mercredi 15 décembre 2010

L’éditorial de Richard Prasquier, président du CRIF : «Boycott : Martine Aubry a remis les pendules à l’heure»

Le PS est en totale "finitude!"

Et ce n'est surement pas les scandaleuses déclarations faites au cours du diner du CRIF à Lille par Martine Aubry, comme autant de coups de poignards dans le dos de tous ceux qui luttent consciencieusement pour que l’ensemble des droits de l’homme violés à chaque instant, en terre de Palestine occupée, par une occupation de type colonial et odieusement criminelle, qui lui permettront de reprendre un semblant de hauteur !

Car ces déclarations éhontées, ont permis à de nombreux Français de se rendre compte à quel point les prises de position de la maire de Lille allaient à l’encontre du droit international, qui en vain, condamne années après années, depuis 1948, la poursuite illégale de la colonisation , les crimes ainsi que les effroyables massacres en tout genre rendus possibles en Palestine occupée parce que des organisations, des femmes et des hommes comme Martine Aubry ont décidé depuis le premier jour de soutenir les criminels et n’ont pas les victimes!

Nous ne parlons même pas du soutien de facto de tous ces gens au nettoyage ethnique et aux effroyables déportations - dont on pensait bien à tort - qu’elles seraient éradiquées de notre monde après la Seconde guerre mondiale, mais qui ont bel et bien lieu en ce moment-même sur cette terre palestinienne ensanglantée et qui aujourd’hui, devraient faire pleurer des larmes de honte Mme Aubry et tous ceux qui soutiennent ostensiblement leurs auteurs !

La complicité de tous les politiques y compris Mme Aubry n’a pas de limites! Gidéon Levy, l’éditorialiste du quotidien israélien Haaretz nous a appris récemment que Safed, la ville que Mme Aubry a souhaité voir jumelée en toute fierté avec sa commune de Lille était la ville la plus raciste de l'entité la plus raciste du monde !!! C’est-à-dire que les Palestiniens y sont considérés comme de véritables parias à qui il ne faut même pas louer ou vendre de logements !

Alors qui devrait avoir à rougir de honte, les défenseurs des victimes de la barbarie ou ceux qui soutiennent cette barbarie?! Soyez en sûre Mme Aubry quoiqu’il arrive, nous ne serons jamais du mauvais côté!

------------

Publié le 15 décembre 2010 sur le site crif.org

Martine Aubry avait été d’une grande clarté au diner du CRIF du 8 Novembre 2010. Elle avait déclaré que loin de faciliter la paix, ceux qui prônent le boycott contre Israël portent l’intolérance et la haine.
En ces jours où la coopérative israélienne Agrexco importe, sur la demande même des producteurs, des fraises venant de Gaza, parfaitement sourcées, l’appel au boycott devrait clairement apparaitre pour ce qu’il est : un prétexte pour instiller dans la population de notre pays l’idée que Israël est un état illégitime. C’est exactement ce qu’écrit son « théoricien », Omar Barghouti, qui à compte personnel n’a jamais eu l’intention de boycotter l’Université de Tel-Aviv où il étudie et où il bénéficie de la liberté entière d’expression.
Je voudrais ici rendre hommage à la position courageuse de Martine Aubry. Elle lui a valu de la part des militants BDS non seulement des critiques, mais des insultes et même une intrusion violente et inédite jusque-là du groupe à la séance du Conseil Municipal de Lille.
Car il y a une particularité que seuls les aveugles politiques professionnels ne veulent pas considérer, c’est que le mouvement BDS aussi humaniste qu’il essaye de paraitre est d’une extraordinaire intolérance, d’un mépris pour la loi du pays et pour la libre opinion avec une potentialité de violence par laquelle il espère tétaniser ses opposants. Ceux qui ont connu les ambiances des procès où sont jugés les incitateurs au boycott le savent bien.
La République doit réagir et affirmer ses valeurs. L’appel au boycott est un appel à la discrimination. Il est important que la Première secrétaire du Parti Socialiste ait, elle aussi, après les pouvoirs publics, remis les pendules à l’heure. Ce n’est pas prendre parti dans le débat politique partisan que de l’écrire.
Photo : © 2010 Alain Azria

Aucun commentaire: