dimanche 12 mars 2017

Deux journaux allemands classent Netanyahou parmi les dictateurs les plus "fous"

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu chairs the weekly 
cabinet meeting in Jerusalem, on February 19, 2017 DAN BALILTY (Pool/AFP)


L'article a suscité l'indignation de l'ambassade d'Israël en Allemagne qui l'a qualifié d'"antisémite"

Deux tabloïds allemands de Hambourg et de Berlin ont inscrit vendredi dans un article commun le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou sur une liste des sept dictateurs les plus "fous" du monde, suscitant l'indignation de l'ambassade d'Israël en Allemagne qui a qualifié l' article d'"antisémite", rapporte dimanche le Jerusalem Post.

Dans l'article non signé, intitulé "Les sept dictateurs les plus dingues du monde", les journaux ont inclu Netanyahou sur une liste comprenant le guide suprême de la révolution iranienne l'ayatollah Ali Khamenei, le président syrien Bachar el-Assad, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le président russe Vladimir Poutine, le président philippin Rodrigo Duterte et le président du Zimbabwe Robert Mugabe.

Le Hamburger Morgenpost et le Berliner Kurier, qui font partie de la même maison d'édition, ont écrit sous la photo de Netanyahou qu'il "refuse depuis longtemps d'accepter une solution à deux États. Il continue de construire des colonies et provoque ainsi ses voisins palestiniens. Concernant l'Iran, il a essayé sans succès de faire pression sur Barack Obama pour lancer une attaque aérienne contre les installations nucléaires iraniennes. Avec Trump, cela pourrait se passer différemment."

L'ambassade d'Israël à Berlin a déclaré samedi au Jerusalem Post que "le fait que le Premier ministre élu d'une démocratie occidentale, qui lutte depuis sa création pour sa survie, soit placé dans la même catégorie que certaines des pires dictatures au monde témoigne du niveau de compréhension du journal sur ce qui se passe dans le monde d'aujourd'hui ou de quelque chose de bien pire, qui aurait dû disparaître du monde depuis longtemps: l'antisémitisme."

Volker Beck, député du Parti Vert au Bundestag et ancien porte-parole du groupe d'Amitié Allemagne-Israël, a dénoncé sur son compte Twitter un article "tout simplement scandaleux".

"On peut critiquer Netanyahou, mais celui qui a fait cette liste a perdu tout sens des proportions", a-t-il ajouté.

Le Morgenpost, diffusé quotidiennement à Hambourg à 73.000 exemplaires, a également déconseillé à ses lecteurs de se rendre en vacances en Israël, au prétexte que l'Etat hébreu "réprime brutalement les Palestiniens en Cisjordanie occupée."

De son côté, Claudio Casula, l'auteur du blog pro-israélien Spirit of Entebbe, a affirmé au Jerusalem Post qu'"inclure le Premier ministre élu d'Israël sur la liste des sept dictateurs les plus fous est une plaisanterie", alors que l'Etat hébreu occupe la 29è place de l'index de démocratie, qui mesure le niveau de démocratie de 167 pays.

Dans ce classement, Israël se place devant des pays comme la République Tchèque, la Belgique, la Grèce, le Brésil ou encore la Pologne.

Casula, qui observe depuis plusieurs années la couverture médiatique allemande d'Israël, a souligné le fait que la liste en question ne comprenait même pas le président soudanais Omar el-Béchir, recherché pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale de La Haye.

Aucun commentaire: