samedi 15 janvier 2011

Tunisie : L’heure sonne pour les dictatures arabes

Publié le 15 janvier 2011 sur le site

Ben Ali quitte son pays et renonce à l’Europe pour éviter la prison. Un nouveau monde arabe se dessine. Nous devons une infinie reconnaissance aux Tunisiennes et aux Tunisiens, car ce qu'ils ont fait est un début.

mouammar-kadhafi.jpg

Un criminel corrompu en fuite

Où va se poser Ben Ali, sa coiffeuse et sa clique ? Sa place est devant un tribunal, qui dira ses crimes et le collera en taule pour quelques décennies. Ou qu’il aille, il sera recherché. Tous ses biens, acquis par la corruption et le sang versé, doivent être saisis. Le pays qui le planquera ne méritera que le mépris, et devra céder, tôt ou tard.

La nouvelle Tunisie

Après ces années de misère, le peuple tunisien doit se réinventer une histoire. Le pouvoir qui tiendra sera celui qui parviendra à réussir la fraternisation. Depuis des jours, la violence déferle, et la liste des civils tués par les armes est impressionante. Mais ce soir, nous avons tous vu des policiers embrasser les manifestants et des soldats saluer les cortèges. Une fois le salopard parti, tout redevient possible, même s’il faudra du temps, et une vraie liberté politique.

La transitionhosni-moubarak-394872.jpg

Le pays, ruiné économiquement, est à feu et à sang. Les rancœurs sont immenses, et la volonté de vengeance aussi. Comment ne pas le comprendre. Mais la misère économique ne va pas disparaitre par magie. Qui peut gérer la transition ? Comment ?

La France en dessous de tout

Tous, sans exception, ont loué la crapule Bel Ali. Droite et Gauche en osmose. Le dernier de la liste est notre Nicolas, venu il y a un an saluer son grand ami, avec ses « ministres » et une Rama Yade aux anges devant un pays si moderne. S’il le faut, on ressortira les articles de presse et les photos. Il y a moins d’une semaine, MAM proposait à Ben Ali l’assistance de la police française. Ce vendredi soir, le gouvernement déclarait qu’il refusait d’accueillir Ben Ali. Demain, toute honte bue, les mêmes salueront la Tunisie éternelle, et féliciteront cette transition. Ils ont minables et nuls. Une mention spéciale à Delanoë, qui ferait bien de la fermer par hygiène de la pensée.

Les islamistes…

Leur instrumentalisation a assis le pouvoir de Ben Ali. Sans eux, il aurait du céder la place et depuis belle lurette. Il était soit-disant le héros de la lutte contre l’islamisme, salué comme tel par le concert ectoplasmique des Européens. Et il s’est réfugié où l’ami Ben Ali ? En Europe ? Ou au plus prés de la source de son pouvoir pourri ? bouteflika.jpg

Les dictatures arabes

Je ne fais pas la liste… A part le Maroc, sous la ferme autorité de son roi, quel pays arabe peut envisager de vraies élections ? Après l’Amérique du Sud et les pays de l’Est, l’heure sonne pour les dictatures arabes, et plus globalement, pour celles du monde musulman. Rien ne sera simple, mais la chute de ces dictateurs est écrite.

En désespoir de cause, ils s’inventent des gloires religieuses, espérant un répit, mais c'est leur dernière cartouche. Le pouvoir iranien a tenu de justesse face à la volonté de son peuple, en grande partie car les manœuvres des US et de l’Europe étaient trop visibles. Fichons la paix à ces peuples, refusons de proposer nos modèles pour imposer nos vues ! Considérons-les comme de vrais peuples appelés à la liberté.

Finalement, le soutien de la classe politique française unanime à Ben Ali a été une bonne chose : après les faux semblants, elle a commencé à vomir son colonialisme bien pensant.

20080508KouchnerTunisie.jpg
L'humanisme moderne, joué par quatre larves
(Art naïf, XXI° Siècle)


URL de l'article: http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/

« Les islamistes…Leur instrumentalisation a assis le pouvoir de Ben Ali » ; certes c’est tout à fait exact!

« Les islamistes » … leur instrumentalisation qui est en train d’asseoir d’autre pouvoir qui ne sont pas des dictatures comme la République française par exemple ! … Car force est de constater qu’ils ont très très bon dos, les hommes et les femmes qui pratiquent leur religion en France, l’islam ! Vous savez ceux qu’on appelle les islamistes (c’est en effet un terme très à la mode partout dans le monde !) dès qu’ils portent un voile sur la tête ou une barbe ; ceux qui cherchent à faire leur prière dans des mosquées qui ne soient pas des lieux de culte remplis de caméras de surveillance et ce jusque dans les salles d’ablution ; remplis d’agent des RG pour surveiller avec qui ils parlent et de quoi ils discutent; ceux qui dénoncent la présence dans leurs mosquées de conseillers rattachés au CRIF (cette organisation très influente auprès du pouvoir politique français et qui est liée au Likoud criminel et raciste israélien, qui soutient officiellement les criminels de guerre et fait condamner les Français qui dénoncent les violations des droits fondamentaux sur le peuple palestinien en Palestine occupée) ; ceux qui osent dire qu’ils ne veulent pas d’un islam de France parce que l’on soit à New York, à Rabat où à Paris il n’y a qu’un seul islam unique et universel ; ceux qui estiment que les pouvoirs publics français se doivent de respecter la neutralité de l’Etat vis-à-vis de l’islam, comme ils le font dès lors qu’il s’agit du christianisme, du judaïsme ou de n’importe quel autre religion présente sur le territoire national ! Ceux qui s’engagent pour obtenir le respect que la République leur doit … comme elle le doit à n’importe quel citoyen quel que soit son engagement religieux ou son engagement politique …

Il n’y a pas de meilleurs boucs émissaires aujourd’hui sur le territoire national que ces gens-là ; ils permettent même la création de lois d’exception sans que les Français anesthésiés à la propagande anti-islam n’y trouvent à redire ou pire n’applaudissent et n’en redemandent encore ! C’est pas formidable pour un pouvoir qui n’a pas d’autres ambitions que de brider son peuple tant et mieux pour asseoir toujours et encore ses seuls intérêts ! Car tant que l’on instrumentalise et stigmatise les « islamistes » le bon peuple se sent bien à l’abri!

Sauf que … comme l’a si justement écrit dans son poème Niemöller :

Lorsqu'ils sont venus chercher les communistes

Je me suis tu, je n'étais pas communiste.

Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes

Je me suis tu, je n'étais pas syndicaliste.

Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs

Je me suis tu, je n'étais pas juif.

Puis ils sont venus me chercher

Et il ne restait plus personne pour protester.

Il convient aussi d'ajouter que ceux qui sont en train de contester aujourd’hui Ben Ali, ce sont là-même qui l’ont fait ! Car lorsque le tyran Ben Ali emprisonnait, tuait, faisait violer les jeunes filles devant leurs parents et les femmes devant leurs maris pour soutirer des informations mensongères pour pouvoir asseoir sa dictature, tous ces gens-là étaient complices à travers une acceptation qui va de l’approbation au silence coupable !

Une femme ou un homme qui prétend nourrir des valeurs de liberté et de démocratie ne saurait accepter que d’autres personnes ne soient traiter de la sorte juste parce qu’il ne partage pas avec lui une idéologie! Et le poème de Niemöller est la meilleure illustration de ce qui s’est passée en Tunisie sous la dictature de Ben Ali !

Nous espérons que la prise de conscience à laquelle nous assistons depuis plusieurs semaines, soit motivée par un réel désir de justice et de liberté, qui assurera à chaque Tunisien, le droit à la liberté et à la dignité et qu'elle lui permettra de pouvoir prendre part activement à la destinée démocratique de son pays !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Les consommateurs-consommateurs (de biens et services qui font perdre des points de QI -et d'idées propagandistes) de France peuvent rester confortablement dans leur coma profond. Nous n'avons pas besoin d'eux.

Le peuple de Tunisie fut une énorme inspiration (un mois, il aura fallu un mois !! énormément de blessés, trop de morts, des actes pleins d'une bravoure inouïe et beaucoup de sang versé, mais seulement un mois !) ainsi aujourd'hui c'est avec une nouvelle vigueur, et pourquoi pas de nouvelles paires de bras, que nous nous attellerons à combattre ces vermines, ces bactéries résistantes face au karcher de la vérité.

Nous sommes en 2011, le champs de la bataille sera donc LES élections de 2012. Ainsi soit-il.