lundi 22 mars 2010

22 mars 2004: lâche assassinat de cheikh Ahmed Yassine

par le collectif Cheikh Yassine

En ce 22 mars 2010, nous voudrions rappeler qu’il y a six ans, jour pour jour, le résistant Cheikh Ahmed Yassine fondateur et dirigeant spirituel du Hamas (fondé au début de la première Intifada en 1987) a été assassiné de la façon la plus lâche au cours d’un attentat perpétré par l’entité sioniste. Cheikh Ahmed Yassine, ainsi que deux de ses assistants et un passant, ont été froidement liquidés à l’aube après la prière de la fajr à Gaza, à la suite d’un raid d’hélicoptère israélien. Cet assassinat avait mis davantage à nu encore, devant le monde entier, la politique criminelle d’Ariel Sharon à l’encontre des Palestiniens et leurs dirigeants qui s’opposaient à la politique coloniale et criminelle de l’occupant sioniste.

Cheikh Ahmed Yassine n’était ni un délinquant ni un criminel mais bien un des plus grands résistants que la Palestine ait jamais connu ! C’est un homme qui n’a cessé tout au long de sa vie d’appeler son peuple à exercer son droit légitime de résister contre un occupant qui prive le peuple palestinein de la liberté et des droits humains les plus fondamentaux , qui vole la terre, qui commet des massacres et des assassinats sans jamais devoir en répondre devant la justice internationale ! Nous rappelons que résister contre une armée coloniale, y compris par les armes, n’est pas considéré comme un crime par le droit international mais au contraire qu’il s’agit d’un droit internationalement reconnu pour tous les peuples occupés ; or le peuple palestinien connaît une occupation sioniste expansive depuis 62 ans !

Le sang et la mort semés par les forces armés sionistes sur la personne de Cheikh Ahmed Yassine n’avait même pas dérangé le principal allié d’Israël, les Etats-Unis, puisque si la plupart des pays avaient alors fermement condamné l'assassinat d’Ahmed Yassine, critiquant son caractère extrajudiciaire, les États-Unis, s’étaient abstenus de le faire. Preuve une nouvelle fois de la partialité outrancière dont jouit Israël alors qu’elle pratique au vu et au su de tout le monde le terrorisme d’Etat ! Mais ce crime odieux, destiné initialement à «décapiter» le Hamas, n’a fait que renforcer davantage le mouvement de résistance palestinien, désormais uni, toutes factions confondues, autour de la même cause.

Cheikh Ahmed Yassine était aimé des Palestiniens qui trouvaient auprès de lui, après chaque épreuve difficile, tout le réconfort et l’appui moral nécessaire pour continuer la difficile et âpre résistance devant un occupant chaque jour plus sanguinaire ! Il incarnait cette détermination farouche des Palestiniens à résister pour recouvrer leurs droits et leur liberté spoliés, quitte pour cela à en payer le prix de la vie. C’est toute son œuvre qui est aujourd’hui pérennisée par ses compagnons de lutte et tous les résistants palestiniens qui ont montré, depuis ce terrible 22 mars 2004, combien tous les fils de la Palestine, sont attachés à la défense des valeurs et des principes qui ont toujours guidé l’action de Cheikh Ahmed Yassine et pour lesquels il a donné sa vie.

C’est au lendemain de cet assassinat odieux qu’a été créé le Collectif Cheikh Yassine.

Aucun commentaire: