mercredi 29 février 2012

11 janvier 2009 : la famille Hamouda

Publié le mercredi 29 février 2012 sur le site info-palestine.net
PCHR Gaza

« Je ne peux même pas prendre un autre enfant dans mes bras. J’ai eu un petit-fils, il est âgé de six mois, mais je n’ai pas encore pu le prendre dans mes bras ; je sens que cette place appartient à Fares. »

(JPG)
Talat et Intissar Hamouda

Le matin du 11 janvier 2009, la maison de Intissar Hamouda, 41 ans, dans le quartier Tal Al-Hawa dans la ville de Gaza, a été attaquée par les forces israéliennes. Un tir de char israélien a provoqué la mort de son fils, Fares Hamouda, qui avait alors deux ans, et son beau-fils Muhammed qu’elle a essayé de sauver avec Talat, son mari, âgé de 54 ans et le père de Muhammed. Fares est mort immédiatement dans les bras d’Intissar, tandis que Muhammed a perdu tout son sang tandis que les équipes médicales étaient dans l’impossibilité de les atteindre.

« Muhammed et Fares avaient beaucoup de choses en commun. Après que j’ai eu Fares, je ne pouvais pas allaiter nous avons donc dû lui donner du lait pour bébé. Muhammed a perdu sa mère à dix mois et a donc été également alimenté avec le même type de lait pour bébé. En conséquence, les deux avaient des maladies semblables avec des symptômes similaires », explique Intissar. Tout au long de leur court temps ensemble les deux frères sont restés proches. "Fares serait refuser d’aller dormir tant que Muhammed n’était pas rentré de l’école. Le jour de l’attaque Fares était malade, mais il a refusé de prendre des médicaments que je voulais lui donner, il voulait que ce soit Muhammed, » raconte Intissar.

Après l’attaque, Intissar était gravement affaiblie. « Je ne pouvais pas tenir sur mes jambes, même six mois après ce qui s’est passé en raison de blessures aux jambes et au bassin ; j’avais besoin de l’aide de mes belles-filles et de mes sœurs pour me déplacer autour de la maison. » Intissar a depuis subi trois interventions chirurgicales pour enlever des éclats d’obus de son l’abdomen ainsi que d’une chirurgie plastique reconstructive.

Fares était non seulement à côté de son demi-frère Muhammed, mais aussi près de Kariman, la belle-fille d’Intissar, et de la petite-fille Rania, qui avaient respectivement 13 et 2 ans au moment de l’attaque. Toutes deux ont été traumatisées à la suite. « Kariman est devenu extrêmement agressive à l’école et sur l’avis des enseignants Talat a décidé de la retirer de l’école », dit Imtissar. « Trois mois après le drame, je suis rentrée à la maison avec Rania pour prendre ses jouets et d’autres choses, mais elle m’a supplié de ne pas entrer dans la maison et qu’elle n’en voulait rien. » De même, Intissar a déclaré que « il y a dix jours nous étions dans la vieille ville commerçante et Rania a vu un enterrement de quelqu’un tué dans un récente attaque israélienne, cela lui a rappelé Fares et Muhammed et elle a commencé à pleurer. Quand je l’ai expliqué qu’ils étaient allés au ciel, elle a répondu, ’tout comme Muhammed et Fares’. »

Intissar et Talat ont tous deux été très affectés émotionnellement par la perte de leurs fils. « Je ne peux même pas prendre un autre enfant dans mes bras. J’ai eu un petit-fils, il est âgé de six mois, mais je n’ai pas encore pu le prendre dans mes bras ; je sens que cette place appartient à Fares », explique Talat.

Le jour anniversaire est particulièrement dur sur Intissar, qui souffre encore de la douleur chronique des lésions nerveuses à la suite de l’attaque. « Comme la date se rapproche, ils montrent des interviews prises de moi après l’attaque ou commence à parler de ce qui s’est passé, » dit Intissar, « je n’ai même pas le courage de regarder les histoires d’autres femmes ayant vécu des expériences similaires, je n’ai donc pas allumé la télévision ».

En ce qui concerne l’avenir, le couple pensent qu’ils n’ont rien laissé derrière eux. « Nous avons perdu ceux qui nous étaient les plus proches, nous n’avons rien d’autre à perdre », dit Intissar. « Je n’ai même plus même peur des attentats. »

Mais Intissar s’accroche à l’espoir qu’elle puisse encore, après la mort de Fares, avoir un autre enfant. Elle a essayé de concevoir pendant 21 ans. « J’ai déjà essayé par insémination artificielle, mais cela n’a pas fonctionné. J’espère essayer de nouveau. »

Talat a de grands espoirs qu’il y aura finalement une réconciliation politique entre les factions politiques palestiniennes.

En ce qui concerne les perspectives de leur plainte devant les tribunaux israéliens, Intissar est sans illusion : « les Israéliens commettent des crimes de guerre contre nous, ils détruisent les maisons sur les têtes des civils. Je n’attends aucune justice de leur part. »

Le PCHR a déposé une plainte pénale auprès des autorités israéliennes au nom de la famille Hamouda, le 21 juillet 2009. À ce jour, aucune réponse n’a été reçue. 

Consultez également :

11 janvier 2012 - PCHR Gaza - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.pchrgaza.org/portal/en/i...
Traduction : Info-Palestine.net - Naguib

URL du billet:  http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=11848

Aucun commentaire: