jeudi 25 février 2010

Chroniques de la Palestine occupée/ 2 - La collaboration consensuelle

Publipagesperso-orange.fr
par Aline de Diéguez

Rencontre de M. Mahmoud Abbas , Président de l'Autorité palestinienne et du responsable des autorités d'occupation israéliennes , M. Ehud Olmert

"C'est dans l'honneur et pour maintenir l'unité de la nation (...) dans le cadre d'une activité constructive du nouvel ordre européen [ou mondial, ou régional ] que j'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration. (...) Cette collaboration doit être sincère... "

Devinette: auquel de ces deux couples s'appliquent ces paroles impérissables ?




Rencontre de Jérusalem, 23 décembre 2006
Mahmoud Abbas - Ehoud Olmert

En plus de la poignée de mains, chaleureuse accolade entre l'occupant et l'occupé et dîner "en famille" avec Mme Olmert.

Les forces d'occupation acceptent d'étendre à la Cisjordanie le cessez-le-feu théorique proclamé le 26 novembre 2006 dans la bande de Gaza , à condition que M. Abbas mette fin à la résistance.
M. Olmert promet en échange :
- de lever 27 barrages en Cisjordanie sur les 700, fixes et volants, existant , soit 3,50% des obstacles qui emprisonnent la population.

- de faire passer à 400 le nombre de camions autorisés à passer de Gaza en Israël (tonnage et durée non précisées),

- de libérer 20 à 30 prisonniers palestiniens sur les 11000 qui croupissent dans ses prisons, dont des femmes et des enfants, soit 0,02% du total,

- de débloquer 10% des sommes qu'il retient indûment depuis un an.


Rencontre de Montoire, 24 octobre 1940
Maréchal Philippe Pétain - Adolf Hitler

Malgré les pressions, notamment de Pierre Laval, le vieux Maréchal (84 ans) refuse de signer la paix et d'entrer en guerre contre l'Angleterre. Il tente de jouer double jeu en acceptant l'occupation tout en prenant des contacts et en menant des tractations secrètes avec les Anglo-Saxons.

Le 13 décembre 1940, il révoque son vice-président , Pierre Laval, parce qu'il le juge trop favorable à une collaboration active.

Remplacé pendant un an par l'amiral François Darlan, Pierre Laval est de nouveau imposé au Maréchal Pétain le 17 avril 1942 par les autorités allemandes, décidées à mettre la France au service de l'occupant.

Le vieux soldat ne démissionne pas et c'est l'engrenage d'une collaboration qui engloutit le héros de Verdun.

Le Cabinet israélien se félicite de ces "assouplissements" destinés à "soutenir les éléments modérés" . Ces mesures ne sont pas même opérationnelles, mais à l'étude.


Finalement, le Canossa de Montoire était moins déshonorant que celui de Jérusalem . Le vieux Maréchal ne s'est pas abaissé à embrasser le Führer et a même tenté une manoeuvre de contournement qui a malheureusement échoué.

De plus, on était en 1940, au début de la guerre, et les vaincus nourrissaient encore quelques illusions.

Rien de tel pour M. Abbas qui, depuis soixante ans, voit le territoire palestinien réduit à une misérable peau de chagrin et qui oublie qu'avant de combattre un adversaire, il faut apprendre à le connaître . Si la comédie organisée par Ariel Sharon du déplacement de Gaza vers la Cisjordanie d'une poignée de colons ne lui a pas encore ouvert les yeux, c'est que son aveuglement ou sa duplicité sont incurables.

En allant jusqu'à embrasser le bourreau du peuple palestinien et libanais et à sacrifier sa dignité et celle du peuple qu'il est chargé de représenter pour le plat de lentilles du dîner de M. Olmert et ses microscopiques "assouplissements" , M. Abbas a donné des gages de soumission à Israël et aux USA qui font craindre le pire, surtout après les massacres de Beit Hanoun, les 400 victimes à Gaza en quelques semaines et autres assassinats de soi-disant "terroristes" , assassinats tellement bien "ciblés" qu'ils sont chaque fois accompagnés d'une fournée de cadavres d'enfants et de civils divers.

D'ailleurs, l'armée d'occupation n'a nullement l'intention d'arrêter ces assassinats et elle a même obtenu le feu vert de la Cour suprême israélienne - bel exploit du "droit" et rationalisation du célèbre : "Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens" .

Et que dire du kidnapping de la centaine de députés, de ministres et de gestionnaires locaux divers, tous régulièrement élus, mais qui déplaisaient à l'occupant, lequel insulte le vocabulaire et l'intelligence du monde en se proclamant la seule démocratie de la région .

Combien de fois faudra-t-il faire voter les Palestiniens pour qu'ils se décident, la peur au ventre et l'estomac vide, à utiliser le seul portillon que l'occupant déclare valide ? Quel est le sens de cette grotesque cérémonie, puisque le libre choix est refusé?

Régner sur le vocabulaire, telle est la première victoire du maître sur l'esclave.

Avant d'être vénérés comme des héros, les résistants français, qualifiés de terroristes, étaient eux aussi traqués par les forces d'occupation allemandes et la police du gouvernement collaborationniste. Ainsi va l'histoire.

En l'espèce, la stratégie de l'occupant est simple : mettre la corde au cou à tout un peuple , le terroriser, l'affamer, l'assoiffer, l'empêcher de dormir par un chahut incessant de passages d'avions à basse altitude, de drones, d'explosions variées, l'empêcher de se soigner, de se déplacer, d'étudier, l'emmurer, voler l'argent de ses impôts, le soumettre à l'arbitraire de colons féroces et armés et de policiers sadiques aux checkpoints, déraciner ses merveilleux oliviers centenaires, voler les terres, voler l'eau, poursuivre la colonisation, ravager les propriétés, détruire les maisons, empêcher les agriculteurs de travailler, défoncer les routes, détruire les infrastructures, les récoltes, ravager le port, l'aéroport , bombarder la plage, les bâteaux de pêche, pilonner même les hôpitaux, les écoles et les ambulances, laisser le champ libre à ses snipers assassins , empoisonner la population de Cisjordanie à petit feu en se débarrassant de ses déchets toxiques dans les territoires palestiniens au mépris de la protection de l'environnement et des nappes phréatiques, inventer chaque jour de nouvelles brimades car la résistance et la résiliance des Palestiniens sont telles qu'ils résistent et survivent miraculeusement depuis des années à des situations qui auraient conduit des peuples plus fragiles au désespoir et à l'écroulement national depuis longtemps.

Alors l'occupant tire, tire sur la corde jusqu'à la limite de l'étouffement; mais le monde regarde, alors il n'ose pas aller jusqu'à l'asphyxie complète .

Apartheid est trop faible, trop gentil, il s'agit purement et simplement de torture, une torture collective, permanente, harcelante, déstabilisatrice, sadique, à la fois physique et psychologique. Quel talent et quelle imagination dans la perversité!

Y aura-t-il un seul juste dans les organismes officiels pour enfin crier STOP ?

N'est-il pas temps d'arrêter de parler avec un boeuf sur la langue et se décider à appeler un chat un chat . Pardon pour ces locutions animalières, mais après tout, puisque la foultitude d'organisations prétendument spécialisées dans la protection des droits de l'homme, des droits de l'enfant et tutti quanti , reste les bras croisés et au mieux parle de "violences de chaque côté" , que les Palestiniens sont traités comme on n'ose plus traiter les animaux, que Gaza est un enfer par rapport au confort dans lequel vivent les animaux dans les zoos, je conseille aux Palestiniens de se baptiser officiellement animaux et d'invoquer la protection de la SPA (Société Protectrice des Animaux) .

Les enfants palestiniens jouiront-ils un jour de la même protection internationale que les scarabés dorés ou les crapauds-buffles?

A la veille de Noël, et afin de montrer son bon coeur aux Mahmoud Abbas qui viennent mendier quelques miettes et embrasser leur bourreau, celui-ci donne un peu de mou à la corde qui étranglait sa victime et le monde entier crie Alleluia !

Il est st né le divin Olmert, jouez haubois , résonnez musettes....

SOS, peuple en détresse attend un de Gaulle palestinien.

le 25 décembre 2006

Lien de l'article: http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/mariali/palestine/montoires/Montoire.htm

Aucun commentaire: