lundi 28 septembre 2015

Le maire qui voulait "interdire l'Islam" battu aux municipales partielles à Venelles

Dans une élection partielle provoquée par ses propos polémiques, l'ex membre des Républicains a été battu par un autre candidat de droite.

Robert Chardon, l'ex-maire de Vennelles (Bouches-du-Rhône), photographié ici le 24 juillet 2012. ( AFP )

Robert Chardon, le maire de Venelles (Bouches-du-Rhône), qui avait créé une polémique en déclarant sur Twitter vouloir "interdire le culte musulman" en France, a été battu au 2e tour des municipales partielles, dimanche 27 septembre. Exclu du parti Les Républicains à la suite de ses propos islamophobes, il avait décidé de conduire une liste divers droite pour réconquérir sa mairie.
Mais, comme le précise France 3 Provence-Alpes, il est arrivé en 3e position, avec 31,17% des voix, derrière l'autre candidat de droite Arnaud Mercier, qui l'a emporté avec 36,69% des scrutins, devant les 32,14% de la liste d'union de la gauche conduite par Didier Desprez.

Cette élection partielle avait été provoquée par la démission des membres de la majorité de Robert Chardon et de l'opposition après que ce dernier eut refusé de se retirer à la suite de la polémique provoquée par ses propos publiés sur Twitter. En mai dernier, le désormais ex-maire de cette commune d'environ 8 000 habitants avait appelé à "interdire le culte musulman en France". "Celui qui pratique [doit être] immédiatement reconduit à la frontière", avait-il enchéri. Les propos avaient été condamnés par Nicolas Sarkozy.

Article publié sur francetvinfo.fr

Aucun commentaire: