jeudi 27 avril 2017

Addameer visite les prisons d’Asqlan, Hadarim et Nafha

Par Addameer


Aujourd’hui, 25 avril 2107, des avocats d’Addameer ont visité les prisons de Nafha, Hadarim et Asqlan, où ils n’ont pas pu voir les prisonniers et détenus en grève de la faim à cause du refus du service pénitentiaire israélien (SPI). Ils ont pu toutefois voir des prisonniers non grévistes qui les ont informés des récents développements de la grève de la faim.

Pendant une visite à la prison Hadarim, le prisonnier Thabet al-Mardawi a expliqué à Maître Mona Naddaf, avocate d’Addameer, que le SPI a commencé à transférer les prisonniers d’une section à une autre dès le 18 avril, le deuxième jour de grève. Il a ajouté que Marwan Barghouthi et Karim Younis ont été placés en isolement à la prison al-Jalama, et Anas Jaradat et Mahmoud Abu Sorour à la prison Ela. Il a précisé que 36 prisonniers ont été transférés à la prison Ramle, et le reste des prisonniers en grève de la faim [à Hadarim] ont été placés dans différentes prisons en Palestine occupée.

En outre, des prisonniers malades ont été transférés dans les cellules de la Section 5 à Hadarim, qui est une division de détention civile située dans la section civile de la prison. Les prisonniers vivent dans un isolement total, sans télévision, sans appareils électriques et ils dorment sur des tapis.

Le prisonnier Thabet a expliqué que le SPI a isolé 102 grévistes de la faim avant de les placer dans différentes prisons. Des soldats des forces spéciales ont pris d’assaut les sections des grévistes de la faim et ont confisqué tous leurs effets personnels, ne laissant à chacun qu’une couverture et vêtement en plus du « shabas », l’uniforme de prisonnier. L’administration pénitentiaire a également saisi le sel dès les premiers jours de grève, et les grévistes ont dû boire l’eau du robinet car l’administration ne leur fournit pas d’eau potable.

L’administration pénitentiaire a également imposé plusieurs mesures punitives aux prisonniers en grève de la faim. La plus importante est la privation de visites familiales ainsi que des temps de loisirs et d’accès à la cantine.

A la prison Nafha, l’avocat d’Addameer Samer Samaan a visité les prisonniers Ayman Odeh et Raed al-Saadi, qui lui ont dit que le nombre de grévistes de la faim à Nafha est de 250, appartenant à tous les partis politiques. Le SPI a commencé à isoler les grévistes de leurs camarades, a attaqué les sections et interdit les visites d’avocats.

A Asqlan (Ashkelon), l’avocate Farah Beyadsi a pu voir le prisonnier Sharif Hamid, qui n’est pas en grève de la faim. Il lui a dit que le SPI a transféré tous les prisonniers qui ne sont pas en grève à la section 12 de la prison, et il a transféré les grévistes à la section 3 et les a placés en isolement. 42 prisonniers d’Ashkelon sont en grève de la faim.

« A Ashkelon, il y a 5 pièces, avec environ 10 prisonniers dans chacune. Ils ont l’interdiction de communiquer avec quiconque, et ils sont privés de visites familiales et de cantine. Ils ne peuvent pas voir non plus leurs avocats, » a ajouté Hamid. L’administration pénitentiaire d’Ashkelon a également dépouillé les prisonniers en grève de leurs biens, et là aussi les grévistes ont dû boire l’eau du robinet car l’administration ne leur fournit pas d’eau potable. Il leur a également été interdit de participer aux prières collectives du vendredi.

Addameer exhorte les partisans de la justice du monde entier à lancer des actions de soutien avec les prisonniers palestiniens qui risquent leurs vies pour la liberté et la dignité. Addameer exhorte tous les soutiens à organiser des événements en solidarité avec la lutte des prisonniers et des détenus en grève de la faim. Addameer appelle en outre la communauté internationale à exiger que le gouvernement israélien respecte la volonté des grévistes de la faim qui se servent de leur corps comme moyen de protestation légitime qui a été reconnu par la Déclaration de Malte de l’Association médicale mondiale (AMM) sur les grèves de la faim, « souvent une forme de protestation par des personnes qui n’ont pas d’autres façons de faire connaître leurs revendications. » (1)

(1), Déclaration de Malte de l’AMM sur les grévistes de la Faim
Adoptée par la 43e Assemblée Médicale Mondiale Malte, Novembre 1991, révisée sur le plan rédactionnel par
la 44e Assemblée Médicale Mondiale, Marbella, Espagne, Novembre 1992 et révisée par
la 57e Assemblée Générale de l’AMM, Pilanesberg, Afrique du Sud, Octobre 2006


Source : Addameer

Traduction : MR pour ISM

Aucun commentaire: