jeudi 30 juin 2011

Livni : La flottille est une "grave provocation"

Publié le 30 juin 2011 sur le site fr.jpost.com

Par JPOST.FR

La chef de l'opposition, Tzipi Livni, a rencontré le secrétaire général des Nations unies, jeudi à New York. Selon un communiqué diffusé par Kadima, ils ont évoqué, ensemble, la flottille qui doit partir pour Gaza.

Photo: Dover Kadima [file photo] , Sponsor

Livni a ainsi affirmé à Ban Ki-Moon que cet événement était une provocation qui n'aiderait personne. Elle a également appelé la communauté internationale à condamner la flottille et à la qualifier "d'inacceptable", insistant sur le fait que de telles initiatives devaient être stoppées.

Concernant l'aide humanitaire pour la bande de Gaza, Livni a affirmé que les containers seraient livrés par les "voies normales" et non en forçant un blocus maritime.

Ban Ki-Moon et Livni ont également abordé le projet de reconnaissance d'un Etat palestinien devant les Nations unies en septembre. La leader israélienne a ainsi expliqué que "les initaitives unilatérales" étaient contre-productives pour les deux camps.

Motivés par le haine d'Israël

Dans le même temps, le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a affirmé que les membres de la flottille étaient guidés par la haine d'Israël et non par un désir de s'impliquer dans la cause palestinienne à Gaza.

Dans une interview sur la radio nationale, Lieberman a fustigé des participants peu intéressés par les événements et la réalité à Gaza mais motivés par le refus de l'existence d'Israël. Il a affirmé que ces personnes cherchaient la provocation et pourraient être potentiellement violentes.

URL du billet: http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257367731&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

Sequence of events surrounding Sheikh Raed Salah's arrest

Wednesday, 29 June 2011 13:13
by MEMO

Must read



London, (Pal Telegraph) - Sheikh Raed Salah arrived in London on Saturday 25th using his Israeli passport to enter Britain legally as he has done many times before. He was not questioned by anyone and there was no indication of the existence of an exclusion order. Over the past few days, Sheikh Salah has addressed MPs in the British parliament and has spoken in large public gatherings. His subsequent arrest last night will be challenged in the courts as unjustified.

This seems to be the beginning of a worrying trend of persecution of Muslims and pro-Palestinian activists. Immediately after the Middle East Monitor [MEMO] announced that it was hosting Sheikh Raed Salah at a public lecture at Queen Mary University, a well-known pro-Israeli website circulated a catalogue of lies and fabrications about him which he has refuted for years.

On Thursday, 16th June, he issued an unequivocal statement refuting the claims. He ordered lawyers in London to challenge these fabrications in the British High Court.

On 24th June, lawyers acting on Sheikh Raed's behalf served notice on Andrew Gilligan of the Daily Telegraph and Robyn Rosen of the Jewish Chronicle. These procedures began before Sheikh Raed entered the country and were publicly announced.

None of the organisers of his lengthy schedule were contacted by the government or the police, either directly or indirectly, regarding the facts about him.

He began his programme of engagements on Sunday, which was followed with a roundtable in Parliament on Monday 27th June where he was speaking to a number of MPs, Lords and researchers in Committee Room 2A, in which he spoke for an hour. There was still no indication that he had been banned.

On the evening of Monday 27th he attended a crowded event in Conway Hall, Holborn, for almost three hours which was reported by the Jewish Chronicle. The Evening Standard claims he failed to appear. MEMO has a record of the event, with photos.

No policemen were present at the public event to arrest or question him before, during or after the event, despite any claims to the contrary.

Yesterday he made a speech in Leicester in front of an audience of more than one thousand for more than two hours. It was a successful event. And again, there were no police present.

However, during the day, the Daily Mail and Evening Standard circulated news that a ban was issued last week but for one reason or another, the exclusion order had failed to be enacted and that he had sneaked in, implying that he is on the run.

Lawyers contacted the Home Office in the afternoon asking for a clarification, although no one had contacted them. It is important to note that none of his legal representatives, who were widely known, were contacted. The Home Office refused to comment. Similarly, contact was made by the MPs and MEMO, and the Home Office again did not confirm or deny anything.

Around 11pm on Tuesday evening, Sheikh Raed was arrested in his hotel and taken to Paddington Green Police Station by the UK Border Police.

It is imperative to reiterate that he entered the country legally, with a legal Israeli passport and that the British government knew long in advance of his visit. They never contacted MEMO to find out the truth. The Sheikh himself was willing to challenge all the allegations in court. There were lies and fabrications made in the public domain, which he has rejected and he has never been charged with or convicted these alleged offences. He has expressed a willingness to challenge these in court.

One example of the baseless lies circulated was published in the Evening standard alleging that he failed to turn up to the Conway Hall event. In fact he was there for three hours and spoke to a large audience there.

Analysis

Raed Salah is first and foremost the pre-eminent political leader of hundreds of thousands of Palestinians in Israel. He is one of the main leaders of the biggest political party among the 1.5 million Palestinians in Israel. His appeal goes well beyond Arab Israelis and he appeals to all Arabs and Muslims who see him as championing the issue of Occupied Jerusalem and the right of Palestinians in Israel and elsewhere. His name is synonymous with Jerusalem and he is well known.

His treatment by the British government will not be taken lightly either here or abroad. By banning him after he began legal proceedings, it appears that the British government is seeking to obstruct the course of justice. He has already started legal action against those who circulated these rumours.

This appears to be initiating a trend by which we can expect that all Muslim, Arabs and human rights activists will be judged by rumours and denied the right to challenge in court those who spread libellous rumours about them.

The fact that we were not contacted shows recklessness and disdain for British citizens. If the authorities had wanted to ban him they had the opportunity to do it respectfully, but their recklessness is beyond imagination and it reflects the government's draconian nature.

Finally, MEMO understands that Sheikh Raed will challenge the deportation order in court. It is not he who is losing his reputation; he has been arrested in Israel on countless occasions for defending Palestinian rights, and now the British government is acting in the same way.

It will curtail freedom of speech in this country. At a time when the universal laws to prevent war criminals to enter this country unchallenge are being threatened, the double standards are clear. They judge Muslims on rumours and fabrications and allow Israeli war criminals to enter.

The Home Office have said that the deportation order was served as his deportation is deemed conducive to the public good under Section 3 of the Immigration Act of 1971.

URL du billet: http://www.paltelegraph.com/world/uk-news/9515-sequence-of-events-surrounding-sheikh-raed-salahs-arrest-.html

Sheikh Raed Salah: Islamic Movement leader loathed by the Israeli right

Publié le 29 juin 2011 sur le site occupiedpalestine.wordpress.com

Ian Black, Middle East editor|guardian.co.uk, Wednesday 29 June 2011 18.43 BST

Salah’s organisation is disliked – but legal – in Israel, so why has the UK government objected to his presence?

Raed Salah

Sheikh Raed Salah leads Israel’s Islamic Movement, the political importance of which has risen in recent years. Photograph: Sebastian Scheiner/AP

Sheikh Raed Salah, the leader of the Islamic Movement in Israel and veteran mayor of one of the country’s largest Arab towns, stands at one of the most sensitive junctures of the Middle East conflict.

As a citizen of Israel, he heads an organisation which is legal but disliked, doubtless monitored by the government, and loathed by the right as embodying the growing militancy of parts of the Arab minority – 20% of the whole population.

The Islamic Movement campaigns for the rights of those citizens who refer to themselves as the “Arabs of 1948″ – those left behind while 700,000 others became refugees when Israel was founded. It fights discrimination and campaigns for the right of Palestinian refugees to return, as well as against house demolitions and expulsions in Jerusalem.

Salah has been jailed for raising money for Hamas, which is considered a terrorist organisation by Israel. In 2010 he served a five-month prison term for assaulting a policeman. But accusations of antisemitism and homophobia have largely emanated from the UK.

Attempts have been made to outlaw the Islamic Movement for incitement but they always failed in Israel’s high court. Its political importance has risen in recent years as prospects for a negotiated two-state solution to the conflict have receded and Palestinians have adopted more explicitly anti-Zionist positions that call for a “one-state” solution under which – under current demographic trends – Jews would no longer constitute a majority.

Ideologically, the movement is close to the Muslim Brotherhood. It preaches social conservatism, observance of sharia law, charity and resisting the influence of western culture. Salah’s visit to the UK was organised by the Palestine Solidarity Campaign and Middle East Monitor, which promotes Islamist causes and focuses on the Palestinians. Both say he rejects accusations of antisemitism.

The real question about the episode is this: if Salah is tolerated in Israel, why did the UK government object to his presence?

URL du billet: http://occupiedpalestine.wordpress.com/2011/06/29/sheikh-raed-salah-islamic-movement-leader-loathed-by-the-israeli-right/

Sheikh Raed Salah arrested-Urgent action alert

Publié le 30 juin 2011 sur le site palestinecampaign.org

Sheikh Raed Salah, one of the most prominent campaigners within Israel for Palestinian rights, has been arrested in London. The Sheikh was invited by PSC to speak at the launch of 'Building Peace and Justice in Jerusalem' Campaign in Parliament tonight, alongside MPs and other prominent speakers. He is the leader of a legitimate political party in Israel, representing Palestinians, and an outspoken champion of Jerusalem. The meeting will still go ahead.

The Sheikh entered the UK openly on 25 June and his schedule was known well in advance by UK authorities. This included a meeting in Parliament on 26 June and a public meeting the same night at Conway Hall, London, organised by PSC and MEMO on the subject of the Arab Spring and its impact on Palestine.

Despite this, the Sheikh was arrested in his hotel room last night under section 3 of the Immigration Act 1971. The Home Secretary, Teresa May, subsequently announced in the House of Commons that he was excluded from entering the UK. The government has not made clear when the ban was issued, and the Sheikh's legal team had not been contacted.

The Sheikh has appealed against the deportation in court. His team had already begun legal proceedings against Daily Telegraph and Jewish Chronicle journalists for printing false allegations about him last week. Deporting, and subsequently banning, Sheikh Raed from the UK will be a violation of his right to free speech, his right to speak out on behalf of Palestine, and a victory for those who have spread the baseless rumours defaming his reputation.

TAKE ACTION

Protest today/Write to the Home Secretary·

PSC is supporting a demonstration called by the Palestinian Forum of Britain TODAY (29 June) from 5-6pm outside Paddington Green police station where the Sheikh is being held. This will be a silent protest in recognition of the silencing of free speech - bring Palestinian flags and gags to cover your mouth. Nearest tube: Edgware Road.

Call or email the Home Secretary asking her to reconsider the decision. An Israeli court cleared Sheikh Raed of charges of making anti-Semitic comments. The Sheikh has reiterated that charges were dropped because there was no evidence against him. On what basis is he being excluded from the UK?

Email: mayt@parliament.uk T: 020 7219 5206

URL du billet: http://www.palestinecampaign.org/index7b.asp?m_id=1&l1_id=4&l2_id=24&Content_ID=2029

Un deuxième bateau de la flottille vers Gaza saboté

Publié le 30 juin 2011 sur le site lemonde.fr
par le monde.fr avec AFP

Un bateau irlandais de la flottille vers Gaza a été saboté dans le port turc de Gocek, a affirmé jeudi 30 juin à Dublin le comité irlandais parrainant le navire, accusant Israël d'être derrière l'opération.

Une nouvelle flottille pour Gaza en juin

Les militants propalestiniens de 22 pays ont prévu de se retrouver "jeudi ou vendredi" au large de la Crète (sud de la Grèce) pour partir livrer de l'aide humanitaire au territoire palestinien au moyen d'une dizaine de bateaux. Israël s'est déclaré à plusieurs reprises "déterminé" à arrêter cette deuxième flottille, qui compte au total près de 300 militants issus de 22 pays ainsi que 35 journalistes, selon les organisateurs.

LES ORGANISATEURS ACCUSENT ISRAËL

Equipage et activistes confondus, 25 Irlandais et Nord-Irlandais devaient embarquer à bord du Saoirse ("liberté" en gaélique). Le bateau a été "victime d'un sabotage […] dans le port turc de Gocek, où il mouillait depuis quelques semaines", a déclaré le comité organisateur, ajoutant qu'"Israël doit être considéré comme le principal suspect"."Israël est le seul susceptible d'avoir conduit cette opération et le gouvernement irlandais et les autorités d'Irlande du Nord doivent insister pour que les auteurs de cet acte de terrorisme soient traduits devant la justice", a indiqué Fintan Lane, chef du comité d'organisation.

Le premier ministre irlandais, Enda Kenny, avait mis en garde mercredi Israël contre "toute action qui pourrait blesser" des militants prenant part à la flottille. Devant le Parlement, il avait insisté pour que ne se répètent pas les incidents de mai 2010. Un commando israélien avait alors tué neuf passagers turcs d'un des navires d'une première flottille qui cherchait à briser le blocus maritime actuellement imposé à la bande de Gaza, soulevant une vague de réprobation internationale.

Le parti nationaliste irlandais Sinn Fein a exigé dans un communiqué du premier ministre Enda Kenny qu'il "demande immédiatement des explications au premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou"."Si les affirmations des activistes s'avèrent fondées, alors les responsables sont coupables de sabotage et de mise en danger de la vie de ressortissants irlandais", a poursuivi le Sinn Fein. A défaut de réponse israélienne, "comme c'est probable," M. Kenny "devrait demander l'ouverture d'une enquête immédiate en coopération avec le gouvernement turc".

L'ARBRE DE TRANSMISSION ENDOMMAGÉ

L'un des membres de l'équipage du Saoirse, l'ancien international de rugby irlandais Trevor Hogan, a déclaré jeudi à la RTE que si le sabotage n'avait pas été détecté il aurait eu pour conséquence "d'entraîner le naufrage du navire, en provoquant très certainement la perte de vies humaines".

Le comité organisateur irlandais a indiqué que l'arbre de transmission avait été endommagé. Il a présenté des photographies à l'appui de ses dires, lors d'une conférence de presse à Dublin jeudi en fin de matinée. Selon lui, l'avarie provoqué intentionnellement serait "très similaire" à celle qui aurait endommagé le Juliano, un autre navire de la flottille, en Grèce. Le Juliano transporte des militants suédois, norvégiens et grecs.

URL du billet: http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/06/30/un-deuxieme-bateau-de-la-flottille-vers-gaza-sabote_1542917_3218.html

Mr Ban KI-Moon appelle la communauté internationale à participer aux efforts en vue de ramener Palestiniens et Israéliens à la table des négotiations

URL du billet: http://www.un.org/News/fr-press/docs/2011/SGSM13675.doc.htm

Au tribunal administratif le maire Bernard Genin défend la solidarité avec la Palestine

Publiée le 29 juin 2011 par telelyonmetropole

Convoqué devant le tribunal administratif à la demande du préfet pour avoir hissé depuis un an le drapeau palestinien au fronton de l’hôtel de ville,

Le maire Bernard Genin a défendu cet acte symbolique, soutenu par de nombreux Vaudais et représentants d’associations.

Et annonce que la solidarité de Vaulx-en-Velin ne s’arrêtera pas, quelle que soit la décision du tribunal qui sera rendue le 6 juillet. Il prévoit un nouvel acte symbolique devant l’hôtel de ville le 8 juillet à 18h.

A quoi ressemblera la Palestine dans 30 ans ?

Publié le 30 juin 2011 sur le site leplus.nouvelobs.com

Les soulèvements inattendus dans le monde arabe laissent présager un nouvel horizon dans cette partie du monde. Qu’en sera-t-il de la Palestine ? Raja Shehadeh, avocat palestinien, pense que "l'impossible peut arriver".

Sélectionné et édité par Hélène Decommer

Les Israéliens ont perfectionné leur art de "l’incertitude permanente" vis-à-vis des Palestiniens. En clair, il étendent puis contractent l’espace de manœuvre des Palestiniens à travers une politique qui combine dans un ordre imprévisible modification et application sélective des règlements et des contrôles. Au niveau psychologique, cette stratégie a eu pour lourde conséquence d’induire un sens du provisoire perpétuel.

Israël colonisation

Comment Israël garde la main sur la Palestine

Dans le même temps, la prolifération de colonies, rocades et autres barrages routiers a fini par convaincre les occupés du caractère permanent de cette fragmentation, comme si une nouvelle géographie avait réellement été mise en place. Tout en esquivant une résolution politique du conflit et en poursuivant (ou en prétendant poursuivre) les négociations sur les frontières, Israël compte sur cet état d’incertitude pour maintenir la population en état de passivité.

A quoi pourrait ressembler notre région dans trois décennies ? Avant de l’envisager, il convient de rappeler brièvement les origines historiques du conflit israélo-palestinien.

La Déclaration Balfour de 1917 et les termes consécutifs du mandat britannique sur la Palestine ont préparé l’incitation ultérieure au "retour" en Palestine de la diaspora juive. Une fois fondé, l’État juif a nié aux Palestiniens ce droit au retour que ses propres lois garantissaient aux juifs du monde entier.

A quoi pourrait ressembler la Palestine dans 30 ans ?

Et en 2037 ? En m’aventurant dans le futur, Dans mon livre "2037. Le grand bouleversement", j’ai tenté de dépasser le confinement de la Palestine occupée. J’ai voulu me libérer pour penser par-delà les limites de cette réalité actuelle qui s’impose à notre esprit et finit par nous convaincre de son immuabilité. Je me suis ainsi extirpé de ce désespoir politique qui est devenu le lot de la société palestinienne.

J’ai reconsidéré notre région en me focalisant sur la partie est-méditerranéenne de la vallée du grand rift, qui s’étend des montagnes du Taurus turques jusqu’à la mer Rouge ; et j’ai imaginé que cette continuité géographique pourrait, un jour, refléter à nouveau l’unité politique qui la caractérisait jadis.

La société israélienne doit, elle aussi, échapper aux forces qui l’entraînent vers le désastre. Mais loin de considérer la paix comme une valeur en soi, il semble que les Israéliens pensent pouvoir continuer à récolter ses bienfaits en poursuivant leur politique d’arrangements soi-disant pacifiques avec l’Égypte, la Jordanie et la Palestine.

La clé du conflit : Israël doit vouloir la paix

La fin des anciens régimes de ces pays, le discrédit jeté sur les élites avec lesquelles les Israéliens ont ces dernières décennies mis en place des combines lucratives, les convaincraient peut-être de la vanité de cette démarche.

Mais pour vouloir vraiment la paix, il faut imaginer ses bienfaits. Il faut que les Israéliens pensent à ce que pourrait être leur vie si l’énergie, les dépenses et les risques qu’ils prennent aujourd’hui pour perpétuer les conditions présentes, étaient réorientés vers la réalisation d’un autre but.

Le présent n’est pas permanent, il est possible de penser autrement notre terre et son avenir. Pour qu’une nouvelle réalité soit possible, il faut d’abord pouvoir la concevoir. C’est dans cet esprit que j’ai écrit "2037. Le grand bouleversement".

L'impossible peut arriver

Le "printemps arabe" est survenu après que j’ai fini la rédaction de ce livre. Des foules de gens se sont mises à manifester contre les régimes autocratiques qui les opprimaient depuis des décennies. Les faits m’ont donné raison. Je n’étais pas seul à rêver l’impossible dans mon bureau, ma volonté de repenser la région était partagée.

Place Tahrir, AFP

Un nouvel élément est venu enrichir la tragédie grecque à laquelle ressemblent nos vies. Les autocrates ont gardé leur rang de protagonistes, mais l’élément manquant – le chœur – est entré dans l’histoire pour faire entendre dans toute la région son cri retentissant : "Le peuple veut… !"

Cette année, le jour de la commémoration de la Nakba, des milliers de Palestiniens dont les parents furent expulsés de Palestine en 1948, ainsi que des Syriens dont les parents furent chassés du plateau du Golan en 1967, ont marché vers la frontière israélo-syrienne. Ils agitaient des drapeaux palestiniens en scandant : "Le peuple veut la libération de la Palestine !" Quand ils ont atteint les barbelés, les arabes du Golan se sont écriés : "Arrêtez-vous ! Il y a des champs de mines ! Reculez ! Attention aux mines !"

Mais rien n’aurait pu arrêter ces Palestiniens et ces Syriens – ni les barbelés, ni les mines, ni les armes israéliennes. Après avoir tenté de démonter le grillage à mains nues, ils l’ont escaladé pour passer de l’autre côté. Quand ils ont posé le pied sur le sol du Golan, ceux qui étaient du côté israélien se sont mis à répéter : "Que dieu vous protège !" Mais aucune mine n’explosa : il n’y en avait pas.

Tout le monde était stupéfait. Durant plus de quatre décennies, un simple grillage et une parcelle de terre supposément jonchée de mines avait suffi à dissuader quiconque de percer la frontière. Ceux qui avaient traversé s’exclamèrent : "C’est la libération !"

Le printemps arabe redonne de l'espoir

En imaginant le monde de 2037, je pensais qu’il ne me serait pas donné de voir de mon vivant les frontières démantelées, ni une quelconque avancée vers ma vision de la vallée du grand rift réunifiée. Depuis le printemps arabe, je n’en suis plus si sûr. Si les peuples veulent la liberté et l’unité, qui peut les arrêter ? Il est trop tôt pour savoir comment les choses vont évoluer, mais aujourd’hui on peut espérer.

Pour que le changement soit pacifique, la population israélienne doit prendre conscience de la folie et du danger dans lequel l’entraînent les politiques agressives poursuivies par ses gouvernements successifs, qui se sont toujours arrangés pour refuser les offres de paix de ses voisins et se dresser contre elles.

Puisque le chœur manquant vient compléter la distribution dans un rôle majeur, on peut espérer que notre tragédie connaisse, enfin, son dénouement.

Texte traduit de l'anglais par Emilie Lacape.

Mon dernier ouvrage : "2037. Le grand bouleversement" (Galaade Éditions)

URL du billet: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/149791;a-quoi-ressemblera-la-palestine-dans-30-ans.html

Deux nouveaux gisements de gaz découverts au large d'Israël

Publié le 30 juin 2011 sur le site rtbf.be

Une société israélienne a annoncé jeudi la découverte de deux nouveaux gisements de gaz naturel offshore en Méditerranée.

Selon la compagnie Hacharat Energia, "il y a plus de 50% de chances" pour que les réserves de ces deux gisements, baptisés Sarah et Mira, situés à 70 kilomètres au large de la ville de Hadera, au nord de Tel-Aviv, s'élèvent à 184 milliards de m3.

De telles réserves s'ajouteraient à celles des importants gisements Tamar et Léviatan, découverts à 130 km du port de Haïfa (nord d'Israël).

Les réserves de Tamar sont estimées à 238 milliards de m3 de gaz naturel et celles de Léviatan "pourraient atteindre le double et assurer la consommation d'Israël pour 25 ans", selon le ministère des Infrastructures nationales.

Ces richesses se trouvent cependant dans des zones maritimes contestées, ce qui n'est pas le cas pour les deux nouveaux gisements Sarah et Mira.

L'exploitation de ces nouveaux gisements devrait réduire fortement la dépendance d'Israël en gaz naturel égyptien. L'Egypte fournit 43% du gaz naturel consommé en Israël.

AFP

L'occupation envahit plusieurs villages en Cisjordanie et arrête 22 Palestiniens

Publié le 22 juin 2011 sur le site palestine-info.net

Cisjordanie – CPI

Les forces d'occupation sioniste ont arrêté 22 citoyens palestiniens lors d'une série de raids et d'arrestations lancée dans différentes régions de Cisjordanie occupée, mardi à l'aube.

Des sources palestiniennes ont rapporté que les forces occupantes ont pris d'assaut plusieurs villes et villages palestiniens en Cisjordanie occupée, et que les soldats sionistes ont fouillé plusieurs maisons palestiniennes après avoir maintenus leurs résidents, y compris des enfants et des femmes, sous la menace de l'armée.

Les autorités de l'armée sioniste ont prétendu que les personnes arrêtées sont accusées d'avoir effectué des attaques contre des objectifs sionistes, et qu'elles ont été transférées aux services de sécurités concernés pour une garde à vue.

Dans le même contexte, les forces occupantes ont enlevé 10 citoyens palestiniens lors de leur participation à une activité contre la colonisation dans le village de Ramadhein près de la Colonie sioniste "Ashklot" au sud de la ville d'al Khalil, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

Des sources locales ont déclaré que les forces occupantes ont agressé les participants dans une manifestation contre la colonisation dans le village de Ramadhein, arrêtant 10 citoyens palestiniens, y compris le secrétaire général des comités populaires, Azmi Cheioukhi.

Les mêmes sources ont souligné que les forces occupantes ont arrêté plus de 22 citoyens palestiniens en moins de 24 heures, y compris le député Dr. Nasser Abdel Jawad.

URL du billet: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7cH1c8FcfxEQc83vocd4lfp3enlIems6PS3bFTcDpnZLlL9t4hCR4UzmoT%2f%2bxNwfVCqIOOTrPTDPGefkGf4e9fpr3kEtMbMAGjuPXYlZr41A%3d

mercredi 29 juin 2011

Britain accused of collaborating with Israel over Salah arrest

Publié le 29 juin 2011 sur le site guardian.co.uk

Arab Israelis and Palestinians say arrest of Sheikh Raed Salah in London is 'strange' and 'illegitimate', and call for his release

Sheikh Raed Salah
Sheikh Raed Salah, leader of the Islamic Movement in Israel. Photograph: Ahmad Gharabli/AFP/Getty Images

Arab Israelis and Palestinians have accused the British government of collaborating with Israel in detaining Sheikh Raed Salah, the leader of the Islamic Movement in Israel.

Ibrahim Sarsur, a United Arab List member of the Knesset, the Israeli parliament, described the arrest of Salah as "strange". He said: "Sheikh Salah is one of the leading figures in the Arab Israeli community. He travelled to the UK legitimately, and he had no knowledge of any ban on his entering the UK, so we are surprised and disappointed by this illegitimate procedure."

Sarsur called on Britain to release Salah immediately. "We know that Israel is not happy with anyone that opposes its policies, but we see Britain as the most democratic place in the world and the birthplace of democracy. Britain should deal with delicate matters of the Middle East with delicacy and not act as a collaborator with the Israeli government."

Ben White, a writer and activist who was due to speak at an event with Salah on Wednesday, said there was a stark contrast between how Britain treated Palestinian and Israeli leaders. "The same government that sent police to arrest a Palestinian civil society leader from his hotel bedroom is changing UK legislation explicitly to facilitate the entry of accused Israeli war criminals," he said.

Israel has acted angrily in the past when its army officers and politicians have been threatened with arrest, such as when the former foreign minister Tzipi Livni had to postpone a trip to the UK to avoid arrest in 2009.

A spokesman for the Israeli foreign ministry said that the Israeli consulate in London had been informed of the arrest as would happen with the arrest of any Israeli. "It's up to the British authorities to explain the reason for the arrest. Sheikh Raed Salah will be visited by consular officials if it is necessary."

Salah is despised by Israel's right wing and his arrest was used as an opportunity by one member of the Knesset to launch his own "Raed Salah bill". Alex Miller of the Israel Our Home party said the bill would prevent people such as Salah, convicted of aiding a terrorist organisation, from using government-funded institutions.

"If the British government forbade this man from entering its territory because of his extremist views and a fear that he would use public and academic forums to incite violence and racism, there is no reason the Israeli government should give that pleasure to Salah and his peers," Miller told the Jerusalem Post.

URL du billet: http://www.guardian.co.uk/world/2011/jun/29/sheikh-raed-salah-arrest-britain-accused

Traduction

La Grande-Bretagne est accusée de collaborer avec Israël concernant l'arrestation de Raed Salah

Des Arabes israéliens et des Palestiniens affirment que l'arrestation du Sheikh Raed Salah à Londres est "étrange" et "illégitime", et appellent à sa libération.

Des Arabes israéliens et des Palestiniens accusent le gouvernement britannique de collaborer avec Israël en détenant Sheikh Raed Salah, le chef du Mouvement Islamique en Israël. Ibrahim Sarsur, un membre de la Liste Arabe Unie au sein de la Knesset, le parlement israélien, décrit l'arrestation de Salah comme étant "étrange". Il dit que «Sheikh Raed Salah est l'une des figures de proue de la communauté arabe israélienne. Il a voyagé au Royaume-Uni légitimement, et n'avait aucune connaissance d'une quelconque interdiction d'entrée au Royaume-Uni, de sorte que nous sommes surpris et déçus par cette procédure illégitime.»

Sarsur a appelé la Grande-Bretagne à libérer Salah immédiatement. «Nous savons qu'Israël est mécontent de quiconque s'oppose à sa politique, mais nous voyons la Grande-Bretagne comme le lieu le plus démocratique du monde ainsi que le berceau de la démocratie. La Grande-Bretagne devrait traiter des questions délicates du Moyen-Orient avec délicatesse et non pas agir en tant que collaborateur avec le gouvernement israélien.»

Ben White, un écrivain et activiste qui devait prendre la parole lors d'un événement avec Salah mercredi, a dit qu'il y avait un contraste frappant entre la façon dont la Grande-Bretagne traite les dirigeants palestiniens et ceux israéliens. «Ce même gouvernement qui a envoyé la police arrêter un leader de la société civile palestinienne dans sa chambre d'hôtel, est en train de modifier explicitement la législation britannique afin de faciliter l'entrée d'accusés de crimes de guerre israéliens», a t-il déclaré.

Israël a réagi avec colère par le passé lorsque ses officiers de l'armée et des politiciens ont été menacés d'arrestation, comme lorsque l'ancien ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni qui a dû reporter un voyage au Royaume-Uni pour éviter une arrestation en 2009.

Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré que le consulat d'Israël à Londres avait été informé de cette arrestation tout comme cela se passerait avec l'arrestation de tout israélien. «Il revient aux autorités britanniques d'expliquer le motif de cette arrestation. Les agents consulaires iront voir Sheikh Raed Salah, si cela s'avère nécessaire.»

Salah est méprisé par la droite israélienne et son arrestation fut utilisée comme une opportunité par un membre de la Knesset de lancer son propre "projet de loi Raed Salah". Alex Miller, du parti Israel Beytenou (Israël Notre Maison) a déclaré que le projet de loi empêcherait les gens comme Salah -condamné d'avoir aidé une organisation terroriste - d'utiliser les institutions financées par le gouvernement.

«Si le gouvernement britannique a interdit à cet homme d'entrer sur son territoire en raison de ses opinions extrémistes et de peur qu'il utilise les forums publics et universitaires pour inciter à la violence et au racisme, il n'y a aucune raison pour que le gouvernement israélien doive accorder ce plaisir à Salah et à ses pairs », a déclaré Miller au Jerusalem Post.

Traduit par Sihem pour le CCY

Le Mouvement islamique dénonce l'arrestation de Salah

Publié le 29 juin 2011 sur le site fr.jpost.com

Par JPOST.FR ET LAHAV HARKOV

Le Mouvement islamique a réagi mercredi à l'arrestation du leader Sheikh Raed Salah à Londres mardi dans la nuit, critiquant le "lobby juif".

Photo: Ben Hartman , JPost

"Depuis que Salah a reçu une invitation à venir en Grande-Bretagne, le lobby juif est devenu fou et a fait tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher sa visite, afin que le discours sioniste reste le seul disours", a indiqué le mouvement dans un communiqué.

Dans un message direct au "lobby juif", le Mouvement islamique poursuit : "Nous protègerons nos droits et ferons entendre la voix de la vérité au monde, en particulier en ce qui concerne le peuple palestinien. Nous ne serons pas affectés par cette arrestation politique."

S'exprimant sur cette arrestation, le député de la Knesset Ahmed Tibi (Balad) l'a décrite comme "un comportement déroutant et antidémocratique de la part des autorités britanniques".

Jamal Zahalak, également député de Balad, indique que la Grande-Bretagne "collabore avec l'oppression israélienne".
"Cette arrestation est un coup porté au peuple arabe en Israël, qui voit en Sheikh Raed Salah l'un de ses leaders", indique le député. "Il s'agit d'une personnalité politique et religieuse, et il n'y a rien qui justifie son arrestation. Au lieu de soutenir les droits des citoyens arabes d'Israël, la Grande-Bretagne cherche à leur nuire."

Selon le Mouvement islamique, Salah a été arrêté autour de minuit mardi soir à Londres après avoir donné une conférence à Leicester. Il devait s'exprimer devant le parlement britannique au cours de sa visite, à l'invitation d'un député.

Des avocats indiquent que Salah a deux options : être traduit en justice, ou encourir une expulsion immédiate, selon le Chaîne 10.

URL du billet: http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257366390&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

Israël: controverse sur la propagande du gouvernement contre la flottille

Publié le 29 juin 2011 sur le site romandie.com

JPG - 508.6 kb
Photo ©
Muhammed Muheisen

JERUSALEM - Des députés et même des ministres israéliens ont accusé l'armée d'exagérer la menace constituée par les passagers de la flottille internationale pro-palestinienne en partance pour Gaza, rapporte la presse locale.

Selon le quotidien Maariv, certains membres du cabibet de sécurité, qui regroupe la moitié du gouvernement, ont critiqué une campagne de propagande médiatique et une opération de relations publiques hystérique.

Depuis 48 heures, l'armée israélienne et des ministres de droite affirment que des éléments radicaux se sont infiltrés au sein de la flottille avec l'intention de tuers des soldats israéliens.

Les organisateurs de la flottille affirment qu'il n'y a pas d'extrémistes parmi eux, mais ils mentent évidemment et je ne doute pas le moins du monde du fait qu'ils cherchent la provocation, à l'instar de leurs prédécesseurs, a ainsi déclaré à la radio publique Youli Edelstein, ministre de l'Information et de la Diaspora.

Toutefois, plusieurs membres du cabinet de sécurité, non identifiés, ont indiqué au Maariv qu'ils n'avaient pas reçu de telles informations, accusant même le Premier ministre Benjamin Nentanyahu d'avoir changé de version sur la nature de la flottille pour deux raisons liées à la communauté internationale.

La première des raisons est se couvrir lui-même au cas où l'opération militaire (contre la flottille) tournerait mal et qu'il y aurait des victimes. Israël pourra toujours dire qu'il a donné un avertissement à l'avance, a expliqué un ministre au quotidien.

La seconde raison est de faire pression sur la communauté internationale afin que les gouvernements impliqués empêchent des bateaux de prendre part à la flottille, a-t-il ajouté.

En mai 2010, une première tentative d'une flottille d'aide internationale de s'approcher des côtes de la bande de Gaza avait coûté la vie à neuf personnes après un assaut des commandos de marine israéliens contre le ferry turc Mavi Marmara, navire amiral de la petite armada.

Il est inconcevable que l'armée israélienne livre aux médias des informations complètement contraires à ce que l'on nous a raconté. Il y a des raisons de croire qu'il s'agit de propagande. Rien de ce qui a été disséminé dans les médias ne nous a été présenté, a dit un autre ministre au Maariv sous couvert de l'anonymat.

Les organisateurs de la deuxième flottille de la liberté nient la présence d'un noyau d'extrémistes à bord des navires.

L'expédition devrait rassembler quelque 300 militants pro-palestiniens originaires de 22 pays, des députés français, suédois, norvégiens et espagnols, des artistes, des écrivains, dont l'auteur de romans policiers suédois Henning Mankell, ainsi que 35 journalistes.

Initialement, les organisateurs avaient annoncé la mobilisation d'une vingtaine de bateaux et de 1.500 militants.

Ils ont dénoncé des obstacles administratifs provenant des autorités grecques, qui sont selon eux sous pression d'Israël, ainsi que des actes de sabotage contre un des navires.

L'opération a pour objectif de briser le blocus de Gaza imposé depuis cinq ans par Israël.

(©AFP / 29 juin 2011 14h00)

URL de la dépêche: http://www.romandie.com/news/n/_Israel_controverse_sur_la_propagande_du_gouvernement_contre_la_flottille290620111406.asp

Flottille pour Gaza: les militants mis sous pression par Israël

Publié le 29 juin 2011 sur le site rtbf.be

Les militants pro-palestiniens de la flottille qui compte prendre la mer cette semaine pour tenter de briser le blocus d'Israël sur Gaza, sont mis sous pression, persuadés que les autorités grecques sont soumises à des "obstacles" israéliens, pour entraver le départ prévu de certains bateaux de la flottille du port du Pirée vers Gaza.

Une nouvelle flottille pour Gaza en juin

Les techniciens se sont livrés à une course contre-la-montre depuis lundi soir pour réparer les dommages subis par l'un des dix bateaux de la flottille, dues à un "sabotage", selon les organisateurs.

Israël n'a pas cessé ces derniers jours de menacer de stopper cette flottille internationale.

"Les Israéliens veulent nous user, ils font tout pour nous décourager, ils utilisent l'arme du temps", a indiqué à l'AFP Debra, une militante américaine qui doit embarquer sur le navire "Audacity Hope" battant pavillon américain.

Selon cette militante, "un groupe israélien a déposé une pseudo-plainte contre notre bateau indiquant qu'il n'était pas en état de naviguer et malheureusement les autorités grecques sont contraintes d'examiner cette éventualité".

D'autres militants s'inquiètent qu'Israël "ne réagisse d'une manière exagérée" contre la flottille, en raison d'une "propagande" basée sur des rapports officiels, "relevant que des militants violents ayant des liens avec des terroristes se trouvent à bord des bateaux".

"On nous a accusé de transporter des produits chimiques et toxiques à utiliser contre les soldats israéliens (...) j'ai même entendu que ces derniers vont nous attaquer avec des canons à eau, mais nous sommes pacifistes, c'est dément! ", s'indigne une activiste ayant requis l'anonymat.

Belga

Arrestation en Grande-Bretagne de cheikh Raëd Salah

Publié le 29 juin 2011 sur le site romandie.com


JERUSALEM - Le chef du Mouvement islamique arabe israélien, cheikh Raëd Salah, a été arrêté à Londres alors qu'il s'apprêtait à faire une tournée de conférences en Grande-Bretagne, a affirmé mercredi un porte-parole de son mouvement.


Il (cheikh Salah) a été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi à Londres et se trouve actuellement en prison. Nous ignorons s'il doit être extradé, et attendons aujourd'hui des informations à son sujet par l'intermédiaire de son avocat, a indiqué à l'AFP Cheikh Kamal Khatib.

Le porte-parole n'a pas été en mesure de donner des précisions sur le lieu de détention de M. Salah, mais il a dénoncé des pressions exercées par le lobby sioniste en Grande Bretagne sur la police britannique.

Selon la radio publique israélienne, M. Salah aurait été arrêté notamment pour avoir tenu publiquement des propos antisémites et incité à la violence dans le cadre de ses activités politiques.

La radio a précisé que le cheikh figurait sur une liste noire établie par le ministère britannique de l'Intérieur de personnes non autorisées à pénétrer en Grande-Bretagne, mais aurait déjoué la surveillance sécuritaire à l'aéroport de Heathrow en modifiant une lettre de son patronyme sur son passeport.

Le cheikh Raëd Salah est à la tête de l'aile radicale du Mouvement islamique. Il avait été libéré en décembre après avoir purgé cinq mois de prison pour avoir craché sur des policiers israéliens lors d'une manifestation.

Il a été arrêté à maintes reprises, notamment pour avoir participé à une flottille d'aide internationale à Gaza, dont l'arraisonnement meurtrier le 31 mai par la marine israélienne avait soulevé une vague de réprobation internationale.

Le Mouvement islamiste est une organisation extra-parlementaire légale en Israël mais sévèrement surveillée, étant soupçonnée d'être en contact avec le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza et d'autres mouvements islamistes de par le monde.

La communauté des Arabes israéliens, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création de l'Etat hébreu en 1948, compte plus d'1,3 million de personnes, soit 20% de la population totale d'Israël.

Elle fait face à des discriminations, notamment en matière d'emploi et de logement dans des localités juives.

(©AFP / 29 juin 2011 11h33)

URL de la dépêche: http://www.romandie.com/news/n/_Arrestation_en_Grande_Bretagne_d_un_dirigeant_arabe_israelien290620111106.asp

Les autorités britanniques arrêtent le Shaikh Raed Salah
Publié le 29 juin 2011 sur le site palestine-info.net

Londres – CPI

Les autorités britanniques ont arrêté la nuit dernière le chef du Mouvement islamique dans les territoires palestiniens, le Shaikh Raed Salah, sous prétexte qu’il constitue une « menace pour le public en Grande-Bretagne ». Il a été transféré dans un centre de détention en attendant son expulsion du Royaume-Uni.

Le Shaikh Raed Salah était arrivé en Grande-Bretagne sans aucune objection de l’administration des migrations, en dépit de la décision de la ministre britannique de l’Intérieur de l’inclure dans la liste des personnes interdites d’entrer dans le pays.

Il était prévu que le Shaikh Salah prononce un discours devant plusieurs membres du Parlement britannique du parti travailliste de l’opposition, et l’aile gauche du parti l’avait appelé à parler sur le conflit palestino-sioniste.

Des responsables britanniques ont essayé d’empêcher Raed Salah de prononcer son discours devant les députés cette semaine, car le gouvernement britannique le considère comme une cause de grand embarras devant l’Etat d’occupation.

Des sources dans le gouvernement à Whitehall ont rapporté que la ministre de l’Intérieur est très en colère à cause de la confusion dans les procédures qui a permis au Shaikh Salah d’entrer en Grande-Bretagne.



Rappel

Raed Salah : Israël se prépare à finaliser le nettoyage ethnique des Palestiniens
Publié le 15 juin 2011 sur le site ism-france.org
Par Raed Salah

Dans un entretien exclusif avec le Middle East Monitor, le chef du mouvement islamique en Israël, Sheikh Raed Saah, a mis en garde : "Les Israéliens posent les bases d'un climat général "adéquat" pour la dernière étape du nettoyage des Palestiniens, qui a débuté en 1948 et qui n'a pas cessé depuis."
Salah, que les Palestiniens considèrent comme le gardien de la Mosquée Al-Aqsa, dit : "Jérusalem souffre de l'occupation israélienne continue et elle subit le programme de judaïsation d'Israël. Les lieux saints islamiques et chrétiens, les mosquées, les églises et les cimetières, font l'objet d'attaques incessantes."
"Je suis convaincu que les révolutions arabes redéfiniront la cause palestinienne, bien que certains aient essayé de distordre cette définition en affirmant que la question de la Palestine ne concernait que les Palestiniens. Les révolutions ont confirmé que la cause de la Palestine est une cause pour le monde arabe et islamique tout entier et une cause pour tous ceux qui chérissent la liberté et l'humanitarisme."

Raed Salah : Israël se prépare à finaliser le nettoyage ethnique des Palestiniens

Entretien

MEMO : Pouvez-vous décrire la situation actuelle à Jérusalem ? Que se passe-t-il pour les Palestiniens qui y vivent, pour la Mosquée Al-Aqsa et les autres sanctuaires islamiques ?

Sheikh Raed Salah : Jérusalem souffre de l'occupation israélienne continue et elle subit le programme de judaïsation d'Israël. Les lieux saints islamiques et chrétiens, les mosquées, les églises et les cimetières, font l'objet d'attaques incessantes.

La Mosquée Al-Aqsa en particulier est confrontée aux exactions de l'occupation, aux creusements et aux démolitions. Il existe une très sérieuse possibilité que les autorités de l'occupation israélienne réalisent leurs rêves fous annoncés explicitement : c'est très simple, ils veulent détruire la Mosquée Al-Aqsa et construire un temple à sa place.

Les souffrances des citoyens palestiniens sous occupation israélienne à Jérusalem sont énormes : restrictions pour gagner leurs vies, obstacles pour les empêcher de construire sur leur propre terre, confiscations de la terre palestinienne par la municipalité de Jérusalem sous contrôle israélien dans des circonstances inacceptables.

Ils vivent sous la menace que leurs cartes d'identité soient confisquées et qu'ils soient expulsés de leur lieu de naissance. C'est exactement ce qui est arrivé récemment à Mohammed Abu Tair, membre élu au Conseil législatif, une menace qui pèse sur tous les autres membres du Conseil élus pour représenter la population de Jérusalem, et c'est arrivé également à l'ancien ministre Khaled Abu Arafa.

Les Jérusalémites sentent que toutes leurs institutions sont menacées, les organismes sociaux, de santé, d'enseignement, de littérature, malgré les impôts levés par la municipalité et qu'ils doivent payer. Ces soi-disant taxes ne sont qu'un moyen pour confisquer la terre et les maisons des citoyens sous le prétexte de l'évasion fiscale.

MEMO : Quelles sont les conditions de vie des Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés par Israël en 1948 ? Pouvez-vous décrire les défis socio-économiques, juridiques et politiques auxquels ils sont confrontés étant donné la législation israélienne et les restrictions qui leurs sont imposées ?

RS : Personnellement, je suis convaincu que la réalité des territoires de 1948 peut être résumée en trois projets que l'establishment israélien applique contre la communauté palestinienne de 1948.

1. Des tentatives de l'establishment israélien pour séparer les citoyens palestiniens de leurs liens palestiniens, arabes et islamiques.
2. Des tentatives de l'establishment israélien pour démanteler la société palestinienne, de manière à ce qu'elle devienne un ensemble d'individus, et rien d'autre.
3. Les Israéliens posent les bases d'un climat général "adéquat" pour la dernière étape du nettoyage des Palestiniens, qui a débuté en 1948 et qui n'a pas cessé depuis. D'abord les individus sont expulsés, puis par groupes ; après, cela peut devenir plus grave.

Tout ce que l'establishment israélien met en pratique contre la société palestinienne, depuis la discrimination juridique et la persécution religieuse jusqu'à la confiscation quotidienne et l'érosion des droits, fait partie des trois projets notés ci-dessus.

Je veux mentionner ici que l'establishment israélien donne à toutes ses décisions et ses pratiques une couverture légale, de manière à ce que tout semble légal, comme la confiscation de la terre appartenant aux Palestiniens et la destruction de leurs maisons. L'establishment israélien a ratifié de nombreuses lois pour masquer tous les aspects de ces injustices, auxquelles il se réfère pour détruire les maisons et même des villages entiers dans le désert du Néguev.

Le dernier exemple en est la loi qui autorise les autorités à retirer la citoyenneté. En violation de toutes les normes internationales, les Israéliens ont adopté une loi qui les autorisent à retirer leur citoyenneté aux Palestiniens et à les expulser de leurs maisons, et tout ceci est parfaitement "légal" en Israël.

MEMO : Que pensez-vous des négociations ? Les négociateurs israéliens et l'Autorité Palestinienne discutent de la possibilité d'un "échange de population" avec un "échange de terre" pour l'établissement d'un Etat palestinien : qu'en pensez-vous et qu'en pense la population sur le terrain ?

RS : Je peux confirmer que tous les mouvements politiques dans les territoires palestiniens, y compris les masses, refusent d'accepter de tels échanges. Ils les considèrent, et moi aussi, comme un plan pour expulser les Palestiniens de leur terre et poursuivre ce qui a débuté pendant la Nakba sur la terre de 1948.

MEMO : Etes-vous en contact avec des membres de l'équipe de négociation de l'OLP ? D'après vous, que serait une solution juste au conflit ?

RS : J'ai des relations avec le Haut-Comité de suivi, l'Autorité palestinienne et la société palestinienne en général, avec toutes ses institutions et toutes ses factions. Au sujet de la seconde partie de votre question, je pense que la question elle-même est injuste pour le peuple palestinien. On ne cesse de nous demander notre opinion sur la solution, mais en même temps, l'occupation israélienne continue de judaïser Jérusalem et la Cisjordanie . En d'autres termes, c'est à nous qu'on pose la question, alors que la réalité de la situation rend la réponse dénuée de sens. En conséquence, je dis que lorsqu'il y aura une véritable chance pour l'établissement d'un Etat palestinien, je répondrai à cette question.

MEMO : Le Mouvement islamique en Palestine (1948) est composé depuis des années de deux factions, et vous êtes le chef du mouvement du nord. Les deux mouvements se sont unis récemment en Israël. Pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui a provoqué cette union ? Et quel impact pensez-vous qu'elle aura sur les Palestiniens en Israël ?

RS : Le mouvement islamique s'est scindé en 1996, et on a vu l'émergence de deux écoles de pensée. Aujourd'hui, toutefois, les deux groupes se dirigent vers l'unification de l'action et du mouvement islamiques. Les Palestiniens à l'intérieur d'Israël ont accueilli cette unification avec joie car ils pensent que cela leur donnera du pouvoir, pas seulement au mouvement islamique.

Le mouvement islamique dans les territoires palestiniens de 48 a été créé dans les années 1970 et est passé par trois stades :
1. Le stade de la création, qui s'est terminé avec une campagne d'arrestation par les autorités israéliennes contre les membres du mouvement en 1978.
2. Après les arrestations, et au milieu des années 1980, des institutions locales ont été fondées et la structure organisationnelle incluait tous les membres du mouvement. Ce stade a pris fin avec le départ de certains des membres qui ont décidé de participer aux élections à la Knesset israélienne et ont fait partie du processus politique israélien.
3. La troisième étape a vu l'expansion du travail islamique basé sur l'éducation. Le mouvement a développé des projets éducatifs et de soutien qui correspondaient à notre compréhension de notre religion.

Pendant cette période, le mouvement a amplifié sa lutte populaire et approfondi sa participation aux activités palestiniennes internes ; il a mis en œuvre de nombreux projets qui ont eu un impact sur la vie des gens ordinaires parce qu'ils comprenaient et répondaient à leurs nombreuses préoccupations. Le mouvement a ainsi commencé à établir un réseau d'organisations et de service pour aider les Musulmans et les non-Musulmans à l'intérieur d'Israël : les comités de la zakat (l'aumône, ndt) par exemple, les comités de réforme et autres institutions sociales comme l’Institution Sanad pour la mère et l'enfant, et beaucoup d'autres.

Depuis les années 1990, le mouvement islamique s'est focalisé sur les préoccupations au sujet deJérusalem et de la Mosquée Al-Aqsa. Nous avons réalisé l'ampleur de la conspiration contreJérusalem, sa population et Al-Aqsa, et le mouvement islamique a décidé de créer la Fondation Aqsa, qui est très populaire car elle est l’œil qui observe de près ce que fait l'establishment israélien contre nos lieux saints et la Mosquée Al-Aqsa, et elle diffuse des alertes sur les crimes ignobles de l'occupation israélienne.

MEMO : Les soulèvements arabes ont attiré l'attention de la communauté internationale et des médias internationaux, ces derniers mois au cours desquels des dictateurs et des régimes ont été renversés. Quel est votre évaluation sur les révolutions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ? En particulier, pensez-vous que le changement de régime en Egypte aura un impact sur la Palestine ?

RS : Je suis convaincu que les révolutions arabes redéfiniront la cause palestinienne, bien que certains aient essayé de distordre cette définition en affirmant que la question de la Palestinene concernait que les Palestiniens. Les révolutions ont confirmé que la cause de la Palestineest une cause pour le monde arabe et islamique tout entier et une cause pour tous ceux qui chérissent la liberté et l'humanitarisme. Cela veut dire que les autorités d'occupation israélienne savent qu'aujourd'hui, elles ne combattent pas seulement le peuple palestinien mais aussi l'ensemble du monde arabe, islamique et humanitaire, tant qu'elles continuent à nier le droit du peuple palestinien à établir un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale.

MEMO : La campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) a commencé à faire des vagues, dans la communauté internationale, avec des célébrités, des parlementaires et des militants soutenant la campagne. Que pensez-vous du mouvement BDS et des activistes internationaux qui viennent en Palestine pour aider à mettre fin à l'occupation ?

RS : Aujourd'hui, les Palestiniens savent que les Nations-Unies ont reconnu l'Etat d'Israël sous condition, à savoir que les réfugiés palestiniens seraient autorisés à revenir sur leur terre. Cependant, il est clair que l'establishment israélien refuse le droit au retour, ce qui signifie qu'il n'a pas rempli les conditions pour sa reconnaissance par les Nations-Unies.

Par conséquent, l'opinion publique en Palestine dit tout-à-fait franchement qu'Israël a fait de lui-même une entité invalide, dans tous les sens du terme. Les Palestiniens se demandent pourquoi Israël se sent le droit d'exiger qu'ils reconnaissent son existence alors qu'en même temps, l'Etat sioniste refuse de reconnaître la Palestine. Pourquoi la reconnaissance est-elle à sens unique ?
Il est donc naturel pour les Palestiniens de soutenir la campagne BDS car il est évident que l'entité israélienne est une fausse réalité qui ne doit pas être reconnue par les autres.

MEMO : Quelle est la signification de votre participation à la Flottille de la Liberté ?

RS : Pour moi, participer à la Flottille de la Liberté signifie faire partie d'une initiative mondiale dans laquelle des gens du monde entier, de tous les continents et de toutes les religions, se réunissent pour affirmer qu'il est temps de lever le siège de Gaza, qu'il est temps que Gazavive dans la liberté et l'indépendance et qu'elle jouisse d'une pleine souveraineté sur sa mer, sa terre et son ciel, comme étape vers l'établissement d'un Etat palestinien avec Jérusalemcomme capitale.

En même temps, la participation à la Flottille de la Liberté représente pour nous, Palestiniens des territoires occupés en 1948 connus comme "Israël", un retour à nos racines dont certains ont essayé de nous séparer. Nous renouvelons nos canaux de communication entre nous-mêmes et nos liens palestiniens, arabes, islamiques et humanitaires.

Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

URL du billet: http://www.ism-france.org/analyses/Raed-Salah-Israel-se-prepare-a-finaliser-le-nettoyage-ethnique-des-Palestiniens-article-15709

-------------






L'occupation confisque des centaines de dunums de terres à Ramallah

Publié le 29 juin 2011 sur le site palestine-info.net

Le Centre Palestinien d'information a obtenu une carte de la confiscation

Ramallah – CPI

Les forces de l'occupation sionistes ont confisqué des centaines de dunums de terres agricoles dans le village de Mazra'a Gharbia et de Gania à l'ouest de la ville de Ramallah, dans le centre de la Cisjordanie occupée, sur la base d'une carte de ces terres dont le CPI a obtenu une copie.

Des citoyens palestiniens ont déclaré à notre correspondant que des forces et des colons sionistes ont pris d'assaut les régions confisquées lundi 27/6, et ont fait le marquage de cette terre, notant que les colons sionistes portaient des cartes de superficie, accompagnés d'ingénieurs et des équipement afin de déterminer le nombre de bassins terrestres.

Les citoyens ont ajouté qu'ils ont contacté le CICR qui a son tour à contacté le côté sioniste qui les a informés de la décision de confiscation des terres. Ils ont précisé que cette région confisquée est l'une des zones agricoles cultivées par les Palestiniens, et remplies d'oliviers romains.

Dans les circonstances de la décision, le chef de l'administration civile en Cisjordanie occupée a déclaré que, selon la loi des "biens des absents" émise par les forces occupantes après l'occupation de la Cisjordanie en 1967, les autorités sionistes ont le droit de confisquer ces terres, sous prétexte de l'absence des propriétaires d'origine et leur émigration à l'extérieur de la Palestine.

Les citoyens palestiniens qui refusent cette décision doivent présenter un appel devant le tribunal militaire d'Ofer au sud de la ville de Ramallah dans un délai maximum d'un mois et demi après la date de la décision, le 26 juin 2011.

URL du billet: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7SqRHQXPPOKsUuglZ3BI5S9GghjxxAqz6edxc5pZkOLh0uxYnwykcppthZmiRMyEB6w80E2%2flMOfRAlc9hlU3mqEVIdf%2bzEk2mpZus%2bQGhOk%3d

Cisjordanie: l'armée israélienne arrête 4 députés du Hamas

Publié le 28 juin 2011 sur le site ennaharonline.com

NAPLOUSE (Territoires palestiniens) - L'armée israélienne a arrêté mardi quatre députés du Hamas dans le nord de la Cisjordanie occupée, a-t-on appris auprès de responsables du mouvement palestinien et de sources au sein des services de sécurité palestiniens.

image

Trois des parlementaires ont été arrêtés tôt mardi à Naplouse (nord) et le quatrième à Salfit, une localité à une quinzaine de kilomètres plus au sud, selon les mêmes sources.

L'armée israélienne a arrêté à Naplouse les députés Nawaf Amer, également journaliste travaillant pour la chaîne de télévision Al-Qods, Fouad Khofash, directeur du centre Ahrar pour les droits de l'Homme et des prisonniers et Firas Jarrar, un ancien prisonnier.

A Salfit, l'armée israélienne a arrêté le député palestinien Nasser Abdeljawad.

Il n'a pas été possible d'obtenir un commentaire de l'armée dans l'immédiat sur ces arrestations qui portent à 17 le nombre de parlementaires du Hamas arrêtés par l'armée israélienne au cours des derniers huit mois et à 10 ceux arrêtés depuis la signature d'un accord de réconciliation entre le Hamas et le mouvement Fatah fin avril, condamné par Israël.

La plupart des députés du Hamas interpellés faisait partie des 64 membres de la formation qui avaient été arrêtés par l'armée israélienne à l'été 2006 après la capture à la lisière de la bande de Gaza, par un commando palestinien dont faisait partie le Hamas, du soldat israélien Gilad Shalit toujours en détention.

URL du billet: http://ennaharonline.com/fr/international/7881.html

Flottille II : malgré les menaces et sabotages, les militants sont plus déterminés que jamais

Publié le mercredi 29 juin 2011 sur le site info-palestine.net
par Apostolis Fotiadis - E.I

Ces jours qui précèdent le départ de la Flottille II - qui doit mettre les voiles vers la bande de Gaza pour tenter de briser le blocus naval israélien a imposé depuis 2007 - les militants se sont trouvés confrontés au pouvoir israélien.

(JPG)
Photo extraite du site : http://www.rumboagaza.org

La flottille comprend une dizaine de navires qui ont déjà atteint Athènes. Deux des bateaux sont des cargos transportant de l’aide médicale et des matériaux de construction. Les autres sont des navires pour le transport de passagers, devant emmener des centaines de personnes avec parmi eux des hommes politiques, des écrivains, des responsables religieux, des intervenants dans le domaines de l’art et de la culture, ainsi que dix membres du Parlement européen et dix députés de France, de Norvège, de Suède et d’Espagne.

« Il y a une énorme pression exercée sur le gouvernement grec par Israël et les États-Unis. Il est maintenant certain qu’ils vont utiliser tous les moyens techniques et administratifs pour nous décourager. Leur plan ne marchera pas, nous sommes prêts et nous allons tout démarrer dans quelques jours » , a déclaré à IPS Vaggelis Pissias, un membre du comité de coordination qui a été physiquement agressé pendant le voyage précédent par les autorités israéliennes, mais qui se prépare à partir à nouveau.

Sabotage des bateaux grecs, et gouvernement sous forte pression

Au cours des derniers jours les autorités grecques ont soulevé des problèmes pour deux des bateaux grecs participant à la flottille. Un a été déclaré incapable de prendre la mer en raison d’un problème de moteur. Les militants ont versé une somme 10 000 Euros de réparation pour contourner ce problème. Le second n’est pas autorisé à naviguer à cause des dettes d’un précédent propriétaire vis-à-vis de l’Etat.

Ce dimanche, l’hélice d’un des bateaux grecs pour le transport de passagers a été gravement endommagée alors que le bateau était encore à quai, et le navire risque de rater le voyage vers Gaza. Le capitaine du bateau a parlé de sabotage.

Des pourparlers intenses et discrets entre Israël et les autorités grecques se sont poursuivies, avec une communication directe entre le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le premier ministre grec George Papandreou. Le gouvernement grec a ouvertement exprimé sa préoccupation que la flottille pourrait compromettre le rapprochement stratégique de la Grèce et d’Israël que Papandréou a poursuivi au cours des 18 derniers mois.

La semaine dernière, le ministère grec des Affaires étrangères a publiquement conseillé aux citoyens grecs de ne pas monter à bord de la flottille.

Après des entretiens similaires avec le gouvernement turc il y a deux semaines, Israël a réussi à faire annuler la participation de l’organisation islamiste turc IHH à la flottille. L’IHH se préparait à renvoyer vers Gaza le bateau Mavi Marmara. Lors de la flottille précédente, en mai 2010, la marine israélienne avait attaqué le bateau, assassinant neuf civils turcs.

Menaces contre les participants à la flottille

Dans le même temps, Israël a fait pression sur tous les fronts. Un porte-parole du gouvernement israélien a prévenu les journalistes que rejoindre la flottille se traduira par une interdiction d’entrée de dix ans en Israël.

Jane Hirschmann de la délégation américaine, a déclaré à IPS qu’une plainte anonyme a été déposée après que leur bateau se soit amarré à Athènes. « Quelqu’un, en utilisant d’abord un nom grec, a signalé à la garde côtière grecque que notre navire n’était pas en état de naviguer, ce qui signifie que désormais nous nous attendons à une inspection sur notre bateau. Nous avons réussi à collecter des informations et à retrouver la source de la plainte et il est sûr qu’elle vient de l’organisation appelée ’Centre de la loi israélienne’. »

Dans une affaire similaire, Cherna Rosenberg, canadienne et israélienne âgée de 68 ans, a déposé une plainte le 2 juin auprès de la Cour supérieure de justice à Toronto, dans l’Ontario, contre le bateau canadien pour Gaza. La plainte accuse l’organisation autour du bateau de collecter des fonds et de fournir un soutien matériel au Hamas, lequel gouverne la bande de Gaza et a été déclaré groupe terroriste par le Canada en 2002.

Vaggelis Pissias explique que ce sont les résultats d’une campagne de propagande israélienne pour fausser le véritable but de la flottille en la présentant comme une initiative radicale religieuse contre Israël. « Les gens ne devraient pas avaler cette propagande ; la flottille n’est pas une initiative islamiste contre les Israéliens ou les Juifs. C’est une action accomplie par des citoyens de toutes les religions et de tous les pays. »

Manuel Tapial, un militant espagnol qui prévoit aussi de naviguer vers la Palestine, a condamné l’approche de son gouvernement envers la flottille. « La complicité du gouvernement espagnol avec Israël est inquiétante », a-t-il dit à IPS. « Certaines des personnes impliquées ont été retenues un court moment par la police pour être interrogées. Ces personnes ont été questionnées et des copies de leurs documents d’identité ont été faites parce qu’elles sont impliqués dans les préparatifs de la deuxième flottille de la liberté. »

Cette pression n’a pas empêché les militants d’atteindre Athènes, et selon Manuel Tapial, cela ne va pas les empêcher de lever l’ancre pour Gaza. « Nous partirons, par tous les moyens possibles. »

28 juin 2011 - The Electronic Intifada - Vous pouvez consulter cet article à :
http://electronicintifada.net/conte...
Traduction : al-Mukhtar

URL du billet: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=10827

"Al-Mostaariboun", un piège contre les manifestants palestiniens de la ville d'Al-Qods

Publié le 29 juin 2011 sur le site palestine-info.net

Rapport

Al-Quds occupée – CPI

Les occupants israéliens ne reculent devant rien pour tenir les Palestiniens sous leur joug, pour faire main basse sur leurs territoires et leurs biens, sur leur ville sainte d'Al-Qods. Et parmi les méthodes utilisées pour mater les habitants de la ville occupée d'Al-Qods (Jérusalem) et leurs manifestants, il y a "Al-Mostaariboun", des forces spéciales déguisées en Palestiniens. Ces forces ne sont pas nouvelles; par contre, elles n’arrêtent pas d’utiliser leurs anciennes méthodes et y ajoutent des nouvelles.

Un esprit criminel

En effet, les forces d’"Al-Mostaariboun" changent leurs manières d’agir, en profitant de leurs erreurs.

Mohammed Abdul Rahman, expert juridique, habitant de la ville d'Al-Quds, croit que les agissements de ces forces expriment bien l’esprit criminel de l’Etat d’occupation. Cette Entité ne respecte aucune loi, aucun accord, aucune convention, ni juridique, ni humanitaire. Ces forces d’"Al-Mostaariboun" tuaient les Palestiniens durant l’Intifada d’Al-Aqsa, et maintenant, elles se donnent pour mission d’arrêter les manifestants pacifiques, surtout dans la sainte ville d’Al-Quds.

Le journal hébreu Maariv avait une fois écrit que ces unités de forces spéciales sont composées de forces d’élite qui mènent beaucoup d’opérations contre les Palestiniens ; certaines réussissent et d’autres moins.

Déguisés en Palestiniens

Pour atteindre leur but, ces forces spéciales israéliennes usent de toutes les ruses, toutes les astuces, tous les déguisements pour arriver à leur fin. Elles portent des vêtements palestiniens, parlent couramment l’arabe, utilisent des véhicules palestiniens.

Durant cette année 2011, ces forces ont mené plusieurs opérations dans la ville d'Al-Quds et en Cisjordanie.

Dans la ville occupée d'Al-Quds, Madji Abou Nasser a été témoin d’une de leurs opération s: « Je regardais des manifestations du balcon de ma maison, dans le quartier As-Salwan, lorsque j’ai vu de ma place des gens masqués qui réagissaient du centre des manifestants pour frapper les jeunes Palestiniens qui jetaient des pierres sur l’armée israélienne. Ils les frappaient puis les arrêtaient. Il s’est avéré plus tard qu’ils faisaient partie de ces "Al-Mostaariboun" ».

Notons que ces forces sionistes spéciales ont organisé plusieurs opérations durant l’Intifada d’Al-Aqsa. Beaucoup ont réussi, beaucoup ont échoué. Mahmoud Abou Hinoud, membre des brigades d’Al-Qassam, a même pu tuer trois d’entre eux.

"Al-Mostaariboun"

"Mistaravim", en arabe "Al-Mostaariboun", un mot hébreu donné à ces unités militaires secrètes sionistes. Ces forces travaillent en Palestine et dans certains pays arabes voisins, depuis 1942. Leur but est de ramasser des informations et d’assassiner des Arabes et des Palestiniens. Ils s’infiltrent dans des localités en se déguisant en Arabes.

A partir de 1988, l’Entité sioniste a fait usage de ces unités pour faire face à l’Intifada d’Al-Aqsa. Celles qui opéraient en Cisjordanie prenaient la nomination d’"Al-Karraz", des unités mises en places par Ehud Barak. Celles qui travaillaient dans la bande de Gaza avaient le nom secret de "Shamshoun".

Notons enfin que la dixième chaîne de télévision israélienne a montré un échantillon des crimes perpétrés par les membres de ces forces. Un des "Al-Mostaariboun" exposait son album de photos où il a rangé les photos de ses victimes. Sans aucune honte, il disait : « Celle-là, c’est la photo du jeune palestinien Sabih que j’ai tué. Celle-ci est la photo d’un autre jeune dont j’ai déchiqueté le corps, voilà ce qui reste de lui… »

URL du billet: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7qSnjMxap%2byoPWqurNQhlXJs7x0%2f0xZc7wPaT5Z7Q8U%2bumZbf1u85pEpgxrrlo%2fGFQyUnafGEVyncsNBPQWIXhzQS50RY05YW5aw2WmN0NxA%3d