afin de tenir une conférence nationale de dialogue global et parvenir à un document d'alliance et de partenariat entre les factions, pour préserver la représentation palestinienne et empêcher l'effondrement du système politique palestinien, qui traverse ses moments les plus critiques.

Il a également appelé à la formation d'un gouvernement d'union nationale immédiatement, avec la participation de toutes les factions, la restauration de la vie démocratique palestinienne et de l'état d'unité nationale pour faire face à l'occupation coloniale de la Palestine, comme l'ont demandé les prisonniers qui ont proposé le Document des Prisonniers et ont lancé la grève de la faim de la «liberté et la dignité» pour unifier davantage les Palestiniens.

Il a appelé à organiser des activités de solidarité avec les prisonniers le jour de l'anniversaire de la Nakba pour se renforcer en cette occasion et la transformer en «une désobéissance civile et nationale qui coïncide avec l'anniversaire du demi-siècle de colonisation israélienne des territoires arabes occupés en 1967 ».

La bataille de la liberté et la dignité

Barghouthi a rendu hommage aux prisonniers en grève, promettant de poursuivre la bataille de liberté et de dignité pour la Palestine jusqu'à atteindre ses objectifs.

Il a ajouté: «Rien ne brisera la volonté des prisonniers, elle puise de la volonté de notre grand peuple et, en leur nom, je dis à notre peuple palestinien: nous comptons sur vous. Vous sacrifiez, et nous gagnons, et nous n’avons aucun doute que vous tenez toujours votre parole et respectez vos promesses».

Il a condamné la persécution israélienne brutale contre les prisonniers qui observent une grève de la faim pour obtenir leurs revendications humaines légitimes. Il a souligné que des centaines d'entre eux étaient harcelés et humiliés. Certains ont été transférés dans des véhicules pendant 18 heures, d'autres ont été placés en isolement cellulaire, ce qui les a épuisés, d’autant plus qu'ils ne pouvaient pas rencontrer leurs avocats.

Il a souligné que toutes les tentatives de faire chanter les prisonniers ainsi que les mesures cruelles et sévères imposées contre eux et les conditions brutales dans lesquelles ils vivent ne feront qu’augmenter leur volonté et leur détermination à obtenir la victoire.

Visite de l'avocat

Ces propos de Barghouthi ont été recueillis après une visite de l'avocat Khader Shkirat au centre de détention de Jalameh, après que les autorités pénitentiaires israéliennes ont empêché les avocats de visiter les prisonniers pendant 28 jours.

Shkirat a rapporté de Barghouthi que les autorités pénitentiaires israéliennes entrent dans sa cellule quatre fois par jour et le soumettent à des fouilles au corps, les mains et les pieds menottés.

Barghouthi a déclaré qu'il était détenu dans un cachot sous le quartier d'isolement pendant quatre jours. Il a été transféré après avoir arrêté de boire de l'eau. Il a affirmé avoir du subir des bruits ennuyants pendant des heures provenant de machines placées à proximité sur une base quotidienne, l'obligeant à mettre des mouchoirs dans ses oreilles.

Shkirat a ajouté que la cellule de Barghouthi manque de tous les besoins de base. Il est plein d'insectes et de punaises, et une seule couverture est disponible. Elle ne contient aucun livre, ni même le Saint Coran.

Il a également déclaré que Barghouthi n'a pas pu changer de vêtements depuis le début de sa grève. Il a été transféré de la cellule à la clinique de la prison avec ses mains et ses pieds attachés, et a perdu 12 kilos a souligné l'avocat.

french.palinfo.com

Aucun commentaire: