mercredi 10 novembre 2010

Le parti socialiste contre le Boycott

Publié le 10 novembre 2010 sur le site lecrif.org

« J'ai toujours combattu avec la plus grande détermination les tentatives faites par certains de vouloir importer le conflit du Proche-Orient dans notre ville », a déclaré Martine Aubry devant 200 personnes, lors d'un repas organisé par le CRIF à Lille, le 8 novembre 2010.


« Je pense que ceux qui prônent le boycott se trompent de combat : au lieu de porter la paix, ils portent l'intolérance, ils portent la haine. Et quand on veut un chemin de paix, on ne commence pas par porter cela. » Si « deux, trois » élus socialistes soutiennent ce boycott, « nous discutons avec ces camarades pour essayer de leur faire comprendre que ce n'est pas pour nous l'élément qui va conduire à ce que nous recherchons ensemble », a rajouté la maire de Lille, rapporte Nord Eclair (9 novembre 2010). Cette rencontre a aussi été l'occasion de revenir sur le jumelage entre la ville de Lille et celle de Safed, créé en 1988 par Pierre Mauroy, qui par ailleurs assistait au dîner du CRIF. Le jumelage sera relancé après qu'il ait été interrompu par le précédent Maire de Safed, a estimé Martine Aubry : « Nous avons signé il y a quelques mois un partenariat qui porte sur la santé, l'emploi des jeunes, la culture, le développement durable et sur des micro-projets. » Un jumelage important pour le délégué régional du CRIF, Charles Sulman, qui a dit espérer encore plus de coopération entre la ville de Lille et celle de Safed. Charles Sulman a également longuement parler de l’Iran, dans son allocution : « La République islamique cherche à obtenir la bombe pour plusieurs raisons. Le régime veut à la fois sécuriser son pouvoir et se préserver des menaces qui pèsent sur lui : celles qui émanent de l’arène internationale et celles de l’intérieur. En se dotant de l’arme nucléaire, le régime serait « sanctuarisé». Les slogans antiaméricains et anti-israéliens, l’idéologie politique et paranoïaque qui accuse les ennemis étrangers, ont contribué à faire en sorte que la République islamique tienne jusqu’à aujourd’hui. L’objectif étant, en jouant sur la fierté nationale, de faire oublier les pressions extérieures sur les violations des droits de l’homme et la corruption de son régime. Que traduit donc la crise actuelle? Si ce n’est une crispation du régime ! Bref, l’Iran sous sa direction actuelle, est un condensé de toutes les oppressions, un point de départ pour des opérations terroristes dans le monde entier et un danger pour la paix et la stabilité du monde. Pour Richard Prasquier, le Président du CRIF, l'antisémitisme à la française mute, prenant des racines extrémistes dans le conflit israélo-palestinien : « Cet antisémitisme se fixe chez les jeunes générations, dans certaines zones prioritaires, certains groupes scolaires. Ce terreau développe des stéréotypes qui font partie du patrimoine commun. La vérité, c'est qu'on accorde en France une importance anormale à ce conflit. Ces discours sont repris par des courants bien-pensants, "droits-de-l'hommiste". C'est profondément inquiétant », rapporte la Voix du nord (9 novembre 2010). « Il y a des endroits en France où un Juif court un risque à pratiquer sa religion, où un enfant juif risque d'être malmené dans son établissement scolaire. Le CRIF est là pour dire que cela existe même si ça ne fait pas plaisir ».
Photo : D.R.


Notre commentaire

« Je pense que ceux qui prônent le boycott se trompent de combat : au lieu de porter la paix, ils portent l'intolérance, ils portent la haine. Et quand on veut un chemin de paix, on ne commence pas par porter cela. » dixit Martine Aubry lors d'un repas organisé par le CRIF à Lille, le 8 novembre 2010! En découvrant cet article, nous n’avons même pas été étonnés que le maire de Lille, actuelle première secrétaire du PS, « honore » de sa présence l’organisation sioniste présidée par Richard Prasquier. Organisation qui, en toutes circonstances, y compris pendant les terribles massacres de Gaza « est unie derrière Israël.» Nous savons tous à quel point ce geste d'allégeance est obligatoire et il ne saurait y avoir un politicien de droite comme de gauche qui ne se sente obligé d’y participer de crainte d’être traité d'antisémite et de voir son avenir politique brusquement anéanti ! Nous avons aussi bien conscience que la campagne de 2012 est déjà dans toutes les pensées et que tous les futurs candidats piaillent déjà d’impatience dans les starting blocks ... ce n’était donc sûrement pas le moment pour Mme Aubry de faire ce faux pas et d’avoir une attitude que l’on qualifiera de morale en s’abstenant d’y participer !!! Observer une attitude digne s'avérant tout simplement demander l’impossible à nos politiciens !

En outre, rien, mais alors vraiment rien de ce qu’a prononcé Mme Aubry à ce dîner du CRIF ne nous a non plus véritablement étonné! (même si nous observons qu’elle se situe dans le peloton de tête de ceux qui ont placé le discours de « séduction » très haut). La gauche ultra-sioniste en France, nous ne la connaissons que trop bien et cela depuis toujours; c’est actuellement l’un des plus fervents soutiens à l’entité sioniste criminelle! Rappelez-vous la phrase hallucinante (et qui relève de la même accointance avec le sionisme) prononcée par Dominique Strauss-Kahn sur France Inter avant son adoubement par le FMI: "Tous les matins je me demande ce que je peux faire pour Israël » !!! Cette phrase résume en réalité à elle seule ce qu’est la gauche ultra-sioniste et nul n’est besoin de perdre son temps à faire un commentaire de texte !

Pour nous, il n’existe qu’une seule et unique attitude possible et souhaitable à avoir face à tant de collaborationnisme éhonté : demander à tous les potentiels candidats aux élections présidentielles de 2012 de se dévoiler TOUS et clairement LE PLUS VITE POSSIBLE vis-à-vis de la question du maintien de la complicité de la France avec Israël !!! Leurs clarifications rapides, nous laisseront d’autant plus de temps pour préparer et mener des campagnes de masse contre eux, efficaces nous en sommes convaincus parce que très consciencieusement et généreusement argumentées! Il n’est pas question une fois de plus, que ceux qui deviendront les prochains représentants légitimes de la France, grâce aux voix que nous leur donnerons en toute connaissance de cause, puissent soutenir en notre nom une entité coloniale sioniste chaque jour plus raciste et criminelle !!!

Ceci étant une question réglée pour nous, passons à un autre point de l’article du CRIF qui ne manquera pas ; nous en somme sûrs, de scandaliser plus d’un lecteur !!!

Dans ce qui tient lieu de vantardise du CRIF, on trouve également l’information suivante :
« Cette rencontre a aussi été l'occasion de revenir sur le jumelage entre la ville de Lille et celle de Safed, créé en 1988 par Pierre Mauroy, qui par ailleurs assistait au dîner du CRIF. Le jumelage sera relancé après qu'il ait été interrompu par le précédent Maire de Safed, a estimé Martine Aubry : « Nous avons signé il y a quelques mois un partenariat qui porte sur la santé, l'emploi des jeunes, la culture, le développement durable et sur des micro-projets. » Un jumelage important pour le délégué régional du CRIF, Charles Sulman, qui a dit espérer encore plus de coopération entre la ville de Lille et celle de Safed. »

En soi, le fait que la ville administrée par Mme Aubry soit jumelée avec une ville appartenant à une entité colonisatrice, qui viole chaque jour depuis 62 ans les droits fondamentaux du peuple palestinien en toute impunité, qui déporte les Palestiniens, qui les enlève puis les emprisonne arbitrairement, qui pratique des assassinats extra judiciaires y compris par le biais d’attentats ainsi que des massacres comme celui de Gaza représente un ensemble d’outrages que nous peinons à qualifier pour ce qu’ils sont exactement! Mais l’outrage s’élève davantage encore, lorsqu’on sait précisément avec qui, Lille a scellé le destin de sa ville : la ville israélienne de Safed !

Atteindre un tel degré d’amoralité Mme Aubry, dépasse de loin tout ce que nous pouvons imaginer en termes de collaborationnisme qui est à dénoncer avec force!

Nous observons Mme Aubry que par une pure ironie du sort, le jumelage de votre ville de Lille avec Safed, évoqué dans le papier du CRIF tombe vraiment au plus mauvais moment pour vous ! Des informations en langue anglaise viennent en effet de paraître sur la ville de Safed et nous résumerons la situation en disant qu’elles font état de tout ce que le monde civilisé ne saurait supporter une seule seconde pour peu qu’il ait encore une conscience et un résidu de moralité!

Un article daté du 8 novembre 2010 du très sérieux journaliste Jonathan Cook, nous apprend en effet que selon Gidéon Levy, l’éditorialiste du quotidien israélien Haaretz, la ville de Safed est aujourd’hui la ville « la plus raciste » d’Israël !!!

Mme Aubry ce que nous a appris cet article d’un journaliste digne de la plus grande confiance, est tout simplement inqualifiable du point de vue de la morale universelle et de la dignité qui doit être rendue aux hommes y compris aux Palestiniens (certains semblant si souvent en douter)! Et si vos propos nauséabonds : « au lieu de porter la paix, ils portent l'intolérance, ils portent la haine »visant le juste et nécessaire boycott des produits israéliens provenant des colonies israéliennes illégales n’engagent que vous et votre conscience, les informations portées à notre connaissance dans cet article engage la moralité de l’humanité entière et en particulier la vôtre Mme Aubry, vous qui êtes la première magistrate d’une ville au sein de laquelle le destin des quelques 225 000 habitants est lié et cela, par votre entière volonté et celle de vos conseillers municipaux - pour le pire malheureusement - à celui de la ville raciste de Safed !

Nous connaissions depuis le début de la semaine le contenu de cet article que nous avons publié en langue anglaise sur note site et lorsque nous avons découvert votre déclaration :
« J'ai toujours combattu avec la plus grande détermination les tentatives faites par certains de vouloir importer le conflit du Proche-Orient dans notre ville » alors que le destin de votre ville est si étroitement lié depuis 1988 avec Safed, la ville israélienne la plus raciste, un sentiment de dégoût s’est emparé de nous. Quelle perfidie que cette déclaration-là !

Alors pour que les lecteurs ainsi que vous-même Mme Aubry, sachiez exactement de quoi nous parlons (au cas, même si nous en doutons fortement vous l’ignoriez), nous avons pris soin de traduire cet article !


Safed la ville la plus raciste d’Israël
Par Jonathan Cook

SAFED, Israël
La tranquillité de Safed, une petite ville israélienne nichée sur les hauteurs dans les collines de Haute Galilée près de la frontière libanaise, n'est généralement pas perturbée, sauf par les pèlerinages occasionnels de Madonna ou d'autres personnalités célèbres passionnées par les enseignements mystiques juifs de la Kabbale.

Mais au cours des dernières semaines, Safed - l'une des quatre villes sainte du judaïsme - a fait les gros titres pour des raisons très différentes. Gideon Levy, chroniqueur pour le quotidien israélien Haaretz, a déclaré la semaine dernière que Safed était "la ville la plus raciste du pays".

L'épithète peu flatteuse et vivement contestée fait suite à une « fatwa » venant d’éminents rabbins de Safed qui ont ordonné aux habitants de ne pas vendre ou louer de logements aux « non-juifs » - en référence aux citoyens arabes palestiniens du pays, qui représentent un cinquième de la population israélienne.

Au cours d'une réunion d'urgence organisée le mois dernier pour discuter des dangers de l'assimilation provoquée par les hommes arabes ayant des rendez-vous avec des femmes juives, les 18 rabbins de Safed ont donné un avertissement sur le fait que Safed et ses 40.000 habitants juifs devaient affronter une «prise de contrôle arabe.»

Le nombre d'Arabes dans la ville, bien que faible, a nettement augmenté et cela à cause de l'augmentation du nombre d'étudiants au Collège académique de Safed. Il y a maintenant quelques 1300 étudiants arabes inscrits à l'école. »

Les déclarations des rabbins ont provoqué une série d'attaques par des ultranationalistes juifs, au cours desquelles plusieurs maisons arabes ont été attaquées sous des slogans de «Mort aux Arabes ». Lors d’un récent incident, trois étudiants arabes ont été battus alors que des coups de feu ont été tirés. »

Jusqu'à présent, trois jeunes juifs, dont un policier qui n’était pas en service, ont été inculpés pour avoir participé aux violences. Le policier est accusé d’avoir tiré avec son pistolet.

La campagne anti-arabe a connu une escalade la semaine dernière alors que des affiches ont été placardées à travers la ville menaçant de brûler la maison d'un vieux juif s'il n'arrêtait pas louer à des étudiants arabes.

Le propriétaire, âgé de 89 ans, Eli Zvieli, a dit les affiches sont apparues après qu’il a reçu des menaces téléphoniques et des visites de plusieurs rabbins lui suggérant de changer d'avis.

Jamil Khalaili, 20 ans, un étudiant en physiothérapie à l'université qui loue un appartement avec un ami dans un quartier juif, a déclaré que l'atmosphère à Safed se détériorait rapidement.

«Nous avons été traités comme des criminels, comme si nous étions en train d’essayer de leur voler leurs maisons », a-t-il déclaré. La situation est arrivée au point où nombre de mes amis se demandent s’ils ne vont pas partir ! Je veux étudier ici, mais pas si cela doit me coûter la vie."

Le grand rabbin de Safed, Shmuel Eliyahu, est le chef de file de l'opposition à la présence d'étudiants arabes dans la ville; il est employé par la municipalité en tant que chef du conseil religieux.

«Quand un non-juif s’installe dans la ville, les habitants commencent à s'inquiéter pour leurs enfants, pour leurs filles. On a remarqué que de nombreux étudiants arabes ont des rendez-vous avec des jeunes filles juives » a déclaré Mr Eliyahu selon Israel National News.

Les 18 rabbins ont finalisé leur déclaration après avoir pris connaissance d’un projet de la faculté qui envisageait la construction d’une école de médecine dont il est attendu qu’elle attire des étudiants arabes venant de toute la Galilée.

Dans leur déclaration, ils ont exhorté les résidents juifs à fuir un «voisin ou une connaissance» qui loue à des Arabes. « Ne faites pas d’affaires avec lui, refusez-lui le droit de lire la Torah, le droit de lire la Torah, et de la même façon, ostracisez-le jusqu'à ce qu'il renonce à cet acte nocif, » est-il rapporté.

Des sentiments similaires anti-arabes sont entendus à Karmiel et dans le Nazareth Haut, deux autres villes de Galilée. Toutes deux ont été établies il y a plusieurs décennies dans le cadre de ce que le gouvernement a qualifié de programme de «judaïsation» pour installer davantage de Juifs, dans la région du pays, qui comprenait la population arabe la plus importante.

A Karmiel, situé à 30km à l'ouest de Safed, des encarts publicitaires parus dans les journaux locaux ont communiqué une adresse e-mail spéciale pour que les habitants informent les autorités au sujet de n’importe quel voisin qui planifierait de vendre des maisons aux Arabes. Le compte e-mail est supervisé par des fonctionnaires pour le compte d’Oren Milstein, qui était l’adjoint au maire de la ville jusqu'à ce qu'il soit congédié la semaine dernière, selon Ynet, un site de presse sur le Web.

Adi Eldar, le maire, a déclaré que Mr Milstein a « porté atteinte à l'image de la ville » en consacrant une interview à un journal dans lequel il se vantait d'avoir empêché la vente de 30 maisons à des familles arabes.

La remplaçante de M. Milstein au poste d’adjointe au maire Rina Greenberg, est membre du parti d'extrême-droite, Israël Beitenou d'Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères d'Israël, qui préconise de débarrasser le pays de nombreux de ses citoyens arabes.

Entre-temps le maire de Nazareth Ha ut, Shimon Gapso, qui est également un allié d’Israël Beitenou, a annoncé son intention de construire un nouveau quartier destiné à 3.000 religieux juifs pour arrêter ce qu'il a qualifié de «détérioration démographique» de la ville.

Des centaines de familles vivant à proximité de Nazareth Haut ont déménagé dans la ville juive pour échapper à la surpopulation. Aujourd'hui, un habitant sur huit, sur les 42000 habitants que compte Nazareth, est arabe.

En août, M. Gapso a déclaré sur Israël National News qu'il se sentait aussi «heureux que si j'avais un nouveau bébé» suite à la nouvelle que 15 familles extrémistes de l'ancienne colonie de Gaza, le Gush Kati, organisaient un séminaire juif dans sa ville.

Hatia Chomsky-Porat, qui dirige les militants de Galilée pour Sikkuy, un groupe prônant de meilleures relations entre Juifs et Arabes, a déclaré: «L'atmosphère politique s’assombrit de plus en plus. Le racisme chez les juifs devient désormais totalement banal.»

A Safed, les étudiants arabes ont essayé de faire profil bas. Néanmoins un petit acte de défiance semble avoir contribué davantage à renforcer les peurs des habitants juifs vis-à-vis « d’une prise de pouvoir »

En se réveillant, les habitants ont récemment trouvé un drapeau palestinien déployé sur le dôme d'une mosquée rénovée, l'un des nombreux bâtiments en pierre de Safed qui témoignent d’une longue existence de la ville bien avant la création d'Israël.

En 1948, quand les forces juives se sont emparées de la ville, Safed était une ville mixte dans laquelle vivaient 10.000 Palestiniens et 2.000 Juifs. Tous les habitants palestiniens ont été chassés, y compris Mahmoud Abbas, l’actuel président de l'Autorité palestinienne, alors âgé de 13 ans !

M. Khaliali a déclaré que l'histoire de la ville semblait encore hanter la plupart de ses habitants juifs, qui ont exprimé des craintes que les étudiants arabes soient ici pour réclamer les biens des réfugiés en tant que pionniers d'un mouvement pour le droit au retour des Palestiniens.

Ce n'est pas la première fois que M. Eliyahu, le fils d'un ancien grand rabbin d'Israël, a été accusé d’incitation contre la population arabe de la ville.

En 2002, lors d'une vague d'attentats suicide au début de la deuxième Intifada, il a demandé au Collège académique de Safed d'expulser tous les étudiants arabes.

Deux ans plus tard, il a lancé une campagne contre les mariages inter communautaires accusant les hommes arabes de mener « une autre forme de guerre» contre les femmes juives en les «séduisant. »

En 2006, il a évité de justesse des poursuites pour incitation après qu'il eut accepté de revenir sur ses déclarations antérieures.

Le Centre religieux d'action, un groupe de Juifs du mouvement de Réforme, et plusieurs députés arabes ont exigé que Yehuda Weinstein, le Procureur Général d'Israël poursuive Mr Eliyahu et les autres rabbins pour incitation à la violence.

Traduction CCY

------------------

Voilà la sinistre réalité de l’existence des habitants israéliens arabes d’origine palestinienne dans la ville de Safed Mme Aubry ! Que vous inspire cet épouvantable racisme contre ceux qu’Israël appelle « les ennemis de l’intérieur », ces discriminations et ces menaces qui ne sauraient être supportables pour quiconque a encore une once d’humanisme en lui et qui devraient soulever l’indignation agissante de tous et en particulier la vôtre Mme Aubry? Comment est-il possible qu’en connaissant l’existence de ces nombreuses discriminations raciales abjectes, la ville de Lille puisse continuer un jour de plus à être jumelée à Safed et poursuivre ses relations et ses échanges avec un lieu dans lequel l’existence de l’Autre, celle de l’Arabe d’origine palestinienne, est niée d’une façon qu’on espérait à jamais révolue ?!

Est-ce que les esprits dans notre pays sont corrompus à ce point pour que l'intense et continu collaborationnisme avec Israël ne souffre jamais de la moindre remise en question, alors même que les terribles agissements d’un nombre toujours plus grand de juifs israéliens contre les Palestiniens, et contre les Israéliens arabes d’origine palestinienne, ressemblent à s’y méprendre à ce qu’ont connu les juifs dans l’Europe des années 30?!

Quelles sont donc les leçons retenues et mises en pratique par l’enseignement permanent et très actif de la Shoah dans ce pays si, la première magistrate d’une des plus grandes villes de France, montre aujourd’hui à ses adminstrés ainsi qu'à l'ensemble des Français, l’exemple indigne de la Collaboration !

Le Collectif Cheikh Yassine

Aucun commentaire: