mardi 31 janvier 2012

الزهار: رهن المصالحة بالمفاوضات مع الاحتلال مصيبة كبري !

Publié le 31 janvier 2012 sur le site alaqsavoice.ps




وكالات-صوت الأقصى
أكد د. محمود الزهار القيادي في حركة المقاومة الإسلامية حماس، أن رهن المصالحة الفلسطينية بالمفاوضات والموقف الصهيوني "مصيبة كبرى" .

وقال إن اعتراف السلطة بفشل اللقاءات الاستكشافية في عمان لم يكن أمراً مفاجئاً للحركة بل متوقعاً.

وأضاف الزهار لوكالة أبناء "الشرق الأوسط" :"إذا كان إتمام المصالحة رهن بموقف (إسرائيل) من المفاوضات وحدوث تقدم أو فشل في اللقاءات فهذا يعنى مصيبة كبرى" .

وتابع: "الأمر الآن منوط بالسلطة ومن وافقها في الدخول لهذا المأزق بأن تعيد أوراقها لتعرف إلى أين ستذهب بعد هذا الفشل وهل ستستمر في هذا اللقاءات أم لا؟".

وعن توقعاته حول إجراء الانتخابات التشريعية في ظل عدم الإعلان عن تشكيل الحكومة في موعدها , قال :"عمليا لابد من وجود حكومة للإشراف على الانتخابات، ومنطقيا لا يمكن إجراء أي انتخابات في أية منطقة بالعالم دون حكومة ".

وأعلنت السلطة خلال اجتماع اللجنة التنفيذية لمنظمة التحرير الليلة الماضية عن فشل اللقاءات الاستكشافية محملة حكومة نتنياهو المسئولية الكاملة لذلك؛ بسبب إصرارها على مواصلة الاستيطان ورفضها حل الدولتين.

وأكدت أنها ستواصل اجتماعاتها خاصة بعد التشاور مع الأشقاء العرب عبر لجنة المتابعة العربية التي ستجتمع في الأسبوع الأول من شهر فبراير المقبل.

وكان الوفد الفلسطيني المفاوض قد عقد خمسة لقاءات في العاصمة الأردنية عمان طوال شهر يناير وبحضور اللجنة الرباعية الدولية وبرعاية أردنية ، إلا أن هذه اللقاءات لم تسفر عن شيء .


URL du billet: http://www.alaqsavoice.ps/arabic/index.php?action=detail&id=90439

الاحتلال ينقل الأسير عدنان للمستشفى بعد تدهور صحته

Publié le 31 janvier 2012 sur le site alaqsavoice.ps


غزة-صوت الأقصى
نقلت إدارة السجون الصهيونية الأسير "خضر عدنان" القيادي بحركة الجهاد الإسلامي إلى المستشفى بعد تدهور حالته الصحية .

وكان الأسير عدنان قد بدأ إضرابا عن الطعام منذ 44 يوماً متواصلة ما دفع مصلحة السجون محاولة إدخال الطعام لجسده عنوة.

وقال نادي الأسير الفلسطيني في تصريحات صحفية، مساء الثلاثاء، إن إدارة السجون أبلغته بنقل "عدنان" للمستشفى عقب تدهور صحته لدرجة خطيرة.

وكانت لجنة من إدارة السجون أبلغت الأسير بأنه وفي حال استمرار رفضه تناول السوائل ستجبره على أخذ المحلول بالوريد، إلا أن الأسير خضر وبعد علمه بالقرار، تناول الماء وحبه من البوتاسيوم بإرادته.

وأكد النادي بأنه يتابع عن كثب حالة الأسير خضر عدنان، مطالباً المعنين كافة بالتدخل الفوري من أجل إطلاق سراحه وإنقاذ حياته .


URL du billet: http://www.alaqsavoice.ps/arabic/index.php?action=detail&id=90438




La fille du détenu palestinien Khodr Adnan devant la prison des forces d’occupation d’Ofer en Cisjordanie. (Photo Afp prise le 30 janvier 2012)

Feiglin, Hitler et Netanyahou : compétition au Likoud

Publié le 30 janvier 2012 sur le site blog.mondediplo.net
par Alain Gresh

Prendre le temps de lire les commentaires publiés à la suite de ce billet; certains d'entre eux sont très informatifs.


« Faisons du Pays des Juifs un Pays Juif. » Cette fière devise surplombe le site Manhigut Yehudit (« Leadership juif »), dont le fondateur est Moshe Feiglin, un député du Likoud. Le 31 janvier, il affronte Benyamin Netanyahou pour le leadership du parti. Que cet homme qui vit dans une colonie de Cisjordanie, condamné à six mois de prison (commués en travaux d’intérêt général) pour sa campagne de désobéissance civile contre les accords d’Oslo de 1993, puisse briguer la direction du principal parti d’Israël en dit long sur la dérive fascisante de ce pays. On connaissait déjà Avigdor Lieberman, le ministre des affaires étrangères, que ses thèses racistes auraient rendu persona non grata dans n’importe quelle démocratie qui se respecte. On a maintenant Feiglin, qui n’a pas hésité à faire l’éloge d’Adolf Hitler.

On ne peut en tout cas pas lui reprocher de cacher ses opinions. Il a salué « l’acte de résistance » que représente, selon lui, le meurtre par l’extrémiste juif Baruch Goldstein, en févier 1994, de vingt-trois fidèles musulmans qui priaient dans la mosquée de Hébron. Bien évidemment, il est favorable à l’annexion de tous les territoires palestiniens et prône le transfert des Palestiniens, comme l’indique la devise de son site prônant de transformer la terre en « pays juif ».

La solution est d’autant plus facile que, pour lui, comme d’ailleurs pour les candidats républicains à la primaire aux Etats-Unis (Newt Gingrich et Mitt Romney), les Palestiniens n’existent pas : il n’y a que des gens parlant arabe qu’il faut encourager à aller s’installer dans un pays arabe. Pour cela, rien de plus facile : couper l’eau et l’électricité aux habitants non juifs de la Cisjordanie.

Dans un entretien au quotidien Haaretz, en 1995, il disait : « Hitler était un génie militaire inégalé. Le nazisme a fait passer l’Allemagne d’un bas niveau à un niveau physique et idéologique fantastique. Les jeunes loqueteux ont été transformés en une catégorie propre et ordonnée de la société et l’Allemagne a disposé d’un régime exemplaire, d’un système de justice adéquat et de l’ordre public. Hitler aimait la bonne musique. Il pouvait peindre. Les nazis n’étaient pas une bande de voyous. » (lire Khalid Amayreh, « Likud Leader, Moshe Feiglin, Israel’s Emerging Hitler, to Join Parliament », Al-Jazeera, décembre 2008.)

Pour les Français de l’étranger qui voteront aux élections législatives dans une dizaine de circonscriptions, le site de Feiglin appelle les Israéliens disposant d’un passeport français à voter pour Philippe Karsenty, un illuminé qui se bat depuis des années pour essayer de montrer que le journaliste de France 2 Charles Enderlin est un imposteur et que l’affaire de l’enfant palestinien tué aux premiers jours de la seconde Intifada, Mohammed Al-Doura, est une mise en scène. Selon ce site, ce « combattant de la vérité » est un « véritable ami d’Israël ». De l’Israël que représente Feiglin, cela ne fait aucun doute…
En 2008, le gouvernement britannique a décidé de l’interdire d’entrée sur le territoire. Mais Feiglin est-il un marginal ? on peut en douter. Lors des primaires d’août 2007 du Likoud, il obtenait 24% des voix et, en décembre 2008, il arrivait à la vingtième place sur 140 candidats pour la liste des députés (il sera rétrogradé par Netanyahou). On le crédite de 25 à 30% des suffrages dans la compétition du 31 janvier au sein du Likoud.

Comme le fait remarquer Akiva Eldar dans Haaretz du 30 janvier (« Netanyahu or Feiglin, Israel’s future still looks dark »), Feiglin sert aussi à faire apparaître Netanyahou comme un « modéré », alors même que le premier ministre israélien applique à la lettre la politique voulue par ces extrémistes, refuse toute véritable négociation et étend la colonisation. Eldar conclut ironiquement en appelant à voter pour Feiglin-yahou !

URL du billet:  http://blog.mondediplo.net/2012-01-30-Feiglin-Hitler-et-Netanyahou-competition-au

Le fiasco d'Amman

Publié le 31 janvier 2012 sur le site ism-france.org
Par Khaled Amayreh

Il semble bien que les discussions sous modération jordanienne entre les négociateurs sionistes et palestiniens à Amman ne mènent nulle part. Certains observateurs soutiennent qu'elles étaient vouées à l'échec depuis le début parce que le régime israélien d'apartheid continue de refuser le gel de l'expansion coloniale. Les rencontres, qualifiées d'"exploratoires" par certains responsables de l'Autorité palestinienne, n'ont jamais eu la moindre chance de succès, étant donné le refus obstiné et têtu d'Israël de mettre fin à son occupation militaire de la Cisjordanie, de la Bande de Gaza et de Jérusalem Est, ainsi que de permettre le rapatriement, dans leurs domiciles et leurs villages dans ce qu'on appelle aujourd'hui "Israël", des millions de Palestiniens déracinés.

Le fiasco d'Amman
Saeb Erekat (au fond) et Yitzhak Molcho (en face de lui) lors d'une des rencontres "exploratoires" à Amman, janvier 2012

C'est le minimum des exigences palestiniennes les plus élémentaires qui doivent être remplies si un accord de paix est un jour conclu.

Il est cependant évident que les soi-disant pourparlers de paix se tiennent non pas dans le but de parvenir à une paix véritable, mais plutôt pour maintenir occupés à quelque chose les deux côtés, et aussi pour satisfaire les exigences du Quartet qui aimerait avoir l'impression, même fausse et malhonnête, que quelque chose bouge et que le train de la paix n'est pas désespérément coincé dans la gare.

C'est ce que disent les négociateurs palestiniens, éternellement et à juste titre frustrés, à savoir qu'Israël, qui n'a jamais cessé de voler la terre palestinienne et de démolir les maisons des Palestiniens, ne cherche pas réellement un accord de paix digne mais essaie plutôt de liquider la cause palestinienne.

Et c'est le message qu'a envoyé Yitzhak Molcho, représentant en chef sioniste aux discussions, aux Palestiniens, quand il leur a fait part de la vision israélienne d'un "compromis" territorial final en Cisjordanie . Des sources palestiniennes ont dit que les idées de Molcho étaient inacceptables. Cependant, le seul fait que des représentants de l'AP, des gens comme Sa'eb Erekat, soient prêts à écouter Molcho peut suggérer une certaine volonté de la part de l'AP d'abandonner l'exigence centrale de se retirer du dernier centimètre de Cisjordanie . Le retrait de toute la Cisjordanie et de Jérusalem Est a toujours été une constante palestinienne qui jouit d'un large consensus national.

Selon Molcho, Israël garderait et annexerait toutes les colonies juives et les avant-postes colonialistes établis depuis 1967. Quant à Jérusalem Est occupée, la ville ferait partie de la capitale "éternelle et indivisible" d'Israël. Cependant, si les Palestiniens faisaient preuve d'un peu de "bonne volonté", Israël, dans sa grande bonté, permettrait aux Arabes et les Musulmans un accès limité aux lieux saints musulmans du Haram el-Sharif de Jérusalem.

C'est grosso modo l'essentiel de la position israélienne et il est hautement improbable que le gouvernement Netanyahu, qui est de loin le plus fasciste et le plus opposé à la paix qu'a jamais eu l'entité sioniste, fasse des "concessions" sérieuses qui pourraient donner à l'AP et aux chasseurs de mirage arabes désespérés, comme le Roi de Jordanie ou les membres du Quartet, un minimum d'espoir de conclure un accord.

Les Israéliens savent que le Quartet n'est pas en position de faire pression sur Israël pour qu'il fasse de vraies concessions pour la paix. De plus, l'administration des US(a) est entrée dans une année électorale au cours de laquelle les candidats à la présidentielle sont obligés de choisir entre deux choix peu attirants concernant Israël : soit ils se transforment délibérément en véritables prostituées politiques qui doivent satisfaire les désirs et les caprices d'Israël, soit ils se suicident d'un point de vue politique.

Un exemple de cette dépravation politique est arrivé récemment, lorsque le candidat républicain Newt Gingrich a qualifié les Palestiniens de "peuple inventé". Le candidat à la présidentielle désespérément ignorant a oublié que comparé au peuple palestinien, le peuple des États-Unis (à l'exception des indigènes) est bien plus qu'inventé puisque la plupart des Étasuniens sont des immigrants venus des quatre coins du monde.

Le rival de Gingrich, Mitt Romney, devrait également s'adonner à une diarrhée verbale similaire pour plaire à Israël et aux cercles pro-israéliens puissants et riches des États-Unis.

La même chose s'applique à Barack Obama, qui ne manque jamais une occasion d'encenser Israël, un État qui mérite d'être traité de crime contre l'humanité pour la douleur extrême et l'oppression monumentale qu'il a infligées et inflige à un peuple sans défense, dont le seul crime est de ne pas faire partie de la sainte tribu, la "race supérieure", autrement dit le peuple élu.

Il est donc vain d'espérer que l'administration américaine traite un jour les Palestiniens avec un semblant de justice. La culture politique des États-Unis est simplement trop machiavélique pour produire des présidents guidés par des principes moraux, qui prendraient le train de la moralité plutôt que celui de l'opportunisme.

Quant à l'Union européenne, il est évident que le maximum qu'elle peut faire ne serait pas encore suffisant pour obliger Israël à accéder aux exigences internationales ou tenir compte du droit international. Cela signifie que l'Union européenne ne peut que jouer un rôle complémentaire au rôle américain. En outre, certains États européens comme l'Allemagne sont toujours accablés et paralysés par l'héritage de l'holocauste et ne peuvent pas réellement adopter, vis-à-vis du régime sioniste, une politique sérieuse qui pourrait conduire à une paix véritable.

Le rôle joué par les Russes au sein du Quartet est lui aussi secondaire et symbolique, malgré la rhétorique pro-palestinienne que nous continuons d'entendre de la part des diplomates russes parlant l'Arabe et qui apparaissent sur les écrans des chaines de télévision arabes et russes.

En clair, il est vraiment difficile de penser à une quelconque chance raisonnable d'un authentique accord de paix qui répondrait au minimum des aspirations palestiniennes et qui obtiendrait l'agrément d'une majorité de Palestiniens, au pays ou en diaspora.

Au lieu de cela, on assiste à un travail israélien concerté et acharné pour imposer aux Palestiniens des faits accomplis. Selon ces faits accomplis, qu'Israël cherche à perfectionner en bâtissant toujours plus de colonies et en développant celles qui existent, tout éventuel État palestinien ne couvrirait que des morceaux du territoire occupé, mais pas sa totalité, avec la plus grande partie de Jérusalem Est restant sous occupation.

Quant au droit au retour, il est probable que les deux côtés seront d'accord pour être en désaccord sur cette question primordiale, mais il reste à voir si ce dossier épineux entravera un éventuel accord partiel.

A l'évidence, les Palestiniens n'ont pas beaucoup d'alternatives à partir desquelles faire un choix.

Il est cependant vital que la direction et les dirigeants palestiniens ne sacrifient pas les constantes nationales palestiniennes pour des faveurs et un soutien financier des Américains et des Européens.

En dernière analyse, la direction de l'AP devrait être capable de "jeter les clés" et d'abandonner l'objectif de construire un État. Je dis ceci parce qu'édifier un État en soi n'a jamais été un objectif primordial ou central.

Bien sûr, dans les diverses phases de leur lutte, les Palestiniens ont toujours voulu libérer leur terre usurpée des griffes illégitimes du sionisme international. Mais la dernière chose qu'accepteraient les Palestiniens, au pays ou en exil, ce serait d'établir un État sur une petite partie de leur patrie ancestrale, en échange de la liquidation de leur cause et de la décapitation de leurs droits historiques, dont le droit au retour.

URL du billet:  http://www.ism-france.org/analyses/Le-fiasco-d-Amman-article-16560

L’occupation a fermé 77 associations jérusalémites depuis 1967


Publié le 31 janvier 2012 sur le site info-palestine.net

Pour renforcer la politique de la judaïsation d’el Qods occupée.

Jérusalem- CPI


Les autorités occupantes israéliennes poursuivent sans cesse leur politique de judaïsation de la ville sainte d’al-Qods occupé (Jérusalem) en expulsant ses habitants; l’association des Maqdissins (Jérusalémites) qui y travaillent, a déclaré qu’elles ont fermé plus de 77 organisations palestiniennes à Jérusalem depuis 1967, tandis qu’elles ont obligé 33 institutions à transférer leurs bureaux et leurs activités en Cisjordanie occupée.


Oblitération de l'identité

Selon la Fondation maqdisite, l'escalade actuelle qui a eu lieu durant l'année 2011 ainsi que les fermetures précédentes a affecté de dizaines d'institutions palestiniennes à Jérusalem. Cela s'inscrit dans la politique menée depuis 1967 jusqu'à aujourd'hui, politique par laquelle l'entité sioniste a commencé à effacer l'identité palestinienne et ses institutions. Cela a commencé à partir de 1967 avec la fermeture de la municipalité de la Jérusalem arabe (secrétariat de la capitale), suivie par la fermeture de 35 établissements et associations de la société civile d'importances diverses, jusqu'en 1986 .



« Parallèlement à l'augmentation des violations et des restrictions contre la liberté d'action civile et privée, et le déclenchement de la seconde Intifada en 2000, la villa sainte de Jérusalem a subi une campagne de fermeture des organisations de la société civile travaillant dans divers secteurs de développement et d'aides », a révélé la fondation maqdisite.


Elle a ainsi souligné : « Depuis 1995 jusqu'à novembre 2011, plus de 53 institutions palestiniennes ont été fermées, y compris la Maison d'Orient, le Centre pour la recherche des terres, l’association des études arabes, le Conseil suprême pour le tourisme, l’organisation de télédiffusion palestinienne, le centre géographique palestinien, le Club des prisonniers palestiniens, l'Union des Chambres arabes  du  commerce et de l'industrie, l’Association de la protection de la femme arabe et le Forum culturel - Sour Baher ».


«Et parmi les institutions qui ont été fermées en 2011; le Centre Naidal pour le travail communautaire dans la vieille ville, la Fondation de Jérusalem pour le Développement - Beit Hanina et la banlieue, et fondation féministe « Chou’a » (rayon) à Chu'fat et la Fondation action sans Frontières à Kafr Akib" », a-t-elle poursuivi.

Répression anti-institutions



La fondation a ajouté que tout cela coïncide à la fois avec la répression des organisations de la société civile et des institutions des droits de l'homme en particulier; la limitation de leur travail et l'empêchement de leurs activités, ainsi que la promulgation de lois racistes comme celle appelée " loi d'asséchement des associations" qui imposent de nombreux obstacles dans le travail des organisations de la société civile; qui menacent la légitimité et la présence et les activités de ces organisations, qui harcèlent et menacent les défenseurs des droits humains et leurs employés; font pression sur eux en les privant de leur droit au travail civil et institutionnel, en plus de les arrêter et de les menacer de les expulser de leur ville.


Il est à noter que les autorités occupantes israéliennes ont fermé, dimanche dernier, le club islamique et la Fondation de bienfaisance de Silwan, pour une période de 30 jours, sous prétexte qu'ils reçoivent des fonds de la part du Hamas, qu'ils ont effectué des activités en son nom.Ces deux organisations ont affirmé qu'elles sont indépendantes et des institutions déclarées, et qu'elles ne sont affiliées à aucun groupe politique; elles ont ajouté que les mesures prises contre elles font partie de la campagne conduite par l'occupation israélienne contre les institutions de Jérusalem qui ont débuté en 1967.

Orthographe et syntaxe corrigées par le CCYsur la base du billet en anglais
http://www.palestine-info.co.uk/En/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s721yr6huZoesKpVzzYUFoV41ojyBSMxgbhW8wtRe4%2bR0u14lbSGSb397P4Qwkloc2wzjzFjQRCRweLT37eBe3eV5vHRm%2fV8frnQvRthO3Jmc%3d

Comment Mehadrin incarne l’imaginaire sioniste au 21e siècle néo-libéral

Publié le mardi 31 janvier 2012 sur le site info-palestine.net
José-Luis Moraguès

L’espace du nouvel imaginaire sioniste en construction dans le très néo-libéral XXIème siècle est donc un espace nettoyé de tout contenu historique, culturel ou religieux moyen oriental. C’est un espace quasiment virtuel, sans frontière et en apparence illimité. Mais ici l’infini de l’horizon est ramené à la limite du champ, à un simple bornage... Nous entrons dans un espace artificiel, déshumanisé, dénaturalisé et clos...

(JPG)Le 26 novembre 2011, plus de 60 actions de boycott ont eu lieu dans 13 pays européens contre le N°1 de la production et de l’exportation des agrumes (jaffa) et des avocats (TOP), l’entreprise israélienne : Mehadrin, sur le thème « pas d’apartheid au menu ! », « Mehadrin hors d’Europe ! ». Dans le mois qui a suivi, le géant israélien accuse réception du lancement de cette campagne par un remaniement complet de son site web dont certaines pages sont encore en construction. Il ne fait aucun doute que la liquidation d’Agrexco déclenchée par la campagne BDS européenne a poussé Mehadrin à enlever toute trace concernant l’origine des produits et des phrases du genre « les dates medjoul sont cultivées en israël dans la vallée du Jourdain » ont disparu.

Mais en supprimant certaines informations concernant l’origine des produits, et donc la colonisation, et en renouvelant les illustrations, la nouvelle version du site réaffirme ostensiblement l’imaginaire d’un « Mehadrin nouveau », pionnier blanc de la modernité occidentale. Ce faisant Mehadrin reprend et illustre la métaphore raciste d’Ehud Barak : « Israël est une villa encerclée par la jungle ». Espérant neutraliser le boycott de ses produits, Mehadrin offre au BDS de nouvelles armes pour combattre, pas seulement les produits, l’entreprise mais le sionisme !

En voulant éradiquer toute trace de Palestinien et même d’arabité de l’imagerie de son site, Mehadrin efface tout élément humain et même contextuel pouvant évoquer la Palestine. La rupture est consommée avec la nostalgie des « paysages bibliques » comme référence « historique » aux origines d’un prétendu « peuple juif ». C’est un ciment trop contesté, qui se délite et dont l’avenir est compromis. L’acier des gratte-ciel (et des chars) est plus sûr.

L’espace du nouvel imaginaire sioniste en construction dans le très néo-libéral XXIème siècle est donc un espace nettoyé de tout contenu historique, culturel ou religieux moyen oriental. C’est un espace quasiment virtuel, sans frontière et en apparence illimité. Mais ici l’infini de l’horizon est ramené à la limite du champ, à un simple bornage. C’est donc un faux horizon, il est plat, sans perspective ni à-venir puisque limité. Nous entrons dans un espace artificiel, déshumanisé, dénaturalisé et clos. C’est l’espace de la serre ou mieux de la bulle géante, à l’image de ces espaces dits de loisirs où sous une cloche de verre géante on recrée un climat et une végétation tropicaux où on consomme du « loisir ».

Ici pas de « nouvelle alliance » possible avec la nature, la terre n’est plus que le substrat bio-chimique dont la composition est totalement fabriquée et contrôlée par la science qui saura en tirer le maximum. Le rapport humain, charnel et culturel à la terre est remplacé par un rapport au substrat qui trouve dans la « culture hors sol », c’est à dire en milieu totalement artificiel, son modèle idéal d’accomplissement.

Le nouvel imaginaire qui émerge du nouveau site de Mehadrin est intéressant à deux titres au moins :
- Il révèle l’horizon borné et indépassable du sionisme en tant que modèle de « culture hors sol » artificiel et exporté en Palestine. Du coup la métaphore raciste d’Ehud Barak : « Israël est une villa encerclée par la jungle » ne serait pas seulement à lire comme métaphore d’Israël entité victime d’un encerclement hostile mais plutôt comme accomplissement du sionisme en tant que projet d’enfermement...

- Il montre que malgré les changements de contenus, l’essence des idées sionistes est préservée : « une terre sans peuple », « des espaces vierges et illimités à développer », « une terre où des pionniers européens blancs feront fleurir le désert grâce à la technologie occidentale ». On notera que la conquête de nouveaux territoires (colonisation) est évacuée, pas de nouvelles terres à conquérir, mais des substrats disponibles, ni sauvages ni hostiles, dont il faut juste organiser et gérer le rendement.

Une constante cependant : l’existence des Palestiniens et la résistance du peuple palestinien sont totalement niées.
Voici les 4 images clés du « sionisme nouveau » selon Mehadrin :

(JPG)
L’agriculture industrielle et la technologie au service de l’environnement et de « la bio » ( !)
Et partout l’horizon comme limite et bornage d’un espace maîtrisé

(JPG)
Nouvelle version du : « Nous ferons fleurir le désert »
Il n’y a plus de désert à conquérir mais des espaces conquis à exploiter

(JPG)
De grands espaces disponibles vides prêts à être rentabilisés
J’ai beau chercher, je ne vois rien, c’est vraiment une terre sans peuple !

(JPG)
Jeunes cadres dynamiques à la pointe de la modernité occidentale faite de verre et d’acier !
Nous sommes blancs et occidentaux !


(JPG)
* José-Luis Moraguès est militant CCIPPP et BDS France

24 janvier 2011 - Transmis par l’auteur




URL du billet: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=11729

Tadamun: Israel detained student because of his graduate project


L'association internationale de solidarité pour les droits humains, Tadamun, a fait savoir que les forces d'occupation israéliennes (FOI) ont arrêté environ il y a un mois un étudiant universitaire âgé de 20 ans originaire de la ville de Tulkarem en raison de son projet de recherche d'études supérieures.

URL du billet: http://www.palestine-info.co.uk/En/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7O3qDRF3WREx3wYTrFgxMOSSQo9JgM%2bObc4F2HWdIdpTK5RUW2mdj%2fNoVq9I%2fj0wNQtH%2bO8LaCtjo6QTNLCz3g3TdLzAl98TKajRLGgrChaI%3d

The nonchalant, flippant, and nostalgic judges who put the occupation on legal footing

.


URL du billet: http://mondoweiss.net/2012/01/the-nonchalant-flippant-and-nostalgic-judges-who-put-the-occupation-on-legal-footing.html

‘NYT’ gives Israelis its magazine to make an attack on Iran ‘normal’

URL du billet: http://mondoweiss.net/2012/01/nyt-gives-israelis-its-magazine-to-make-an-attack-on-iran-normal.html

Islamophobie : le grand silence par Sébastien Fontenelle

URL du billet:  http://www.bakchich.info/france/2012/01/30/islamophobie-le-grand-silence-61108

Israël: les membres du Likoud se rendent aux urnes pour la primaire

URL du billet: http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/742774/Israel%3A_les_membres_du_Likoud_se_rendent_aux_urnes_pour_la_primaire.html

Left behind at the scene of the crime: Israel wages war on Bil’in

January 30, 2012
Photos by Wedad Yassin


Weeks ago, Wedad Yassin traveled back to Ein Yabrud, a village near Ramallah in the West Bank, to visit her family and to experience Palestine’s rich cultural heritage. Her intention had been to tour through the Al-Khalil district, Ramallah, Bil’in, and Jerusalem. However, she was denied entry to Jerusalem. Nevertheless, Yassin explored Bil’in, site of the weekly demonstrations against Israel’s apartheid wall, and came across this jam’iyya or association dedicated to “enhancing and reviving Palestinian culture along with documenting Israeli crimes”.

Included is a series of photographs from Yassin’s visit to this center. Each of the shells, bullet casings, and projectiles featured in these images were collected over time by the members of this jam’iyya after they were used against unarmed protesters during the demonstrations in Bil’in. Israeli forces continue to use live ammunition, rubber bullets, and USA-made tear gas canisters against the Bil’in activists on a regular basis and have designated the area a military zone to allow soldiers to treat the civilians as hostile combatants.















Wedad Yassin


Wedad Yassin is a 21-year-old Palestinian-American who studies Middle Eastern Studies at Benedictine University. Less than a year ago, she participated in a study abroad program at Birzeit University where she taught English at the Jalazone Refugee Camp. She returned to Palestine for a family visit just weeks ago although she was denied entry to Jerusalem. Wedad is an aspiring professor and an ambitious photographer.


URL du billet: http://smpalestine.com/2012/01/30/left-behind-at-the-scene-of-the-crime-israel-wages-war-on-bilin/#more-3838

Baird soutient Nétanyahou et exhorte les Palestiniens à reprendre les négociations

URL du billet:  http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/01/30/007-baird-netanyahou-israel-palestiniens.shtml

Fukaha va subir la détention administrative durant 6 mois


Publié le 30 janvier 2012 sur le site palestine-info.net

Ramallah – CPI

Un tribunal sioniste a condamné lundi 30 janvier, le député au Conseil législatif palestinien, Abdel-Jabar Fukaha, à la détention administrative pour 6 mois et ce, après qu'il ait été arrêté dans le cadre d'une série d'arrestations lancée par les autorités de l'occupation sioniste au cours des derniers jours.

Des sources du bloc du député "Changement et Réforme" ont déclaré dans un communiqué de presse que le tribunal militaire sioniste d'Ofer a décidé de condamner le député de la province de Ramallah, Abdel-Jabar Fukaha, à la détention administrative pour 6 mois.

Une force de l'armée de l'occupation sioniste avait arrêté mardi dernier, le député Fukaha à l'intérieur de son domicile situé dans la ville de Ramallah au centre de la Cisjordanie occupée et l'avait détenu à la prison d'Ofer.

L'occupation menace de démolir les maisons de trois frères


L'occupation menace de démolir les maisons de trois frères

Naplouse-CPI

Les autorités de l’occupation ont remis, aujourd’hui, des avis de démolition de maisons à trois frères dans le sud de Naplouse.

Le responsable chargé du dossier de la colonisation dans le nord de Cisjordanie, Ghasen Daghlas a déclaré que les trois frères qui ont reçu les avis de démolition sont : Wasfi, Ghâlib et Mohamed Mayedma.

Il est à noter que les autorités occupantes ont remis plusieurs avis de démolition de foyers, au cours des deux dernières semaines, dans le quartier de Tawil et al-Fajen à proximité du Akraba.



Arrestation d'une femme en route pour visiter son mari à la prison de Gilboa

Publié le 30 janvier 2012 sur le site palestine-info

Ramallah-CPI

Les autorités d’occupation ont arrêté hier Samia Moussa Mashahrh au barrage de Bisan alors qu'elle était en route pour visiter son mari Fahmi Ramadan Mshahrh à la prison de Gilboa.

L’association des prisonniers palestiniens a appelé dans un communique publié le dimanche 29 janvier, les organisations humanitaires et internationales des droits de l'homme, en particulier la Croix-Rouge, à jouer leur rôle et assumer leurs responsabilités pour assurer la protection des parents et des familles de détenus dans les prisons et les centres de détention, et prendre des mesures pour que les visites soient sécurisées et que les familles ne soient pas arrêtées.

Les membres de l’association sont inquiets face à cette proportion croissante d’arrestations et de l'usage de la torture contre les familles des détenus.

Les autorités sionistes commencent les travaux d'extension de la colonie Carmiel



Hébron - CPI

Un Centre palestinien a découvert l’existence d’un plan sioniste pour agrandir la colonie de Carmiel, située dans la ville de Yattah au sud d’Hébron.

Dans un communiqué publié le dimanche 29/01, le Centre de recherches terrestres a déclaré que les forces d’occupation ont commencé depuis environ une semaine, les travaux d’expansion de la colonie Carmiel, où les bulldozers sont en train de raser des terres agricoles appartenant à des citoyens palestiniens.

Le centre a indiqué que les terres appartiennent à une seule famille, et qu’il y a une augmentation considérable du nombre de démolitions de maisons et d’attaques contre les habitants dans cette région.

Le président turc n'exclut pas un bureau du Hamas en Turquie


Publié le 30 janvier 2012 sur le site elwatan.com


Le chef de l'Etat turc Abdullah Gül n'a pas exclu lors du week-end que le mouvement islamiste palestinien Hamas ouvre un bureau de représentation en Turquie, dirigée par un gouvernement islamo-conservateur qui défend ardemment la cause palestinienne et qui est en brouille avec Israël.

"La Turquie est un important défenseur du dossier palestinien. Et le Hamas est une importante formation politique qui a participé et remporté les élections" dans la Bande Gaza, a indiqué le président turc à des journalistes qui l'interrogeaient dimanche sur des informations de presse faisant état de l'inauguration prochaine en Turquie d'un bureau de liaison du Hamas.

"Nous verrons dans l'avenir jusqu'où sera menée cette coopération" entre Ankara et le Hamas, a-t-il affirmé, cité lundi par la presse turque.

Le Hamas est considéré comme une organisation terroriste par les pays occidentaux et Israël, mais pas par la Turquie.

Par ailleurs, un diplomate turc a réagi à une information rapportée par la presse israélienne selon laquelle la Turquie se serait engagée à apporter une aide financière d'un montant de 300 millions de dollars au Hamas.
"Il n'y a pas d'aide de ce genre mais évidemment la Turquie est impliquée dans des projets humanitaires à Gaza", notamment la reconstruction de ce territoire palestinien ravagé par une offensive israélienne en 2008, a-t-il précisé à l'AFP sous couvert d'anonymat.

Le chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a été reçu en grandes pompes lors d'une visite début janvier en Turquie, dans le cadre d'une première tournée régionale.

Il a notamment rendu hommage à Istanbul aux neuf Turcs tués au cours d'un raid israélien contre une flottille d'aide humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.

Les liens entre la Turquie et Israël, autrefois alliés, se sont très fortement détériorés après cet assaut contre un ferry turc, navire amiral d'une flottille internationale.


AFP


URL du billet: http://www.elwatan.com/depeches/le-president-turc-n-exclut-pas-un-bureau-du-hamas-en-turquie-30-01-2012-156978_167.php 

Palestine: le printemps du Hamas?

URL du billet: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/palestine-le-printemps-du-hamas_1076904.html

lundi 30 janvier 2012

Ghannouchi et Israël: duplicité tunisienne ou manœuvre israélienne?

URL du billet:  http://www.kapitalis.com/fokus/62-national/8044-ghannouchi-et-israel-duplicite-tunisienne-ou-manuvre-israelienne-.html

Democratic elections in the Middle East: why the Islamists win

URL du billet:  http://www.shoah.org.uk/2012/01/30/democratic-elections-in-the-middle-east-why-the-islamists-win/

Jewish Imperial News by Gilad Atzmon

URL du billet: http://www.gilad.co.uk/writings/jewish-imperial-news.html

Israël dévoile son jeu

URL du billet: http://www2.elwatan.com/international/israel-devoile-son-jeu-30-01-2012-156959_112.php

Apprenons à reconnaître un chef d'Etat (1)

Publié le 29 janvier 2012 sur le site dieguez-philosophe.com
par Manuel de Diéguez


A lire absolument! Ni aucun représentant du peuple, ni aucun citoyen français, ne devraient rester dans l'ignorance de ce texte! Aucun!

(...) qu'au XXIe siècle, une civilisation forgée sur l'enclume de la mort ait oublié que la souveraineté des Etats exige la pleine propriété de leur territoire, oublié qu'il faille chasser les légions de l'étranger qui y campent, oublié que l'élection présidentielle française de 2012 devrait assurer l'ascension d'un homme politique cuirassé du réalisme le plus rudimentaire face au prestige caparaçonné des empires, voilà qui grave le sceau conjugué de la cécité et de la honte sur l'effondrement de l'Europe. (...)
(...) il faut démontrer que si la vassalité reconduit à la barbarie, les vrais chefs d'Etat sont appelés à se doubler d'une vocation de civilisateurs. (...)

Petit message personnel

Monsieur de Diéguez bonjour,

Ce serait tout à la fois un honneur et un bonheur pour nous et pour des centaines de citoyens français, nous en sommes convaincus, de pouvoir retrouver les bancs d’une école éducatrice dans laquelle vous seriez  notre éminent professeur d'instruction publique !

Dommage tout simplement que cela ne se puisse pas ! Mais comme vous continuerez encore longtemps, nous l’espérons, à écrire et à être diffusé sur le Web, nous pouvons imaginer derrière nos écrans d’ordinateur, que vous êtes pour nous LE PROFESSEUR que nombre de Français ont toujours rêvé d’avoir pour recevoir la science politique  indispensable, celle qui serait en effet capable, de permettre « au plus grand nombre de reconnaître les traits qui mettent ces pédagogues de l'humanité au service des vrais intérêts de la nation? »

Merci à vous, 




Manuel de Diéguez

A - Les hésitations du destin

Jamais la planète n'avait présenté un spectacle aussi hésitant entre les sables mouvants de l'actualité et le tracé des lignes de force plus profondes qui commencent de mettre en mouvement un astéroïde indécis, mais sans encore parvenir à le doter d'une ferme allure. Quoi de plus hésitant qu'un empire américain omniprésent sur les cinq continents et tenu pour le souverain incontesté de toutes les mers du globe, mais ébranlé dans ses fondements par la lente et sûre ascension de la Russie, de l'Inde, de l'Afrique, du Pakistan, de l'Amérique du sud, quoi de plus instable qu'une Europe occupée par quatre-vingt mille guerriers d'outre-Atlantique et quadrillée de cinq cents de leurs garnisons, quoi de plus flottant qu'une Europe vassalisée depuis des décennies sous le commandement du maître de l'OTAN, mais en proie à des secousses émancipatrices de moins en moins embryonnaires, quoi de plus erratique qu'un Moyen Orient placé sous le sceptre et le joug de Washington et de Tel Aviv, mais tout frémissant et grondant de centaines de millions de voix de l'islam révolté!

Au cœur de ce chaos et de ces lumières, de ces ténèbres et de ces premiers scintillements, de ces tumultes et de ces silences annonciateurs de la tempête, l'Europe tremble et se tait. De Gaulle avait échoué à l'armer d'une volonté d'acier, d'une haute ambition et d'un élan conquérant. Et maintenant, une construction monétaire chimérique, parce que privée de la forteresse politique dans laquelle l'abriter, place le Vieux Continent sur le chemin du double naufrage de sa prospérité économique et d'une stratégie à l'échelle de la mappemonde. Mais des démocraties exténuées et des empires livrés à des secousses telluriques de grande envergure, quelle danse au bord du gouffre!

B - Le sceau de la honte

C'est que, depuis 1945, ou bien l'Europe redeviendra le paquebot géant que happait un grand large sans cesse retrouvé, ou bien cet appendice asthmatique de l'Amérique jouera les laissées-pour-compte de l'histoire en marche. Mais quand bien même les intérêts communs de Washington et de Londres n'attacheraient plus à leur laisse des Etats rétrécis, on ne voit pas comment la Suède et l'Italie, la Finlande et la Sicile, la Pologne et l'Espagne se laisseraient porter par l'ambition de secouer le joug du "libérateur" de 1945. Le rapetissement d'un Vieux Monde attelé au char de son "sauveur" répond à un type d'asservissement inconnu des historiens de la vassalisation rampante ou brutale des peuples et des nations en voie de rabougrissement - les Montesquieu, les Gibbons, les Spengler, les Toynbee.

Certes, la Grèce asservie chantait humblement les louanges de son "délivreur" ; certes, les villes de l'Hellade ont mis longtemps à comprendre que leur vainqueur triomphait sous le heaume de sa feinte générosité politique et que le peuple des Quirites n'avait plus besoin du glaive de ses légions pour régner sur des esprits et des cœurs ratatinés. Mais qu'au XXIe siècle, une civilisation forgée sur l'enclume de la mort ait oublié que la souveraineté des Etats exige la pleine propriété de leur territoire, oublié qu'il faille chasser les légions de l'étranger qui y campent, oublié que l'élection présidentielle française de 2012 devrait assurer l'ascension d'un homme politique cuirassé du réalisme le plus rudimentaire face au prestige caparaçonné des empires, voilà qui grave le sceau conjugué de la cécité et de la honte sur l'effondrement de l'Europe.

C - L'Europe en chaise roulante

Les troupes américaines enracinées en Europe ne sauraient proclamer avec Mirabeau: "Nous sommes ici par la volonté du peuple...". Mais la population de l'Allemagne et de l'Italie ne bénéficie en rien de la lucidité politique qui lui ferait expulser par la force des baïonnettes les légions lovées sur son sol par une classe dirigeante de pâles figurants. Comment éduquer des nations convaincues qu'une sotériologie démocratique les protège des fauves censés les menacer de tous côtés? Par bonheur, le temps de l'infamie et de l'ignorance appelle une réflexion anthropologique sur la capacité des Etats modernes de donner un contenu réel à la souveraineté de principe que la Constitution des démocraties a accordée aux peuples depuis 1789. Car si la politique des démocraties est devenue une infirme en chaise roulante, il faut commencer par se demander ce qu'il en est des Etats en bonne santé; et il faut démontrer que si la vassalité reconduit à la barbarie, les vrais chefs d'Etat sont appelés à se doubler d'une vocation de civilisateurs.

Je me suis donc demandé si une Europe qui se croit entourée de tigres et de lions rugissants, si une Europe rebelle à se poser la question de la nature des vrais chefs d'Etat face aux fantômes politiques que les décadences mettent en scène, si une telle Europe pourrait se trouver éduquée par un modeste instituteur qui s'adresserait à des enfants encore riches des espérances du bas âge. Ils se sont sagement assis sur les bancs de l'école d'une République ambitieuse, parce que la jeunesse habite le royaume des promesses de la raison politique.


2 - Vos premiers pas
 3 - La logique des civilisateurs du droi
4 - Qu'est-ce qu'une tête bien faite ?
5- La médiocrité du plus petit dénominateur commun
6 - Votre tête citoyenne 
7 - Les épéistes de la raison
8 - La démocratie et les sorciers

1 - Qu'est-ce qu'un chef d'Etat civilisateur ?

Comment, mes enfants, la souveraineté du peuple français s'exprimerait-elle avec pertinence par la voie du suffrage universel en mai prochain si la science politique dont bénéficie la nation née en 1789 se trouvait mal informée des qualités propres aux chefs d'Etat civilisateurs et à eux seuls et si, par conséquent, votre éducation ne vous mettait pas en mesure de reconnaître les traits qui mettent ces pédagogues de l'humanité au service des vrais intérêts de la nation? Quand vous applaudissez les vers d'un poète, les mélodies d'un musicien ou les tableaux d'un peintre, il faut bien que vous sachiez identifier le talent ou le génie, il faut bien que le monde intérieur de l'artiste vous habite de quelque manière.

L'instruction publique est là pour vous enseigner à distinguer les avortons de chefs d'Etat des grands modèles d'acteurs de l'histoire du monde. Mais pour élire, donc pour choisir un chef d'Etat à bon escient, vous avez besoin d'un si long apprentissage de leurs effigies que je ne puis vous initier tout de suite aux derniers secrets de la stature et du rang des guides que les nations ont le devoir de placer à leur tête. Il vous faut donc apprendre du moins à situer ces nains ou ces géants de l'éthique et du savoir sur une échelle des spécimens les plus représentatifs de leur espèce. L'Histoire vous en propose des esquisses à imiter ou à répudier.

2 - Vos premiers pas

L'examen de vos connaissances de citoyens responsables, donc de vos compétences de juges des capacités morales et intellectuelles des chefs d'Etat que vous porterez au pouvoir vous convie, en tout premier lieu, à observer le degré de cohérence mentale dont font preuve vos représentants sur la scène internationale. Si leur cerveau se trouve dans un grand désordre et si leur jugement les conduit à vau l'eau, dites-vous bien qu'ils ne sauraient mener une politique à laquelle une logique assurée servirait de corde à nœuds.
Mais comment jugerez-vous les chefs d'Etat à leur grandeur de civilisateurs? Demander à une république de promulguer des lois conformes à la nature de sa Constitution est la moindre des choses, puisque les Constitutions ne sont démocratiques que si elles se fondent sur les principes universels de la justice et du droit. C'est ainsi que M. Giscard d'Estaing s'est montré un civilisateur avisé. Vous lui devez d'avoir enrichi les institutions de la France d'un Conseil Constitutionnel souverain, parce que sans cela, vos élus du moment pourraient céder à la tentation et à l'envie de voter des lois irréfléchies, arbitraires et motivées par leurs passions ou leurs caprices, donc ennemies de votre souveraineté pleine et entière. C'est ainsi que le Sénat vient de voter une loi inconstitutionnelle et irrationnelle sans seulement mentionner l'opposition raisonnée des plus grands juristes issus de ses rangs.

Le chef d'Etat que vous élirez accèdera donc au rang d'un civilisateur s'il promulgue une loi rédigée en ces termes : "Dans toute démocratie, le pouvoir législatif est tenu de valider ou de réfuter un projet de loi sur les arguments des juristes éminents qui l'auront légitimée ou condamnée en commission. Une loi non expressément motivée en droit par l'Assemblée nationale et le Sénat sera déclarée inconstitutionnelle d'office."

Une disposition constitutionnelle rédigée en ces termes complèterait la notion civilisatrice de " contrôle de constitutionnalité " institutionnaliser par M. Giscard d'Estaing en 1974 et abrègerait la lente procédure d'invalidation par la saisine du Conseil. Car il est flagrant que le Sénat a passé outre d'un haussement d'épaules aux conclusions de sa commission, qui avait pris soin de démontrer l'incompétence absolue du pouvoir législatif français à promulguer des lois concernant un Etat étranger et contraires, de surcroît, à la définition de la liberté d'opinion, qui est universelle et que le Comité des droits de l'homme de l'ONU venait de rappeler solennellement, en date du 12 septembre 2011 dans son Pacte International relatif aux droits civils et politique (articles 7 à 10).

Une ultime motion portait sur l'exception d'invalidité de toute la procédure a également été écartée d'un "revers de main", comme on dit à tort, puisque, par nature, la main n'est pas davantage une arme du droit que le dogme n'est un instrument de la vérité.

Vous vous trouvez précipités dans une République où vous pourrez nier la virginité de Marie sans danger, mais non le génocide arménien. Mais qui nie ce crime? Il s'agit seulement de savoir si, en droit public, c'est un massacre ou l'assassinat d'un peuple par un Etat. Aux historiens de consulter les documents d'archives qui permettraient ensuite à une autorité juridique internationale agréée à cette fin de trancher sur pièces. Quant à jeter des citoyens français en prison pour délit d'opinion, il ne s'agit que d'une loi nulle et non avenue de plus: la liberté d'opinion protège jusqu'à l'ignorance et à la sottise. Si vous affirmez sans rire qu'un homme serait ressuscité, pourquoi vous interdire de prétendre que deux et deux font cinq? On ne guérit pas la faiblesse d'esprit à l'école des geôles. Mais si l'homme d'Etat n'a pas de connaissance anthropologique du sacré, comment serait-il un civilisateur?

Vous voyez, par ce seul exemple, dans quelle immoralité politique le mépris des lois fait tomber les Républiques. Un chef d'Etat digne de ce nom est donc un civilisateur par définition, parce que sa fonction naturelle l'appelle à protéger son pays contre des décisions irraisonnée et démagogiques des sénateurs et des députés du peuple souverain, parce que tout civilisateur est un défenseur de l'éthique mondiale des démocraties.

3 - La logique des civilisateurs du droit

Mais le lien qui rattache nécessairement la cohérence cérébrale dont un chef d'Etat civilisateur doit faire preuve à l'éthique libératrice des démocraties s'applique également à l'ensemble de la politique d'une civilisation émancipatrice, parce que la justice et le droit sont les souverains intérieurs des Constitutions désasservissantes; et ces fondements-là sont ceux qui définissent la solidité d'une tête d'éducateur, donc la logique même qui commande toute sa pédagogie.

Prenez le cas de M. François Bayrou, qui vous promet de vous dire la vérité en toute honnêteté, mais qui vous promet, dans le même temps, de ne jamais courir le risque de diviser vos esprits. Pour peser l'incompatibilité d'un affichage de l'éthique aussi péremptoire avec la rigueur intellectuelle et morale qui doit caractériser le raisonnement d'un chef d'Etat civilisateur, demandez-vous quelle est la qualité des vérités auxquelles vous prêtez l'oreille sans vous trouver aussitôt dichotomisés au plus secret de vous-mêmes et interrogez-vous sur la profondeur des jugements moraux et politiques que prononce votre magistrature dans le cas où votre jugement entraîne l'union ou la désunion entre vous.

Car si vous dites que le soleil brille dans le ciel et si vous en prenez votre globe oculaire et celui de vos auditeurs à témoin, vous ne courrez le risque de vous trouver contredits que par des plaisantins. Mais si vous dites, avec La Rochefoucauld que "l'hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu", vous ne ferez plus rire; car vous découvrirez avec effroi que jamais la profondeur d'esprit du moraliste ne fait l'unanimité dans les têtes. Pis que cela: seuls les énoncés superficiels sont communément reçus, mais dans l'indifférence amusée ou l'ennui qui accueille les balivernes, les banalités et les bavardages.

De plus, si l'homme d'Etat civilisateur a pris rendez-vous avec l'autorité qu'exercent les jugements sérieux sur les minorités pensantes, il ne saurait ignorer l'adage selon lequel "toute vérité n'est pas bonne à dire", tellement l'art de la politique revient à ne faire progresser la vérité que par la bande, même dans les têtes bien faites, ce qui contraint Machiavel lui-même à paraître la cacher sous la mine austère qui convient aux vrais savoirs; car les verdicts d'une raison supérieure sont des couperets dont le tranchant ne s'impose que subrepticement aux intérêts puissants et partout dominants que l'ignorance et la sottise se partagent de grand coeur. Apprenez donc à déposer l'encéphale des hommes d'Etat émancipateurs sur les plateaux d'une balance appelée à peser la capacité des civilisateurs du monde de cacher le jeu de cache cache auquel se livrent les vérités libératrices et les erreurs intéressées. Comment aurez-vous accès aux documents cérébraux les plus décisifs, ceux qui seuls vous permettront de préciser à quelle profondeur de l'esprit républicain et dans quelle arène de la courte vue un encéphale de chef d'Etat libérateur bâtit la logique politique qui le fera marcher d'un pas assuré sur le chemin de sa vocation de civilisateur?

4 - Qu'est-ce qu'une tête bien faite ?

L'université française est tombée dans la tragique méprise de bâtir un mur de séparation infranchissable entre l'enseignement des Lettres et celui de la raison des philosophes. Du coup, on croise sur l'agora une foule d'agrégés de lettres qui n'ont jamais lu une ligne de Kant, de Hume ou de Platon. Mais Sophocle, Eschyle et Aristophane lisaient les savants et les philosophes de leur temps, les lettres de Cicéron à Atticus sont pleines de demandes d'ouvrages de sciences et de métaphysique des Grecs, il est une fable de La Fontaine qui rappelle les droits des astronomes, Bossuet plie sous les assauts des précurseurs de Voltaire, Diderot rappelle que son siècle l'emporte sur celui de Racine et de Molière par la grandeur de ses philosophes, jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'intelligentsia française lisait en rangs serrés Taine, Renan et Darwin, Goethe et Schiller commentaient ensemble la Critique de la raison pure, tellement ils savaient que des régiments de lettrés ne comprendront goutte à Sophocle, Shakespeare ou Cervantès s'ils n'ont appris à radiographier la boîte osseuse d'Œdipe, d'Hamlet ou de don Quichotte. Mais la commercialisation de l'édition a imposé un genre rentable, le roman; et aujourd'hui, c'est de recul intellectuel que manque une politique devenue minoritaire, donc subalterne au sein d'une civilisation de marchands. Vous devez donc observer les relations que les chefs d'Etat civilisateurs entretiennent avec les sciences et la pensée.

5 - La médiocrité du plus petit dénominateur commun

Seule une raison supérieure fonde l'éthique des chefs d'Etat. M. François Bayrou est un exemple frappant de la séparation catastrophique de l'enseignement des Lettres de celui d'une philosophie réduite à concerner seulement les légions de spécialistes de l'histoire scolarisée de cette discipline. Car M. Bayrou se prétend à la fois entièrement laïc et entièrement chrétien. Mais que signifie l'adverbe "entièrement" si ce centriste-né ne saurait donner un sens civilisateur et libérateur au concept amaigri de laïcité et, dans le même temps, admettre, les yeux fermés les dogmes les plus asservissants et les plus grossiers, tel celui de la transsubstantiation eucharistique, pour ne prendre que celui-là. Vous savez que ce prodige théologique se trouve clairement formulé dans la confession de foi de l'Eglise catholique, vous savez que cette gastronomie religieuse est censée métamorphoser le pain et le vin de la messe en chair et en hémoglobine d'une victime physiquement immolée sur l'offertoire, donc réputée se donner effectivement à consommer et à boire.

Mais comment un chef d'Etat serait-il un civilisateur, donc un émancipateur si sa science des diététiques du sacré ne s'étendait pas à spectrographier les meurtres payants, donc politiques dont les autels de l'histoire mondiale s'alimentent et qui font le tissu de la gestion du sang et de la mort depuis des millénaires? Le premier homme d'Etat fut le génocidaire rationnel qui mit en scène un Déluge finalisé par une logique juridique et qui sacralisait une peine de mort méritée aux yeux du juge suprême du cosmos.

Depuis lors, le récit civilisateur de la République raconte une histoire des châtiments mise à l'écoute d'une science du droit; et la science des lois se rend moins sacrificielle que celle de l'ogre du cosmos. Aussi un chef d'Etat qui n'aura pas appris à porter son regard sur l'histoire des rescapés de la mort, un chef d'Etat qui n'aura pas percé le secret des trucidations théologiques de masse, un chef d'Etat qui n'aura mis le vrai spectacle des nations sous ses yeux ne saurait faire progresser votre éthique; car il se sera rendu prisonnier d'un fauve du ciel, il campera lui-même dans le miroir de ce félin, il sera l'otage d'un carnassier et d'un tyran.

6 -Votre tête citoyenne 

Vous devrez donc vous demander au nom de quelle conception confuse ou contradictoire de la déraison et de la raison des peuples et des nations M. François Bayrou le spéculaire fait appel tantôt à votre profondeur d'esprit et tantôt à la superficialité de vos jugements quand il se promet de vous raconter une vérité républicaine officialisée, sans pour autant, à l'entendre, couper vos pauvres têtes en deux sections désespérément en rivalité entre elles. Dites-vous bien que ce pédagogue à mi-pente ne saurait progresser d'une seule enjambée ni dans la défense de la pensée critique des philosophes, ni dans celle des piétés aveugles sans diviser votre encéphale et celui de la France au chapitre du sens même des termes de raison et de croyance. Qu'en sera-t-il d'une République précipitée dans la schizoïdie des agrégés de lettres que le trépas de la bourgeoisie moralisante a laissés sans boussole ?

Mais si vous remontez aux sources psychologiques du vocabulaire dont témoignent les sermons politiques des hommes d'Etat actuels, vous commencerez de vous interroger sur le sens anthropologique de la notion toute relative d'unité psychique. Quel abus, vous direz-vous, de l'appliquer à une politique bipolarisée d'avance! Vous vous demanderez donc à quel niveau d'une réflexion tout effarouchée M. François Bayrou vous dira la vérité nue ou jugera bon de vous la cacher, et même de vous mentir effrontément afin de ne pas vous rendre visiblement bicéphales. Mais s'il entend vous rassembler au rabais et seulement au chapitre de la conception superficielle et convenue que l'Etat laïc de votre temps se fait des termes devenus rachitiques de raison et de folie, où aura-t-il passé, le civilisateur, le guide, le moraliste de la nation? Quel port de plaisance accueillera-t-il le pédagogue de la France sur la scène internationale et quel contenu donnera-t-il à la souveraineté du suffrage universel atrophié dont vous serez les dépositaires aveugles, les détenteurs désarmés et les actionnaires floués?

Non, le monde d'aujourd'hui ne saurait se donner pour assise le plus petit dénominateur commun de votre assentiment de citoyens à une politique des élévations de la démocratie. Ce type de rassemblement des têtes est celui d'un chanteur de la médiocrité d'esprit. Et pourtant, il vous est bel et bien demandé, n'est-ce pas, d'élire un chef d'Etat ascensionnel. Pourquoi la question de la définition de la raison politique à bas prix ou en altitude ne vous est-elle même pas posée? Que signifie "penser la France"?
7 - Les épéistes de la raison

Quel problème proprement philosophique, mes enfants, aurez-vous à résoudre à l'école des civilisateurs de l'histoire du monde qu'on appelle des hommes d'Etat? Celui de préciser la nature des relations que la politique internationale doit entretenir avec la civilisation fondatrice d'une pensée critique sans cesse en devenir; car, dans le cas où l'Europe ambitionnerait de retrouver son rang et sa puissance d'autrefois, et cela à la plus haute école de sa raison, dans quelle mesure aura-t-elle besoin d'apprendre à connaître les ultimes secrets de l'encéphale du genre simiohumain d'hier et d'aujourd'hui?
Puisque M. François Bayrou donne à la laïcité et aux mythes religieux le statut de jouets cérébraux à exposer à l'étalage de la politique bon marché du Vieux Continent, il était bien inutile, n'est-ce pas, qu'il vous exposât en long et en large des vérités suffisamment banalisées pour mettre vos encéphales d'enfants de chœur à l'abri d'une religion récitative du mythe qui la fonde. La politique civilisatrice vous mettra à l'épreuve du tragique qui fait le tissu de l'histoire et de la politique.

Pour savoir si le Président que vous choisirez aidera ou n'aidera pas la civilisation européenne endormie à redevenir le fer chauffé au rouge de la pensée d'avant-garde, donc de l'esprit rationnel qui avait fait la grandeur du Vieux Continent, il est décisif que vous appreniez à peser l'encéphale d'un agrégé de lettres flottant dans la moyenne région de l'air. Se révèlera-t-il un insecte butineur des parfums de la littérature française ou un épéiste des Etats hautement civilisateurs?

Vous vous initierez donc à la pesée des relations tendues que la pensée critique de haut vol entretient avec la morale bien tempérée des petits jardiniers de la politique. Car le scalpel des logiciens enseigne que l'Europe n'a déjà plus d'autre choix qu'entre la grandeur de penser au bord du précipice et la chute dans le décervellement du monde. Nous oscillons entre le Moyen Age qui nous menace et les blasphèmes créateurs, entre la décapitation intellectuelle qui nous rassurerait et les sacrilèges de la vaillance, entre les assoupissements d'un monde privé de ressort et l'appel au "Pensez par soi-même" de Voltaire.

8 - La démocratie et les sorciers

L'esprit de sorcellerie de l'humanité s'était seulement endormi un instant. Pour le comprendre, observez de près la sanctuarisation effrénée des évènements sanglants du passé par les soins attentionnés de la République . Voir:
Dans les coulisses de toute sacralisation de la mémoire d'un crime ou d'un massacre se cache un exorciste patenté de la République, comme il existe encore un exorciste officiel dans tous les évêchés. Dans l'un et l'autre cas, il s'agit de purifier la sainteté profanée de la civilisation des droits de l'homme. Comment un Etat libérateur jugera-t-il les magiciens chargés du lustrage de la société outragée par le sacrilège ou le blasphème des hérétique de la démocratie ? Le christianisme a brûlé de soi-disant sorcières jusqu'au début du XIXe siècle - la dernière le fut à Glaris le 28 juillet 1828. C'est qu'une sorcière était censée possédée du diable. Mais voyez comment la démocratie catéchisée par le mythe de la Liberté n'a fait que changer la soutane du diable, voyez comme le carquois du Démon se remplit des flèches de la nouvelle possession maléfique, celle d'un manichéisme républicain. La politique de la fulmination a passé dans les mains des faux prêtres de 1789. Comment vaincrez-vous les nouveaux pestiférateurs? C'est aux secrets de la sorcellerie tapie dans les entrailles de la raison et de la liberté elles-mêmes que vous devrez vous initier; car les chefs d'Etat civilisateurs sont aussi vos guides vers les profondeurs de la connaissance de l'humanité.
L'Europe de l'esprit attend l'homme d'Etat initié aux enjeux anthropologiques qui sous-tendent la politique des vassaux du Nouveau Monde, l'Europe attend le libérateur qui encouragera la résurrection de la philosophie française.

Je vous en entretiendrai le 5 février.

Le 29 janvier 2012


URL du billet: http://www.dieguez-philosophe.com/