lundi 30 avril 2012

45 حالة إصابة في اشتباكات متظاهري وزارة الدفاع وبلطجية

URL du billet: http://www.islammemo.cc/hadath-el-saa/Mewaghat-elgish-aboIsmail/2012/04/30/148992.html

Le hacker saoudien OxOmar tué par une tempête de sable. Ou par le Mossad.

URL du billet: http://jssnews.com/2012/04/30/le-hacker-saoudien-oxomar-tue-par-une-tempete-de-sable-ou-par-le-mossad/

Le site des JO de Londres 2012 enlève Jérusalem de « Palestine » pour le rendre à « Israël »

URL du billet:   http://jssnews.com/2012/04/30/le-site-des-jo-de-londres-2012-enleve-jerusalem-de-palestine-pour-le-rendre-a-israel/

Israël commence à ériger un mur à sa frontière avec le Liban (armée)

Publié le 30 avril 2012 sur le site lorientlejour.com
par AFP

L'armée israélienne a annoncé avoir commencé lundi à ériger un mur de plus d'un kilomètre de long à sa frontière avec le Liban, à la hauteur de la localité israélienne de Metula

"Cette construction qui a commencé lundi est faite en coordination avec la Finul (Force Intérimaire des Nations Unie au Liban) et l'armée libanaise. Le mur est destiné à éviter des frictions à la frontière", a expliqué à l'AFP une porte-parole de l'armée, sans donner d'autres détails.

La radio publique a précisé que le mur de plusieurs mètres de haut était destiné à éviter des tirs vers Metula à partir du Liban et que sa construction allait durer plusieurs semaines.

En janvier, l'armée israélienne avait annoncé ce projet en précisant que ce mur devait protéger des blocs d'immeubles récemment construits à Metula contre des tirs provenant du village libanais de Kfar Kila, situé à un kilomètre en face et qui surplombe l'actuelle barrière de sécurité.

Israël et le Liban sont techniquement en guerre, mais les responsables militaires des deux pays se rencontrent régulièrement sous les auspices de la Finul pour discuter des problèmes à la frontière.

En 2006, une guerre brève mais sanglante et dévastatrice a opposé Israël et le mouvement chiite libanais Hezbollah, qui contrôle la région frontalière.

URL du billet:    http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/756921/Israel_commence_a_eriger_un_mur_a_sa_frontiere_avec_le_Liban_%28armee%29.html    

Des élections anticipées et un service civil pour les arabes israéliens en débat

URL du billet:  http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120429-israel-coeur-agitation-politique-le-dossier-service-militaire-tous

Israël en route vers des élections anticipées ?
URL du billet: http://www.liberation.fr/monde/2012/04/29/israel-en-route-vers-des-elections-anticipees_815132

Israël : Netanyahu veut que les arabes intègrent obligatoirement le service civil
URL du billet:  http://jssnews.com/2012/04/29/israel-netanyahu-veut-que-les-arabes-integrent-obligatoirement-le-service-civil/

اليوم الــ14 لإضراب الكرامة..الأسرى: ماضون بكل عزم

URL du billet: http://www.alaqsavoice.ps/arabic/index.php?action=detail&id=94668

مبررة تنصلها من المصالحة..فتح: الاتفاق تجاهل قضايا جوهرية

URL du billet: http://www.alaqsavoice.ps/arabic/index.php?action=detail&id=94669

أسرى فتح والجبهة يرفضون عرضيْن للاحتلال مقابل عدم الانضمام للاضراب

URL du billet:  http://www.alaqsavoice.ps/arabic/?action=detail&id=94655

Carlos Latuff, caricaturiste 2.0 au service des peuples opprimés

Publié le 26 avril 202 sur le site lorientlejour.com
Par Anne ILCINKAS / olj.com

Carlos Latuff, caricaturiste brésilien et descendant de Libanais, exhibant un de ses dessins.
Carlos Latuff, caricaturiste brésilien et descendant de Libanais, exhibant un de ses dessins.


Quelques caricatures de Carlos Latuff
http://www.lorientlejour.com/category/+La+Une/article/756231/Carlos_Latuff%2C_caricaturiste_2.0_au_service_des_peuples_opprimes.html

Ses caricatures ont été brandies sur des pancartes, exhibées sur des t-shirts, reproduites sur les murs des villes. Elles ont servi d’armes aux révolutionnaires au début du printemps arabe dans leur combat pour la liberté. Aujourd’hui, elles sont toujours recyclées, de l’Egypte où les militaires sont toujours au pouvoir, à Bahreïn, où le régime maintient un Grand Prix de Formule 1 alors que la rue chiite gronde.

Les moindres soubresauts du monde arabe, Carlos Latuff les croque alors qu’il se trouve à Rio de Janeiro, à des milliers de kilomètres du Moyen-Orient. Une distance physique, largement compensée par une proximité de cœur, pour ce descendant de Libanais.

En mars dernier, Carlos Latuff, 42 ans, était de passage à Beyrouth.

Pantalon à carreaux en toile, maillot de foot vert vif, Carlos Latuff a conservé l’allure de l’adolescent et les idéaux chers, parfois, à la jeunesse. Invité à participer à une conférence organisée à l’AUB dans le cadre de la semaine contre l’apartheid israélien, il reçoit dans son hôtel de Hamra, les yeux encore engourdis par les heures de travail, rougis après une nuit passée à surfer sur le net.

Il s’agissait là de la deuxième visite au Liban pour ce Brésilien qui ignore quasiment tout de son pays et ne sait même pas d’où vient sa famille. Tout juste sait-il que sa mère a, un temps, correspondu avec une cousine à Choueifat.

C’est dans les années quarante que Nagib Lattouf, grand-père de Carlos, quitte le Liban pour bâtir une nouvelle vie au Brésil. C’est un départ sans retour et les descendants de Nagib n’éprouvent pas le besoin de découvrir leurs racines. Seul Carlos posera le pied au Liban. A chaque fois, en 2009 et en mars dernier, sur invitation d’ONG de défense des droits des Palestiniens. A chaque fois, aussi, Latuff tiendra à visiter des camps palestiniens, qu’il compare volontiers aux favelas de Rio.



Farouchement anti-impérialiste, anti-capitaliste, pro-palestinien assumé, tiers-mondiste, solidaire des paysans sans terre, en lutte contre la violence policière, Carlos Latuff est, aujourd’hui, indissociable des nombreuses causes qu’il défend.

Mais le caricaturiste n’a pas toujours été politisé.

"Enfant, je savais que je voulais dessiner, être un artiste. Mais jamais je n’avais pensé être un caricaturiste politique", se souvient Carlos, né à Rio en novembre 1968 dans une famille de la classe populaire. Il commence sa vie professionnelle comme illustrateur dans une agence de publicité. Puis, n’ayant pu être embauché dans un grand journal, "faute de piston", le jeune dessinateur se tourne vers les publications des syndicats de gauche.

Aujourd’hui encore, ce sont les caricatures qu’il fait pour cette presse syndicale qui lui permettent de vivre et de pouvoir dessiner celles qu’il met gratuitement à la disposition des sympathisants des différentes causes auxquelles il adhère.
Car Carlos diffuse ses caricatures directement aux activistes du monde entier via Twitter. Grâce à elles, explique-t-il, ses "liens avec le monde arabe se sont renforcés".

Bien avant le printemps arabe, c’est avec les zapatistes du Mexique que Latuff a commencé sa vie de militant en envoyant quelques caricatures par fax au secrétariat du mouvement.
Puis, en 1996, il découvre internet. "Au début, je n’avais pas idée du pouvoir de l’internet, indique-t-il. C’est plus tard que j’ai commencé à scanner les caricatures pour en faire une galerie sur internet accessible à tous".

Internet ouvre aussi les yeux du dessinateur sur le monde et ses multiples foyers d’oppression et d’injustice.
Carlos ne peut rester sans rien faire. Il décide de prendre les armes. Et ses armes, ce sont ses crayons qu’il met au service de la défense du plus faible, de l’opprimé.

Carlos découvre la cause palestinienne. Une cause parmi tant d’autres jusqu’à ce voyage qu’il fait en Cisjordanie, en 1999, sur invitation d’une ONG palestinienne. "A partir de là, c’est devenu personnel. Après avoir vu les conditions de vie des Palestiniens, il ne pouvait en être autrement", explique Carlos.
L’engagement de Latuff est total, le caricaturiste allant jusqu’à comparer Israël au régime nazi.
Taxé d’antisémitisme, le militant s’en défend. "C’est l’une des accusations favorites à l’égard de quiconque ose critiquer la politique israélienne. Cela ne m’atteint pas. Aujourd’hui, ils m’accusent de nier l’holocauste parce que j’ai participé -et obtenu un prix- à un concours sur l‘holocauste organisé en Iran en 2006. C’est une accusation dénuée de sens, puisque dans la caricature j’affirme au contraire l’existence de l’holocauste", souligne-t-il.




Son travail sur le Printemps arabe suscite beaucoup moins la controverse. Au contraire, il permet au caricaturiste d’acquérir une certaine notoriété outre-Atlantique.

Depuis le début, Latuff, rivé à son ordinateur à Rio, transpose quasiment en temps réel le souffle de révolte qui balaie le monde arabe, et le diffuse au monde entier via Twitter. Aujourd’hui, plus de 87.000 abonnés reçoivent directement ses caricatures.

C’est à travers ce réseau social que Latuff est contacté, le 23 janvier 2011, par des activistes égyptiens, deux jours avant la première grande manifestation contre le régime de Hosni Moubarak.

Les révolutionnaires égyptiens lui demandent de dessiner pour eux. Latuff leur envoie cinq caricatures. Le 25 janvier, il voit sur les photos des agences de presse que les révolutionnaires sont descendus dans la rue avec ses dessins. "C’est une émotion que je ne peux expliquer avec des mots, se souvient-il. C’est le sentiment d’une mission accomplie… Voir ces caricatures réappropriées et servir d’outil de lutte aux révolutionnaires…"

Après la chute de Moubarak en Egypte, Latuff continue sur sa lancée. Yémen, Libye, Bahreïn, Syrie… A chaque fois que des manifestants battent le pavé pour demander des comptes à leur dirigeant, Carlos Latuff les soutient avec ses crayons.

Mais depuis le cas libyen, le militant s’interroge. "La révolution en Libye a été confisquée par les puissances occidentales qui ont aidé l’+opposition+, dénonce-t-il. Elles l’ont fait car elles ont vu l’opportunité de faire tomber un régime traditionnellement hostile au Etats-Unis et à Israël. C’est ce qui est en train de se passer en Syrie aussi. Hillary Clinton dénonce avec vigueur la répression dans le sang perpétrée par le régime d’Assad. Je l’invite à critiquer aussi la situation des droits de l’homme en Arabie Saoudite. Je l’invite à faire de même concernant la répression au Bahreïn".

Le Bahreïn, théâtre d’un bras de fer entre le régime sunnite et la communauté chiite. Latuff a repris ses crayons, et d’un trait, donne voix à ceux que l’on veut faire taire.

URL du billet: http://www.lorientlejour.com/category/+La+Une/article/756231/Carlos_Latuff%2C_caricaturiste_2.0_au_service_des_peuples_opprimes.html

Veille citoyenne du CCY / Lundi 30 avril 2012

France – Alassane Ouattara en visite privée à Paris
URL du billet: http://www.connectionivoirienne.net/france-alassane-ouattara-en-visite-privee-a-paris

Infos Mediapart. Une "infamie" pour Sarkozy, une "affaire d'état" pour Eva Joly
URL du billet: http://www.letelegramme.com/presidentielle-2012/infos-mediapart-une-infamie-pour-sarkozy-une-affaire-d-etat-pour-eva-joly-29-04-2012-1686138.php

Financement de la campagne 2007 : Sarkozy va porter plainte contre Mediapart
URL du billet: http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/30/financement-de-la-campagne-2007-sarkozy-va-porter-plainte-contre-mediapart_815286

Dégradation des relations entre l'Arabie saoudite et l'Egypte: Riyadh ferme son ambassade au Caire
URL du billet: http://www.lexpressiondz.com/internationale/152882-riyadh-ferme-son-ambassade-au-caire.html

L'appel d'Hassen Chalghoumi à manifester contre le "radicalisme religieux" fait un bide
URL du billet: http://oumma.com/12613/lappel-dhassen-chalghoumi-a-manifester-contre-radicali

Scotland Edinburg’s Solidarity March in support of #Palhunger strikers – Photography

403462_440474032645022_411275785564847_1698493_89005616_n

URL du billet: http://occupiedpalestine.wordpress.com/2012/04/29/scotland-edinburgs-solidarity-march-in-support-of-palhunger-strikers-photography/

Retour sur le prix Ya bon awards 2012 remis à Fourest



URL du billet: http://oumma.com/12606/retour-prix-ya-awards-2012-remis-a-fourest

Fukushima réacteur 4, un danger au delà de tout ce qu'on a connu



Le soin sans consentement n’existe pas 
URL du billet: http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/

Israël: le père de Benjamin Netanyahu décède à 102 ans

Publié le 30 avril 2012 sur le site lorientlejour.com

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. RONEN ZVULUN/
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. RONEN ZVULUN/ AFP
Le père du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Bentzion Netanyahu, est décédé lundi à l'âge de 102 ans, a annoncé le bureau du chef du gouvernement.

Benjamin Netanyahu a plusieurs fois évoqué l'influence déterminante de son père, un partisan de la droite nationaliste né à Varsovie en 1910 et arrivé 10 ans plus tard en Palestine, alors sous mandat britannique.

Dans les années 1930, Bentzion Netanyahu, professeur d'histoire spécialiste des juifs dans l'Espagne médiévale, a été secrétaire de Zeev Jabotinsky, le fondateur du mouvement Révisionniste, dont se réclame le Likoud, le parti de Benjamin Netanyahu.

Lors du premier mandat de son fils à la tête du gouvernement (1996-2000), Bentzion Netanyahu l'avait critiqué pour avoir accepté un retrait partiel de la ville palestinienne de Hébron en Cisjordanie.

En 2005, il avait signé avec d'autres intellectuels de droite une pétition qui qualifiait le retrait de la bande de Gaza décidé par Ariel Sharon de "crime contre l'humanité".

URL du billet:  http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/756910/Israel%3A_le_pere_de_Benjamin_Netanyahu_decede_a_102_ans.html

Articles en anglais sur la Palestine occupée / Lundi 30 avril 2012

Palestinian Leader Ahmad Sa’adat Transferred to Ramle Prison Hospital from Isolation in Ramon


640x392 12974_195601_copy_copy












URL du billet: http://english.pnn.ps/index.php/prisoners/1507-palestinian-leader-ahmad-saadat-transferred-to-ramle-prison-hospital-from-isolation-in-ramon

Nakba Remembered 


URL du billet: http://english.pnn.ps/index.php/nonviolence/1501-nakba-remembered

Photos: April 28 protests in Edinburgh and London for Palestinian prisoners




URL du billet: http://samidoun.ca/2012/04/photos-april-28-protests-in-edinburgh-and-london-for-palestinian-prisoners/

Jordanian prisoner Hamza Aldababsh on hunger strike, calls for Jordanian people’s action


URL du billet: http://samidoun.ca/2012/04/jordanian-prisoner-hamza-aldababsh-on-hunger-strike-calls-for-jordanian-peoples-action/

A weekend of violence against Palestinian activists that the UN will never get around to condemning
URL du billet: http://mondoweiss.net/2012/04/a-weekend-of-violence-against-palestinian-activists-that-the-un-will-never-get-around-to-condemning.html

How Zionists implanted their dream in Einstein
URL du billet: http://mondoweiss.net/2012/04/how-zionists-implanted-their-dream-in-einstein.html

Gaza's Ministry of Agriculture condemns arrest of Palestinian fishermen
URL du billet:  http://www.middleeastmonitor.org.uk/news/middle-east/3679-gazas-ministry-of-agriculture-condemns-arrest-of-palestinian-fishermen

Mechaal: la question des prisonniers palestiniens sera soumise à l'ONU

Publié le 29 avril 2012 sur le site lorientlejour.com
OLJ/Agences

Le chef du mouvement islamiste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a indiqué dimanche au Caire avoir convenu avec le président palestinien Mahmoud Abbas et la Ligue arabe de soumettre la question des prisonniers palestiniens à l'Assemblée générale des Nations unies. 



Environ 1.200 détenus palestiniens ont entamé une grève de la faim illimitée le 17 avril pour protester contre leurs conditions de détention. Quelques jours plus tard, près de 150 autres détenus se sont joints au mouvement.

M. Mechaal a affirmé à des journalistes s'être mis d'accord avec M. Abbas et avec le patron de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, pour "internationaliser la question des Palestiniens et des Arabes dans les prisons israéliennes et la soumettre à l'Assemblée générale des Nations unies".

Le responsable du Hamas a précisé avoir "un accord similaire et une coordination entière avec le président Mahmoud Abbas sur ce dossier".

"Le dossier des prisonniers doit être ouvert (...). Ces prisonniers ont été obligés de se lancer dans la bataille des estomacs vides pour mettre fin aux violations à leur encontre", a-t-il poursuivi.

"La question des prisonniers est urgente et ce qui se passe dans les prisons israéliennes n'est pas humain", a de son côté affirmé M. al-Arabi.

Les grévistes de la faim réclament l'abolition de la détention administrative et de l'isolement carcéral.

La détention administrative est une disposition controversée, héritée du mandat britannique sur la Palestine, qui permet l'incarcération sans inculpation ni jugement de suspects pour des périodes de six mois renouvelables indéfiniment.

Environ 4.700 Palestiniens sont détenus par Israël, selon le Club des prisonniers palestiniens, la plupart pour des motifs de sécurité et purgeant des peines de prison à perpétuité.

M. Mechaal est en visite au Caire à la tête d'une délégation du Hamas. Il s'est aussi entretenu avec le chef de la diplomatie égyptienne Mohammed Kamel Amr de la réconciliation entre son mouvement et le Fatah de Mahmoud Abbas.

URL du billet:  http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/756792/Mechaal%3A_la_question_des_prisonniers_palestiniens_sera_soumise_a_lONU.html

UBS/CS: deux Israéliens réclament des millions aux deux banques

URL du billet: http://www.romandie.com/news/n/PRESSEUBSCS_deux_Israeliens_reclament_des_millions_aux_deux_banques49300420120625.asp

Israël: hospitalisation du chef du FPLP en grève de la faim en prison

Publié le 29 avril 2012 sur le site romandie.com

RAMALLAH (Territoires palestiniens) - Le secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), qui observe depuis près de deux semaines une grève de la faim, a été transféré vers une prison-hôpital près de Tel-Aviv, a indiqué dimanche un député palestinien.


Ahmed Saadat, secrétaire général du FPLP (gauche nationaliste), a commencé à refuser toute nourriture le 17 avril dans le cadre d'un mouvement de grève de la faim de prisonniers palestiniens suivi par au moins 1.350 Palestiniens détenus par Israël.

Ahmed Saadat a été transféré vers l'aile médicale de la prison de Ramleh mais nous n'avons pas de précisions sur son état de santé, a indiqué Khalida Jarrar, l'une des trois députés du FPLP.

Israël est responsable de sa vie car il est dans une prison israélienne, a estimé Mme Jarrar qui est responsable du dossier des prisonniers au sein du Conseil législatif palestinien (CLP).

Une porte-parole de l'administration pénitentiaire a confirmé que Ahmed Saadat avait été transféré, précisant qu'il s'agissait d'une mesure de précaution et que son état de santé était bon.

Il a été transféré (...) en raison de son âge avancé, pour permettre un meilleur suivi, a indiqué la porte-parole Sivan Weizman à l'AFP. Il est en bon état de santé, a-t-il ajouté.

Ahmed Saadat, qui approche les 60 ans, purge une peine de 30 ans pour avoir dirigé une organisation terroriste.

Il avait d'abord été accusé d'être le cerveau du meurtre du ministre israélien du Tourisme Rehavam Zeevi en octobre 2001, avant que ces charges ne soient abandonnées par le parquet.

M. Saadat, un des principaux chefs du mouvement national palestinien en prison, avait déjà été hospitalisé en octobre après avoir observé une grève de la faim pendant 21 jours, selon son entourage.

De son côté, le chef du mouvement islamiste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a indiqué dimanche au Caire avoir convenu avec le président Mahmoud Abbas et la Ligue arabe de soumettre la question des prisonniers palestiniens à l'Assemblée générale des Nations unies.

Environ 1.200 détenus palestiniens ont entamé une grève de la faim illimitée le 17 avril pour protester contre leurs conditions de détention. Depuis, près de 150 autres détenus se sont joints au mouvement.

Selon l'ONG palestinienne de soutien aux prisonniers Addameer, quelque 3.500 prisonniers au total devraient suivre le mouvement de grève de la faim à compter de mardi prochain.

Le ministre palestinien des Prisonniers, Issa Qaraqaë, a indiqué de son côté à l'AFP que des contacts étaient en cours entre l'Autorité palestinienne, Israël, les pays arabes et l'Union européenne pour tenter de régler ce conflit sans précédent dans les prisons israéliennes.

Parmi les cas les plus pressants, figurent deux détenus, Bilal Diab et Thaër Halahla, qui ont cessé de s'alimenter depuis plus de deux mois pour protester contre leur maintien en détention administrative, c'est-à-dire sans inculpation.

L'état de Bilal Diab, 27 ans, de Jénine (nord de la Cisjordanie), s'est fortement dégradé ces derniers jours, et il a momentanément perdu connaissance dimanche, a précisé le Club des prisonniers palestiniens.

Environ 4.700 Palestiniens sont détenus par Israël, selon cette association, la plupart pour des motifs de sécurité et purgeant des peines de prison à perpétuité.

(©AFP / 29 avril 2012 21h02)

URL du billet: http://www.romandie.com/news/n/_Israel_hospitalisation_du_chef_du_FPLP_en_greve_de_la_faim_en_prison51290420122103.asp

Sur le même sujet

Passons à l'action pour Ahmad Sa'adat et les prisonniers palestiniens en grève de la faim

Publié le 29 avril 2012 sur le site ism-france.org
Par Campagne pour la libération d'Ahmad Saadat

28.04.2012 - Plus de 1600 prisonniers palestiniens sont engagés actuellement dans une grève de la faim illimitée et ferme lancée le 17 avril 2012, le Jour des Prisonniers palestiniens. Ahmad Sa'adat, leader national palestinien et Secrétaire-général du Front populaire pour la Libération de la Palestine, fait parmi de ces prisonniers, participant une fois encore à la "bataille des ventres vides" pour exiger la justice et la dignité, et il est maintenant en grève de la faim depuis 12 jours.

Les grévistes de la faim palestiniens exigent la fin de l'isolement et du confinement solitaire, la fin de la détention administrative, l'accès aux visites familiales pour tous les prisonniers, y compris ceux de Gaza et l'accès à l'éducation et aux médias. Sa'adat est en isolement depuis plus de 3 ans, depuis mars 2009.

Passons à l'action pour Ahmad Sa'adat et les prisonniers palestiniens en grève de la faim

Les prisonniers palestiniens en grève de la faim en appellent à la solidarité internationale. Passez à l'action aujourd'hui pour soutenir la liberté, la dignité et la justice pour Ahmad Sa'adat et tous les prisonniers palestiniens ! Ci-dessous les actions que vous pouvez mener.

Dans un communiqué de dernière minute, les prisonniers politiques palestiniens du FPLP ont refusé l'offre de l'occupation de mettre fin à l'isolement de Sa'adat s'ils cessaient leur grève de la faim. Ils ont refusé - la grève de la faim comprend des prisonniers de toutes les factions palestiniennes, unies dans leurs revendications.

Une nouvelle lettre de Ahmad Sa'adat à sa famille, aux peuples palestinien et arabe et au monde, a été publiée aujourd'hui, sortie subrepticement de sa cellule d'isolement. Il l'a écrite au 8ème jour de la grève de la faim "Karameh" (Dignité) et elle appelle à soutenir la grève de la faim aux niveaux palestinien, arabe et international :

"24.04.2012 - Très chers Umm Ghassan et tous mes bien-aimés, Ghassan, Amal, Iba, Loay, Sumoud, Yassar, et toute ma famille ;
Ne vous inquiétez pas, ma santé est bien meilleure que lors de la précédente grève de la faim, et je suis persuadé qu'elle le restera. Merci de votre soutien constant à ma décision dans cette grève de la faim. Comme à chaque grève de la faim, ils ont pris tous nos appareils électrique, la cantine, les habits... ils ne nous ont laissé les uniformes de prisonnier, quelques rechanges, les pyjamas, les serviettes, le savon et le dentifrice.

Nous avons tous perdu entre 5 et 7 kg, mais nous sommes tous en bonne santé et plus important, nous avons bon moral et sommes déterminés à poursuivre la grève. Nous ne doutons pas de notre victoire car nous avons foi en la justice de notre cause et de nos revendications, et dans le soutien des masses de notre peuple, de notre nation et du monde libre - individus, organisations et institutions - qui comme toujours sont à nos côtés dans notre juste lutte.

Ces revendications comprennent un certain nombre de droits de l'homme légitimes en vertu du droit international, dont l'abolition du confinement solitaire comme forme dangereuse de torture sans justification sécuritaire ou juridique, et contraire au droit humanitaire international et à toutes les conventions humanitaires qui interdisent la torture. Nous exigeons également qu'il soit mis un terme à l'interdiction des visites familiales aux prisonniers originaires de Gaza depuis plus de sept ans, ainsi que l'ingérence dans les visites des familles de Cisjordanie sous le prétexte de "raisons sécuritaires", et nous exigeons que ces visites soient autorisées pour la famille élargie comme pour la famille proche.

Ce dont nous avons besoin, de la part des masses du peuple, des forces politiques et des institutions, c'est de faire entendre les voix et les justes revendications des prisonniers avec une voix unie, et de ne pas assujettir la cause des prisonniers aux dissensions internes ou à la gestion de la division.

Cette grève comprend la participation de toutes les forces et factions politiques sans exception, et le plus beau cadeau des forces politiques qui nous soutiennent est de mettre en oeuvre les accords d'unité, dont l'encre n'est pas encore sèche. Cette unité est un fondement essentiel, le pilier le plus important pour atteindre nos objectifs nationaux justes.

En conclusion, je salue et je remercie toutes les forces palestiniennes, arabes et internationales qui se tiennent aux côtés de notre juste lutte.

En avant pour la victoire !

Ahmad Sa'adat
24 avril 2012
8ème jour de grève de la faim
"

La Campagne pour la Libération de Ahmad Sa'adat reprend les appels actions de "Samidoun Réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens" (Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network), et encourage tous à agir en soutien avec les courageux prisonniers mettant une fois encore leurs corps en première ligne pour leur liberté et la liberté de la Palestine :

AGISSEZ !

1. Signez la lettre exigeant que l'Etat israélien satisfasse toutes les revendications des prisonniers palestiniens en grève de la faim. Dites aux services pénitentiaires israéliens que le monde surveille !

2. Organisez ou participez aux manifestations pour les prisonniers palestiniens, comme celles qui ont eu lieu à Edingburgh en Ecosse le 28 avril et à Londres (Grande-Bretagne) le même jour.
Organisez un événement, une action ou un forum sur les prisonniers palestiniens dans votre ville ou sur votre campus.

3. Contactez vos dirigeants et exigez la fin du silence et de la complicité internationale sur la répression des prisonniers politiques palestiniens.

4. Ecrivez au Comité international de la Croix-Rouge et exigez qu'ils remplissent leur fonction de protection des droits des prisonniers politiques palestiniens.
- Comité international de la Croix-Rouge
19 Avenue de la paix CH 1202 Genève
Tel: +41 22 734 60 01
Fax: +41 22 733 20 57
Courriel : webmaster@icrc.org

- CICR Jérusalem :
Hicham Hassan (anglais, arabe, français), CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 41 ou +41 79 536 92 57
Cecilia Goin (anglais, espagnol), CICR Jérusalem, tél. : +972 52 601 91 50
Nadia Dibsy (anglais, arabe, français), CICR Jérusalem, tél. : +972 2 582 88 45 ou +972 52 601 91 48
Ran Goldstein (hébreu), CICR Tel Aviv, tél. : +972 52 27 57 517

5. Diffusez des vidéos et des fiches racontant l'histoire des prisonniers palestiniens (témoignages de Salah Hamouri, et fiches de renseignements sur Addameer).

Traduction : MR pour ISM






La Cour suprême d'Israël accepte de décaler la démolition des structures illégales dans la colonie de Bet El

Publié le 29 avril 2009 sur le site french.news.cn

JERUSALEM, 29 avril (Xinhua) -- La Cour suprême d'Israël a accepté dimanche la demande du gouvernement de report de la démolition des structures illégales dans la colonie de Bet El, en Cisjordanie, donnant au gouvernement plus de temps pour enquêter sur cette question.


Malgré que la date de la démolition ait été fixée au 1er mai, la Cour suprême d'Israël a accordé au gouvernement deux mois supplémentaires afin que le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, puisse déterminer si une partie de la colonie de Bet El a été construite sur un terrain privé palestinien, selon le quotidien Ha'aretz.

En 2008, l'ONG israélienne Yesh Din a affirmé qu'il y avait cinq structures illégales dans la colonie de Bet El. Le gouvernement a annoncé en avril 2011 un plan en un an visant à démolir les bâtiments, mais a immédiatement demandé davantage de temps pour achever cette tâche.

Certains membres de la droite et des membres en faveur de la colonisation issus de la coalition de Benjamin Netanyahu ont exercé des pressions sur le Premier ministre afin d'arrêter toutes les démolitions en Cisjordanie. Afin d'éviter une crise au sein de cette coalition, Netanyahou a au début du mois fait savoir aux ministres qu'il avait demandé au procureur général Yehuda Weinstein de trouver une solution juridique qui permettrait d'éviter la démolition des immeubles à plusieurs étages.

Le tribunal a décidé d'interrompre temporairement la démolition des structures illégales de la colonie de Bet El, en Cisjordanie, après la nouvelle annonce dimanche du gouvernement de s'en tenir à sa politique de démolition de l'ensemble des colonies illégales présentes en Cisjordanie.

Cependant, le gouvernement Netanyahou a légalisé la semaine dernière deux colonies considérées comme des structures illégales.

Une grande chaîne de supermarchés britannique annonce son boycott des produits issus des colonies de Cisjordanie

Publié le dimanche 29 avril 2012 sur le site info-palestine.net
par Anshel Pfeffer

Co-op, cinquième chaîne de supermarchés britannique, souligne qu’elle continuera de faire des affaires avec les entreprises qui peuvent garantir qu’aucun de leurs produits ne provient d’en-deçà de la Ligne verte

(JPG)
Boycott
Un manifestant brandit une affichette devant le siège des Affaires étrangères pendant une manifestation à Bruxelles le 31 mai 2010. Photo Reuters

Une des principales chaînes de supermarchés du Royaume-Uni a annoncé son intention de boycotter les exportateurs agricoles israéliens qui produisent aussi des marchandises issues de colonies cisjordaniennes.
Ces dernières années, alors que les distributeurs britanniques d’alimentation étiquettent les produits qui ont été cultivés ou manufacturés dans des colonies, en les boycottant parfois intégralement, ceci est le premier pas franchi par une grande société pour mettre un terme à toutes les transactions avec des compagnies exportant des produits de l’intérieur de la Ligne verte et des colonies. Les principales compagnies qui subiront l’impact de cette décision sont Agrexco, Mehadrin et Arava.

L’annonce a été faite ce week-end, après des années de campagnes de lobbying menées par des organisations pro-palestiniennes britanniques en faveur du boycott, du désinvestissement et des sanctions contre Israël (BDS). Co-op a souligné qu’il ne s’agit pas de boycotter Israël et qu’elle continuera de traiter avec les compagnies qui peuvent garantir qu’aucun de leurs produits ne provient d’en-deçà de la Ligne verte.

Des tentatives pour limiter l’exportation des produits des colonies vers l’Europe ont été menées naguère par l’Union Européenne et le gouvernement britannique. En 2009, sur l’ordre exprès de Gordon Brown, le gouvernement britannique a publié des directives pour que les distributeurs étiquettent clairement les produits coloniaux, en les différenciant des produits palestiniens et des produits de l’intérieur de la Ligne verte.

Ces directives faisaient suite aux refus israéliens de marquer les produits coloniaux avant leur exportation vers l’UE. La question de l’étiquetage des produits coloniaux était une pomme de discorde importante entre les gouvernements britannique et israélien de l’époque.

Ces dernières années, le mouvement BDS a ciblé des compagnies comme Agrexpo, une coopérative d’export qui dessert des centaines de fermiers, de kiboutzim et de petites entreprises agricoles en Israël et qui a continué d’exporter des produits coloniaux.

Hilary Smith du Réseau ’Boycott Israel’, s’est félicité de la décision de Co’op, disant que la chaîne « a pris une première initiative internationale avec sa décision historique de demander des comptes aux sociétés complices des violations israéliennes des droits humains palestiniens. Nous lançons un appel aux autres distributeurs pour qu’ils suivent l’exemple et passent également à l’action ».

Le Ministère des Affaires étrangères à Jérusalem a répondu en disant que « cela fait pitié de voir certains, qui prétendent ostensiblement contribuer à la paix et à la réconciliation, avancer un ordre du jour négatif de boycott, insuffler une atmosphère de confrontation et augmenter l’écart entre les parties impliquées. Il serait prudent de chercher une approche plus positive à la résolution du conflit.

29 avril 2012 - Haaretz - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.haaretz.com/news/diploma...
Traduction : Info-Palestine.net - Marie Meert

URL du billet:  http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12107

La bataille des ventres vides : Bilal Thiab a choisi de vivre comme il l’a décidé

Publié le lundi 30 avril 2012 sur le site info-palestine.net
par Linah Alsaafin - al-Akhbar

Encore jeune garçon, Thiab Bilal méprisait déjà l’oppression. Il refusait d’écouter les adultes qui lui reprochaient d’innocentes erreurs, et plus tard ce trait de sa personnalité s’est développé jusqu’à ouvertement défier les hommes en uniforme qui piétinent les droits de son peuple.

(JPG)
Banderolle avec le portrait de Bilal Thiab

Thiab n’avait que 18 ans et était encore au lycée quand il a été arrêté une première fois par l’armée d’occupation israélienne en octobre 2003 dans son village de Kufr Rai. Il a été condamné à sept ans et demi de prison pour ce qu’Israël appelle son « activisme politique dans le groupe du Djihad islamique. »

Quand il a été arrêté, il a refusé d’obéir aux ordres des soldats israéliens qui lui disaient de regarder vers le sol au lieu de les regarder de face, et quand il a refusé, ils ont menacé de lui tirer dessus. Thiab est resté inébranlable, et il répondit vertement que de toute façon, la mort était inévitable. Ses répliques rendaient malade de peur sa mère qui écoutait les échanges depuis une autre pièce où elle avait été enfermée par les soldats.

Après sa libération, en février 2010, la vie n’a jamais été la même pour Thiab. Il a été arrêté pour de courtes périodes de temps et a été convoqué plusieurs fois par les services israéliens du renseignement pour des interrogatoires, qui duraient généralement plusieurs jours. Un interrogatoire en mai de la même année a duré sept jours. Thiab a également été arrêté par l’Autorité palestinienne pendant 28 jours, un sujet que sa mère, Umm Hisham, qui est âgée de 65 ans, ne tient pas à discuter.

« Il est inutile de parler à ce sujet maintenant, » murmure-t-elle, en se détournant avec une main sur son visage. « Nous avons besoin de tout le soutien que nous pouvons obtenir, du président Mahmoud Abbas et de Salam Fayyad [Premier ministre]. » Elle leva les yeux avec un sourire fatigué. « Il s’est mis en grève de la grève de la faim pendant 14 jours après que l’AP l’ait arrêté. »

S’adapter à la « liberté » après la prison était une épreuve en elle-même, surtout depuis que Thiab se trouvait constamment convoqué pour des interrogatoires par Israël et par intermittence, par l’AP.

« Il voulait vivre sa vie comme il l’imaginait, mais il ne le pouvait pas parce que l’occupation a retiré tout sens à sa vie, » dit Umm Hishâm. « Il a une force de caractère tellement respectable, mais il lui a été refusé de pouvoir mener la vie qui devrait être celle d’un jeune homme de son âge, comme fonder une famille, aller à des fêtes de mariage en dehors du village et visiter d’autres villes. »

Les restrictions à la liberté de mouvement de Thiab ont été illustrées avec force en janvier 2011, lorsqu’il a voulu aller à Jénine pour rendre visite à sa belle-sœur, après qu’elle eut donné naissance à des jumeaux. Un check point volant l’attendait juste à l’extérieur Kufr Rai et il a alors subi une fouille à nu et est resté détenu pendant plusieurs heures avant d’être renvoyer à la maison. « Il est sorti de prison pour se retrouver dans une plus grande prison », souligne Umm Hishâm.

Après un apprentissage du métier de coiffeur, Thiab a ouvert un salon de coiffure dans son village. A peine 12 jours plus tard, il était à nouveau emmené par les forces israéliennes pour un interrogatoire au cours duquel ils l’ont provoqué et se sont moqués de sa profession. Quand il est rentré chez lui, il ne retourna plus jamais à son salon de coiffure.

Le 17 août 2011, Thiab était en compagnie de quatre de ses voisins sur le toit de la maison de son frère. C’était au milieu du mois de Ramadan, et les villageois ont l’habitude de rester éveillés tard pendant le mois sacré. À 1 heure du matin, des bombes assourdissantes ont explosé brusquement autour de la maison et la cour a été rapidement envahie par une unité spéciale de soldats israéliens, tous habillés en civil. Un autre groupe de soldats, cette fois facile à distinguer avec leurs uniformes, a fait irruption sur le toit et ils se sont saisi de tous les cinq jeunes hommes. Les soldats ont ensuite rassemblé toutes les femmes et tous les enfants dans une pièce. Isam, l’un des frères Thiab, a été menotté dans une pièce à part et les soldats n’arrêtaient pas de le piétiner. Les soldats ont relâché les quatre hommes qui étaient avec Thiab, mais quant à lui, ils l’ont menotté et lui ont bandé les yeux, puis ils lui ont imposé de se traîner sur les genoux jusqu’à l’endroit où la jeep de l’armée était garée, à environ 200 mètres.

Thiab a ensuite fait 14 jours de grève de la faim en solidarité avec Khader Adnan, et plus tard à nouveau 12 jours en solidarité avec Hana Shalabi. Lorsque le Service pénitentiaire israélien (IPS) a renouvelé sa détention de six mois à la fin février de cette année, Thiab a immédiatement commencé sa grève de la faim avec son ami et codétenu Thaer Halahleh. Ils ont alors été séparés et placés dans des cellules différentes et quand il est devenu évident qu’ils n’allaient pas mettre fin à leur grève de la faim, les IPS les ont placés tous les deux en cellule d’isolement. Le 28 mars, Thiab et Halahleh ont été hospitalisés et ils sont actuellement à l’hôpital pénitentiaire de Ramle.

Jamil Khatib, l’avocat de Thiab et d’Halahleh et d’autres grévistes de la faim qui ont également été hospitalisée, leur a rendu visite pour la dernière fois le mercredi 25 avril.

« À son 59e jour de sa grève de la faim, la santé de Bilal est à un niveau très critique », a souligné Khatib. « Il a perdu 25 kilos et il a des difficultés à parler, un faible taux de sucre dans le sang et une douleur constante à l’estomac. Ses cheveux tombent et il souffre de vertiges fréquents, en plus de tomber inconscient à certains moments. Il est très faible et ne peut pas se déplacer sans être assisté. »

Lundi 23 avril, le tribunal militaire israélien a rejeté les appels déposés par Khatib demandant la libération de Thiab et d’Halahleh. Le lendemain, Khatib a interjeté l’appel devant la Haute Cour israélienne à Jérusalem en demandant deux choses : que l’appel soit traité dès que possible et que Thiab et Halahleh soient transférés au tribunal dans des ambulances, et non dans des jeeps militaires.

Khatib dit qu’une proposition d’exil des deux prisonniers en échange d’une fin de leur grève de la faim ne lui a pas été officiellement présentée par les autorités d’occupation, car il leur a clairement fait savoir qu’il ne négocierait pas à cette condition. En outre, Thiab et Halahleh ont fait savoir tout aussi clairement qu’ils refusaient d’être exilés où que ce soit en dehors de leurs propres villages.

« Je m’attends à ce qu’ils continuent leur grève de la faim, sur le même chemin qu’a suivi Khader Adnan, » dit Khatib. « Ils sont déterminés à poursuivre leur grève de la faim jusqu’à la liberté ou le martyre. Il s’agit du plus récent message qu’ils nous ont adressé. Ils ont également demandé une solidarité renforcée et une stratégie claire des moyens d’information et des organisations qui suivent leur cas. »

Azzam, un des frères de Thiab, est à son 30e jour de grève de la faim en solidarité avec son frère, indépendamment du fait qu’il purge une peine de prison à perpétuité depuis 2001 dans les prisons de l’occupation.

« Bilal est le plus jeune de mes 13 enfants, » dit Umm Hishâm. « Son père est mort quand il était âgé de 8 mois, donc il a toujours été gâté par ses frères et sœurs. Je demande à tout le monde, à toute personne pour qui les droits de l’homme signifient quelque chose, de nous aider, de faire que Bilal soit libre. »

27 avril 2012 - Al-Akhbar - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.al-akhbar.com/conten...
Traduction : Info-Palestine.net - Claude Zurbach

URL du billet: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12098

dimanche 29 avril 2012

L'ex-patron du Shin Beth critique Netanyahou sur l'Iran

URL du billet: http://actualite-israel.com/nucleaire-l-iran-et-l-aiea-reprendront-le-dialogue-a-la-mi-mai-235601/

تواصل المواجهات.. ومسيرة لأنصار أبو إسماعيل تصل وزارة الدفاع

URL du billet: http://www.islammemo.cc/akhbar/arab/2012/04/29/148907.html

فعاليات مناهضة للتطبيع تهنئ الشعب المغربي على إلغاء مهرجان الرقص

URL du billet:  http://www.alislah.ma/2011-04-10-21-55-26/2009-10-07-11-51-16/item/22294-فعاليات-مناهضة-للتطبيع-تهنئ-الشعب-المغربي-على-إلغاء-مهرجان-الرقص.html

الحمداوي: نرفض وصاية الحركات الدعوية على الأحزاب السياسية

URL du billet: http://www.alislah.ma/2009-10-07-11-51-35/item/22307-الحمداوي-نرفض-وصاية-الحركات-الدعوية-على-الأحزاب-السياسية.html

تواصل المواجهات.. ومسيرة لأنصار أبو إسماعيل تصل وزارة الدفاع

URL du billet:  http://www.islammemo.cc/akhbar/arab/2012/04/29/148907.html

رسميًّا.. حزب النور والدعوة السلفية يؤيدان "أبو الفتوح" للرئاسة

URL du billet: http://www.islammemo.cc/akhbar/arab/2012/04/28/148895.html

Globe de Shakespeare : Israël n’est pas immunisé contre le boycott

Publié le dimanche 29 avril 2012 sur le site info-palestine.net
par Naomi Wimborne-Idrissi /Open Democracy

Si une institution artistique se rend complice d’une injustice, il doit être permis de lui demander des comptes sans être traité de nazi, même si cette institution est juive.

(JPG)
Colonie juive illégale d’Ariel, implantée sur des terres palestiniennes, au coeur de la Cisjordanie occupée, où la compagnie Habima s’est produite.

Une question encore inexplorée se dégage du scandale à cause de la perspective de la venue du Théâtre national d’Israël, Habima, au Théâtre du Globe de Shakespeare à Londres le mois prochain, et c’est, pourquoi des penseurs libéraux qui veulent voir les Palestiniens réaliser leurs droits sont-ils si réticents à demander des comptes à Israël qui les leur dénie.

Le dramaturge David Edgar, par exemple, dans un commentaire paru dans The Guardian, a, d’une manière élégante, écarté les qualificatifs de nazi et mccarthyste lancés contre Mark Rylance, Emma Thompson, Jonathan Miller et d’autres acteurs, directeurs et auteurs qui s’opposent à la participation de Habima dans l’Olympiade culturelle. Mais il tombe aussi dans le piège de ce qu’il appelle lui-même les « amalgames faciles » en laissant la « judéité » de Habima décider de son attitude envers le boycott.

Miller et les autres ont apposé leur nom au bas d’une lettre faisant valoir que Habima, programmée pour jouer Le Marchand de Venise en hébreu au Globe de Shakespeare, les 28 et 29 mai, n’y avait pas sa place parce qu’il s’agit d’un organisme sous financement d’État, qui joue pour les colons israéliens dans des colonies illégales en Cisjordanie palestinienne.

Comme Edgar l’indique, signer la lettre était une action non violente, légitime, indépendante des autorités publiques, semblable au boycott sportif et culturel anti-apartheid de ces derniers jours. Le boycott du Grand Prix (de Formule 1) du Bahreïn, approuvé par le dirigeant du Parti travailliste, David Mililband, s’est fondé sur les mêmes principes : refuser de donner une légitimité à un État qui commet des violations des droits humains.

Mais si cela s’applique aux Boers et aux Bahreïniens, pourquoi pas aux Israéliens ?

Parce que, dit Edgar, « Habima n’est pas seulement un théâtre israélien, c’est aussi un théâtre juif ».

Cela s’appelle tomber dans les « amalgames faciles », comme c’est si souvent le cas pour les partisans d’Israël : que l’État représente tous les juifs et que l’attaquer c’est, par définition, de l’antisémitisme. Mais ce sont des amalgames que bien des juifs désavouent.

Le viol des droits humains ne devient pas excusable au prétexte qu’il est commis par des juifs. L’idée même dégage une sorte d’antisémitisme tordu en sens inverse.

Si les arguments pour le boycott s’appliquent à la réalité d’un dossier, alors ils s’appliquent indépendamment des questions de confession ou d’origine ethnique des parties impliquées.

Le rôle de Habima comme ambassadeur culturel de l’État israélien ne fait aucun doute.

Nous le savons de bonne source, c’est le directeur artistique de la compagnie lui-même, Ilan Ronen, qui, d’abord, affirme qu’elle est « totalement indépendante, artistiquement et politiquement », mais ajoute qu’elle « n’a pas d’autre choix » que de jouer dans les colonies.

« Comme d’autres compagnies de théâtre et de danse en Israël », a-t-il déclaré à The Observer, « nous sommes financés par l’État, et financièrement soutenus pour nous présenter dans tout le pays. Telle est la loi ».

Donc, en échange d’une subvention de l’État, Habima fait fi de ce que le « hall de la culture », dans la colonie Ariel (Cisjordanie occupée), n’est absolument pas à l’intérieur du « pays » d’Israël, mais sur une terre volée aux Palestiniens, et elle s’en va divertir les colons qui s’y sont installés en violation de la Quatrième Convention de Genève.

L’hebdomadaire Jewish Chronicle, a annoncé que le ministère israélien des Affaires étrangères, qui a lancé sa campagne « Marque Israël » (campagne visant à redorer l’image de marque d’Israël) en 2005 explicitement en lien avec la « propagande et la culture », couvrait le déficit de 10 000 livres du budget de Habima pour son voyage à Londres.

Il ne peut y avoir de plus clair exemple d’une culture au service du politique.

Si les principales organisations juives s’enthousiasment à recevoir les ambassadeurs de la culture israélienne, et affirment que de s’y opposer c’est offenser tous les juifs, nous ne sommes pas obligés de les approuver.
Un nombre de plus en plus important de juifs prennent un point de vue opposé. Certains sont mêmes signataires de la lettre initiale, qui appelle le Globe à annuler l’invitation de Habima.

Certains sont des membres dirigeants de la campagne de boycott, laquelle, loin de mettre au pilori les acteurs parce qu’ils sont juifs ou qu’ils parlent hébreu, exhorte le Globe à remplacer la compagnie Habima par des artistes qui parlent hébreu et ne doivent aucun argent à l’État israélien.

Habima a essayé de plaider que, en invitant à la fois eux et la compagnie de théâtre de Cisjordanie, le Théâtre Ashtar, qui présente la pièce Richard II en arabe les 4 et 5 mai, le Festival du Globe, en quelque sorte, « aidait à résoudre le conflit israélo-palestinien ».

Comme si d’avoir les Israéliens et les Palestiniens sur la même scène, à quatre semaines d’intervalle, pouvait contribuer en quoi que ce soit à régler les questions de la confiscation de la terre palestinienne, du sort des réfugiés, du siège de Gaza, ou de l’occupation de la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

La directrice artistique d’Ashtar, Iman Aoun, a écrit à son homologue du Globe, Dominique Dromgoole, rejetant l’idée d’emblée : « Ils n’ont insinué l’idée d’une coopération avec nous que pour saper le boycott culturel de plus en plus fort contre les institutions israéliennes complices. » dit Mme Aoun.
« Quand les Palestiniens et les Israéliens juifs jouiront les uns et les autres de l’égalité et de la justice, alors, nous pourrons parler de collaboration artistique. »

Voir sur cette action BDS :
- Festival "Globe to Globe" : enchevêtrement des langues - J.C. - The Economist - 24 avril 2012 (en attente)

(JPG)
Théâtre du Globe de Shakespeare, à Londres.

Naomi Wimborne-Idrissi est coordinatrice dans le groupe de travail culturel du Réseau Boycott Israël au Royaume-Uni et membre fondateur de Juifs pour le boycott des produits israéliens.

27 avril 2012 - Open Democracy - traduction : JPP

URL du billet:  http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12101

Khader Adnan dit aux grévistes de la faim : « Persévérez jusqu’à la victoire ! »

Publié le 29 avril 2012 sur le site info-palestine.net
par Fadi Abu Saada - Al-Akhbar

Ramallah - Khader Adnan a défié l’occupation, ses prisons, et ses geôliers. Il a tenu tête aux interrogateurs et aux informateurs et n’a cédé ni à l’intimidation, ni à l’humiliation. Il a mis sa vie en jeu en refusant de manger pendant 66 jours jusqu’à ce que l’occupation soit obligée de céder. Adnan a relaté à Al-Akhbar son historique grève de la faim.

(JPG)
Khader Adnan, ancien prisonnier palestinien en Israël et gréviste de la faim, est accueilli le 18 avril 2012 par les habitants de son village de Arraba près de Jénine, en Cisjordanie occupé - Photo : AFP/Saif Dahlah

Fadi Abu Saada : Pourquoi avez-vous décidé de vous mettre en grève de la faim le jour de votre arrestation ?

Khader Adnan : Je l’ai décidé pour quatre raisons principales. La première concerne la période qui a précédé ma détention. On a essayé plusieurs fois de m’arrêter sous couvert de convocations par les services secrets. Mais j’ai refusé de m’y rendre. Je n’ai aucune envie d’être humilié et d’être obligé de regarder Israël faire étalage de sa force.

Le seconde raison est que j’ai été maltraité pendant mon arrestation, y compris physiquement attaqué par les gardiens de la prison.

La troisième raison est le type et les méthodes d’interrogatoire.

La quatrième et dernière raison est que j’ai été plusieurs fois mis en détention administrative sans raison. Ma rejection de la détention administrative est le complément direct de ma réjection de l’occupation elle-même et de ma quête pour retrouver la dignité qui nous a été volée par les Israéliens.

FAS : Qu’est-ce qu’on appelle détention administrative ?

KA : Je crois que c’est l’Angleterre qui est à l’origine de cette forme de détention. Elle a été instituée pendant le Mandat Britannique sur la Palestine, Ils appelaient cela des "lois d’urgence".

Cela commence par une lettre du responsable des services secrets d’une région donnée au commandant militaire de cette région pour lui demander d’arrêter une personne donnée sur la base "d’informations secrètes" qui ne peuvent être divulguées. Cela signifie en clair que "ces informations viennent d’un collaborateur de l’occupation."

La détention peut être prolongée plusieurs fois. Dans le cas des frères Mohammad Jaradat, Usama Barham, et du martyre Ayman Daraghmeh, elle a duré 5 ou 6 ans. Le prolongement de la détention est une épée de Damoclès suspendue au dessus de chaque détenu et de sa famille. C’est une torture psychologique sans équivalent et le pire est que le détenu et sa famille savent qu’il est impossible de savoir quand le détenu sera libéré.

FAS : A quoi passiez-vous vos journées pendant votre grève de la faim ?

KA : Je n’ai pas seulement arrêté de manger, j’ai aussi fait voeu de silence pendant plus de 20 jours et je n’ai pas pris de douche pendant 65 jours.

J’ai beaucoup prié et lu le Coran quand je pouvais en avoir un exemplaire. Je n’ai jamais dormi pendant la journée. les gens trouvaient cela étrange mais je préférais dormir la nuit et me réveiller pour la prière du matin.

La fouille quotidienne a toujours été "amusante" parce que j’avais l’habitude de confronter les gardiens de prison qui la faisaient.

FAS : Comment ont-ils fait pression sur vous pour vous forcer à arrêter la grève de la faim ?

KA : Essentiellement en me transportant d’un hôpital israélien à l’autre pour des examens. D’abord ils m’ont emmené à l’hôpital de Ramleh plus à "Tal al-Rabi" à Tel Aviv, puis à Jérusalem occupée puis à Safed, puis à nouveau à Ramleh en isolement. C’était épuisant.

Puis ils ont transformé les hôpitaux où ils m’emmenaient en tribunal pour me juger.
La principale méthode qu’ils utilisaient contre moi, c’était de m’isoler du monde extérieur et de mettre trois ou quatre gardiens dans ma cellule pour faire pression sur moi.

Ils ont attaché une de mes mains et un de mes pieds pendant des heures et refusaient de me détacher pour aller aux toilettes. Ils disaient que c’était pour que je ne puisse pas m’échapper alors qu’il n’y avait pas de fenêtre ni de sortie nulle part.

Les soldats d’occupation ont essayé de me provoquer en transformant ma cellule en "restaurant" plein de toutes sortes de nourritures appétissantes.

Ils ont essayé de briser ma volonté mais j’ai résisté, grâce à Dieu.

FAS : Ont-ils menacé votre famille et vos amis ?

KA : Oui, un officier des services secrets est venu me dire : "Dites bonjour à votre père". Il m’avait dit la même chose quand ils étaient venus m’arrêter une fois précédente. Ils m’ont menacé d’arrêter toute ma famille et mes amis et ils ont d’ailleurs arrêté quatre de mes amis dans ma ville, Arrabeh, quelques jours avant de me libérer.

Mais cela ne suffit pas aux soldats de l’occupation. Ils criminalisent tous ceux qui parlent de moi et de mon expérience.

le meilleur exemple est ce qui vient d’arriver au Mufti de Jérusalem, Mohammed Hussein, parce qu’il avait parlé de moi dans son sermon à la mosquée al-Aqsa.

Le gouvernement israélien l’a accusé de trahison comme si c’était un crime de simplement parler de moi.

FAS : Que pouvez-vous dire aux 2000 prisonniers qui ont suivi votre exemple et qui sont maintenant dans leur seconde semaine de grève de la faim ?

KA : Je leur dis, persévérez et avec la grâce de Dieu vous vaincrez. Vous appelez votre combat "la lutte pour la dignité" alors ne laissez pas tomber vos familles et les autres prisonniers. Continuez jusqu’à ce qu’on vous accorde ce que vous avez demandé.

Une grève de la faim est de la plus haute importance, il s’agit de notre destin. Nous supplions Dieu de nous accorder la victoire.

Je conclus mon message en disant, ne lâchez pas la bannière des huit chevaliers, surtout Bilal Diab et Thaer Halahla. Cela fait 58 jours qu’ils ne mangent pas et qu’ils continuent la lutte de Sheikh Khader, Hana Shalabi et des autres.

25 avril 2012 - Al-Akhbar - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.al-akhbar.com/conten...
Traduction : Info-Palestine.net - Dominique Muselet

URL du billet:  http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12100

Articles en anglais sur la Palestine occupée / Dimanche 29 avril 2012

Media ignores eight Palestinian hunger strikers as they near death

gaza protest
Palestinians in Gaza protesting Israeli prisons at the Red Cross office on April 23, 2012. (Photo: Mohammed Abed/AFP)

URL du billet: http://mondoweiss.net/2012/04/media-ignores-eight-palestinian-hunger-strikers-as-they-near-death.html


Settlers raise the Zionist flag on the Ibrahimi Mosque

Settlers raise the Zionist flag on the Ibrahimi Mosque





URL du billet: http://www.qassam.ps/news-5642-Settlers_raise_the_Zionist_flag_on_the_Ibrahimi_Mosque.html


Investment in Palestine no substitute for divestment from oppression


methdivest
Supporters of divestment at the Methodist General Conference. (Photo: UM Kairos Response)

URL du billet:  http://mondoweiss.net/2012/04/investment-in-palestine-no-substitute-for-divestment-from-oppression.html


Huge Co-op in UK dumps suppliers linked to Israeli settlements

sliced egg in Manchester
The Co-operative Group Head Office city center Manchester

URL du billet:  http://mondoweiss.net/2012/04/huge-co-op-in-uk-dumps-suppliers-linked-to-israeli-settlements.html

Gaza PM tops Hamas poll but Mishaal ‘still boss’
URL du billet: http://jordantimes.com/gaza-pm-tops-hamas-poll-but-mishaal-still-boss

Hamas prisoners escalate the strike and refuse to take their medication
URL du billet: http://occupiedpalestine.wordpress.com/2012/04/28/hamas-prisoners-escalate-the-strike-and-refuse-to-take-their-medication-palhunger/

Ziad Jilani: a Kill Shot in Wadi Joz ~ by Richard Silverstein
URL du billet: http://occupiedpalestine.wordpress.com/2012/04/28/ziad-jilani-a-kill-shot-in-wadi-joz-by-richards1052/

The New Israeli serial killers


Al Qassam website - During the past years, the hatred for non-Jewish became an evolving phenomenon in the Israeli society & part of this phenomenon is the Israeli kids, they are learning how to deal with different kinds of weapons in the Israeli army bases.

A group of Photos appeared in the media shows Israeli kids in the Shomeron Army Base in the West Bank, near Nablus, are learning how to deal with different kinds of weapons and camouflage their faces.

"The Israeli media described the Palestinian kids who played with toy guns as terrorists, but what they will call the kids who plays with real guns," Palestinian citizen comment on the Photos.

The Israeli kids are seen in the photos dealing with heavy machine guns and some instructors guide the kids how to use them, the kids also ride military vehicles and used its equipments.

The Israeli kids are being grown up with thoughts like "you have the right to everyone is not a Jewish."
A Jewish rabbi has issued a book giving Jews permission to murder non-Jews, including babies and children, who may pose an actual or potential threat to Jews or Israel.

"It is permissible to kill the Righteous among non-Jews even if they are not responsible for the threatening situation," Rabbi Yitzhak Shapiro, who heads the Od Yosef Chai Yeshiva in the Yitzhar settlement in the occupied West Bank, wrote in his book "The King's Torah."

In 2006, the Rabbinic Council of Jewish Settlements in the West Bank urged the army to ignore Christian morals and exterminate the enemy in the north (Lebanon) and the south (Gaza Strip).






















URL du billet: http://www.qassam.ps/news-5645-The_New_Israeli_serial_killers.html

الدولية تعيد نشر الوثيقة..القذافي أمر بدعم حملة ساركوزي الإنتخابية ب50 مليون يورو

URL du billet: http://www.doualia.com/2012/04/29/الدولية-تعيد-نشر-الوثيقة-القذافي-أمر-ب/

Veille citoyenne du CCY / Dimanche 29 avril 2012

Paris: Une centaine de musulmans rassemblés contre «le radicalisme religieux»



La politique secrère de stérilisation des femmes en Ouzbékistan
URL du billet:  http://mavoie2958.wordpress.com/2012/04/24/sterilisation-des-femmes-a-leur-insu-petition/

Mot "juif": Google attaqué en justice pour son moteur de recherche
URL du billet:  http://www.romandie.com/news/n/Mot_juif_Google_attaque_en_justice_pour_son_moteur_de_recherche99280420121414.asp

Marine Le Pen: "Si on arrive à l'Assemblée nationale, on va tout casser!"
URL du billet:  http://www.romandie.com/news/n/Marine_Le_Pen_Si_on_arrive_a_l039Assemblee_nationale_on_va_tout_casser280420121436.asp

Financement occulte par Kadhafi : « Sarkozy doit s’expliquer »
URL du billet:  http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/28/financement-occulte-par-kadhafi-sarkozy-doit-sexpliquer-231660

Lettre ouverte à DSK : laissez-nous voter en paix !
URL du billet:  http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/28/lettre-ouverte-dsk-laissez-nous-voter-en-paix-231648

Nicolas Sarkozy pour la création d’un « F.B.I » anti-fraudeurs
URL du billet:  http://www.legrandsoir.info/nicolas-sarkozy-pour-la-creation-d-un-f-b-i-anti-fraudeurs.html

L’Europe-colonie satisfait les volontés de Washington
URL du billet: http://www.legrandsoir.info/l-europe-colonie-satisfait-les-volontes-de-washington.html

Les migrants: "une bénédiction" pour la Suisse, selon Yves Rossier
URL du billet:  http://www.romandie.com/news/n/Les_migrants_une_benediction_pour_la_Suisse_selon_Yves_Rossier49280420121406.asp

La "présomption de légitime défense" : un principe anticonstitutionnel
URL du billet:  http://leplus.nouvelobs.com/contribution/542680-la-presomption-de-legitime-defense-un-principe-anticonstitutionnel.html

Le musulman modèle selon Sarkozy et le CRIF

Une vidéo retraçant le parcours de Hassen Chalghoumi représentatif du musulman modèle selon Sarkozy et le CRIF.


URL du billet:  http://oumma.com/12593/musulman-modele-selon-sarkozy-crif


Et il n'est pas possible de publier ce genre de vidéos sans republier en parallèle, celle de la Conférence donnée par Jacques Attali pour le Fonds Social Juif Unifié à Paris en Mars 2007, puisque son discours d'alors a représenté une clé de compréhension du processus qui veut fabriquer et financer un Islam de France, avec à sa tête des individus du type du faux imam, du faux cheikh Chalghoumi (puisque c’est ainsi qu’il est si risiblement et abusivement appelé par ses soutiens républicains et juifs)  pour qu'il ne puisse y avoir la moindre rébellion future des musulmans, pourtant si outrageusement et dangereusement stigmatisés dans ce pays (et en Occident), ni possibilité aucune, de dénonciation légale de l’idéologie sioniste criminelle qui commet chaque jour davantage l’irréparable en Palestine occupée et violée, ainsi qu'à travers moult autres endroits de la planète par ces citoyens musulmans français, européens, américians, canadiens... à part entière!