lundi 22 mai 2017

Au 35e jour, la grève de la faim des prisonniers palestiniens ne cesse de s’étendre

Rassemblement de solidarité avec les prisonniers 
palestiniens en grève de la faim - Photo : ActiveStills


Ma’an News – Le 35e jour, 220 prisonniers palestiniens rejoignent la grève de la faim de masse.

Les dirigeants palestiniens ont prévenu les médias de « rester prudents » au sujet des informations sur des négociations présumées entre des responsables israéliens et palestiniens pour parvenir à un accord pour mettre fin à une grève de la faim de masse qui est entrée dans son 35ème jour dimanche, alors que des centaines de prisonniers se joignaient au mouvement et refusaient tout aliment en signe de protestation contre les conditions de vie imposées dans les prisons israéliennes.

Les prisonniers en grève de la faim appellent à la fin du refus de visites familiales, au droit de poursuivre des études supérieures, à l’accès aux soins et traitements médicaux appropriés, et à la fin de l’isolement cellulaire et de la détention administrative – un emprisonnement sans inculpation ni procès et sans limite de durée – parmi d’autres revendications pour le respect de leurs droits fondamentaux.


Rumeurs de négociations israélo-palestiniennes pour mettre fin à la grève de la faim



Le Comité des médias formé pour soutenir les grévistes de la faim a publié une déclaration dimanche insistant sur le fait que la presse fasse preuve de circonspection lors de la publication d’informations sur des négociations entre prisonniers et les autorités israéliennes, en particulier lorsque les rapports proviennent des médias israéliens.

Des rapports ont émergé la semaine dernière dans les médias israéliens selon quoi les responsables de la sécurité palestinienne et les responsables de l’agence de sécurité interne d’Israël, le Shin Bet, tentaient de parvenir à un accord qui mettrait fin à la grève de la faim.

La version hébraïque du journal israélien Haaretz a rapporté dimanche que les responsables du Service pénitentiaire israélien (IPS) ont parlé avec des grévistes palestiniens de la faim afin de parvenir à un accord pour mettre fin à la grève. Le rapport citait un responsable de l’IPS disant qu’un « compromis avec les prisonniers en grève de la faim pourrait être trouvé dans les prochains jours », mais il a refusé de qualifier les pourparlers de négociations.

Selon l’officiel, une question centrale portait sur la demande des prisonniers de visites familiales plus fréquentes, et le même officiel aurait noté que l’IPS était disposé à augmenter légèrement le nombre de visites familiales accordées aux prisonniers palestiniens afin de parvenir à un accord.

Un porte-parole d’IPS a déclaré à Ma’an qu’il n’avait aucune information sur un tel accord entre les responsables de l’administration pénitentiaire et les prisonniers.

Cependant, selon le comité, les grévistes de la faim palestiniens ont constamment refusé d’accepter des négociations sans la présence des dirigeants de la grève, notamment le responsable du Fatah, Marwan Barghouthi, qui est resté en isolement cellulaire depuis le début de la grève en avril.

Les prisonniers grévistes de la faim ont déjà déclaré que les tentatives des officiels israéliens d’engager des négociations sans les dirigeants de la grève n’étaient que « de fausses et futiles négociations visant à faire cesser la grève de la faim en échange de promesses creuses ».

Les grévistes de la faim affiliés au DFLP (Front démocratique pour la libération de la Palestine) continuent de refuser de s’alimenter, tandis qu’ils sont de plus en plus nombreux à se joindre au mouvement.

Le comité a également signalé que Fadwa Barghouthi, l’épouse de Marwan Barghouthi, a déclaré que 220 prisonniers palestiniens de diverses factions politiques se sont joints à la grève dimanche.

Le porte-parole des prisonniers proches ou appartenant au DFLP, Jifara Jawda, a confirmé à Muhammad Dwikat, un membre du comité central du DFLP, que la majorité des Palestiniens affiliés au DFLP dans les prisons israéliennes poursuivent leur grève depuis le premier jour, le 17 avril.

Dwikat a souligné dans une déclaration qu’après avoir visité le gréviste de la faim affilié au DFLP, Wajdi Jawda, il a appris qu’au début de la grève Jawda a été immédiatement transféré en isolement cellulaire – comme cela a été fait pour de nombreux grévistes de la faim – dans la prison israélienne de Jalama. Il a ensuite été transféré en cellule d’isolement dans la prison d’Ayalon, dans le centre d’Israël, et transféré une fois de plus à la prison d’Eshel à Beersheba, dans le sud d’Israël, où il est resté en isolement cellulaire.

Dwikat a également noté que la santé du gréviste de la faim Samer Issawi, connu parmi les Palestiniens pour avoir mené une des plus longues grèves de la faim dans l’histoire des prisonniers, s’est détériorée depuis le début de mai, puisque IPS l’a depuis transféré à la clinique pénitentiaire de la prison de Ramla.

Une équipe du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a également pu visiter le prisonnier gréviste Saed Yihya Dwikat, âgé de 19 ans, du village de Beita à Naplouse, a déclaré Jawda à Dwikat lors de sa visite. Saed est détenu dans les prisons israéliennes depuis trois ans pour son affiliation au DFLP. Le CICR a informé sa famille que la santé de leur fils a continué à se détériorer, selon le communiqué.

Dans le même temps, le responsable du Comité palestinien des affaires des prisonniers, Issa Qaraqe, a déclaré dans un communiqué que le CICR devait « prendre une position officielle » en ce qui concerne la santé des grévistes de la faim et devrait « conduire des efforts pour protéger les prisonniers et surveiller le traitement infligé aux prisonniers par Israël. »

Qaraqe a exigé que le CICR « s’active au plus vite » pour exercer une pression sur l’IPS et forcer ses responsables à « traiter les grévistes de la faim selon les normes du droit humanitaire ».


Multiplication des manifestations de solidarité avec les grévistes de la faim



Le comité a déclaré une grève de tous les commerces ce dimanche dans l’ensemble du territoire palestinien occupé et d’Israël de 11 heures à 14 heures en solidarité avec les grévistes de la faim, ajoutant que tous les secteurs y participeraient, à l’exception de ceux liés aux secteurs de l’éducation et de la santé.

Une grève générale devrait avoir lieu lundi pour coïncider avec l’arrivée du président américain Donald Trump en Israël, les dirigeants palestiniens invitant également à un « Jour de colère » mardi lors de sa visite prévue avec Abbas à Bethléem.

En outre, Asad Abd al-Rahman, membre du Comité exécutif de l’Organisation de la libération de la Palestine (OLP), a déclaré qu’il suivrait un jeûne de solidarité de trois jours à compter de samedi après-midi en appui aux grévistes de la faim.

Il a déclaré qu’il respecterait sa décision pendant trois jours consécutifs conformément à son état de santé, mais en disant : « je sais que mon humble participation ne peut pas égaler le niveau des sacrifices endurés par les prisonniers ».

21 mai 2017 – Ma’an News – Traduction : Chronique de Palestine

Aucun commentaire: