dimanche 12 mars 2017

Syrie. Des dizaines de morts dans un double attentat à Damas




Un double attentat a fait samedi au moins 60 morts, dont des pèlerins chiites irakiens, dans la vieille ville de Damas, selon une ONG, soit l'une des attaques les plus sanglantes au cœur de la capitale syrienne ces dernières années.

« Il y a eu une bombe et un kamikaze qui s'est fait exploser dans le secteur de Bab al-Saghir » où se trouvent des mausolées chiites, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui fait également état de plus de 40 blessés.

En soirée, le bilan faisait état de 60 morts et l'attentat n'avait toujours pas été revendiqué.
Une zone de pélerinage

Les explosions se sont produites près de la vieille ville et visaient des cars transportant des pèlerins chiites vers le cimetière de Bab al Saghir, a précisé Al Manar, la chaîne du Hezbollah. La plupart des victimes sont irakiennes, a-t-elle dit.

Le cimetière de Bab al Saghir est situé près d'une des sept portes de la vieille ville de Damas. Il s'agit d'une zone où se trouvent de nombreux mausolées chiites considérés comme des lieux de pèlerinage mais aussi des mausolées sunnites. La première attaque s'est produite à un arrêt de bus où des fidèles étaient arrivés avant de visiter le cimetière situé à proximité.

La seconde attaque a eu lieu dix minutes plus tard faisant plusieurs victimes parmi les membres de la protection civile qui étaient venus porter secours aux personnes touchées par la première explosion.

Les fidèles devaient se recueillir lors d'une réunion de prière dans le cimetière après avoir visité la mosquée de Sayyida Zeinab, la petite-fille du prophète Mahomet, située près de Damas.

Cette mosquée et ce lieu saint sont vénérés par les fidèles chiites qui viennent du monde entier pour y accomplir un pèlerinage. Il est également un lieu visé par les djihadistes de l'Etat islamique qui avaient commis un attentat à proximité en juin dernier.
Plusieurs attentats sanglants

Principale place forte du régime du président Bachar al-Assad, la capitale syrienne a été frappée par plusieurs attentats depuis le début de la guerre en 2011.

Au cours des dernières années, plusieurs attentats sanglants ont visé un haut lieu de pèlerinage chiite près de Damas, Sayeda Zeinab, dont le plus sanglant a été celui du 21 février 2016: 134 morts, dont 97 civils. Il a été revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui contrôle des territoires notamment dans l'est du pays.

La plupart de ces attentats a été revendiquée par des groupes jihadistes hostiles à l'Iran et au Hezbollah chiites, principaux alliés du régime de Bachar al-Assad.

Aucun commentaire: