mercredi 30 mai 2012

Articles en anglais sur la Palestine occupée / Mercredi 30 mai 2012

Flame: Israel’s New Contribution to Middle East Cyberwar ~ by Richard Silverstein
URL du billet: http://occupiedpalestine.wordpress.com/2012/05/29/flame-israels-new-contribution-to-middle-east-cyberwar-by-richards1052/

High Israeli official hints, We made the Flame virus
URL du billet:  http://mondoweiss.net/2012/05/high-israeli-official-hints-we-made-the-flame-virus.html

Palestinians evicted from homes in Jerusalem to make way for settlers’ biblical theme park


cityofdavid
Entrance to the City of David, 2007. (Photo: Keren Manor/ActiveStills

URL du billet: http://mondoweiss.net/2012/05/palestinians-evicted-from-homes-in-jerusalem-to-make-way-for-settlers-biblical-theme-park.html


Controversy over Jerusalem ‘Museum of Tolerance’ featured in the ‘Daily Beast’


MOT 
New Yorkers protest in September 2010 outside the offices of the Simon Wiesenthal Center (Photo: Bud Korotzer)

URL du billet: http://mondoweis,j
.s.net/2012/05/controversy-over-jerusalem-museum-of-tolerance-featured-in-the-daily-beast.html

Le racisme religieux autorisé en Israël

Publié le 30 mai 2012 sur le site lalibre.be


Renée-Anne Gutter, Correspondante à Jérusalem

Des rabbins justifiant le meurtre de non-juifs ne seront pas poursuivis.

Correspondante à Jérusalem

Les extrémistes religieux et antiarabes exultent, les défenseurs des droits de l’homme fulminent. Le procureur général de l’Etat d’Israël, Yehuda Weinstein, a en effet annoncé lundi qu’il renonçait à poursuivre les rabbins Yitzhak Shapira et Yossef Elitzur, auteurs du traité religieux "Torath Hamelekh" (Torah du roi), qui justifie le meurtre de non-juifs dans certaines circonstances. Pas de poursuites en justice non plus contre plusieurs autres rabbins qui ont publiquement approuvé la publication de cet ouvrage controversé.

Motif : le manque de preuves établissant que le livre a été écrit dans le but délibéré d’inciter au racisme, alors qu’il faut prouver l’intention criminelle.

Tout en soulignant qu’il n’approuve pas le contenu de l’ouvrage, le bureau du procureur précise que celui-ci est un traité d’étude religieuse citant des sources de la loi juive, rédigé "de façon générale", sans appel concret à la violence.

Cette décision suscite la colère de plusieurs organisations israéliennes, y compris de la minorité arabe israélienne et de mouvements religieux modérés, qui y voient un précédent permettant aux rabbins extrémistes - en particulier ceux liés aux colons en territoire palestinien - d’inciter impunément à la violence contre quiconque s’oppose au nationalisme juif.

C’est en 2009 que les rabbins Shapira et Elitzur - tous deux de Yitzhar, une des colonies juives les plus fanatiques en Cisjordanie - publient "Torath Hamelekh", dans lequel ils analysent les circonstances dans lesquelles la loi juive permet de tuer des non-juifs. Ainsi, par exemple, des enfants d’ennemis d’Israël peuvent être tués en temps de guerre, "car sinon ils grandiront et nous porteront préjudice".


L’ouvrage affirme aussi que les non-juifs "ne sont pas compatissants de nature " et que les attaquer permettrait d’"infléchir leurs mauvais penchants". "Partout où l’influence des non-juifs constitue une menace pour la survie d’Israël, il est permis de les tuer."


Cette publication avait suscité, à l’époque, une vive controverse en Israël sur les limites de la liberté d’expression religieuse et sur la question de savoir si les rabbins étaient au-dessus de la loi de l’Etat.
Les défenseurs des droits de l’homme et les mouvements pluralistes ont vilipendé le livre, l’accusant de racisme contre les Arabes d’Israël et contre d’autres minorités. Même d’anciens grands-rabbins d’Israël se sont indignés, jugeant l’ouvrage contraire aux enseignements du judaïsme.

Début 2011, le procureur général a décidé d’ouvrir une enquête et a interpellé les rabbins concernés pour interrogatoire. Ce qui a déclenché de violentes protestations de la part de leurs sympathisants.

Pour leur défense, les rabbins concernés ont argué que leur ouvrage examine des sources religieuses juives, sans toutefois donner au lecteur des directives ou instructions pratiques pour son propre comportement. Cette semaine, leur dossier a donc été classé. Mais ce n’est pas le dernier mot de l’affaire.

Plusieurs organisations pluralistes ont en effet déposé une requête auprès de la Cour Suprême à Jérusalem pour que le procureur général et le ministre de la Justice ouvrent bel et bien des poursuites contre les auteurs et promoteurs de la "Torah du roi" et pour que l’ouvrage soit interdit de diffusion. La Cour ne s’est pas encore prononcée.

URL du billet: http://www.lalibre.be/actu/international/article/740676/le-racisme-religieux-autorise-en-israel.html

Israël : des symboles nazis sont des symboles de la liberté d'expression

URL du billet: http://french.ruvr.ru/2012_05_29/Israel-nazisme/

Ferhat Mehenni : « Israël devrait adopter comme sœur la Kabylie»

URL du billet: http://www.algerie360.com/algerie/ferhat-mehenni-%C2%AB-israel-devrait-adopter-comme-soeur-la-kabylie%C2%BB/

Israël - Palestine : le comité olympique entérine l’apartheid

URL du billet: http://www.bastamag.net/article2431.html

Quand le frontball débarque dans un camp de réfugiés en Cisjordanie

URL du billet: http://www.eitb.com/fr/sports/detail/895153/quand-frontball-debarque-camp-refugies-cisjordanie/

Natation/ Quand Israël devient européen

URL du billet: http://www.lalsace.fr/sport/2012/05/28/quand-israel-devient-europeen

L'Allemagne s'engage à la sécurité actuelle et future d'Israël / En visite officielle, le nouveau Président allemand Joachim Gauck a rencontré son homologue Shimon Peres.

URL du billet: http://www.israelvalley.com/news/2012/05/29/36297/israelvalley-l-allemagne-s-engage-a-la-securite-actuelle-et-future-d-israel-en-visite-officielle-le-nouveau-president-all

Veille citoyenne du CCY / Mercredi 30 mai 2012

Tunisie: révocation de 81 magistrats "compromis" avec l'ancien régime Ben Ali
URL du billet: http://www.lalibre.be/actu/international/article/740339/tunisie-revocation-de-81-magistrats-compromis-avec-l-ancien-regime-ben-ali.html

Flame serait-il le maliciel le plus complexe depuis Stuxnet et Duqu ?
URL du billet: http://www.itrmanager.com/imprimer/132839/flame-serait-maliciel-plus-complexe-depuis-stuxnet-duqu.html

Le faux tract de Mélenchon et le fail de « proches du FN »
URL du billet: http://www.al-kanz.org/2012/05/29/faux-tract-melenchon/

L’héritage empoisonné de Claude Guéant, serial ficheur
URL du billet: http://www.millebabords.org/spip.php?article20710

Bernard Stiegler : « Le marketing détruit tous les outils du savoir »
URL du billet: http://www.bastamag.net/article2202.html

Propriétés Palestiniennes détruites par l’armée israélienne – Hizma, Cisjordanie

URL du billet: http://www.citizenside.com/fr/photos/politique/2012-05-29/61283/proprietes-palestiniennes-detruites-par-l-armee-israelienne-%E2%80%93-hizma-cisjordanie.html

Israël / Le recours au virus «Flame» contre l'Iran est «justifié»

Publié le 29 mai 2012 sur le site canoe.ca

JERUSALEM - Le ministre israélien des Affaires stratégiques Moshé Yaalon a justifié mardi le recours à de puissants virus informatiques, comme la «cyber-arme» Flame, découverte récemment, afin de contrer la menace nucléaire iranienne.

«Il est justifié, pour quiconque considère la menace iranienne comme une menace significative, de prendre différentes mesures, y compris celle-là, pour la stopper», a estimé M. Yaalon à la radio militaire, alimentant les spéculations sur une possible implication d'Israël dans ce programme informatique.< «Israël est en pointe dans les nouvelles technologie et ces outils nous offrent toutes sortes de possibilités», s'est targué M. Yaalon, qui est aussi vice-Premier ministre.


L'éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky Lab a annoncé lundi avoir identifié un virus informatique au potentiel destructeur inégalé, baptisé Flame, et utilisé comme une «cyber-arme» contre plusieurs pays.


«La complexité et la fonctionnalité du programme récemment détecté dépassent celles de toutes les autres cybermenaces connues à ce jour», a souligné la compagnie russe dans un communiqué.

Selon Kaspersky Flame est «vingt fois plus important que Stuxnet», un virus détecté en 2010 et utilisé contre le programme nucléaire iranien.

Flame est capable de «voler des informations importantes, pas uniquement contenues dans les ordinateurs, des informations sur des systèmes visés, des documents archivés, des contacts d'utilisateurs et même des enregistrements audio de conversations», a précisé la société russe.

Selon des médias occidentaux, Flame aurait été exploité pour attaquer le ministère du Pétrole iranien et le principal terminal pétrolier d'Iran.

«Des découvertes préliminaires indiquent que ce logiciel malveillant était dans la nature depuis plus de deux ans, depuis mars 2010», indique Kaspersky Lab.

Après les virus Stuxnet et Duqu, un autre programme semblable, Flame marque «une nouvelle étape» dans la cyberguerre, «et il est important de comprendre que de telles cyberarmes peuvent facilement être utilisées contre n'importe quel pays», a déclaré Evgueni Kaspersky, directeur général de l'éditeur de logiciels antivirus.

URl du billet: http://fr.canoe.ca/techno/internet/archives/2012/05/20120529-103322.html

Migros signalera les produits des territoires palestiniens occupés

Publié le 29 mai 2012 sur le site .rts.ch

Pour l'instant, les produits en provenance des territoires occupés ont comme déclaration d'origine "Israël". [Andreas Frossard - Keystone]
Pour l'instant, les produits en provenance des territoires occupés ont comme déclaration d'origine "Israël". [Andreas Frossard - Keystone]

Les clients de Migros ne sont actuellement pas en mesure de savoir si un produit vendu comme israélien provient ou non de territoires occupés palestiniens. Le distributeur a décidé d'instaurer un nouvel étiquetage plus clair.

Le Danemark institue des règles sur certains produits israéliens

Publié le mardi 29 mai 2012 sur le site info-palestine.net
Flemming Emil Hansen /The Wall Street Journal

Le Danemark va introduire de nouvelles directives d’étiquetage dans les deux semaines qui viennent pour les produits israéliens provenant des colonies juives en Cisjordanie palestinienne.

(PNG)
La colonisation de la Cisjordanie se poursuit, au mépris du droit international, volant toujours plus de terres palestiniennes.
L’étiquetage, calqué sur la même initiative en 2009 du Royaume-Uni, identifiera de façon spécifique les produits importés des colonies israéliennes ; elle sera obligatoire pour les fruits et légumes, mais facultative pour les autres produits pour lesquels l’identification du pays d’origine n’est pas exigée par la loi, a déclaré l’Administration vétérinaire et alimentaire danoise (Ministère de la Famille et de la Consommation).

« Les colonies illégales minent la quête d’une solution à deux États et constituent ainsi un obstacle majeur à la paix au Moyen-Orient », a dit le ministre des Affaires étrangères danois, Villy Sovndal. Il a dit aussi que le gouvernement danois vise à sensibiliser l’opinion publique sur la question des produits venant des colonies israéliennes.

« Nous laisserons ensuite les consommateurs prendre leur décision en connaissance de cause » a dit Mr Sovndal, ajoutant que le Danemark, avec ses partenaires de l’Union européenne, va travailler aussi à renforcer l’interdiction de l’Europe sur les importations hors taxes venant des colonies.
Le 15 mai, le Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne s’est dit profondément préoccupé devant les développements sur le terrain dans les zones palestiniennes, « qui menacent de rendre impossible une solution à deux États ». Le Conseil a souligné que les colonies restent illégales en vertu du droit international, indépendamment des récentes décisions du gouvernement d’Israël.

« L’Union européenne exprime sa profonde inquiétude en ce qui concerne l’extrémisme et les incitations des colons en Cisjordanie. L’UE condamne les violences constantes des colons et leurs provocations délibérées contre les civils palestiniens », indique le Conseil, appelant le gouvernement israélien à « traduire les coupables devant la justice et à se conformer à ses obligations imposées par le droit international ».

Et pourtant, le Danemark reste le seul pays de l’Union européenne à rejoindre le Royaume-Uni pour s’efforcer de sensibiliser l’opinion sur les produits importés des colonies israéliennes.

L’ambassadeur palestinien au Danemark, Amro Alhourani, a accueilli ce nouvel étiquetage danois comme le reflet d’un engagement danois pour les droits humains et le droit international.

« Il est crucial d’obtenir des résultats sur le terrain » a déclaré Mr Alhourani dans un communiqué. « Les colonies en Cisjordanie sont illégales, comme cela a été déterminé par la société internationale. Par conséquent, il est important que les paroles se transforment en actes ».

L’ambassade israélienne à Copenhague n’a pas tardé à écarter cette initiative le qualifiant de geste politique contreproductif.

« Il s’agit d’une contre-mesure qui n’aidera pas à résoudre le problème israélo-palestinien. Elle nous fait comprendre que le Danemark ne veut pas aider à trouver une solution », a dit Dan Oryan, adjoint au chef de mission à l’ambassade israélienne au Danemark.

« Elle va au contraire donner au côté palestinien le sentiment qu’il n’a pas besoin de venir à la table de négociations pour parvenir à une solution » a dit Mr Oryan.

Le principal impact des nouvelles lignes directrices dans l’étiquetage est susceptible d’être symbolique. Les colonies israéliennes produisent essentiellement des fruits et des légumes pour l’exportation. La plus grande chaîne danoise de supermarchés, Dansk Supermarked, a déjà interdit tous les produits provenant des colonies. Le directeur des achats, Petere Loeth, a dit que la société avait spécifiquement donné comme instruction à ses fournisseurs qu’il n’accepterait pas les produits des colonies.

« Les nouvelles directives n’auront pas d’incidence pour nous. Nous avons déjà fait le choix de ne pas accepter ces produits. » dit Mr Loeth.

Le British Retail Consortium, association professionnelle de détaillants au Royaume-Uni, a déclaré n’avoir aucun élément sur l’impact du programme d’étiquetage.

Copenhague - 27 mai 2012 - The Wall Street Journal - traduction : Info-Palestine.net/JPP

URL du billet: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12219

Vies sous occupation : L’accès aux soins médicaux refusé

Publié le mercredi 30 mai 2012 sur le site info-palestine.net

C’est dans la ville de Gaza que nous avons rencontré Mahmoud Khader Gaafar. Agé de 24 ans, il habite dans la maison de ses parents en compagnie de son épouse Majd, 23 ans et de leur premier enfant, une fille prénommée Maryam.

(JPG)
Mahmoud chez lui dans la ville de Gaza

A la suite d’un conflit interne survenu le 2 août 2008, Mahmoud avait contracté plusieurs blessures sérieuses au niveau de ses jambes. Considérant la gravité de son état et le manque d’équipements appropriés à Gaza, le Ministère de la santé de la Bande a demandé son transfert vers Israël pour recevoir les soins nécessaires.
Toutefois, cette requête a été rejetée par les autorités israéliennes pour de supposés motifs de ‘’sécurité’’. De ce fait, Mahmoud n’avait d’autre choix que de subir une opération d’urgence dans l’hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, résultant de l’amputation de sa jambe gauche. Sa mère, Zeinab (64 ans) ne manque pas de souligner que la jambe de son fils aurait pu être sauvée si les autorités lui avaient délivré l’autorisation de se soigner à l’hôpital de Tel Aviv.

Et ce n’est qu’après un appel introduit auprès des tribunaux israéliens que les autorités israéliennes ont fini par donner leur accord pour le transfert de Mahmoud vers l’hôpital d’Ekholov, à Tel Aviv. C’était le 14 août 2008, soit à peine quelques jours après le traitement d’urgence reçu à Gaza.

Mahmoud avait donc été admis à l’hôpital où il a été hospitalisé pendant 3 mois au service des soins intensifs. Durant toute cette période loin de Gaza, il a été traité pour sa jambe gauche amputée ainsi que pour sa jambe droite sérieusement fracturée.

Une année plus tard, soit le 11 août 2009, Mahmoud a obtenu la permission de voyager pour un hôpital à Jérusalem afin de bénéficier d’un traitement médical intensif pour sa jambe droite. Quant à la jambe amputée, il s’est déplacé en Cisjordanie pour placer une prothèse qui pourra enfin faciliter ses déplacements et améliorer sensiblement la qualité de sa vie. Il explique : « D’ordinaire, le Ministère de la Santé couvre 80% des coûts des jambes orthopédiques, mais lorsque je me suis adressé à eux, à Ramallah, ils m’ont octroyé une couverture de 100%. Une fois la question financière réglée, j’ai pris la route pour une association médicale, située à Bethléem, afin de prendre les mesures et dimensions nécessaires pour une jambe orthopédique qui, d’après eux, serait prête en l’espace d’une semaine. »

En date du 14 décembre 2009, alors que Mahmoud poursuivait ses déplacements entre Ramallah et Bethléem pour son traitement médical, il s’est fait arrêté par des soldats israéliens et détenus durant toute la nuit. Aussitôt le soleil levé, Mahmoud qui venait pourtant de passer quatre mois loin de Gaza a été quand même transféré vers la Bande pour les mêmes prétendus motifs liés à la sécurité. Depuis, il ne peut plus retourner à Bethléem pour poursuivre ses soins médicaux.

Il souligne à ce titre : « Je me suis déplacé pour recevoir un traitement médical et non pas pour faire du tourisme. Je ne peux pas avoir une jambe orthopédique à Gaza car j’ai été amputé jusqu’à la hanche et le traitement n’est pas disponible ici. D’autre part, et même si les services orthopédiques sont prodigués en Egypte, les prothèses sont très lourdes pour permettre tout mouvement. »

En conséquent, c’est à peine si Mahmoud quitte sa maison et quand il sort, c’est avec son fauteuil roulant qu’il se déplace. Navré, il avoue : « La jambe orthopédique aurait complètement changé ma vie. A présent, je passe mon temps assis à ne rien faire. »

Et c’était la dernière autorisation de voyage en Cisjordanie délivrée à Mahmoud qui ajoute : « Israël continue de rejeter systématiquement toute demande de voyage et ce en dépit des demandes formulées à maintes reprises par le Ministère de la Santé de Gaza qui insiste sur la nécessité de mon déplacement pour les dernières retouches des mesures et assemblage de la jambe orthopédique. »

Les 8 mars et 8 avril 2010, Mahmoud avait été refoulé au niveau du passage d’Erez malgré les autorisations valables pour ces deux dates. Depuis ce jour, toutes ses requêtes sollicitant l’accès aux services médicaux en Cisjordanie, y compris vers le Bureau de Liaison en date du 5 décembre 2010, ont été rejetées.

Face à ces refus, Mahmoud a demandé l’aide du PCHR qui a envoyé, en date du 19 janvier 2011, une lettre au centre humanitaire du passage d’Erez pour demander une autorisation de voyage pour des soins. Cette démarche n’a pas porté ses fruits et la demande a été rejetée le 17 mars 2011.

Le PCHR n’a pas baissé les bras et a adressé, le 28 mars 2011, une requête au Ministère Publique Israélien de Jérusalem. Le rejet a été émis le 13 avril 2011 pour des raisons liées soi-disant à des problèmes de ‘’sécurité’’, refusant ainsi tous ses recours légaux malgré les efforts considérables du PCHR. Cette situation soulève beaucoup de questions dans la tête de Mahmoud qui cherche à savoir : « Pourquoi m’empêchent-ils [les Israéliens] d’aller en Cisjordanie ? Qu’est-ce que je leur ai fait et en quoi ma présence les dérangera-t-elle ? Je ne demande qu’à recevoir un traitement qui me permettra de vivre pleinement ma vie. Je ne comprends pas pourquoi refusent-ils que je retourne en Cisjordanie alors qu’ils m’avaient déjà permis de m’y rendre ? »

Le calvaire que vit Mahmoud est le triste sort de beaucoup de cas comme le sien. En avril 2012, un total de 42 patients nécessitant un traitement médical qui n’est actuellement pas disponible dans la Bande de Gaza s’est heurté au rejet de la demande d’accès aux hôpitaux en Cisjordanie et en Israël. Parmi ces 42 requêtes, 8 ont été refusées pour des raisons sécuritaires, 7 personnes ont été contraintes de reporter leurs rendez-vous, 5 patients ont été sommés de changer leurs compagnons de voyage et leurs assistants et 5 autres ont été refoulés au niveau du passage d’Erez et empêchés de quitter Gaza bien que possédant une autorisation valide. 17 autres demandes sont toujours en attente.

Pourtant, le Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels reconnaît « le droit qu’à toute personne de jouir du meilleur état de santé. » Outre les obligations contenues dans le Pacte, Israël est, en sa qualité de puissance occupante, tenu par des obligations en vertu du droit humanitaire international. L’Article 56 de la Quatrième Convention de Genève exige que la puissance occupante [Israël] assure et péserve l’état de santé de la population occupée.

C’est pourquoi, en imposant un blocus total sur la Bande de Gaza, Israël continue de priver des milliers de patients du traitement médical nécessaire. Il va sans dire que ce siège constitue une forme de punition collective contre une population civile vivant sous occupation et enfreint l’Article 33 de la Quatrième Convention de Genève.

Consultez également :

23 mai 2012 - Vous pouvez consulter cet article à :

mardi 29 mai 2012

Veille citoyenne du CCY / Mardi 29 mai 2012

Printemps arabe : le chaos domine-t-il la révolution ? 
Publié le lundi 28 mai 2012 sur le site info-palestine.net
Ramzy Baroud

L’âge du romantisme révolutionnaire est terminé. Plusieurs pays arabes sont désormais confrontés à de dures réalités. Des millions d’Arabes veulent tout simplement vivre avec un minimum de dignité, libérés de la tyrannie et de l’inquiétude constante face à l’avenir.

(JPG)
7 février 2011 - Place Tahrir, un tout jeune manifestant scande des slogans anti-Moubarak - Photo : Reuters/Martinez

Cette réalité peu romantique comprend aussi des « acteurs » à l’extérieur dont la présence n’a rien de positif pour de véritables mouvements révolutionnaires, que ce soit en Egypte, en Syrie, ou n’importe où ailleurs.
Peu de temps après que le président de longue date, Zine El Abidine Ben Ali ait été renversé par la révolution tunisienne en janvier 2011, nous avions été quelques-uns à avertir que l’euphorie initiale pourrait finalement céder la place à des simplifications faciles. Soudain, tous les Arabes paraissaient identiques, criaient les mêmes slogans et étaient supposés reproduire les mêmes actions collectives.

Un journaliste d’Al Jazeera pouvait interroger ses invités sur les raisons pour lesquelles certains pays arabes sont au premier rang tandis que d’autres sont encore à la traîne. La question de savoir pourquoi l’Algérie ne s’est pas encore révoltée a occupé beaucoup de médias internationaux. « Pas de printemps arabe pour les Algériens se rendant aux urnes, » était le titre d’une émission de la National Public radio (NPR) animée par Andréa Crossan le 10 mai. Les toutes récentes élections algériennes ont été la plupart du temps juxtaposées avec des réalités beaucoup plus éloignées et occasionnelles dans d’autres pays, plutôt qu’avec le contexte unique et urgent de l’Algérie elle-même.

Pourquoi la situation en Algérie devrait-elle être discutée dans le contexte du Yémen, par exemple ? Quel genre de conclusions cherchons-nous exactement ? Est-ce que certains Arabes seraient braves, tandis que d’autres seraient des lâches ? Les gens se révoltent-ils donc sous contrôle à distance, à la demande d’un présentateur de télé ? L’Algérie est connue comme le pays d’un million de martyrs et d’incroyables sacrifices lors de la guerre de libération de 1954 et 1962. Une sorte de consensus apparait selon lequel les Algériens seraient encore traumatisés par la guerre civile longue de dix ans qui a débuté en 1992. Le meurtre de milliers de personnes a été ouvertement encouragé par les puissances occidentales qui craignaient l’émergence d’un État islamique à proximité de leurs côtes.

Alors que les Palestiniens ont subi de graves traumatismes durant les 64 années qui ont suivi leur expulsion de Palestine, ils ont toujours conservé leur influx révolutionnaire. Le traumatisme actuel vécu par des millions de Syriens en raison de la violence peut aussi être mal exprimé par de simples énumérations. Pourtant, la violence est susceptible de dégénérer en une guerre civile, aussi destructrice que celle du Liban si une solution politique n’est pas rapidement trouvée sous les auspices d’une tierce partie, et de confiance.

Il est facile de tomber dans les considérations les plus conventionnelles en reprenant de bizarres théories sur les Arabes et leurs régimes. Le problème, c’est que chaque jour produit de nouveaux événements qui ne peuvent entrer dans un concept aussi réducteur que le « printemps arabe ». La poésie du terme n’était guère adaptée lorsque 74 personnes sont mortes et des centaines d’autres ont été blessées lorsque les fans de deux clubs de football égyptiens se sont affrontés à Port-Saïd le 1er février. Ces inquiétantes nouvelles semblaient incompatibles avec les rassemblements place Tahrir un an auparavant.

Certains dans les médias ont condamné ces massacres comme « semant la confusion » ou simplement « regrettables ». Ils ne collaient tout simplement pas à la perception presque scénique que nous souhaitions avoir d’une révolution égyptienne « parfaite ». Mais les Égyptiens ont bien compris les racines de la violence et celle-ci s’explique dans un contexte local. Le fait est que la violence occasionnelle qui a suivi l’éviction du président Hosni Moubarak était unique à l’Égypte et parfaitement rationnelle à l’intérieur des nombreux mouvements qui tentaient d’exploiter la révolution.

Si les choses se passent comme prévu, l’Égypte pourrait avoir son premier président démocratiquement élu en juillet. Alors que certains fêteront l’avènement officiel d’une « nouvelle Égypte », d’autres pleureront la disparition de la révolution et ses réalisations inachevées. Mais il ne peut y avoir de révolution parfaite avec des résultats positifs convenus à l’unanimité par tous les secteurs de la société. Cela ne signifie pas que la révolution égyptienne a échoué. Elle a réussi à engager beaucoup de nouveaux participants dans la vie politique du pays, contrôlée si longtemps par un gouvernement autoritaire. la Place Tahrir a bouleversé les règles du jeu - partiellement pour l’instant, mais peut-être fondamentalement dans l’avenir.

Jean-Paul Sartre estimait que la société devait se positionner dans un état permanent de révolution pour que la liberté prenne racine et s’épanouisse. Son soutien à la révolte de la jeunesse française en 1968 était un témoignage de sa forte croyance dans la liberté comme quête collective. « Ce qui est important, c’est que l’action ait eu lieu, quand tout le monde estimait qu’elle était impensable. Si elle a eu lieu cette fois-ci, c’est qu’elle peut se reproduire encore, » écrivait-il en 1968.

« Il n’est pas rare ... que la révolution par les masses se retourne contre elle-même et commence à se nourrir de sa propre chair pour se protéger contre la contre-révolution ou une dissension interne, » a écrit Ayman El-Amir dans l’hebdomadaire égyptien Al Ahram. Il affirmait en outre que « le printemps arabe est devenu fou-furieux, dévorant ses amis et ses ennemis, non pas tant par crainte de la contre-révolution, mais parce qu’une faction veut diriger la nation selon sa propre direction. En conséquence, un environnement de chaos est délibérément voulu et le changement révolutionnaire est perturbé ou mis à mal. »

Il y a beaucoup de vérité dans cela, mais El Amir tombe lui aussi dans la trappe de la généralisation. La Syrie n’est pas l’Égypte et un tunisien n’a pas de raisons de penser que la révolution de son pays « est en train de dévorer ses amis et ses ennemis. » Le printemps arabe nous parait confus et étrange lorsque nous tenons à le qualifier de « printemps arabe ». Il est beaucoup plus convaincant quand il est analysé dans le cadre de ses contextes locaux. L’Égypte est dans la tourmente tout simplement parce qu’elle est l’objet d’un processus pour une totale restructuration de la société, laquelle était sous la coupe d’une petite classe corrompue de dirigeants. La Syrie est placée à une intersection géopolitique beaucoup plus difficile, où les pays de la région sont tous « investis » dans la violence pour faire en sorte que le résultat corresponde à leurs intérêts. La disposition du peuple syrien à lutter reste forte, mais, contrairement à l’Égypte, les opposants ne sont pas le parti dominant.

L’Égypte n’est pas la Syrie et le Yémen n’est pas le Bahreïn. Cependant, alors que nous devons rester prudents face aux discours dominants et réductionnistes, cela ne signifie pas qu’il faille refuser toute identité avec les luttes des autres. Au contraire, une compréhension plus juste de ce qui est actuellement en cours dans les différents pays arabes, et aussi des pays non arabes, est le moyen le plus adéquat de manifester sa solidarité. « Nous allons vers la liberté pour le bien de la liberté, dans et à travers des circonstances particulières. Et dans cette quête de la liberté, nous découvrons que celle-ci dépend entièrement de la liberté d’autrui et que la liberté d’autrui dépend de notre propre liberté », a fait valoir Sartre. C’est à partir d’un tel angle de vue que l’on peut parler du Yémen, de la Syrie, de l’Égypte... et même de la Grèce dans la même énumération. Toute autre interprétation est au mieux erronée, ou au pire suspecte.

*Ramzy Baroud (http://www.ramzybaroud.net) est un journaliste international et le directeur du site PalestineChronicle.com. Son dernier livre, Mon père était un combattant de la liberté : L’histoire vraie de Gaza (Pluto Press, London), peut être acheté sur Amazon.com.

23 mai 2012 - The Palestine Chronicle - Vous pouvez consulter cet article à : 

URL du billet: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12217

Egypte : La résurrection de Ahmed Shafiq, l'homme de Moubarak  
URL du billet: http://fr.globalvoicesonline.org/2012/05/27/110197/

Egypte, premier tour de la présidentielle
URL du billet: http://blog.mondediplo.net/2012-05-27-Egypte-premier-tour-de-la-presidentielle

Afghan Women under War: No One Hears the Poor
URL du billet:http://palestinechronicle.com/view_article_details.php?id=19320


Que reste-t-il du printemps arabe ? Des espérances trahies.
URL du billet : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=CHI20120528&articleId=31098 


L'islamo-guignol Chalghoumi en tournée en Israël
URL du billet : http://oumma.com/12933/lislamo-guignol-chalghoumi-tournee-israel


Manuel Valls limoge le préfet de police de Paris
URL du billet :  http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/05/29/manuel-valls-limoge-le-prefet-de-police-de-paris_1709067_823448.html


Vote par internet : une faille démontrée et illustrée
URL du billet :  http://www.numerama.com/magazine/22721-vote-par-internet-une-faille-demontree-et-illustree.html


Découverte d'un puissant virus informatique au Proche-Orient
URL du billet : http://fr.reuters.com/article/technologyNews/idFRPAE84S01620120529


Virus informatique : la main d'Israël derrière les attaques antinucléaires en Iran ?
URL du billet : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120529-virus-informatique-main-israel-derriere-attaques-antinucleaires-iran

Essonne : ils ne parlent que de Manuel Valls 
URL du billet: http://www.leparisien.fr/essonne-91/essonne-ils-ne-parlent-que-de-manuel-valls-28-05-2012-2020864.php

La police israélienne sur le point de déposer le bilan ? Les fournisseurs refusent de livrer essence et nourriture.

URL du billet: http://jssnews.com/2012/05/29/policebilan/

Proche-Orient: Israël remet en liberté le militant palestinien Tamimi



Publié le 29 mais 2012 sur le site .lanouvellerepublique.fr

Le militant Bassem Tamimi, animateur emblématique de la "résistance populaire" palestinienne, a été remis en liberté mardi par la justice militaire israélienne, qui l'a condamné à une peine de prison avec sursis.

Le militant palestinien Bassem Tamimi, le 25 avril 2012 à Ramallah en Cisjordanie
Le militant palestinien Bassem Tamimi, le 25 avril 2012 à Ramallah en Cisjordanie - AFP/Archives Abbas Momani     


Reconnu coupable le 20 mai d'incitation à des jets de pierres sur l'armée israélienne, il a été condamné mardi par le tribunal militaire israélien d'Ofer à 30 mois de prison, dont il a déjà effectué 13 en détention préventive, les 17 autres étant assortis d'un sursis.

Il a également été condamné à deux mois de prison avec sursis pour organisation de manifestation non autorisée.

La juge militaire, le commandant Eti Ador, a précisé que la peine serait appliquée si Bassem Tamimi participait à des "troubles à l'ordre public" contre les forces israéliennes.

"Je sens que toute ma vie est sous la surveillance du juge. La peine avec sursis ne m'empêchera pas d'être actif, mais elle va me mettre sous grande pression", a-t-il déclaré à l'AFP après le prononcé de la peine.

M. Tamimi a été libéré sous caution le 24 avril pour pouvoir s'occuper de sa mère souffrante. Mais durant son procès, il a été assigné à résidence tous les week-ends pour l'empêcher de participer aux manifestations hebdomadaires dans son village de Nabi Saleh, près de Ramallah en Cisjordanie.

Le cas de Bassem Tamimi, figure centrale de la "résistance populaire" palestinienne en Cisjordanie, a attiré l'attention de la communauté internationale, notamment de l'Union européenne (UE), qui l'a déclaré en 2011 "défenseur des droits de l'Homme", reconnaissant ainsi le caractère "pacifique" de son action.

Organisateur revendiqué des "manifestations pacifiques" depuis deux ans des villageois de Nabi Saleh contre les empiètements d'une colonie juive voisine, il avait plaidé dès l'ouverture de son procès en juin 2011 non coupable de toutes les charges, notamment d'incitation à des jets de pierres contre les soldats israéliens.
Arrêté le 24 mars 2011, Bassem Tamimi a été jugé sur la foi d'aveux d'un mineur de 15 ans.

La quasi totalité des manifestations dans les Territoires palestiniens sont considérées comme "illégales" par la loi militaire israélienne, qui dispose que tout rassemblement de plus de dix personnes doit être autorisé, ce que les organisations de défense des droits de l'Homme dénoncent comme contraire au droit international.

© 2012 AFP

Haneen Zoabi La pasionaria arabe israélienne

URL du billet: http://www.france-palestine.org/Haneen-Zoabi-La-pasionaria-arabe

1/4 des Palestiniens pour l'État binational

URL du billet: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/05/29/97001-20120529FILWWW00424-14-des-palestiniens-pour-l-etat-binational.php 

Israël: deux policiers coupables d'homicide après la mort d'un Palestinien


Publié le 28 mai 2012 sur le site quebec.huffingtonpost.ca

Un tribunal de Jérusalem a reconnu lundi deux policiers israéliens coupables d'homicide pour avoir abandonné sur le bas-côté d'une route de Cisjordanie un prisonnier palestinien malade, ensuite décédé.

"En abandonnant le défunt dans les circonstances en question, les accusés ont manqué à leur devoir qui était de s'occuper de lui", affirme le juge Haïm Liran dans ce jugement dont une copie est parvenue à l'AFP.

"Ils auraient du prévoir que le défunt aurait le plus grand mal à s'en sortir tout seul. N'importe qui se serait rendu compte de sa détresse, et du risque mortel qu'il encourait en étant ainsi abandonné à son sort", ajoute-t-il.
La sentence des deux hommes, l'inspecteur Baruch Peretz et le policier Assaf Yekutieli, sera rendue ultérieurement.

Selon le quotidien Haaretz, les deux policiers risquent une peine maximale de trois ans de prison ferme.

Le Palestinien en question, Omar Abu Jariban, a été appréhendé en mai 2008 parce qu'il séjournait illégalement en Israël et a été gravement blessé dans un accident de la route alors qu'il était au volant d'une voiture volée.

Soigné dans un hôpital de Tel-Aviv, il a été arrêté deux semaines plus tard. Mais, faute de place à l'infirmerie d'une prison, les deux policiers l'ont emmené sur l'axe routier reliant Jérusalem et Ramallah (Cisjordanie) où ils l'ont abandonné.

scw-chw/hj

Arrivée en Israël du président allemand Joachim Gauck

URL du billet:  http://fr.ejpress.org/article/44965

Se réappropier la terre: un week end d'actions directes et de sumoud en Cisjordanie, 28.05.2012

URL du billet: http://chroniquespalestine.blogspot.fr/2012/05/reclaiming-land-week-of-direct-action.html

Cisjordanie : les enfants triment dans les cultures israéliennes


Publié le 28 mai 2012 sur le site infosud.org

28 mai 12 - Entre 500 et 1000 enfants palestiniens travaillent dans des conditions pénibles dans les colonies agricoles israéliennes de la vallée du Jourdain. Appauvris par l’occupation, ils n’ont pas d’autre choix que de quitter les bancs d’école pour les champs.


Vallée du Jourdain : des bulldozers détruisent un réservoir artificiel dans le cadre de la politique israélienne de restriction de la consommation en eau des Palestiniens (août 2011). Image : © EPA

Al-Fasyil en Cisjordanie, Jillian Kestler-D’Amours (IPS-InfoSud) - « C’est éreintant », lance Ibrahim*, 15 ans, le front déjà sillonné par de profondes rides. « Mais je n’ai pas d’autre option. » Cela fait déjà trois ans que l’adolescent palestinien s’active à plein temps dans la colonie israélienne voisine de Tomer, pour subvenir aux besoins des ses nombreux frères et soeurs. « Je travaille de 6 heures du matin à 13 heures. Et je suis payé 70 shekels [ndlr 17 francs] par jour. » Dans son village, Al-Fasayil, en pleine vallée du Jourdain, ils seraient comme lui plus d’une douzaine de jeunes de moins de 18 ans à être employés dans les colonies. On estime qu’entre 500 et 1000 mineurs d’autres villes et villages de Cijordanie migrent dans la région pour y travailler.
La plupart d’entre eux sont utilisés comme main d’oeuvre dans le domaine agricole. Ils cueillent, nettoient et emballent des fruits et des légumes pour un salaire quotidien qui oscille entre 50 et 70 shekels (12 et 17 francs). Ils travaillent de longues heures dans des conditions météorologiques difficiles, tout au long des mois d’hiver et d’été, et cela sans aucune indemnité ou assurance en cas d’accident du travail.

Cultures intensives

Selon l’organisation israélienne de défense des droits humains B’Tselem, « Israël a instauré dans cette zone un régime qui exploite intensivement ses ressources et cela, dans des proportions bien plus grandes que partout ailleurs en Cisjordanie, ce qui démontre bien ses intentions : l’annexion de fait de la vallée du Jourdain et de la zone nord de la mer Morte à l’État d’Israël ». Près de 90% de la vallée est estampillée « Zone C », c’est-à-dire entièrement sous le contrôle militaire et civil israélien. Près de 65’000 Palestiniens et 9’400 colons israéliens répartis dans 37 colonies y vivent.

« Il y a si peu d’alternatives dans la vallée du Jourdain. En raison des restrictions appliquées par Israël au développement économique et agricole, il n’y a rien à faire. Les Palestiniens peuvent soit rester à la maison toute la journée, soit aller travailler dans une colonie et subvenir ainsi aux besoins de leurs familles », résume Christopher Whitman, coordinateur au Ma’an Development Centre, une organisation de développement et de renforcement de l’économie palestinienne basée à Ramallah.

Selon lui, Israël doit appliquer les mêmes lois sur le travail à la Cisjordanie, y compris la vallée du Jourdain, que celles mises en place dans l’état hébreu. Mais elle ne le fait pas. Elle ne garantit pas aux ouvriers agricoles palestiniens travaillant dans les colonies israéliennes qu’ils soient payés selon le salaire minimum israélien, ou bénéficient de soins de santé, de jours de congé maladie et autres droits liés au travail. « Si les travailleurs ont moins de 18 ans, ils ne peuvent travailler qu’un nombre d’heures restreints et sous certaines conditions. Ils ne sont pas censés faire du travail manuel. Leurs droits doivent être protégés », ajoute Christopher Whitman. « Si des enfants juifs travaillaient comme main d’oeuvre dans les colonies, cela provoquerait une vague de protestations en Israël. »

Accès à l’éducation restreint

Les restrictions imposées sur la construction des infrastructures scolaires ont eu un impact dévastateur sur le développement des enfants de la vallée du Jourdain. « Un nombre élevé d’enfants palestiniens se voient refuser leur droit élémentaire à l’éducation ou sont obligés de parcourir bien des kilomètres à pied à travers des terrains dangereux pour aller à l’école », estimait l’organisation Ma’an dans un rapport sorti cette année. On peut également y lire que près de 10’000 enfants vivant en « Zone C » ont entamé l’année scolaire 2011-2012 en suivant les cours dans des tentes, des caravanes ou des cabanes en tôle sans la moindre protection contre la chaleur ou le froid. De plus, près d’un tiers des écoles dans cette zone ne disposent pas d’eau ni d’équipements sanitaires. Sans compter qu’au moins 23 écoles qui accueillent 2’250 enfants dans cette région sont menacées par un ordre d’arrêt des cours ou une démolition.

*Prénom d’emprunt.


La crise du sionisme

URL du billet: http://www.france-palestine.org/La-crise-du-sionisme

Articles en anglais sur la Palestine occupée / Mardi 29mai 2012

VIDEO | Four Years Of Struggle In Ni’lin


URL du billet: http://occupiedpalestine.wordpress.com/2012/05/28/video-four-years-of-struggle-in-nilin/

'New Democratic Egypt': A Plus for Palestinians?
URL du billet: http://palestinechronicle.com/


Palestine's Soccer Player Critically ill After 70 Days Hunger Strike




URL du billet:http://english.pnn.ps/index.php/prisoners/1765-palestines-soccer-player-critically-ill-after-70-days-hunger-strike


Nablus: Palestinian Shot by a Settler
URL du billet: http://english.pnn.ps/index.php/politics/1764-nablus-palestinian-shot-by-a-settler


Report: Turkey approves indictment of Israeli commanders




URL du billet:  http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=490224


After deal, Israel still jailing Palestinians without charge
URL du billet: http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=490164


Netanyahu govt to impose fines on mayors of cities that employ migrant workers
URL du billet: http://mondoweiss.net/2012/05/netanyahu-govt-to-impose-fines-on-the-mayors-of-cities-that-employ-migrant-workers.html


Soldiers Invade Village Near Qalqilia


Archive - Photo By International Solidairty Movement
Archive - Photo By International Solidairty Movement 

URL du billet: http://www.imemc.org/article/63600


Israel Prevents Jerusalem Sheikh From Entering Al-Aqsa Mosque


Sheikh Rafah Najeeb - Palinfo
Sheikh Rafah Najeeb - Palinfo


URL du billet: http://www.imemc.org/article/63601


BAKER: In Israel, we do not trust




URL du billet: http://www.australiansforpalestine.net/63876#more-63876


Why we say ‘no’ to Habima at the Globe: Dr Ghada Karmi


London's Globe Theatre invited Habima, Israel's National Theatre, to perform in their Shakespeare festival in May 2012. Their participation in the festival was strongly opposed by many actors, playwrights and directors, because Habima performs in Israel's illegal settlements in the Occupied Palestinian Territories. The reasons for boycotting Habima are presented in interviews by some of those who opposed the visit.





Jérusalem:L'occupation arrête 4 mineurs palestiniens


Publié le 28 mai 2012 sur le site palestine-info


Les forces de la police de l'occupation israélienne ont arrêté, le dimanche soir 27 mai, quatre mineurs palestiniens dans le quartiers de Sheikh Jarrah dans la ville occupée de Jérusalem, en les accusant d'avoir lancé des pierres sur les colons extrémistes habitants dans la ville.

Des sources locales ont déclaré à notre correspondant que les 4 enfants subissent des enquêtes dans le centre de police de Parid dans la rue de Salah Eddine.

Il est à noter que les autorités de l'occupation israélienne ont intensifié leur attaque contre les enfants dans la ville occupée d'al-Qods , sous des faibles prétexte tels que les jets des pierres sur les véhicules des colons,de l'armée, de  la police et des milices des soi-disant "gardes-frontières".

URL du billet:  http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s75vQVnjH1OebfqdybCpqq582Q8CobEqspa%2fgZBx9Y8Qrgm%2bjlhluO4XuAuzAMMQaPq158WuvGKnUdln5mEydct0ree47CN%2fFZVfLxovPL%2bvs%3d

Les forces occupantes israéliennes haussant leur drapeau sur les esplanades d'al-Aqsa


Publié le 28 mai 2012 sur le site palestine-info

Jérusalem occupée - CPI

Un groupe de forces spéciales de l'ennemi occupant israélien ont haussé, le lundi 28 mai, leur drapeau d'une longueur de 3 mètres sur les esplanades de la mosquée bénie d'al-Aqsa devant la porte d'al-Rahma pour prendre des photos commémoratives.

Le directeur des Wakfs islamiques dans la ville occupée de Jérusalem, Azzam el-Khatib, a dit dans une déclaration de presse qu'environ 160 soldats des forces spéciales de l'ennemi occupant ont haussé leur drapeau de manière provocatrice sur les esplanades de la mosquée bénie d'al-Aqsa.

Il a ajouté que l'un des gardiens de la mosquée a demandé aux soldats armés occupants de descendre leur drapeau immédiatement et de quitter les esplanades d'al-Aqsa, mais ils ont crié en face de lui ; il est à souligner que cette action est faite pour la première fois depuis 1967.

Prisonniers palestiniens en Israël : l’Etat sioniste n’a pas de parole

Publié le mardi 29 mai 2012 sur le site info-palestine.net
Noah Browning - Ma’an News

Un accord sous médiation égyptienne avait mis fin à une grève de la faim massivement suivie par les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes. Mais cet accord n’a pas permis qu’Israël change sa politique de détention sans procès.

(JPG)
Hana Shalabi, succédant à Khader Adnan, a enduré une grève de la faim de près de 50 jours pour protester contre sa "détention administrative"

Durant les deux semaines qui ont suivi le moment où quelques 2000 détenus ont convenu de mettre fin à leur grève de la faim, plus de 25 prisonniers ont soit été kidnappés après leur libération ou ont vu renouvelée leur détention « administrative » de six mois, ont déclaré des responsables palestiniens ce lundi.

Les chiffres, dans ces deux dernières semaines, des nouvelles détentions à l’encontre de Palestiniens soupçonnés de résistance, sont largement en accord avec les statistiques passées, ont indiqué les responsables.

Selon l’accord, Israël avait accepté de réduire l’isolement et d’augmenter les visites familiales. L’accord ne contient pas de mécanismes explicites pour mettre fin à la détention sans procès, mais les prisonniers et les négociateurs pensaient avoir contraint Israël à restreindre cette pratique et se référaient au plus grand nombre de cas soumis devant les tribunaux.

« Nous pensons que le côté palestinien et le côté égyptien ont fait la même erreur, ce qui laisse le côté israélien déterminer lui-même ce que les termes de l’accord signifient », a déclaré Mourad Jadallah, un représentant d’Addameer, le groupe de défense des droits des prisonniers basé à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Les responsables des prisons israéliennes n’ont pas pu être immédiatement joints pour un commentaire.
La pratique de la détention sans procès a suscité des critiques internationales. Israël affirme que la pratique est nécessaire parce que certains cas ne peuvent pas être portées à la publicité des débats de peur d’exposer des sources palestiniennes de renseignement [des collaborateurs - NdT] qui ont coopéré avec Israël.

« Israël a manipulé à l’extrême les termes de l’accord », a déclaré à la radio palestinienne Jawad Boulos, l’un des avocats. « C’est triste, douloureux et irritant, et pas seulement pour nous mais pour les prisonniers qui ont déjà vu leur incarcération prolongée trois ou quatre fois. »

La plupart des 2000 prisonniers grévistes ont jeûné pendant tout un mois. Mais plusieurs d’entre eux avaient refusé la nourriture jusqu’à 77 jours d’affilé - suscitant des craintes en Israël d’une réaction sanglante palestinienne si l’un d’eux venait à décéder. Israël détient 4800 Palestiniens dans ses prisons.

Deux prisonniers ont refusé d’accepter l’accord et sont toujours en grève de la faim. L’un d’eux, Mahmoud al-Sarsak, un joueur de football de Gaza détenu par Israël sous le régime de « combattant illégal », n’a pas mangé depuis 71 jours.

Dans une prison du désert dans le sud d’Israël, plusieurs dizaines de membres du Hamas détenus sans procès ont menacé d’une grève de la faim illimitée, sauf s’ils sont libérés, selon une lettre manuscrite lue par Reuters.

28 mai 2012 - Ma’an news - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.net/eng/ViewDet...
Traduction : Info-Palestine.net

URL du billet: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12223

Sept militants pro-palestiniens convoqués au tribunal cet après-midi

Publié le 29 mai 2012 sur le site ouest-france.fr

Sept militants pro-palestiniens sont convoqués devant le délégué du procureur de la République, ce mardi après-midi à 13 h 30. Ils doivent faire l’objet d’un rappel à la loi ou d’un avertissement. Cette notification judiciaire fait suite à l’action menée en mars 2010 au Carrefour Market de la gare. Ils avaient appelé au boycott des produits palestiniens. Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme avait porté plainte pour discrimination, incitation à la haine et à la violence à l’égard d’une ethnie, d’une nation, d’une race ou d’une religion.

Un appel au soutien

Selon les militants pro-palestiniens, ces accusations sont « sans aucun rapport » avec les motifs de leur action. « L’appel au boycott des produits israéliens est motivé par le fait que l’État israélien viole en permanence et depuis des années, dans la plus parfaite impunité, le droit international en occupant et en colonisant la Palestine » indiquent dans un communiqué le Collectif Orne Palestine et l’Association France Palestine solidarité. Ils lancent un appel à soutenir les militants convoqués à 13 h 30 au tribunal, place Foch.

lundi 28 mai 2012

Arrivée d’une délégation de la Commission électorale palestinienne à Gaza

Publié le 28 mai 2012 sur le site letemps.ch

Une délégation conduite par le président de la Commission électorale centrale (CEC) palestinienne Hanna Nasser est arrivée lundi dans la bande de Gaza pour y rencontrer le chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a indiqué une source au sein de la CEC.

La délégation doit rencontrer à la mi-journée M. Haniyeh pour discuter de la mise à jour des registres électoraux dans la bande de Gaza, étape indispensable à l’organisation de nouveaux scrutins, a précisé cette source à l’AFP sous le couvert de l’anonymat.

Le 20 mai, le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et le Hamas ont conclu un nouvel accord sous médiation égyptienne prévoyant que l’enregistrement des nouveaux électeurs à Gaza et les discussions sur la formation d’un gouvernement d’indépendants s’ouvrent simultanément afin de surmonter deux des principaux obstacles à l’application de l’accord de réconciliation nationale.

«Les rencontres entre le Fatah et le Hamas sur le nouveau gouvernement se tiendront au Caire lundi», a déclaré dimanche à l’AFP un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri.

En vertu de l’accord de réconciliation signé le 27 avril 2011 entre le Fatah et le Hamas, qui administrent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et Gaza, leurs deux gouvernements rivaux devaient céder la place à un exécutif transitoire non partisan chargé d’organiser des élections générales dans un délai d’un an, des échéances largement dépassées.

L’accord du 20 mai prévoit que cet exécutif transitoire dirigé par M. Abbas dispose d’un mandat de six mois maximum, à l’expiration duquel, si les élections n’ont pas pu se tenir, les deux mouvements conviendront de la formation d’un nouveau gouvernement, avec à sa tête une personnalité indépendante. (AFP)

URL du billet:  http://www.letemps.ch/Page/Uuid/7ebab33e-a8a8-11e1-ae94-6d7cbc3c9447/Arriv%C3%A9e_dune_d%C3%A9l%C3%A9gation_de_la_Commission_%C3%A9lectorale_palestinienne_%C3%A0_Gaza

سلطة الطاقة: استمرار أزمة شحنة الوقود القطرية

URL du billet: http://www.alaqsavoice.ps/arabic/index.php?action=detail&id=95890

لقاء يجمع حماس بفتح اليوم لبحث تشكيل الحكومة

URL du billet:  http://www.alaqsavoice.ps/arabic/index.php?action=detail&id=95868

نابلس:اصابة مواطن بجروح خطيرة بعد اطلاق مستوطن النار عليه


URL du billet:  http://arabic.pnn.ps/index.php/policy/14975-نابلس-اصابة-مواطن-بجروح-خطيرة-بعد-اطلاق-مستوطن-النار-عليه

Articles en anglais sur la Palestine occupée / Lundi 28 mai 2012

Palestine airlines resume flights after 7 years


Palestinian Airlines after Seven Years..........
Palestinian Airlines after Seven Years..........

URL du billet:  http://www.imemc.org/article/63593


Youth activists voice opposition to UN agencies in Gaza
URL du billet: http://www.imemc.org/article/63594

Palestinian Citizen Wounded by Settler
URL du billet: http://www.imemc.org/article/63591


Report: Court convicts Israeli policemen of negligent homicide


Israeli police pictured in Jerusalem in 2010.
(MaanImages/Mimmi Nietula)

URL du billet: http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=489944