mardi 29 mai 2012

Prisonniers palestiniens en Israël : l’Etat sioniste n’a pas de parole

Publié le mardi 29 mai 2012 sur le site info-palestine.net
Noah Browning - Ma’an News

Un accord sous médiation égyptienne avait mis fin à une grève de la faim massivement suivie par les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes. Mais cet accord n’a pas permis qu’Israël change sa politique de détention sans procès.

(JPG)
Hana Shalabi, succédant à Khader Adnan, a enduré une grève de la faim de près de 50 jours pour protester contre sa "détention administrative"

Durant les deux semaines qui ont suivi le moment où quelques 2000 détenus ont convenu de mettre fin à leur grève de la faim, plus de 25 prisonniers ont soit été kidnappés après leur libération ou ont vu renouvelée leur détention « administrative » de six mois, ont déclaré des responsables palestiniens ce lundi.

Les chiffres, dans ces deux dernières semaines, des nouvelles détentions à l’encontre de Palestiniens soupçonnés de résistance, sont largement en accord avec les statistiques passées, ont indiqué les responsables.

Selon l’accord, Israël avait accepté de réduire l’isolement et d’augmenter les visites familiales. L’accord ne contient pas de mécanismes explicites pour mettre fin à la détention sans procès, mais les prisonniers et les négociateurs pensaient avoir contraint Israël à restreindre cette pratique et se référaient au plus grand nombre de cas soumis devant les tribunaux.

« Nous pensons que le côté palestinien et le côté égyptien ont fait la même erreur, ce qui laisse le côté israélien déterminer lui-même ce que les termes de l’accord signifient », a déclaré Mourad Jadallah, un représentant d’Addameer, le groupe de défense des droits des prisonniers basé à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Les responsables des prisons israéliennes n’ont pas pu être immédiatement joints pour un commentaire.
La pratique de la détention sans procès a suscité des critiques internationales. Israël affirme que la pratique est nécessaire parce que certains cas ne peuvent pas être portées à la publicité des débats de peur d’exposer des sources palestiniennes de renseignement [des collaborateurs - NdT] qui ont coopéré avec Israël.

« Israël a manipulé à l’extrême les termes de l’accord », a déclaré à la radio palestinienne Jawad Boulos, l’un des avocats. « C’est triste, douloureux et irritant, et pas seulement pour nous mais pour les prisonniers qui ont déjà vu leur incarcération prolongée trois ou quatre fois. »

La plupart des 2000 prisonniers grévistes ont jeûné pendant tout un mois. Mais plusieurs d’entre eux avaient refusé la nourriture jusqu’à 77 jours d’affilé - suscitant des craintes en Israël d’une réaction sanglante palestinienne si l’un d’eux venait à décéder. Israël détient 4800 Palestiniens dans ses prisons.

Deux prisonniers ont refusé d’accepter l’accord et sont toujours en grève de la faim. L’un d’eux, Mahmoud al-Sarsak, un joueur de football de Gaza détenu par Israël sous le régime de « combattant illégal », n’a pas mangé depuis 71 jours.

Dans une prison du désert dans le sud d’Israël, plusieurs dizaines de membres du Hamas détenus sans procès ont menacé d’une grève de la faim illimitée, sauf s’ils sont libérés, selon une lettre manuscrite lue par Reuters.

28 mai 2012 - Ma’an news - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.net/eng/ViewDet...
Traduction : Info-Palestine.net

URL du billet: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12223

Aucun commentaire: