samedi 31 octobre 2015

Rassemblement samedi 31 octobre 2015 à 14h à la place de la République à Paris

L'appel des martyrs de l'Intifada



L’Intifada se confirme, à nous de confirmer notre détermination à l’accompagner. Nos cailloux et nos armes sont nos voix ! Portons donc le plus loin possible la voix de la résistance !
Al-Aqsa continue à être profanée et souillée par les terroristes sionistes, mais moins qu’avant grâce à l’Intifada et à la mobilisation mondiale qui ne cesse de croître.

Non, l’armée nazie n’a pas fait cela !





La belle image de « l’armée la plus morale du monde » ! Quelle bravoure à peine 24 honorables juifs sionistes lourdement armés pour arrêter un seul jeune sans arme ! L’armée des lâches se fait épauler par les « moustaariboun » ces criminels terroristes juifs sionistes habillés comme des palestiniens et qui parlent le dialecte palestinien pour qu’ils puissent infiltrer les rangs de ces derniers.

L’occupant israélien accuse l’enfant Ahmed Manasra de deux tentatives de meurtre


al-Quds-occupée

Le tribunal central israélien dans la ville d’al-Quds a accusé ce vendredi, 30/10/2015, l’enfant palestinien, Ahmed Manasra (13 ans), d’avoir tenté un double homicide.

Un bébé palestinien tué par des tirs de gaz lacrymogènes israéliens

Il est mort asphyxié, vendredi, à Bethléem, après que des lanceurs de pierres palestiniens se sont réfugiés dans sa maison.


Des Palestiniens visés par des tirs de gaz lacrymogènes, le 23 octobre 2015, à
 Bethléem. (MUHESEN AMREN / NURPHOTO / AFP)


Par Francetv info avec AFP
C'est la plus jeune victime de la nouvelle vague d'affrontements en Cisjordanie occupée. Un bébé palestinien de huit mois est mort, vendredi 30 octobre, asphyxié par des gaz lacrymogènes tirés par l'armée israélienne, près du domicile de sa famille, à Bethléem.

Profil : Edward W. Saïd

Par Amelia Smith

Né Palestinien à Jérusalem le 1er novembre 1935 et décédé à New York le 25 septembre 2003, Edward Saïd a été à la fois un intellectuel renommé dans le domaine littéraire (en littérature comparée), de la critique musicale classique et des études historiques, et un militant infatigable et critique de la cause palestinienne.

Edward Wadi Said

Lors d’une conférence à l’université du Massachusetts à Amherst, en 1997, Edward W. Saïd a fait la déclaration suivante au sujet de l’islam tel qu’il est défini par l’Europe et les États-Unis : « Ce qui est décrit comme l’islam appartient au discours de l’orientalisme :

Fuite d'un soldat sioniste devant un jeune Palestinien non armé


Ramallah – CPI

Le jeune homme palestinien, Maher Faroukh a déclenché sa pleine colère en tenant ses braises et a attaqué un soldat israélien armé lequel a fui devant le jeune qui ne détient que de simples pierres à ses mains.

Des soldats israéliens percutent un jeune palestinien avec leur jeep blindée

AFP

Des soldats israéliens ont percuté intentionnellement vendredi un jeune palestinien avec leur véhicule blindé lors de heurts à un check-point à l'entrée de Ramallah en Cisjordanie occupée, ont constaté des journalistes de l'AFP.
L'incident s'est produit lors de heurts désormais quotidiens à cet endroit entre des jeunes lanceurs de pierres palestiniens et des soldats israéliens.

Des soldats israéliens disent aux Palestiniens : « Nous allons vous gazer jusqu'à la mort »

Par Megan Hanna

Le 29 octobre, les forces militaires israéliennes ont diffusé un message alarmant aux résidents du camp de réfugiés d'Aida à Bethléem, leur disant qu'à moins qu'ils arrêtent de lancer des pierres, « nous allons vous gazer jusqu'à ce que vous en mouriez ».


Le mur de séparation israélien photographié depuis le camp de
 réfugiés d'Aida à Bethléem. (Charlie Hoyle / File)


Les forces militaires israéliennes ont effectué un raid dans le camp et ont tiré des gaz lacrymogènes et des grenades aveuglantes sans distinction aux fenêtres, balcons des habitants et dans les ruelles étroites, prétendument en réponse aux jeunes Palestiniens qui jetaient des pierres sur le mur de séparation israélien qui longe le camp.

Les adolescents palestiniens marchent la tête haute pour la libération

Par Samar Jabr

La violence des actes de la résistance contre l’occupation chez les jeunes est un symptôme de la désorganisation de la société dans laquelle ils luttent pour survivre.

Cinquante années de violences coloniales ne peuvent
 qu’engendrer la violence des opprimé(e)s - Photo : Getty


La participation auto-inspirée et improvisée d’adolescents qui n’ont aucune affiliation politique est un phénomène marquant dans le soulèvement actuel.

L’armée égyptienne inonde Rafah avec de l'eau de mer


Rafah – CPI
L'armée égyptienne a inondé une nouvelle fois, hier soir, le côté palestinien de la frontière de Rafah avec de grandes quantités d'eau de mer afin de détruire les tunnels utilisés pour la contrebande de marchandises dans la bande de Gaza assiégée.

Overnight clashes in Nablus, al-Khalil

Affrontements pendant la nuit à Naplouse, Al-Khalil


NABLUS, (PIC)
Violent clashes broke out overnight in Nablus between Palestinian youths and Israeli Occupation Forces (IOF) who violently stormed the city and arrested a young man.

During the clashes, IOF intensively used live and rubber bullets, in addition to tear gas bombs.

71 Palestinians, Including 12 Children, 2 Infants And A Pregnant Woman, Killed This Month

71 Palestiniens, dont 12 enfants, 2 enfants et une femme enceinte, tué ce mois

Three Palestinians were killed Friday, including a baby who suffocated to death from tear gas in Bethlehem a day after Israeli forces tore through a Bethlehem neighborhood shouting "We will gas you all to death".

Baby who died in Bethlehem Friday (image from Xinhua news)

The Palestinian Health Ministry has reported that 921 Palestinians have been shot and injured with live Israeli army rounds, since the beginning of this month, in the West Bank and the Gaza Strip, while 855 were shot with rubber-coated steel bullets, and 208 suffered fractures and bruises after being assaulted and beaten by soldiers and fanatic settlers.

Israeli org pays for settlers desecrating Al-Aqsa Mosque

Une organisation israélienne paie des colons pour profaner la Mosquée Al-Aqsa

Pressure put on the Palestinians due to the continuous Israeli desecration of Al-Aqsa Mosque backfired in the face of the Israelis throughout the ongoing wave of protests 
Returning to the Mount’s Facebook page is full of posts calling for the Israeli 
occupation to destroy Al-Aqsa Mosque and raise a Jewish temple in its place. 

Days of Palestine, Jerusalem –Extremist Zionist organisation announced this week it would pay 2,000 shekels ($516) to settlers desecrating Al-Aqsa Mosque.

46 citizens injured in Gaza confrontations with IOF soldiers

46 citoyens blessés dans des affrontements avec les soldats des FOI à Gaza


GAZA, (PIC)
Israeli occupation forces (IOF) showered peaceful demonstrators near the borders with Gaza Strip with live and rubber-coated bullets and teargas canisters wounding 46 of them on Friday.

Video: Israeli military tells Palestinian refugee camp, ‘We will gas you until you die’

Vidéo : un militaire dit au camp de réfugiés palestinien "nous allons vous gazer jusqu'à ce que vous mourez"

A shocking video has emerged recording a loud verbal threat from the Israeli military to residents of Aida refugee camp near Bethlehem. As a military jeep rolls down an empty quiet street a threatening voice comes over the loudspeaker “You throw stones and we will hit you with gas until you die.” The words spoken seems almost unfathomable. 

Middle East Eye (MEE) reports the video was recorded on October 29 by a youth, 17-year-old Yazan Ikhlayel, on his iPhone.

IOF shoots dead Palestinian youth in Jenin

Les FOI tirent à mort sur un jeune palestinien à Jenine


Jenin, ALRAY - Israeli occupation forces Saturday morning shot dead a Palestinian minor near Jalama checkpoint to the north of Jenin, his identity is unclear.

Eight-month baby died of Israeli tear gas

Un bébé de huit mois meurt asphyxié par le gaz lacrymogène israélien 

The Two weeks ago, a 54-year old Palestinian physician died after having much amount of Israeli tear gas while he was at home in Al-Khalil

The Palestinian baby in a nearby house took the tear gas and immediately was rushed
 to the hospital, but the medical sources said that he arrived in hospital dead.

Days of Palestine, West Bank –Israeli occupation soldiers fired on Friday tear gas at Palestinian protesters, causing several causalities, including 8-month old baby.

Zahhar calls for unity to support Palestinian intifada

Zahhar appelle à l'unité pour soutenir Intifada palestinienne


GAZA, (PIC)
 Senior Hamas official Mahmoud al-Zahhar has called on all national forces to close ranks to back al-Quds intifada, reiterating his Movement's adherence to the option of resistance on every inch of the Palestinian soil.

Are Israel’s war crimes no longer good for business?

Les crimes de guerre israeliens sont-ils plus bons pour le business ?

By Michael Deas

Israeli weapons technology is “combat proven” on Palestinians struggling
 for freedom.Yotam RonenActiveStills

Israeli arms companies promote their products as “combat proven.” That choice of words suggests Israel’s ability to test weapons on Palestinians has become a selling point.

"جمعة شهداء الخليل".. 3 شهداء أحدهم رضيع و80 مصاباً / صور

Le vendredi des martyrs d’Al-Khalil..3 martyrs et 80 blessés dont 1 bébé.


رام الله - المركز الفلسطيني للإعلام

استشهد ثلاثة مواطنين، بينهم طفل رضيع، وأصيب العشرات بجروح في مواجهات عنيفة، اليوم الجمعة (30-10)، مع قوات الاحتلال الصهيوني في معظم مدن ومخيمات الضفة والقدس المحتلتين وشرقي قطاع غزة.وأعلنت وزارة الصحة، استشهاد شاب وإصابة آخر بجروح حرجة،

"الجهاد" تدعو لمواجهات مع الاحتلال عقب تشييع جثامين الشهداء

Le Jihad Islamique, appelle à des confrontations avec l’occupation après les funérailles des martyrs.


فلسطين اليوم - غزة

دعت حركة الجهاد الإسلامي في فلسطين، اليوم السبت، جماهير شعبنا إلى أوسع مشاركة في مواكب تشييع جثامين الشهداء الأطفال من محافظة الخليل جنوب الضفة الغربية، الذين أعدمهم جيش الاحتلال الإسرائيلي بدمٍ بارد في الأسابيع الماضية.

"منتخب إسرائيل للجودو" يشارك في بطولة دبي

L’équipe d’ « israel » de judo participe au championnat de Dubaï.
Pas loin de la Palestine : d’autres jeunes se prétendant arabes et musulmans mais élevés aux hormones de la corruption, de l’illégitimité et de la lâcheté font amis-amis avec les lâches criminels juifs sionistes.


كشف المحلل الفلسطيني صالح النعامي عن مشاركة "منتخب اسرائيل للجودو" في بطولة دبي واصفا ذلك بأنه تطبيع بلا حدود.

5 فيديوهات تخشاها اسرائيل ولا تريد للعالم أن يشاهدها

5 vidéos qu'« israel » craint et ne souhaite pas que le Monde puisse les voir.
Ces vidéos montrent le vrai visage de ce cancer qu’ils appellent « israel » et la nature réelle de ces juifs sionistes dont la barbarie n’a d’égale que leur lâcheté sans équivalent dans l’histoire humaine.

عتداء المستعربين على متظاهر قرب مستوطنة بيت إيل

رام الله - "القدس" دوت كوم - تسعى قوات الاحتلال جاهدة لتصوير العنف الذي تستهدف به الفلسطينيين على أنه يندرج في إطار الدفاع عن النفس ومحاربة الإرهاب، لكن الأحداث والوقائع الجارية على الارض تثبت أن الهدف الأساسي هو حماية المستوطنات ومن يسكنون فيها، وتعزيز الحكم العسكري الذي تسيطر من خلاله على حياة الفلسطينيين وارضهم.

الصحة: 71 شهيد منذ بداية أكتوبر

71 martyrs depuis début octobre


غزة - صوت الأقصى

استشهد 71 مواطناً منذ بداية شهر تشرين الأول – أكتوبر الجاري، فيما أصيب أكثر من 2130 مواطنًا بالرصاص الحي و'المطاطي' والحروق والكسور نتيجة اعتداءات قوات الاحتلال بالضفة الغربية وقطاع غزة.

أبو مرزوق: دعوا شعبنا ينتصر

Abou Marzouq : Laissez notre peuple emporter la Victoire !



الدوحة- المركز الفلسطيني للإعلام

قال عضو المكتب السياسي لحركة المقاومة الإسلامية (حماس) موسى أبو مرزوق، إن حركته لا تريد الدخول في سجالات مع أي طرف عربي، وذلك تعقيبًا على الاتفاق الأردني الأمريكي لتهدئة الأوضاع بالقدس المحتلة.

vendredi 30 octobre 2015

Rassemblement samedi 31 octobre 2015 à 14h à la place de la République à Paris

L'appel des martyrs de l'Intifada



L’Intifada se confirme, à nous de confirmer notre détermination à l’accompagner. Nos cailloux et nos armes sont nos voix ! Portons donc le plus loin possible la voix de la résistance !
Al-Aqsa continue à être profanée et souillée par les terroristes sionistes, mais moins qu’avant grâce à l’Intifada et à la mobilisation mondiale qui ne cesse de croître.

Netanyahu envisagerait la création d’un ‘tribunal spécial de la terreur’

La ministre de la Justice s’oppose à l’idée, mais déclare que le système judiciaire n’est pas à l’abri de la critique
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la réunion hebdomadaire du gouvernement
à Jérusalem, le 25 octobre 2015 (Crédit photo : Alex Kolomoisky / Pool)


Le premier ministre Benjamin Netanyahu envisagerait la création d’un tribunal spécial pour les questions de sécurité, et en aurait parlé il y a quelques jours à des députés lors d’une séance de la Commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense.

Netanyahou rencontre le géant italien Eni sur le développement du gaz



La région pourrait fournir une contribution importante à la sécurité énergétique européenne (Eni)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a rencontré jeudi à Jérusalem le président-directeur général de la société nationale italienne des hydrocarbures (Eni), Claudio Descalzi.

A l'approche de Tel Aviv, le pilote annonce "bienvenue en Palestine" !

Dans un premier temps, Iberia a présenté des excuses, mais après vérification, la compagnie
 a évoqué une «erreur de traduction» de la part des passagers. Photo Iberia


Des passagers israéliens qui volaient à bord d’un avion d’Iberia ont accusé le pilote d’avoir dit à l’approche de Tel-Aviv «Bienvenue en Palestine» mais la compagnie espagnole dément, évoquant une «erreur de traduction».

Israël légalise des centaines de logements dans des colonies de Cisjordanie

Le gouvernement israélien a légalisé rétroactivement près de 800 logements dans quatre colonies de Cisjordanie occupée, selon le ministère de l'Intérieur. Les habitations se trouvent dans les colonies de Yakir (377 logements), Itamar (187) et Shiloh (94), dans le nord de la Cisjordanie, et de Sansana (97) dans le sud du territoire palestinien, selon des informations publiées sur le site du ministère de l'Intérieur israélien.

Partenariat entre le ministère du tourisme israélien et Groupon

Groupon USA a vendu un miller de séjours de huit jours de vacances en Israël à des prix cassés



La ministère du Tourisme a lancé, la semaine dernière, une coopération unique avec la compagnie de vente en ligne Groupon USA.

Le conflit israélo-palestinien se joue au coeur de Hébron

Des Palestiniens armés de fronde à Hébron 
le 29 octobre 2015 (c) Afp


Hébron (Territoires palestiniens) (AFP) - Au moins sept jeunes Palestiniens, accusés d'avoir attaqué des soldats et un colon, ont été tués par des tirs israéliens ces derniers jours près du tombeau des Patriarches à Hébron, un lieu emblématique du conflit, national et religieux, qui oppose Israéliens et Palestiniens.

Des femmes de Jérusalem demandent protection contre la violence israélienne

« Nous, femmes de Jérusalem-Est occupée, sommes des orphelines politiques, (..) Nous sommes des victimes privées de protection, car l’Autorité Palestinienne n’a pas le droit de nous protéger dans notre ville, et l’état israélien nous traite comme des terroristes."


Une Palestinienne avec un enfant franchit un barrage militaire israélien à Issawiyeh,
un quartier de Jérusalem, le 15 octobre 2015 - Photo : ActiveStills/Oren Ziv

Les Palestiniennes à Jérusalem sont constamment en butte à des attaques de la part des forces de l’état israélien et de membres de milices, a déclaré samedi une coalition de groupes de femmes.

Haniyeh: L'Intifada a déjoué les complots israéliens contre la Mosquée al-Aqsa


Gaza – CPI

Le chef adjoint du bureau politique du Hamas Ismail Haniyeh a déclaré que "L’intifada d’Al-Quds (soulèvement) a donné des résultats positifs en termes de son succès dans la frustration des plans d'Israël contre la Mosquée Al-Aqsa."

Argentine : La DAIA (Délégation des Associations Israélites Argentines) lance une poursuite pénale contre le Directeur de « Resumen Latinoamericano » à cause de sa solidarité avec le peuple palestinien


Carlos Aznarez

Je dois écrire cette fois-ci à la première personne car, en tant que directeur depuis 22 ans de la plate-forme de communication « Resumen Latinoamericano » (journal, radio et TV) je me vois regrettablement impliqué dans une action contre le droit d’opinion, d’information et d’expression, un droit qui est explicitement protégé par la Constitution Nationale.

Cocktails Molotov jetés sur un site sioniste à Hébron


Hébron – CPI

Des jeunes palestiniens ont ciblé, hier soir, un site militaire de l'occupation sioniste à Hébron dans le sud de La Cisjordanie occupée.

Intifada al-Quds en Palestine : Poursuivre le chemin de la libération


N°1 – Octobre 2015

Par Baladi

« Par la permission d’Allah, nous retournerons à Yafa, Haïfa, Akka, Safad… » (martyr Diya’ Talahme, assassiné fin septembre 2015, dans la ville d’al-Khalil, lors d’une manifestation en solidarité avec les murabitun et murabitat dans al-Aqsa).

L’occupation intensifie ses restrictions à Hébron


Hébron – CPI

Le Commandant militaire de l'armée d'occupation sioniste à Hébron a décidé, aujourd’hui, d’intensifier les restrictions imposées dans la ville, affirmant le renforcement des mesures de protection pour les colons.

Ex-CIA Ray McGovern: Seeing Syrian Crisis Through Russian Eyes

Ex-CIA Ray McGovern: Voir la crise syrienne à travers les yeux des russes.


While there is a glimmer of hope that international negotiations may finally find a way to resolve the Syrian war, there is also growing pressure on President Obama to escalate U.S. military involvement even if that risks a wider war with Russia, a danger that ex-CIA analyst Ray McGovern assesses.

Egyptian army floods Rafah in Gaza with more seawater

Armée égyptienne inonde de Rafah à Gaza avec plus de d'eau de mer.

RAFAH, (PIC)--

The Egyptian army on Thursday evening embarked once again on flooding the Palestinian side of the Rafah border area with large amounts of seawater in order to destroy tunnels used for smuggling goods into the besieged Gaza Strip.

VIDEO: Soldiers Invade 'Aida Refugee, Use Loud Speakers Threatening “To Kill Everybody”

VIDEO: Les soldats envahissent le camp de réfugiés d'Aida, ils s’adressent par haut-parleurs aux résidants du camp et les menaçant de "tuer tout le monde".



Israeli soldiers invaded, on Thursday at night, the ‘Aida refugee camp, in the West Bank city of Bethlehem, and clashed with local youths, before one of the soldiers used the loud speakers of his vehicle to threaten the residents in Arabic, telling them "we will gas you all, until you die".

MSNBC, Martin Fletcher Disavow Image of Palestine Being Wiped Off the Map

MSNBC, Martin Fletcher désavoue la mainmise du lobby pro-« israélien » sur les médias et qui ne montre pas la réalité d’une Palestine qui petit à petit finira par être rayé de la carte.



The Israel lobby may pervade U.S. news media and dominate what it may say, but the real facts about Palestine are increasingly leaking out to Americans. And that is what most scares those who wish Israeli power over Palestinians, which is only possible through U.S. support, to continue.

Protesters hurl stones at fanatic Israeli pro-occupation rabbi

Les manifestants lancent des pierres sur fanatique pro-occupation "israélienne" rabbin

OCCUPIED JERUSALEM, (PIC)-- 

 Palestinian anti-occupation activists hurled stones at the extremist and racist Israeli rabbi Yehuda Glick as he was driving on al-Issawiya road in Occupied Jerusalem in protest at his ongoing incitement against Islamic sacred places of worship and the peaceful Muslim congregations.

Video: Israeli Military Attacks Against Al-Makassed Hospital Continue; Gas Bombs Fired

Vidéo: attaques militaires « israéliennes » contre l’hôpital Al-Makassed, les soldats tiré des bombes de gaz à l'intérieur de terrain de l'hôpital.
Still Image From Roya TV Report

The Jerusalem Legal Aid Center has reported, Thursday, that Israeli soldiers continued their invasions and violations, targeting the Al-Makassed Islamic Charitable Society Hospital, in the occupied city, and said the soldiers even fired gas bombs inside hospital grounds. The Thursday invasion is the third consecutive attack.

Three new checkpoints lock down an East Jerusalem neighborhood

Trois nouveaux points de contrôle verrouillent un quartier de Jérusalem-Est



A bronze statue cracked in two with an olive tree growing in the center stands beyond the entrance of the Jabel Mukaber neighborhood in East Jerusalem. The “Tolerance Monument” includes an engraving: In solidarity and tolerance—in English, Hebrew and Arabic.

IOF wages wide arrest campaign to West Bank cities

Les forces d'occupation sionistes ont mené une large campagne d’arrestations dans différentes villes de la Cisjordanie visant même les collégiens.


West Bank, ALRAY -

Israeli occupation forces(IOF) waged a wide arresting campaign in different cities of the West Bank , one college students reported among them.

Belgians push for boycotting Israel over violence against Palestinians

Des organisations belges demandent l’arrête de vente d’armes à « israel » ainsi que la suspension du traité de partenariat de l’Europe avec « Tel-Aviv »


BRUSSELS, (PIC)--

Belgian organizations called for banning arms deals and cancelling the EU-Israel partnership agreement due to Israel’s continuing violations of Palestinians’ human rights.

منظمات بلجيكية تدعو لحظر السلاح عن "إسرائيل"

Des organisations belges demandent l’arrêt de vente d’armes à « israel » ainsi que la suspension du traité de partenariat de l’Europe avec « Tel-Aviv »


بروكسل - المركز الفلسطيني للإعلام

طالبت منظمات التنمية والتضامن البلجيكية بفرض حظر بيع الأسلحة لـ"إسرائيل" وتعليق اتفاقية الشراكة بين الاتحاد الأوروبي و"تل أبيب"، طبقا للمادة الثانية في الاتفاقية والتي تقضي بتعليقها في حال حدوث انتهاكات لحقوق الإنسان.

"إسرائيل" تبدأ بتطبيق مخططاتها لتقسيم المسجد الأقصى

« israel » à exécuter ses plans de partage de la mosquée Al-Aqsa.

فلسطين اليوم - الأناضول

يشهد المسجد الأقصى منذ عدة أسابيع، حملة انتهاكات وتجاوزات "إسرائيلية"، تذكر بالأسلوب الذي اتبعته السلطات "الإسرائيلية" مع الحرم الإبراهيمي في مدينة الخليل، حتى نجحت في تقسيمه بين المسلمين واليهود.

إصابة المتطرف الإسرائيلي " ايهود غيلك" بالحجارة

L’extrémiste « israélien » Ehud Glick a été touché par les jets de pierres.



أصيب المتطرف الإسرائيلي " ايهود غيلك"، بعد ألقى فلسطينيون الحجارة صوب سيارته، بالعيساوية بالقدس المحتلة.

قلق إسرائيلي من اجتماع "حماس" و "فتح" في بيروت

Inquiétude « israélienne » de la rencontre de Hamas et du Fatah à Beyrouth.


أبدت "إسرائيل" تخوفاً من اجتماعِ حركتي "حماس" و"فتح" في مدينة بيروت بلبنان، والتي خرجت بقرار دعم الانتفاضة، وضمان استمرارها ضد الاحتلال الإسرائيلي.

الحريديم لمنفذي العمليات: نحن لا ندخل الأقصى

Les juifs "ultra-orthodoxe" d’Al-Qods ont exhorté les auteurs des opérations d’arrêter de les tuer en justifiant leur demande par le fait qu’ils ne rentrent pas aux esplanades d’Al-Aqsa.


وكالات - صوت الأقصى

ناشد اليهود المتدينون بالقدس المحتلة والمعروفون باسم "الحريديم" منفذي العمليات الفلسطينية إلى التوقف عن قتلهم، معلليين مناشدتهم بعدم دخولهم لساحات المسجد الأقصى.

إطلاق نار على مستوطنة "عوفرا" برام الله

Des coups de feu ont été tirés sur une colonie en Cisjordanie.


رام الله – المركز الفلسطيني للإعلام

أطلق مقاومون النار مساء الخميس (29-10) تجاه مستوطنة "عوفرا"، المقامة على أراضي المواطنين، في بلدة سلواد، شرق رام الله، وسط الضفة الغربية المحتلة.

jeudi 29 octobre 2015

Le «verrou» du vote FN cède chez les électeurs juifs, pas encore chez les musulmans



Que nous enseigne ces phénomènes, notable depuis 2012, sur la nature du parti frontiste? La réponse avec un extrait de l'ouvrage collectif «Les Faux-semblants du Front national».

Les Faux-semblants du Front national: sous ce titre paraît en ce mois d'octobre, aux Presses de Sciences Po, un volumineux ouvrage (plus de 600 pages) résumant l'état des savoirs sur un parti qui, de diabolisé et marginalisé, ambitionne désormais de se placer au centre du jeu politique et d'accéder au pouvoir, notamment à l'occasion des élections régionales des 6 et 13 décembre.Ce livre codirigé par Sylvain Crépon, Alexandre Dézé et Nonna Mayer contient notamment plusieurs textes signés de contributeurs de Slate: Jean-Yves Camussur le FN et la «Nouvelle Droite», Nicolas Lebourg sur le FN et la galaxie des extrêmes droites radicales ou le renouvellement du militantisme frontiste, Gaël Brustier et Fabien Escalona sur la gauche et la droite face au FN ou encore Joël Gombin sur la géographie électorale du parti. Nous publions ci-dessous, avec son aimable autorisation et celle des coordinateurs de l'ouvrage, le texte de Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d'entreprise de l'Ifop, sur l'attitude des électeurs juifs et musulmans face au vote FN. J.-M.P.

La victoire du FN au second tour des municipales de mars 2014 dans le 7e secteur de Marseille, regroupant une partie des fameux quartiers nord, a fait dire à nombre de commentateurs que le parti frontiste avait opéré une percée dans l’électorat des cités issu de l’immigration maghrébine; sous l’effet conjugué de l’insécurité, des trafics, des difficultés sociales et de la «dédiabolisation» à l’œuvre depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti, les cités voteraient désormais FN... Quelques mois plus tard, en juillet 2014, sur fond de tensions ravivées par le conflit à Gaza et les violences aux abords des synagogues à Paris et à Sarcelles, Marine Le Pen déclarait que, si la Ligue de défense juive existe, c’est «parce qu’un grand nombre de juifs se sentent menacés»,ces propos venant rappeler que la présidente du FN a opté depuis 2012 pour une stratégie de séduction et de rapprochement en direction de l’électorat juif.

Lors de la campagne présidentielle, elle a pris en effet plusieurs fois position contre ce qu’elle appelle l’«antisémitisme islamique», présentant le FN comme un rempart destiné à protéger cette population des agressions et des tensions communautaires auxquelles elle est exposée dans certains quartiers. Différents articles de presse indiquent à l’époque que, «selon des évaluations internes à la communauté juive»,Marine Le Pen aurait obtenu 7 à 8% des voix dans l’électorat juif.

Les enjeux symboliques, politiques mais aussi scientifiques soulevés par ces sujets sont considérables. On pourrait voir en effet dans les bons scores du FN auprès de l’électorat issu de l’immigration maghrébine, qui constitue la majorité de l’électorat musulman, mais aussi de l’électorat de confession juive, un indicateur (parmi d’autres) de la réussite de sa stratégie de dédiabolisation. Il convient donc de se pencher de manière rigoureuse sur cette question. [Cliquer ici pour lire la note méthodologique]

Un verrou qui a partiellement sauté

Les données d’enquêtes cumulées de l’Ifop sur le vote de l’électorat de confession juive à l’élection présidentielle de 2002 montrent que ce vote hétérogène est en phase avec celui de l’ensemble du corps électoral, avec un rapport de force gauche-droite très proche de la moyenne nationale. La diversité du vote juif était encore observable lors de la présidentielle de 2007, mais l’ensemble des candidats de gauche recueillirent auprès de cette population un score moins important que dans l’ensemble du corps électoral, quand la droite, elle, «surperformait».

Ce tropisme droitier semble avoir été en gestation depuis longtemps puisque, après avoir majoritairement voté à gauche en 1981 et 1988, cet électorat bascula majoritairement à droite en 1995 au second tour, comme une bonne partie du corps électoral français. En relation avec le déclenchement de la seconde intifada en 2000, et les tensions communautaires en ayant résulté en France, ce déplacement vers la droite du centre de gravité idéologique de l’électorat de confession juive allait s’accélérer à l’occasion de l’élection présidentielle de 2002, dont la campagne se déroula dans un climat particulier. En effet, à quelques jours du premier tour, le 7 avril 2002, une grande manifestation avait réuni à Paris près de 100.000 personnes derrière le slogan «Contre les actes antisémites et pour la sécurité d’Israël». Jacques Chirac, alors président de la République, avait déclaré, le 26 janvier 2002: «Il n’y a pas de poussée d’antisémitisme en France».

Le déplacement vers la droite du centre de gravité idéologique de l’électorat de confession juive s'est accéléré lors de la présidentielle 2002

Alain Madelin adopta à cette époque un positionnement radicalement différent, très en pointe dans la défense d’Israël et de la communauté juive de France. Le leader de Démocratie libérale prit notamment part à la manifestation du 7 avril et obtint au premier tour 21,5% auprès de cet électorat (soit 17,5 points de plus que dans la moyenne du corps électoral), quand Jacques Chirac n’en obtenait «que» 14,5% (un score inférieur de 5,5 points par rapport à la moyenne nationale). À titre d’exemple, dans les cinq bureaux de la commune de Sarcelles composant ce que l’on appelle la «petite Jérusalem», qui constitue le quartier où vit une importante communauté juive, Alain Madelin a obtenu des scores oscillant entre 30 et 44%, alors que Jacques Chirac n’a recueilli qu’entre 8% et 17% des voix.

Bien que restant divers, le vote juif devenait un vote sur enjeu, avec une prime nette pour le candidat de droite donnant des gages en matière de soutien à l’état d’Israël, mais aussi de lutte contre l’insécurité (générée notamment par des personnes issues de l’immigration maghrébine). On retrouvera le même phénomène, de manière encore amplifiée, en 2007, quand Nicolas Sarkozy reprit ce positionnement et obtint dès le premier tour près de 46% des voix des électeurs se déclarant de confession juive (la moyenne nationale étant de 31%).

Mais ce mouvement de droitisation d’une partie de l’électorat juif ne s’est traduit ni en 2002 ni en 2007 par un score significatif en faveur de l’extrême droite. D’après les données cumulées de l’Ifop, le total des voix recueillies par Bruno Mégret et Jean-Marie Le Pen y atteignit seulement 6% en 2002 (contre 19,2% au plan national) et Jean-Marie Le Pen n’obtint que 4% en 2007, soit 6,5 points de moins que dans l’ensemble de la population. Le score relativement marginal de l’extrême droite restait donc une constante au sein de cet électorat qui, bien qu’en voie de droitisation, demeurait imperméable au discours du FN.


Il semble que le paysage ait évolué. D’après les données d’enquêtes cumulées, si en 2012 Nicolas Sarkozy a maintenu un lien privilégié avec l’électorat juif en ralliant 45% de ses voix dès le premier tour, cette domination de l’UMP s’est accompagnée d’une progression sensible du FN, puisque le score de Marine Le Pen y a atteint 13,5 %. Ce niveau est certes toujours significativement inférieur à la moyenne nationale (17,9%), mais le vote frontiste n’est désormais plus résiduel parmi l’électorat de confession juive, alors même que Nicolas Sarkozy a capté près d’un électeur juif sur deux en tenant une ligne très droitière et sécuritaire.

La progression inédite du vote frontiste auprès de cet électorat s’explique sans doute par trois facteurs. Tout d’abord, l’effet conjugué d’un climat d’insécurité lancinant, consécutif à la montée de l’islamisme radical (affaire Merah, mars 2012) et aux tensions intercommunautaires, a pesé sur le quotidien de cette population. Ensuite, la stratégie de dédiabolisation conduite par Marine Le Pen a permis de faire sauter des verrous jusqu’à présent très solides. Enfin, dans l’électorat juif comme dans l’ensemble du corps électoral, la frange la plus droitière a été déçue par Nicolas Sarkozy, qui n’a pas tenu toutes ses promesses, en matière de lutte contre l’insécurité notamment. Affaire Merah, agressions, incivilités ou provocations dont sont victimes des personnes de confession juive suscitent une crainte palpable au sein de cette communauté, où se développe le sentiment que l’état républicain, en dépit des discours officiels, n’assurerait plus efficacement la protection des citoyens juifs.

Ce climat s’est notamment traduit en Île-de-France par un regroupement accru de familles juives dans certains quartiers et par une hausse sensible de la scolarisation dans des établissements confessionnels. Par ailleurs, d’après les chiffres diffusés par l’Agence juive, jamais les départs vers Israël (aliyah) n’ont été aussi nombreux que ces dernières années, la montée d’un climat antisémite en France étant invoqué au premier rang des motivations du départ, devant les considérations économiques ou les ressorts religieux et identitaires.
Stratégie de Marine Le Pen

Parallèlement à ces évolutions propres à la communauté juive, les choses ont également bougé au FN. L’une des priorités de Marine Le Pen, dès son accession à la tête du parti, a été de rompre de manière nette avec les ambiguïtés de son père sur l’antisémitisme. En février 2011, elle déclarait ainsi au Point: «Tout le monde sait ce qui s’est passé dans les camps et dans quelles conditions. Ce qui s’y est passé est le summum de la barbarie. Et, croyez-moi, cette barbarie, je l’ai bien en mémoire.» Cette ligne a été martelée avec constance à de nombreuses occasions. Marine Le Pen a compris que la normalisation de l’image du parti passait par un positionnement irréprochable sur la question (ce qui ne suffit pas, cependant, à en faire un parti normalisé). En juin 2014, elle déclarait dans Valeurs actuelles: «Il existe –pourquoi le nier?– une suspicion d’antisémitisme qui pèse sur le Front national et que je conteste avec la plus grande force»; et estimait que son père «aurait dû constater qu’il n’avait pas anticipé que ses propos sur “la fournée” évoquée à propos de l’artiste Patrick Bruel, de confession juive, prêteraient le flanc à une énième attaque contre le FN, et arrêter là cette polémique».

Derrière la volonté de changer l’image du parti auprès de tous les Français, de lui ôter un côté sulfureux régulièrement entretenu par son fondateur, le but de ses propos était également de conquérir une part de l’électorat juif, resté jusqu’à présent sourd aux arguments du FN. Dans la même interview, elle déclarait ainsi:


«Je ne cesse de le répéter aux Français juifs, qui sont de plus en plus nombreux à se tourner vers nous: non seulement le Front national n’est pas votre ennemi, mais il est sans doute dans l’avenir le meilleur bouclier pour vous protéger, il se trouve à vos côtés pour la défense de nos libertés de pensée ou de culte face au seul vrai ennemi, le fondamentalisme islamiste.»

La combinaison de ce nouveau positionnement en rupture très nette avec les dérapages de Jean-Marie Le Pen, de la montée du sentiment d’insécurité et de la «menace islamiste» dans une partie de cet électorat a donc rendu le vote FN possible. Marine Le Pen a ainsi obtenu 13,5% parmi les personnes se déclarant de confession juive au premier tour de la présidentielle de 2012. Un verrou a donc partiellement sauté, et le FN espère accroître encore son score au sein de cet électorat.

C’est dans cette optique que, au lendemain des attaques de synagogues et de commerces juifs à Sarcelles et à Paris en marge des manifestations propalestiniennes de juillet 2014, Marine Le Pen a présenté le FN comme un bouclier protecteur et a défendu la Ligue de défense juive. Cette prise de position, qui en a surpris plus d’un, participe de sa stratégie d’implantation dans cet électorat. Stratégie qui, si elle était couronnée de succès, offrirait une nouvelle victoire symbolique à Marine Le Pen: quel meilleur gage de «normalisation» qu’un score élevé (ou conforme à la moyenne nationale) du FN dans l’électorat de confession juive? Pour autant, il n’est pas dit que la progression enregistrée dans le contexte particulier de l’élection présidentielle s’amplifie. En effet, si nous ne disposons pas à ce jour de données actualisées sur l’évolution du vote juif depuis 2012 au plan national, les résultats électoraux des bureaux de vote sarcellois de la «petite Jérusalem» n’ont pas traduit de percée supplémentaire du FN ni aux européennes de 2014 ni aux départementales de 2015.
L’électorat musulman demeure très réfractaire au vote frontiste

La conquête par Stéphane Ravier du 7e secteur de Marseille lors des municipales de 2014 a constitué un autre succès à haute portée symbolique pour le FN. Non seulement il parvenait à arracher une victoire dans la cité phocéenne, ville ciblée de longue date par le parti, mais cette victoire survenait de surcroît dans les 13e et 14earrondissements, qui recouvrent une partie des quartiers nord. De fait, lors de son intronisation en tant que maire, Stéphane Ravier déclarait «Je suis le maire de tous les habitants, des noyaux villageois comme des cités», cette déclaration faisant écho à différents articles de presse révélant qu’une partie de l’électorat des cités avaient voté pour le FN.

Avant d’analyser le cas marseillais, il convient de revenir sur les résultats des deux dernières élections présidentielles. Si les enquêtes d’opinion ne contiennent quasiment jamais d’information sur les «personnes issues de l’immigration maghrébine ou africaine», le critère de la religion, posé à très grande échelle, nous a permis, via un cumul d’enquêtes, de disposer de résultats sur le vote des musulmans déclarés. Cette catégorie est certes distincte de celle «des personnes issues de l’immigration maghrébine ou africaine», mais elle rend possible de recueillir des éléments chiffrés sur une population qui recoupe en partie la précédente −d’aprèsl’enquête de Sylvain Brouard et Vincent Tiberj, 60% des personnes ayant une ascendance maghrébine se déclarent musulmanes.


Alors que l’électorat juif se caractérise en 2007 et 2012 par un tropisme droitier (et plus particulièrement sarkozyste) très marqué, l’électorat musulman a massivement voté à gauche, ces données confirmant les travaux de Patrick Simon et Vincent Tiberj. Mais une autre différence de taille apparaît entre les deux électorats à la lecture de ces résultats. Alors que juifs et musulmans avaient très majoritairement rejeté Jean-Marie Le Pen en 2007 (4% de vote pour lui parmi les juifs et 1% parmi les musulmans), la progression enregistrée par sa fille dans l’électorat juif en 2012 ne s’est pas retrouvée dans l’électorat de confession musulmane (4% de vote en sa faveur contre 13,5% parmi les juifs).

La digue est donc demeurée très étanche dans cette partie de l’électorat jusqu’à l’élection présidentielle de 2012. Mais cet électorat est également confronté à des difficultés sociales et à des problèmes d’insécurité, soit autant de facteurs stimulant le vote FN. Certains faits divers ont pu faire naître des tensions, comme par exemple celles entre des musulmans et des Roms, si bien que d’aucuns ont avancé, lors des élections municipales, l’hypothèse d’un vote FN significatif dans l’électorat maghrébin dans les quartiers nord de Marseille. De plus, dans ces quartiers, la multiplication des règlements de comptes liés au trafic de drogue contribue à créer un climat d’insécurité très pesant.
Fracture au sein de la population ouvrière

Pour valider ou infirmer cette hypothèse, nous nous sommes appuyés sur une analyse croisant, par bureau de vote, les résultats électoraux et la proportion de prénoms musulmans figurant sur les listes électorales.


Cette analyse menée à l’échelle du 7e secteur de Marseille montre que c’est d’abord, et très majoritairement, l’électorat non issu de l’immigration qui a voté Stéphane Ravier au second tour des municipales, alors que les bureaux à plus forte proportion de prénoms musulmans sont restés massivement fidèles à la gauche. Ainsi, les 8 bureaux comptant plus de 50% de prénoms musulmans sur les listes électorales ont sans exception placé la liste de gauche en tête, comme 8 des 9 bureaux en comptant entre 35 et 50%. Inversement, le FN s’est imposé dans 28 des 32 bureaux «potentiellement les moins musulmans» du secteur et dans 13 des 19 bureaux présentant 11 à 20 % de prénoms musulmans. De la même façon, l’analyse du score de chacune de ces trois listes en fonction de la proportion de prénoms musulmans dans les 77 bureaux de vote que compte le 7e secteur indique une corrélation très positive entre cette variable et le vote pour la liste Menucci, et à l’inverse une relation très négative avec le vote Ravier.

Au vu de ces chiffres, on ne peut évidemment pas exclure que des personnes d’origine musulmane aient voté pour le FN au second tour des municipales. Mais on voit que, d’une part, cela n’a pas pu être fréquent et que, d’autre part, le vote frontiste émane d’abord et principalement dans les quartiers nord de la population non issue de l’immigration.

Même si ce «clivage ethnique» renvoie aussi à un clivage sociologique dans cette partie de Marseille, les quartiers à plus forte concentration de prénoms musulmans étant plus pauvres que les bureaux de vote à faible présence immigrée, ces quartiers «blancs» du nord de Marseille abritent majoritairement une population de classes moyennes et populaires. On retrouve ici la fracture, pointée notamment par Florent Gougou, entre des ouvriers et employés «blancs», votant très fortement FN, et leurs homologues issus de l’immigration, encore extrêmement réfractaires et acquis massivement à la gauche. À partir de notre cumul d’enquêtes menées à l’occasion de la dernière élection présidentielle, la comparaison des comportements électoraux à catégorie socioprofessionnelle identique (sur la base des ouvriers et des employés) permet en effet de constater que les musulmans votent nettement plus à gauche que la moyenne des personnes du même milieu.

Parmi les ouvriers et les employés, la prime pour la gauche est même encore un peu plus marquée que sur l’ensemble de la population. Elle profite surtout à François Hollande, et dans une moindre mesure à Jean-Luc Mélenchon. Dans les milieux populaires, le fait d’être ou non musulman influe profondément sur le vote. Ainsi, si François Hollande domine sans partage l’électorat populaire de confession musulmane avec 63% des voix au premier tour, il est devancé de deux points par Marine Le Pen (29% contre 27%) sur l’ensemble des ouvriers et employés. Inversement, la candidate du FN qui, d’une manière générale, a obtenu ses meilleurs scores dans l’électorat populaire, n’a rallié que 5% des voix des ouvriers et employés se déclarant musulmans (contre 63% pour François Hollande). Aussi la plus grande prudence est-elle de mise lorsque l’on évoque le vote des «quartiers populaires», réservoirs de voix pour la gauche pour certains, en voie de droitisation pour les autres. La variable religieuse, combinée avec la composition ethnique de la population locale, introduit une ligne de clivage très marquée au sein même des milieux populaires.

Si les électeurs d’origine maghrébine votent très peu pour le FN, il semble en revanche que leur présence dope les scores du FN dans les bureaux de vote à Marseille comme à Mulhouse. À la présidentielle, le vote Le Pen augmente ainsi avec la proportion de prénoms musulmans dans le bureau de vote, jusqu’à un certain niveau à partir duquel il se met à décliner très vite. Les trajectoires ne sont pas similaires dans les deux villes du fait du poids des contextes locaux, mais le processus est le même, donnant une forme incurvée ou courbe en cloche.


Trois enseignements

Ces résultats, assez spectaculaires, nous permettent de tirer trois enseignements. Premièrement, en dépit du tournant «social-étatiste» imprimé par Marine Le Pen et de la montée en puissance, dans le discours frontiste, de thématiques comme la sortie de l’euro ou la défense du modèle social français, la question de l’immigrationreste toujours au cœur des motivations des électeurs frontistes. Plus spécifiquement, le rejet de la population maghrébine demeure déterminant dans la structuration de cet électorat. C’est même le ciment qui permet à ses différentes composantes sociales, aux intérêts parfois divergents, de tenir ensemble. Le rejet ou la peur de l’islamisme constitue également, on l’a vu, le principal ressort du basculement d’une partie de l’électorat juif vers le vote FN.

Dans ce contexte, et c’est là le deuxième enseignement de ces résultats, on comprend pourquoi, contrairement à ce qui s’est partiellement produit dans l’électorat juif, le verrou n’a pas cédé dans l’électorat français musulman. Le clivage ethnique est décisif dans ce vote. Si ceux qui votent pour le FN continuent de se déterminer d’abord sur le critère de l’immigration et de la présence arabo-musulmane sur notre territoire, c’est bien que le message émis par ce parti est en phase avec cette crainte et cette opposition. La population issue de l’immigration arabo-musulmane demeurant la cible et la cause, de manière plus ou moins explicite, dans le discours frontiste, des maux et des difficultés du pays, il est logique qu’elle continue en retour de manière très majoritaire à rejeter le FN. Cette polarisation autour du clivage ethnique se matérialise par la trajectoire en cloche observée précédemment. L’accroissement de la présence arabo-musulmane a pour effet «mécanique» de faire gonfler le vote frontiste, tant cette présence nourrit un sentiment antimaghrébin dans la population non issue de l’immigration vivant dans le quartier. Mais quand la proportion de l’électorat portant un prénom musulman atteint un certain niveau dans un bureau de vote, le vote FN décroche, du fait du poids de cette population très réfractaire à ce parti dans les résultats globaux du bureau de vote.

Le troisième enseignement à tirer de ces données est que si ces mécanismes se retrouvent dans différentes communes, les contextes locaux jouent également. Ainsi, pour une même élection, en l’occurrence l’élection présidentielle de 2012, on constate qu’à taux de prénoms musulmans identiques (jusqu’à 20%), les bureaux de vote marseillais votaient beaucoup plus Le Pen que ceux de Mulhouse. Tout se passe comme si, dans ces bureaux à présence «potentiellement musulmane» faible ou moyenne, l’hostilité à la population d’origine immigrée était nettement plus prégnante dans la cité phocéenne qu’à Mulhouse, la proximité avec cette population générant selon les contextes urbain, historique, sécuritaire et socio-économique un niveau de vote FN sensiblement différent.
Le poids des fondamentaux

Combien de Mohamed Merah dans les bateaux,
les avions,
qui chaque jour arrivent en France remplis d’immigrés?

Marine Le Pen à Nantes, le 25 mars 2012

Marine Le Pen a certes élargi le spectre des thématiques traditionnelles du FN et elle n’hésite pas, désormais, à emprunter de temps à autre des accents «gauchisants». Pour autant, elle prend soin de ne jamais aller trop loin dans cette voie et de revenir régulièrement aux fondamentaux du parti. On se rappelle que, lors de la présidentielle de 2007, une des affiches de campagne qu’elle avait fait réaliser donnait à voir une jeune métisse comme électrice naturelle de Jean-Marie Le Pen. Cela avait été présenté à l’époque comme un signe d’ouverture en direction de cet électorat. Or, force est de constater que Marine Le Pen ne s’est pas engagée sur cette pente et envoie toujours régulièrement des signaux très clairs sur le sujet.

Cette stratégie lui a notamment permis de marquer des points dans l’électorat juif, mais continue d’obérer toute progression du parti dans l’électorat musulman. Le discours qu’elle a tenu lors du meeting de Nantes le 25 mars 2012, quelques jours après la mort de Mohamed Merah, est révélateur de ce double phénomène. L’immigration arabo-musulmane était une fois de plus clairement visée quand elle déclarait: «Combien de Mohamed Merah dans les bateaux, les avions, qui chaque jour arrivent en France remplis d’immigrés? [...] Combien de Mohamed Merah parmi les enfants de ces immigrés non assimilés?» Mais, dans le même temps, était dénoncée la menace islamiste: «Ce qui s’est passé n’est pas l’affaire de la folie d’un homme, ce qui s’est passé est le début de l’avancée du fascisme vert dans notre pays.» Ces propos allaient rencontrer un certain écho auprès d’une partie de la communauté juive, et cela d’autant plus que la nouvelle présidente du parti s’était clairement démarquée des dérapages antisémites de son père. L’analyse du positionnement du FN de Marine Le Pen à l’égard des populations arabo-musulmanes et juive fait certes apparaître une évolution marquée, mais également de lourdes permanences par rapport au FN de son père.

Note méthodologique: travailler sur le vote selon la confession religieuse constitue une tâche ardue du fait de l’absence de statistiques ethniques et religieuses et du faible poids des communautés juives et musulmanes dans les échantillons des sondages «classiques». Les chiffres sur la présidentielle 2012 ont été obtenus, pour la communauté musulmane, à partir d'un cumul d'enquêtes électorales permettant de recueillir les intentions de vote de 680 électeurs se déclarant de confession musulmane; pour la communauté juive, à partir d'un échantillon, obtenu de la même manière sur des enquêtes menées entre 2012 et 2014, de 510 sondés se déclarant de confession juive.

Un travail a aussi été mené à l'échelle, plus fine, du bureau de vote à Marseille, en s'appuyant sur l'occurrence des prénoms musulmans sur les listes électorales. Une méthode qui oblige évidemment à ne pas trop fétichiser les pourcentages obtenus en raison de la marge d'erreur existante (par exemple du fait de la proximité culturelle entre les grands monothéismes, comme musulmans et juifs séfarades) –les personnes ayant un prénom musulman ne se définissent par ailleurs pas forcément comme musulmanes. Rappelons enfin que la dimension religieuse n’est qu’un aspect de l’identité politique: l’origine, le milieu social et le lieu de résidence influent également fortement sur les comportements électoraux des individus.

Article publié sur slate.fr