vendredi 7 avril 2017

Intifada al-Quds en Palestine occupée : poursuivrele chemin de la libération avril 2017 n° 18

al-Walaja: le père de Bassil al-A'raj fait le salut militaire à son fils assassiné

« Creusez ma tombe profondément et enterrez-moi debout, pour que je demeure parmi les gens, ne baissez pas vos fronts, mourez debout et non sous les pieds des oppresseurs » (dernier message du martyr Mohammad Khattab, 17 ans, exécuté par les sionistes dans le camp al-Jalazon).

Les opérations de la résistance se sont poursuivies au cours du mois de mars, un peu partout dans les territoires occupés de la Cisjordanie, al-Quds y compris, et ce malgré l’accentuation de la répression des différents appareils sionistes.
Ces opérations sont devenues, au fil des mois, une constante de la vie en Palestine : jets de pierre et de bouteilles incendiaires, et des coups de feu sur les barrages et les colonies, et riposte armée aux incursions de l’armée d’invasion dans les camps palestiniens. Profitant du déséquilibre croissant des rapports de force militaire, au profit de l’entité sioniste et de ses alliés occidentaux, la colonie nommée « Israël » assassine et poursuit ses rafles, engloutit les terres palestiniennes et démolit les maisons de Palestiniens. Les lois du Knesset sioniste l’autorisent à démolir, expulser et rayer des villages, démanteler les familles, interdire les pratiques religieuses qui gênent les colons, modifier l’histoire au profit de légendes et contraindre les Palestiniens à les accepter.

Ce fascisme sioniste, le pire que l’histoire de l’humanité ait jamais connu, est cependant accepté et aidé par la communauté internationale : le rapport de l’ESCWA, organisme de l’ONU, dénonçant les pratiques « d’apartheid » a été rejeté par la direction de l’ONU, et l’UNRWA envisage de modifier les manuels scolaires dans ses écoles, pour faire plaisir aux financeurs alliés des sionistes : en Palestine, il n’y aurait pas d’occupant, et les élèves seraient obligés d’oublier qu’ils sont Palestiniens et qu’ils sont attachés à leur pays envahi. La normalisation de l’ONU et ses officines avec la présence de l’entité sioniste fait à présent office d’école pour tous les normalisateurs, à commencer par l’Autorité palestinienne, dont les responsables rencontrent les dirigeants sionistes, au lieu de s’occuper d’une société qu’ils devraient protéger contre les pratiques coloniales. Mais les services sécuritaires de l’AP attaquent plutôt les manifestants et arrêtent les militants qui osent défier leur « ordre », celui de la coordination sécuritaire avec l’occupant, un ordre colonial que les militants comme les martyrs Bassil al-A’raj en Cisjordanie, ou Mazen Fuqaha, à Gaza, essayaient de supprimer. Un ordre colonial que des normalisateurs arabes essaient de renforcer, sans parler des régimes arabes réunis à Amman, à la fin du mois, pour renouveler leur soumission au grand « méchant Satan ».

Martyrs palestiniens tombés depuis debut mars 2017 :
Bassil al-A’raj, 28 ans, al-Walaja (province de Bayt lehem), assassiné au cours d’une fusillade à l’aube du 6/3. Poursuivi par l’occupant depuis des années, après avoir été arrêté par l’Autorité Palestinienne, Bassil al-A’raj a courageusement riposté à l’unité « Yamam » de l’armée sioniste, qui avait encerclé la maison où il se trouvait, en plein centre de Ramallah. L’assassinat et la présence de l’armée ont donné lieu à des affrontements entre jeunes Palestiniens et les sionistes, faisant deux blessés parmi les Palestiniens.
Ibrahim Matar, 25 ans, exécuté le ...

Aucun commentaire: