lundi 29 février 2016

Canada: les étudiants de l'université McGill rejette une motion pro-BDS


Le texte avait été adoptée la semaine dernière par une importante association étudiante de l'université

Les étudiants de l'Université McGill de Montréal ont rejeté une motion en faveur du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre Israël, précédemment adoptée par une organisation étudiante de la prestigieuse institution.

Le texte qui avait été votée la semaine dernière par la Société des étudiants de l’Université McGill (SSMU) par 512 voix contre 357, avait été considérée comme une victoire pour les militants pro-BDS.

Mais son adoption définitive était suspendue au vote de l’ensemble des étudiants, qui devait se prononcer en ligne jusqu’à dimanche.

La motion a finalement été rejetée par 2.819 voix contre 2.119 (57% contre 43%), et 440 abstentions.
"Le mouvement BDS qui appelle, entre autre, les universités à couper les liens avec les universités israéliennes, va à l'encontre de la tolérance et du respect que nous chérissons et qui sont des valeurs fondamentales d’une université", a déclaré le vice-chancelier de l'Université McGill, Suzanne Fortier.

"Il propose des actions qui sont contraires aux principes de liberté académique, d’équité, d’inclusion et d’échange de vues et d'idées dans un discours ouvert et responsable", a-t-elle ajouté.

Fortier a expliqué que l’Université McGill, qui n’est pas intervenue dans le débat qui a agité le campus pendant plusieurs semaines, ne pouvait réagir sur le sujet du BDS, tant que la date limite du vote en ligne n’était pas passée, "par respect pour le processus de gouvernance des élèves".

Les militants pro-BDS de la prestigieuse université canadienne ont déjà essayé (et échoué) par trois fois au cours des 18 derniers mois, de faire adopter une motion anti-israélienne.

Après que la Société des étudiants avait adopté le texte la semaine dernière, certains étudiants pro-israéliens ont expliqué s’être confrontés à une "hostilité ouverte" et même à l'antisémitisme sur les réseaux sociaux, alors que certains anciens donateurs de McGill avaient promis d'arrêter de soutenir l’université.

Le jour même où la motion était adoptée par le syndicat étudiant, le Parlement canadien adoptait une mesure condamnant formellement le BDS par 229 voix contre 51. Le texte appelle le gouvernement canadien à "condamner toute tentative d’ organisations, de groupes ou d’individus canadiens, de promouvoir le mouvement BDS, aussi bien au Canada qu’ à l'étranger".

Laura Khoury, membre du Réseau d’action BDS McGill, qui a présenté la motion visant à amener la SSMU à se joindre à des campagnes BDS ainsi qu’à désinvestir des entreprises "qui tirent profit de violations des droits humains des Palestiniens", a déclaré que le contraste entre le Parlement et les étudiants de McGill envoyait "un message fort".

"Cela en dit long sur un gouvernement qui essaie de faire taire les étudiants et cela montre que nous ne sommes pas d’accord avec ce qu’ils font", a-t-elle affirmé dans une interview.
 i24news.tv  

Aucun commentaire: