vendredi 21 janvier 2011

Visite mouvementée pour Michèle Alliot-Marie à Gaza

Publié le 21 janvier 2011 sur le site rfi.fr

Quelle considération a-t-elle manifesté pour les dizaines de milliers de Palestiniens innocents qui croupissent dans les geôles de l'occupant criminel sans qu'il n’y ait pourtant, le moindre chef d'inculpation à leur encontre, mais juste, parce que l’occupant tout puissant, a décidé qu’il ne devait pas y avoir la moindre résistance face à ses innombrables crimes et violations des Droits humains commis à l’encontre de ces femmes et ces hommes qui vivent sous son occupation machiavélique depuis 63 ans ?!!!

Et évidemment, les parents de notre compatriote Salah Hammouri, emprisonné injustement depuis 2.113 jours dans les geôles sionistes, Madame la ministre des Affaires étrangères, ne prendra pas le temps de les voir ni de les soutenir! Salah ! Ce n’est pas de son ressort à la France qu’il croupisse dans une prison sioniste… Notre pays n'est capable que d'ingérence sélective c'est bien connu!

La réalité, c’est qu’il n’y a eu aucun malentendu dans les propos tenus par Mme Alliot Marie ; il faut uniquement y voir un autre signe de l’odieuse duplicité de notre pays vis-à-vis des Palestiniens et de l’inqualifiable tragédie qu’ils vivent et cela bien évidemment aussi à cause du plein soutien et de la collaboration éhontée de notre pays à l’occupant criminel israélien!

Des Palestiniens en colère prenant d'assaut la voiture de la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, lors de son arrivée dans la ville de Gaza, le 21 janvier 2011.
Des Palestiniens en colère prenant d'assaut la voiture de la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, lors de son arrivée dans la ville de Gaza, le 21 janvier 2011.
AFP/Mahmud Hams
Par RFI

La ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie qui poursuit sa tournée au Proche-Orient a été chahutée dans la matinée de ce 21 janvier à Gaza. Diverses manifestations se sont déroulées à son passage. Les manifestants ont reproché à la chef de la diplomatie française, son soutien au prisonnier franco-israélien Gilad Shalit capturé en juin 2006, mais aussi le fait que la France fasse deux poids deux mesures entre le sort du soldat et celui des prisonniers palestiniens en Israël.

Avec notre envoyé spécial dans la bande de Gaza, Nicolas Falez

La manifestation vient de se disperser, mais plusieurs dizaines de Palestiniens se sont rassemblés devant le siège de l'UNRWA (le bureau des Nations unies pour les réfugiés à Gaza) afin de manifester leur hostilité à la venue de Michèle Alliot-Marie ce 21 janvier à Gaza. Parmi les manifestants, beaucoup de femmes qui brandissaient des portraits de leurs enfants retenus en Israël.

Ce qui est reproché à la ministre française des Affaires étrangères aujourd’hui à Gaza, ce sont ses déclarations, son soutien, et à travers elle, le soutien de la France, au prisonnier Gilad Shalit. Ce Franco-Israélien capturé en juin 2006, à la lisière de la bande de Gaza est toujours retenu à l’intérieur du territoire.

Pour la première venue d’un ministre français depuis 2007, depuis que le Hamas contrôle la bande de Gaza, on lui a reproché une inégalité de traitement, en tout cas dans les déclarations officielles françaises, entre le sort de Gilad Shalit et celui des prisonniers palestiniens en Israël.

C’est la deuxième manifestation -qui vient de se terminer devant le siège de l’UNRWA- que rencontre Michèle Alliot-Marie depuis son arrivée à Gaza ce matin sur son parcours. Ce matin, dès son entrée dans le territoire, elle a été accueillie et bloquée pendant quelques minutes par des manifestants avec les mêmes propos, les mêmes revendications. Ces manifestants ont frappé les voitures blindées du cortège français qui vient de quitter l’UNRWA vers l’hôpital al-Qods, où l’on pouvait envisager d’autres manifestations...

URL de l'article: http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110121-visite-mouvementee-responsable-diplomatie-francaise-gaza

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Mais il fallait que les familles des prisonniers palestiniens, victimes d'abus de pouvoir et d'injustice israélienne, la retiennent en stage pratique à Gaza, pour qu'elle puisse constater par elle même la réalité vécue par deux millions de palestiniens, pas celle exposée dans la propagande sioniste à travers le monde. Et si son coeur de pierre demeure insensible à la souffrance des palestiniens, comme il l'est à la souffrance du peuple tunisien, il ne faut pas hésiter à prolonger sa durée de stage, car dans son cas d'aveuglement désespéré et volontaire, le syndrome de Stockholm habituellement désavoué, lui sera d'un bénéfice extrême et un remède miracle.
Franchement pour aller à Gaza négocier la libération d'un seul et unique détenu israélien, sans prêter attention aux 8000 détenus palestiniens... Il faut le faire! Ils sont gentils les palestiniens de n'avoir jeter que des oeufs et des chaussures.