jeudi 31 décembre 2015

600 violations sionistes du droit de la liberté des médias en Palestine en 2015

Ramallah – CPI

Le rapport sur les droits de l'homme a surveillé plus de 600 violations sionistes commises par les autorités de l'occupation contre la liberté des médias dans les territoires palestiniens durant l'année 2015

"L'Association des radios et télévisions islamiques en Palestine" a rapporté dans son rapport annuel que l'occupation a commis 574 violations contre les journalistes depuis le début de l'année; ». Il a confirmé que son armée sioniste a tué deux journalistes et réprimé 190 autres en utilisant la force directe et excessive pour réprimer la liberté du travail des médias dans les territoires palestiniens.

Il a souligné que les violations sionistes comprenaient l'arrestation de plus de 85 journalistes, dont un étranger, en plus de 144 cas d'agression subie par le personnel des médias; soit battu ou de tenter de les heurter, en plus de les frapper de bombes sonores.

Le rapport a confirmé que le mois d'Octobre dernier était le plus dure et violent pour les journalistes qui étaient victimes de la barbarie des troupes armées israéliennes qui les ont utilisé des boucliers humains, leur ciblage par des balles réelles et en caoutchouc et la fermeture de leurs bureaux et institutions.

De sa part, le directeur du réseau "Echos des médias" en Cisjordanie,

Amin Abou Warda a affirmé que les violations des forces d'occupation contre les journalistes palestiniens sont une politique israélienne suivie depuis longtemps.

Abou Warda a expliqué dans une interview spéciale pour "Quds Press", le mercredi (30/12), que les autorités d'occupation continuent de détenir une vingtaine de journalistes Palestiniens afin de "réduire au silence la voix des médias", niant qu'ils ont toute accusation particulière de la sécurité.

Il a réaffirmé que les autorités d'occupation ont intensifié leur ciblage des médias palestiniens, en expliquant que cette escalade "n'est pas désaisonnalisée, et il y avait des violations et d'arrestations durant toutes les années d'occupation.

Abou Warda, un ex- détenu libéré récemment des prisons israéliennes a indiqué que les autorités sionistes traitent avec le journaliste palestinien comme étant palestinien en première classe, sans aucune considération d'être journaliste.

French.palinfo.com

Aucun commentaire: