mardi 18 janvier 2011

Tunisie: les islamistes d'Ennahda vont demander leur légalisation

Publié le 19 janvier 2011 sur le site romandie.com


TUNIS - Le parti islamiste tunisien Ennahda, interdit sous le régime Ben Ali, va demander sa légalisation et entend devenir une force politique "comme les autres", a annoncé mardi à l'AFP un de ses dirigeants, Ali Laraidh.

"Nous le l'avions pas fait jusqu'à présent parce que nous étions poursuivis et que nous ne pouvions pas nous réunir, mais nous comptons présenter une demande en ce sens", a déclaré ce leader islamiste, qui a été emprisonné de 1990 à 2004 en Tunisie sous le régime du président déchu Ben Ali.

"Si la démocratie est instaurée on sera une partie (du jeu politique) comme les autres, nous exercerons nos droits et devoirs", a-t-il ajouté.

Un porte-parole d'Ennahda à Paris avait indiqué dans la matinée que son mouvement "n'aura pas de candidat à la présidentielle" prévue dans six mois en Tunisie mais veut participer aux législatives, estimant qu'"il n'y aura pas de transition démocratique sans Ennahda".

Le Premier ministre du nouveau gouvernement de transition, Mohammed Ghannouchi, avait annoncé lundi entre autres mesures de démocratisation que tous les partis politiques qui le demanderont seront légalisés.

Ali Laraidh a vivement critiqué les conditions dans lesquelles a été composé le gouvernement d'Union nationale annoncé lundi, qui compte huit membres de l'ancien gouvernement du régime Ben Ali, dont Ennahda était la bête noire.

"Pourquoi n'a-t-on pas consulté tout le monde? Pourquoi n'a-t-on pas représenté tous les partis? Pourquoi a-t-on laissé le RCD (le parti de Ben Ali, ndlr) s'accaparer de tout. C'est comme s'il gouvernait toujours seul mais d'une autre façon. Il faut des décisions audacieuses qui rassurent le peuple, a-t-il dit.

Le dirigeant islamiste a appelé de ses voeux un "gouvernement de salut national qui rassure par sa composition, ses paroles et ses actes, totalement indépendant ou représentant de tout le monde".

(©AFP / 18 janvier 2011 15h30)

URL de l'article: http://www.romandie.com/ats/news/110118143002.1eleuyi6.asp


Peut -être convient-il pour nous de commencer à parler de "juifistes" et de "christianistes" pour parler de tous les individus qui pratiquent un tant soit peu la religion chrétienne ou juive ou qui parlent en son nom!

A t-on jamais demandé aux musulmans si la création et l’utilisation à tour de bras de ce vocable si djihadiste (c’est bien un de leur mot préféré aussi n’est-ce pas ?…) de l’Occident vis-à-vis du monde musulman traduisait ce qu’ils se sentent être en tant qu’êtres humains ?! Evidemment que non!!! L’Occident a des droits spécifiques que les autres n’ont pas ; c’est évidemment le postulat de base qui entraîne l'implacable marche du monde ! …

L’utilisation permanente de ces mots ne représente en réalité que la volonté permanente d’insulter des hommes et des femmes de façon acceptable ! Dans cet Occident propre sur lui et bien élevé (Ah ces fameuses Lumières…) on ne se sent pas le courage (encore!) de dire que l’on hait les musulmans, mais dire qu’on déteste les islamistes, force est de constater que ça passe comme une lettre à la poste ! Mieux c’est conseillé!

Un de nos soucis permanent et bien compréhensible avec cette affaire « d’islamistes » c’est que la définition du mot il ne la livre pas en même temps que son utilisation ! A partir de quelle longueur de barbe est-on un islamiste… Si l’on fait ses prières à la mosquée, on y est ou pas dans l’infâme catégorie ? … et si l’on est une femme et que l’on porte le voile (simple)? … Pourtant cela nous intéresserait beaucoup nous, que tous ces bien-pensants nous expliquent à partir de quel moment ils nous ostracisent comme des infréquentables … des parias dans nos pays respectifs y compris les démocraties laïques …

Même le nouvel « imam » en chef de la République, Hassen Chalgoumi, récite sur tous les médias du territoire la chanson des –istes sans nous dire qui il inclut dans sa propre marmite ! Ce serait une bonne idée cela, de faire une conférence publique avec Hassen Chalghoumi et d’autres qui en auraient le courage afin qu’ils nous expliquent à nous, ainsi qu’à tous les Français, quelle est selon eux la ligne de démarcation entre un musulman et un islamiste ; entre l’islam et l’islamisme.

Rendez-vous est pris Mr Chalghoumi et tous les autres, c’est quand et où vous vous voulez pour un débat de fond!

le CCY


3 commentaires:

nasser a dit…

C’est une bonne chose que les Tunisiens d’Ennahda demandent leur légalisation
Cela nous permettra de comprendre un peut mieux ce qui se passe et qui tire réellement les ficelles après le départ de Benali.

Lina a dit…

Excellente idée votre proposition de débat public pour enfin poser sur la table ce débat qui devient plus qu'urgent!
Nous autres musulmans sommes indignés d'avoir à justifier notre qualité de croyants musulmans à chaque instant dans ce qui est notre pays! Nous sommes citoyens français musulmans! Demande-t-on aux juifs, au chrétiens, aux athées de justifier leur croyance ou leur-non croyance religieuse ?! Non et cela est normal !!!
Juste un exemple ; il y a un dans ce pays des juifs orthodoxes qui vivent leur foi en toute quiétude et c’est très bien comme cela parce que c’est un droit fondamental pour tout un chacun de pourvoir vivre sa religion; oserait-on nommer ces hommes vêtus de noir et portant une longue barbe de « barbus ! » Bien sûr que non ! Tout le monde y verrait un sentiment d’intolérance, un sentiment antisémite porté à l’encontre d’hommes qui ont le droit de vivre leur foi en paix ?
Nous voulons juste comprendre pourquoi nous autres musulmans n’avons pas ce droit-là ; pourquoi dans notre pays on est capable de faire voter des lois d’exception juste pour nous seuls et pourquoi tout le monde n’y retrouve rien à redire ?!
Est-ce au nom du terrorisme qu’il y a dans le monde et qui est mis sur le compte des musulmans (alors que cela n’est en rien prouvé !) ? Parce que si c’est le cas ; c’est vraiment un argument qui est un non-sens ! Les sionistes en Palestine occupée, commette le terrorisme d’Etat qui est identifié et pourtant on ne parle pas de « juifistes » comme remarqué justement dans votre commentaire. Alors qu’on nous donne des raisons, qu’on nous argumente l’utilisation de ce vocabulaire méprisable utilisé en permanence à notre encontre parce que nous ce racisme institutionnel anti-musulmans, nous n’en voulons plus !

Anonyme a dit…

Très interessant
Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai fort à parier qu'il n'y aura pas de réponse donnée à l'invitation. Pourquoi? et bien car Chalghoumi lui-même ne connaît pas la réponse à la question posée! Tout simplement!
On lui a filé le mot et on lui a dit de le dire, le redire, l'enrober, le répéter...
(est-il le seul? non malheureusement)