vendredi 31 juillet 2009

Israël défend l’usage de la force et du phosphore blanc dans l’offensive à Gaza

Publié sur le site d'Al-Oufok le 31 juillet 2009
Par la Rédaction

(Photo Al-Oufok)

Le gouvernement israélien affirme dans ce qu’il présente comme son premier rapport exhaustif sur l’agression contre Gaza en décembre et janvier derniers qu’il n’a pas commis de crimes de guerre et qu’il a été forcé de passer à l’attaque par les tirs de roquettes incessant du Hamas sur son territoire.
"Ce rapport est ridicule, stupide et ne mérite pas de réponse", a réagi un responsable du Hamas, Mushair al-Masri. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait dénoncé les tirs de roquettes du Hamas mais aussi la réponse israélienne qu’il jugeait excessive.
"Israël avait, et le droit, et l’obligation, de prendre des mesures militaires contre le Hamas à Gaza pour faire cesser les tirs presque incessants de roquette et de mortiers du Hamas", lit-on dans ce rapport de 160 pages, qui précise que 12.000 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël entre 2000 et 2008, dont près de 3.000 en 2008. "En vertu du droit international, Israël avait parfaitement le droit d’utiliser la force militaire pour défendre ses civils", ajoute-t-on. La réponse a été "nécessaire et proportionnée".
Les combats avaient fait plus de 1.100 morts côté palestinien -des combattants du Hamas pour la plupart, selon l’armée. Le rapport publié jeudi soir est une réponse aux Palestiniens, aux Nations unies et aux organisations de défense des droits de l’Homme qui accusent l’Etat hébreu de violation du droit international de la guerre, et notamment d’avoir sciemment détruit des biens et tué des civils.
Tsahal a reconnu avoir utilisé plus de force que strictement nécessaire afin de limiter ses propres pertes. Dix soldats israéliens ont été tués, ainsi que trois civils victimes de tirs de roquette palestiniens.
Le rapport précise qu’Israël enquête sur une centaine de plaintes et a ouvert 13 enquêtes criminelles. L’armée a porté ce nombre à 15 dans un communiqué jeudi soir. L’Etat hébreu affirme que les pertes civiles étaient inévitables parce que le Hamas tirait depuis des quartiers très peuplés.
En ce qui concerne les obus au phosphore blanc, Israël dément que des dizaines de Palestiniens aient été tués ou blessés par ces engins servant à créer des écrans de musée. "Il ne paraît pas y avoir de morts documentées à Gaza résultant de l’exposition au phosphore blanc lui-même", écrit-on.
Certes, reconnaît-on, des chemises d’obus contenant des résidus de phosphore blanc pourraient avoir fait des blessés ou provoqué des incendies mais, estime-t-on, "il ne semble pas que les dégâts liés à cette utilisation puissent être considérés comme excessifs". Des enquêtes sont en cours, précise le rapport.

Lien de l'article: http://aloufok.net/spip.php?article753

Diaporama de la journée du 31 juillet 2009 en terre de Palestine

Lien du diaporama: http://fr.news.yahoo.com/photos/diaporama/israel-palestine.html

Pourquoi Jérusalem ? L’agenda caché d’Israël

Publié sur le site info-palestine.net le 31 juillet 2009
Par Dan Lieberman - Al-Ahram Weekly


Le projet d’Israël d’annexer l’ensemble de Jérusalem, qui s’intègre dans son effort de renforcer sa légitimité internationale, se met en place sans égard pour les considérations juridiques, morales et historiques, écrit Dan Lieberman, dans la Jérusalem occupée.



(Photo Info-Palestine)
En insistant sur le mot "unifiée", Israël masque l’absence d’un passé historique vérifiable qui pourrait le justifier.





Trois énormes pierres de granit sont posées là, tranquillement, en haut de la rue Midbar Sinai dans Givat Havatzim, le district le plus au nord de Jérusalem. Sans aller au détail, ces pierres impressionnantes font partie des différents préparatifs du mouvement des Fidèles du Mont du Temple et de la Terre d’Israël pour ériger un troisième temple sur le Mont du Temple Haram Al-Sharif. Etant donné que le Waqf islamique possède et contrôle toutes les propriétés sur Haram Al-Sharif (Noble Sanctuaire), par quels moyens ces pierres peuvent-elles être portées au Mont du Temple et comment un temple peut-il y être construit ? Certainement pas par un moyen légal.

Ces pierres sont une provocation que le gouvernement d’Israël ne fait pas cesser. Une négligence et une passivité qui conduisent à la conviction qu’une éventuelle réaction musulmane à la provocation aurait donné à Israël un prétexte pour s’emparer du contrôle total du Saint Bassin - les propriétés qu’Israël envisage d’incorporer dans une Grande Jérusalem.

L’absence d’un passé historique vérifiable

Depuis des décennies, les autorités israéliennes parlent d’une Jérusalem unifiée - en suggérant une qualité spirituelle à leur message - comme si Israël voulait que le foyer des trois religions monothéistes soit solide et stable. Dirigée par une autorité centrale, Jérusalem unifiée permettrait de préserver un patrimoine commun et antique.

Toutefois, en insistant sur le mot « unifiée », Israël masque l’absence d’un passé historique vérifiable qui pourrait le justifier, un passé qui lui donnerait plus de poids pour tout intégrer dans une Grande Jérusalem artificielle à l’intérieur de ses frontières. Cumulée à ses incohérences et ses contradictions, l’impatience d’Israël à créer une Grande Jérusalem sous son contrôle total devient suspecte. Cette concentration intensive sur une Jérusalem « unifiée » révèle un agenda caché qui ternit le regroupement religieux et au contraire accentue la division, la haine et le différend.

(Photo Info-Palestine)
Colonisation de Jérusalem





Examinons le Saint Bassin. Le Saint Bassin englobe des institutions parfaitement identifiées comme chrétiennes et musulmanes, et des lieux saints dont la localisation est historique depuis des millénaires. Même si des peuples de confession juives ont été présents de façon importante à Jérusalem durant les siècles de la Jérusalem biblique, notamment pendant les règnes du roi Hezekiah et des dynasties Hasmonean, leur domination et leur présence ont été interrompues pendant deux mille ans.

Des commentaires propagés largement ont permis de laisser croire que ces 2 000 ans d’absence de domination et de présence n’ont jamais existé et qu’aujourd’hui, ce n’était qu’un bref moment des années d’Hezekiah. On trouve quelques vestiges d’habitations et de thermes traditionnels juifs mais il y a peu ou pas de monuments juifs importants, de bâtiments ou d’institutions de la période biblique qui existent dans la « Vieille Ville » de la Jérusalem d’aujourd’hui. Le Mur occidental souvent évoqué n’est pas directement lié au second Temple. Rien ne reste du Temple juif qui a été localisé à Jérusalem, pas même une pierre.

Selon l’écrivain religieux Karen Armstrong, les juifs de Jérusalem n’allaient pas priaient pas au Mur occidental jusqu’à ce que les Mamelouks leur permettent de sortir leurs congrégations du dangereux Mont des Oliviers et d’aller prier quotidiennement au Mur, au 15ème siècle. A cette époque, elle estime qu’il pourrait ne pas y avoir plus de 70 familles juives à Jérusalem. Quand les Ottomans ont remplacé les Mamelouks, Soliman le Magnifique a publié un décret officiel au 16ème siècle qui permettait aux juifs d’avoir un lieu de prière au Mur occidental.

Le seul symbole important qui reste de la présence juive dans la ville sainte de Jérusalem est son quartier juif, qu’Israël a vidé des Arabes et reconstruit après 1967. Au cours de ses opérations de nettoyage, Israël a démoli le quartier maghrébin contigu au Mur occidental, détruit la mosquée Al-Buraq et la tombe du Sheikh Al-Afdhaliyah, et déplacé environ 175 familles arabes.

Même si la population juive dans les siècles précédents a occupé une grande partie de la Vieille Ville (on l’estime à 7 000 juifs au milieu du 19ème siècle), les juifs ont quitté petit à petit la Vieille Ville et ont migré vers les nouveaux quartiers de Jérusalem-Ouest, ne laissant environ que 2 000 juifs dans la Vieille Ville. Le contrôle jordanien, après la guerre de 1948, a ramené ce nombre à zéro. En 2009, la population du quartier juif de la Vieille Ville est montée à 3 000, soit 9% de la population de la Vieille Ville. La population est essentiellement constituée de chrétiens, arméniens et musulmans et c’est dans leurs quartiers que l’on trouve presque tous les commerces de la Vieille Ville.


Simplement un centre administratif public

Dans une tentative de rattacher l’Israël antique à la Jérusalem actuelle, les autorités israéliennes continuent de fixer des labels inventés aux repères du Saint Bassin, tout en prétendant que la falsification émane des Byzantins. Les vestiges les plus anciens de la Tour du roi David, par exemple, ont été construirs plusieurs centaines d’années après le règne de David selon les dates de la Bible. Aujourd’hui, c’est manifestement un minaret islamique. Les restes les plus anciens de la citadelle du roi David remontent à la période Hasmonean (200 ans avant J.-C.). La citadelle a été entièrement reconstruite par les Ottomans entre 1537 et 1541.

La tombe du roi David, dans l’Abbaye de la Dormition, est un cénotaphe recouvert d’un tissu (pas des ruines) en l’honneur du roi David. Il est seulement supposé, sans l’avoir vérifié, que le cercueil concerne bien David. Les Bassins de Salomon, situés dans un village proche de Bethléhem, sont considérés comme un élément d’trucconstruction romaine de l’époque du règne d’Hérode le Grand. Les bassins fournissaient en eau un aqueduc qui l’acheminait jusqu’à Bethléhem et Jérusalem. Les Ecuries de Salomon, sous le Mont du Temple, sont supposées être des sous-sols voûtés que le Roi Hérode aurait construits afin d’étendre la plate-forme du Mont du Temple. La tombe d’Absalom est manifestement un édifice grec sculpté et par conséquent ne peut être la tombe du fils de David.

La cité de David renferme des objets qui datent d’avant et pendant l’époque de David. Cependant, certains archéologues soutiennent que leur nombre est insuffisant pour conclure à une présence israélite, y compris celle du Roi David, avant la fin du IXème siècle. En tous les cas, s’il y eut présence israélite, ce fut une implantation de petite dimension et non fortifiée.

Le parc archéologique de Jérusalem, dans la Vieille Ville, et le Centre Davidson d’exposition et de reconstruction virtuelle racontent la même histoire. Promettant de révéler la civilisation hébraïque, les musées en réalité n’apportent que peu d’éclairage à son sujet. Le Centre Davidson met en valeur une exposition de pièces de monnaie, des bols et des vases en pierre de Jérusalem. Le parc archéologique dans la Vieille Ville contient de nombreux éléments, dont des constructions hérodiennes, des thermes traditionnels, un étage d’un palais d’Umayyad, une voie romaine, des portes ottomanes et la façade de ce que l’on appelle l’Arche de Robinson, une entrée hérodienne supposée pour le Mont du Temple. Cependant, les expositions ne montrent pas beaucoup, s’il en fut, de constructions ou institutions anciennes hébraïques d’une importance particulière.

Des archéologues éminents, après examen de cavités qui renferment des fragments de poteries et de constructions, sont arrivés également à la conclusion que les découvertes archéologiques n’apportaient pas la preuve de l’histoire biblique de Jérusalem et de son importance durant les périodes d’un royaume juif unifié sous David et Salomon.

Margaret Steiner, par exemple, dans son article, « Ce n’est pas ici : l’archéologie prouve une négative », dans la Revue Archéologie biblique de juillet/août 1998, déclare qu’ « à partir du Xème siècle avant J.-C., il n’y a aucune preuve archéologique que beaucoup de personnes ont vécu en réalité dans Jérusalem, seulement que c’était une sorte de centre administratif public... Nous n’avons rien trouvé qui indique qu’une cité a existé ici durant les règnes supposés (de David et Salomon)... Il semble improbable que cette Jérusalem ait été la capitale d’un grand Etat, une Monarchie unifiée, comme décrite dans les textes bibliques. »

Jérusalem-Ouest

(Photo Info-Palestine)
Propriétés de l’Eglise orthodoxe à Jérusalem-Ouest





Jérusalem-Ouest, c’est une autre question. Avec un banditisme prolifique et les portes de la Vieille Ville fermées avant la tombée de la nuit, vivre à l’extérieur des portes de la ville ne tentait pas la population. Toutefois, le riche philanthrope Moïse Montefiore a voulu attirer la population juive vers des environnements nouveaux, et il a construit la première communauté juive à l’extérieur de la Vieille Ville - les premières maisons de Yemin Moshe ont été terminées en 1860. C’est depuis cette date que la présence juive a joué un rôle dans la création de Jérusalem-Ouest.

D’autres institutions - grecques, orthodoxes, s’y sont par la suite hasardées et on commencé à acquérir des propriétés dans une Jérusalem-Ouest en développement.

En 1948, après que l’armée israélienne se soit emparée de Jérusalem-Ouest, le nouveau gouvernement israélien a confisqué toutes les propriétés de Jérusalem-Ouest possédées par les institutions musulmanes. La raison avancée était que c’était des « propriétés ennemies ». Il ne reste à Jérusalem-Ouest, aujourd’hui, que peu de musulmans, et aucune mosquée.

Pourtant, il y avait une contradiction. En attaquant et en procédant à un nettoyage ethnique des communautés arabes chrétiennes de Deir Yassin et d’Ein Kerem, les forces israéliennes montraient qu’elles voyaient les Palestiniens chrétiens comme des ennemis. Pour autant, Israël n’a pas saisi les propriétés chrétiennes, dont beaucoup sont visibles à Jérusalem-Ouest. L’Eglise grecque orthodoxe possède de vastes propriétés à Jérusalem-Ouest, dont beaucoup sont marquées par le symbole « T » dans un « O » ... » (tau + phi), interprété par le mot « Sépulcre ».

Une autre contraction vient du fait qu’Israël s’est occupé du cimetière juif sur le Mont des Oliviers et l’a agrandi en tant que site patrimonial. Une partie du célèbre cimetière musulman Mamilla, à Jérusalem-Ouest, a été classé comme bien de réfugiés et Israël se prépare à le démolir pour y construire le nouveau Musée de la Tolérance.

Jérusalem-Est recèle davantage de contradictions. Les mises en garde répétées des dirigeants israéliens affirmant que la co-existence n’est pas réalisable et qu’il est nécessaire de séparer les communautés juives et palestiniennes est contredite par la volonté d’Israël d’incorporer Jérusalem-Est à Israël. L’incorporation signifierait accepter quelque part entre 160 000 et 225 000 Palestiniens dans un Etat juif.

Où iraient-ils ? Les vieux quartiers juifs historiques de Jérusalem-Ouest ont vu leurs spécificités méticuleusement entretenues, ou ont été reconstruits dans leur style original, alors que les vieux quartiers arabes de Jérusalem-Est ont été totalement négligés (tout le Jérusalem-Est arabe est négligé) ou détruits. Combien de dégradations et de destructions les Palestiniens pourront-ils supporter avant de se décider à partir ?

(Photo Info-Palestine)
Couloir E1






Les constructions de maisons juives dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est se poursuivent, ainsi que les démolitions de maisons arabes, déclarées construites ou acquises illégalement. Sur 44 dunums (4,4 hectares) de terrain saisis à des familles palestiniennes, une entreprise privée a construit la communauté gardiennée de Nof Zion, et a opportunément séparé le quartier palestinien de Jabal Al-Mukabir des autres secteurs de Jéruselem-Est. Pas la peine pour les Arabes d’y souscrire. Les copropriétés d’un million de dollars sont annoncées pour les actionnaires américains.

Le ministère de l’Intérieur israélien a approuvé un projet de démolition d’un jardin d’enfants et d’un marché de gros dans le quartier Wadi Joz de Jérusalem-Est afin de construire un nouvel hôtel à proximité de la Vieille Ville et du Musée Rockefeller. La conséquence en sera la démolition d’un quartier arabe et son remplacement par des intérêts juifs, qui rejoindront un jour d’autres intérêts juifs.

Ce ne sont là que deux exemples d’un plan directeur visant à remplacer une présence arabe séculaire à Jérusalem-Est par une présence juive moderne. La présence arabe antique est encore plus divisée avec le Mur d’annexion, qui traverse le paysage de Jérusalem-Est et détache Jérusalem-Est de la Cisjordanie, rendant improbable un Etat palestinien qui aurait sa capitale à Jérusalem-Est.

Le plan directeur repousse les limites de Jérusalem pour y inclure l’importante colonie israélienne (une ville) de Maale Adumim. Entre Maale Adumim et Jérusalem-Est, Israël propose de construire un couloir, le Couloir E1 (*), qui reliera les colonies dans un cercle et séparera davantage Jérusalem-Est de la Cisjordanie. Le Couloir E1 coupera le nord du sud de la Cisjordanie, et entravera le transit direct entre la Bethléhem palestinienne, au sud d’E1, et la Ramallah palestinienne, au nord d’E1. La construction du Couloir E1, sur des zones qui appartiennent aux Palestiniens, pourrait ainsi empêcher la formation d’un Etat palestinien viable.


(Photo Info-Palestine)
Le Mur occidental souvent évoqué n’est pas directement lié au second Temple.
Rien ne reste du Temple juif qui a été localisé à Jérusalem, pas même une pierre.






L’agenda caché


Si Israël détruit le patrimoine de Jérusalem et assujettit sa signification spirituelle, pourquoi Israël veut-il unifier Jérusalem ?

Israël est un pays géographiquement petit et relativement nouveau avec une population impatiente et très ambitieuse. Il a besoin de plus de prestige et veut être considéré comme quelqu’un qui a du pouvoir sur la scène mondiale. Pour y parvenir, Israël a besoin d’une ville capitale qui impose le respect, possède des traditions antiques et soit reconnue comme l’une des cités dirigeantes du monde. Presque toutes les grandes nations du monde, de l’Egypte à l’Allemagne et à la Grande-Bretagne, ont comme capitale une grande cité. Pour réussir dans ses objectifs, Israël veut une grande Jérusalem qui comprenne la Vieille Ville.

Cependant, ce n’est pas tout. Jérusalem représente un marché touristique important qui pourrait être développé. Elle pourrait fournir de nouveaux débouchés commerciaux en position de porte pour tout le Moyen-Orient. Une Jérusalem indivisible sous contrôle israélien vaudrait un paquet de shekels.

Israël entre en concurrence avec les Etats-Unis pour être le centre du peuple juif. Il a besoin d’une Jérusalem unifiée pour gagner sa reconnaissance comme foyer du judaïsme. En contrôlant tous les lieux saints, Israël s’impose à l’attention des dirigeants musulmans et chrétiens. Ceux-ci seraient contraints de parler avec Israël, et Israël serait en position avantageuse pour négocier dans les conflits.

Quoi qu’obtienne Israël, il y a négation des Palestiniens. Même si Israël accepte la création d’un Etat palestinien, il orientera sa politique pour limiter l’efficience de cet Etat. Etant donné que Jérusalem-Est et ses lieux saints profitent grandement à l’économie palestinienne et accroissent la légitimité de la Palestine, Israël fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher que Jérusalem-Est soit concédée au nouvel Etat de Palestine. Une Jérusalem « indivisible » rentre dans cette bataille.

Jérusalem-Ouest n’apporte à Israël qu’une capitale Nord/Sud. Une Jérusalem indivise permettrait à Israël de regarder plus avant vers une capitale Est/Ouest, ou une capitale centralisée pour la terre des tribus juives bibliques antérieures.

Les idéaux socialistes sionistes et le mouvement coopératif kibboutzim ont reçu le soutien d’idéalistes à travers le monde pendant de nombreuses années. Le lien d’Israël avec la tragédie de l’Holocauste a accru cette sympathie et ce soutien. Avec la fin du rêve sioniste, le déclin de la vie de kibboutz, et la vulgarisation de l’Holocauste, Israël a besoin d’un nouveau symbole d’identité captant l’intérêt du monde.

Si Israël a des revendications légitimes sur Jérusalem, alors elles doivent être entendues et débattues dans un forum ad hoc. Cependant, ce n’est pas ce processus qui est en route. Au lieu de cela, le gouvernement israélien se sert de procédures illégales et illégitimes, autant que de méthodes mensongères et hypocrites, pour forcer l’agenda. Israël vise bien moins à présenter son dossier qu’à exercer son pouvoir pour fouler aux pieds toutes considérations légales, morales et historiques.

Dans le Musée de la Citadelle de David, on peut lire une inscription : « La terre d’Israël est le centre du monde, et Jérusalem est le centre de la terre d’Israël ».

Cette autosatisfaction a résonné dans un café de Jérusalem-Ouest récemment, au cours d’une conversation que j’avais avec plusieurs Israéliens. Un jeune Israélien assis à la table s’est mêlé brusquement à la conversation en disant « Le monde regarde vers Jérusalem. Jérusalem est le centre du monde, et Jérusalem est la capitale d’Israël. Tout le monde a besoin de Jérusalem, et tout le monde devra parler avec Israël. »

C’est pour cela que, désespérément, Israël veut sa Grande Jérusalem.

Source: http://weekly.ahram.org.eg/2009/956/special.htm

Traduction et sous-titrage: JPP


Lien de l'article: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7015

Les députés et les ministres de Gaza font donation de leurs salaires

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 31 juillet 2009



(Photo CPI)





Gaza – CPI

Ismaël Haniyeh, premier ministre palestinien, a déclaré que les ministres et les députés de la bande de Gaza ont décidé de faire donation de leurs salaires du mois de juillet. Cette donation a été faite pour venir en aide aux ouvriers et nécessiteux, surtout à la veille du mois béni de Ramadan.

Haniyeh a annoncé cette nouvelle lors de son discours de vendredi donné dans la mosquée de Bilal.

En effet, le gouvernement, au complet, comprend la situation difficile des ouvriers, des pêcheurs et des nécessiteux qui souffrent sous le blocus imposé par les occupants israéliens.

Malgré toutes les conspirations et cet injuste blocus, le gouvernement peut assurer les salaires de quelque trente mille fonctionnaires et les dépenses de leurs ministères, souligne Haniyeh.

Finalement, il a indiqué que son cabinet tâche à assurer un salaire stable à quelque 80 mille ouvriers. Il fait tout pour venir en aide à toute la population.


Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7Ga51%2fc7oFEj71f6EjkjkQ58kk%2fiXdfoFhFHLCfZu0QrlYT78KduXripbgbp4Kbfmw4wttitOQSfSDYW9HX1gjjxU%2f0cUeRHT6JMbd8TEZSc%3d

Le Fatah annonce le programme et les règles électorales de sa Conférence

Publié sur le site The International Solidarity Movement le 31 juillet 2009
Par Maan News


Le comité d’organisation du Sixième Congrès du Fatah a diffusé le calendrier final de la réunion historique, qui doit débuter le 4 août à Bethléem, ainsi que les directives concernant les élections au Comité Central et au Conseil Révolutionnaire du parti.

Mardi 4 août

9h-11h : Le leader du Fatah et président palestinien Mahmoud Abbas ouvrira la conférence et fera un discours.

12h-15h : Les membres du Fatah venant de l’étranger s’adresseront aux participants au Congrès.

16h-22h : Les délégués entameront des discussions autour du calendrier de la conférence et prépareront une liste de rapports à soumettre au Comité Central. Abbas devrait proposer un rapport soulignant les préoccupations politiques, sécuritaires et financières du parti.

Mercredi 5 août

Matin : Discussion générale.
Les candidatures aux comités du parti, dont le Comité Central, seront entérinées. Tous les candidats devront remplir une série de formulaires qui seront examinés par les participants au congrès.

Après-midi : Poursuite de la discussion générale.
Des élections préliminaires détermineront la liste finale des candidats.

Jeudi 6 août

Matin : Discussion générale.

Après-midi : Elections du Comité – chaque membre participant à la conférence élira 18 membres pour le comité central, et il y aura un comité pour superviser le processus électoral.
Annonce des résultats.

Dispositions générale de la nomination et des élections au Comité Central du Fatah et au Conseil Révolutionnaire du Fatah

1. La conférence élira parmi ses membres un comité spécial, nommé Comité d’organisation et du supervision, qui sera chargé de superviser le processus de nomination et d’élection. Le comité sera composé de membres qui n’auront pas posé leur candidature au Comité Central du Fatah ou au Conseil Révolutionnaire.

2. Les candidats peuvent poser leur candidature pour des postes au Comité Central du Fatah ou au Conseil Révolutionnaire. Les candidats doivent être éligibles à ces postes aux comités selon les statuts amendés proposés par le Comité Préparatoire.

3. Les candidats à un poste soit au Comité soit au Conseil devront payer une cotisation qui sera déterminée pendant la discussion générale.

4. La présidence de la commission annoncera les résultats des élections après les avoir d’abord affichés au tableau des annonces de la conférence.

5. Le processus électoral sera libre, transparent et honnête, en accord avec les dispositions adoptées par la présidence de la commission et la présidence du comité d’organisation et de supervision.

6. Le processus de vote utilisera des urnes scellées à la cire rouge et signées par la présidence de la conférence et la présidence du comité d’organisation et de supervision.

7. Un comité composé du Comité Exécutif actuel et de plusieurs personnalités nationales contrôlera le processus électoral et s’assurera de son intégrité, en accord avec les dispositions d’intégrité et de transparence.

8. Le processus de dépouillement sera manuel, dans une salle fermée où la présidence de la conférence et la présidence du comité d’organisation et de supervision et le comité de contrôle supervisera et comptera les bulletins.

9. Le contrôle du comptage sera également disponible par vidéoconférence et les noms des candidats en tête et gagnants seront lus à haute voix pour être entendus par tous les délégués.

Source: http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=215804

Traduction: MR pour ISM


Lien de l'article: http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12418&type=communique

Les résistants des Naser Salahuddin Brigades affrontent les soldats de l’occupation à l’est de Khan Younis

Publié sur le site The International Solidarity Movement le 31 juillet 2009
Par Palestine Info


Les Brigades Naser Salahuddin (NSB), la branche armée des Comités Populaires de Résistance, ont annoncé que leurs combattants s’étaient affrontés ce matin à l’aube avec un groupe de soldats de l’occupation israélienne qui s’était infiltré dans la Bande de Gaza, à l’est de Khan Younis.



(Photo ISM)



Dans son communiqué, NSB déclare que les affrontements ont eu lieu à 2h15 du matin, à l’est de Khuza’a, près de Khan Younis, ajoutant que les combattants de la résistance étaient rentrés sains et saufs à leur base.

NSB ajoutent de plus que cette opération prouve que ses combattants sont en alerte, et qu’ils déjoueront toute tentative d’infiltration de l’armée d’occupation dans la Bande de Gaza, nuit et jour ; ils soulignent également qu’il est du devoir de la résistance armée de libérer toutes les terres palestiniens de l’occupation.

Source: http://www.palestine-info.co.uk/en/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7LEih7jtUAaYmwkftbW93ZumzmollWpE79DFiE%2fkQqCKZllw7YYcWy2i%2by63mu4AqhUa831wQsXOa%2f2bKWHte7GU0Uta41JkG8ZIC3FAI5y4%3d

Traduction: MR pour ISM


Lien de l'article: http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12417&type=communique&lesujet=Résistances

Neuf familles du sud de Naplouse reçoivent des ordres de démolition

Publié sur le site The International Solidarity Movement le 31 juillet 2009
Par Maan News


Les troupes israéliennes ont remis des ordres d’arrêt des travaux, connus en Palestine comme « avis de démolition », à neuf familles palestiniennes du village de Yatma, au sud de Naplouse. Les ordres donnent aux résidents 30 jours pour évacuer les secteurs où les maisons sont en construction.

Ghassan Doughlus, expert local en démolition de maisons, a dit que des soldats venant de la colonie voisine de Rechelim, avaient envahi le village dans la nuit de jeudi. Les soldats ont réveillé les familles endormies pour leur remettre les notices.

Doughlus a dit qu’un avocat avait déjà été appointé pour faire appel aux ordres. Il représentera les intérêts des individus suivants :

Wa’el Abdel Aziz Najjar
Musa Wajih Najjar
Nabhan Tawfiq Najjar
Tamer Muhammad Hilal Najjar
Fadi Abdel Rahim Sonbar
Yasser Ahmad Sonbar
Muhammad Mahmod Sonbar
Ayad Mohammad Sonbar
Abdel Rahim Muhamad Sonbar.


Source: http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=215930

Traduction: MR pour ISM


Lien de l'article: http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12419&type=communique&lesujet=Démolitions de maisons

Au Fatah : Ne permettez pas à Dayton de contrôler votre convention

Publié sur le site The International Solidarity Movement le 31 juillet 2009
Par Khaled Amayreh

Je pense qu’on peut dire avec certitude que virtuellement, tous les Palestiniens, le Hamas compris, aimeraient voir le prochain Congrès du Fatah réussir à réhabiliter le mouvement, principalement en le dégageant du bourbier de la corruption, de la trahison et de la « coordination sécuritaire » avec Israël, l’occupant néo-nazi de notre patrie et bourreau de notre peuple.

(Image ISM)
Proposition d'Etat palestinien, par Carlos Latuff (2009)


Le Fatah est un grand mouvement et on ne peut nier son rôle dirigeant dans la lutte palestinienne contre le colonialisme sioniste. Mais il est tout aussi vrai que depuis de nombreuses années, le Fatah s’est métamorphosé en une « force contre-révolutionnaire » travaillant, sciemment ou non, contre les intérêts nationaux du peuple palestinien.

Les responsables et porte-paroles du Fatah réfutent bruyamment de telles descriptions. Cependant, les faits parlent d’eux-mêmes. L’inquisition en cours contre le Hamas en Cisjordanie, en totale coordination avec l’armée israélienne d’occupation, est une preuve flagrante qui souligne jusqu’où le Fatah a dévié de ses buts originaux. Cette honteuse alliance entre l’Autorité Palestinienne dominée par le Fatah contre les forces de la résistance transforme de fait les forces de sécurité soutenues et financées par les USA en une entité collaborationniste, un Judenrat palestinien.

Je sais que les mots peuvent sembler durs et blessants, mais la vérité doit être dite, même au risque de déranger et de s’aliéner beaucoup de gens. Un traitement douloureux est souvent nécessaire pour éradiquer une maladie maligne.

La raison d’être originale du Fatah a toujours été de libérer la Palestine et de permettre aux réfugiés palestiniens, brutalement déracinés de leur patrie ancestrale, de rentrer chez eux.

Toutefois, depuis le scandaleux Accord d’Oslo, la principale fonction du Fatah a été redéfinie et réorientée vers un combat contre « les ennemis de la paix » et « les extrémistes », dans le but d’obtenir un certificat de bonne conduite des criminels sionistes et de leurs partisans et alliés occidentaux.

De nombreux dirigeants du Fatah, importants mais crédules, pensaient naïvement qu’Israël les récompenserait d’un Etat en échange de leur soumission à Israël. Mais, au lieu d’obtenir un Etat palestinien avec Al-Quds comme capitale, comme le mantra de l’ère Oslo l’a constamment invoqué, Israël a constellé la Cisjordanie de centaines de colonies malignes, a amplifié le nettoyage ethnique de Jérusalem Est et a presque réussi à redéfinir la cause palestinienne d’une lutte contre une occupation étrangère et l’apartheid en un conflit palestino-palestinien entre le Fatah et le Hamas.

Cette distorsion kafkaïenne scandaleuse de la lutte palestinienne ne serait pas arrivée si une direction du Fatah indépendante avait empêché certains voyous au sein du mouvement, qui obéissaient aux moindres volontés des USA et d’Israël, d’enflammer une guerre civile inter-palestinienne qui a finalement forcé le Hamas à déloger les provocateurs criminels de la Bande de Gaza.

Nous espérons vivement qu’il n’est pas trop tard pour que les forces indépendantes d’esprit au sein du Fatah redressent la situation et réparent les immenses dommages faits par les saboteurs et les apostats qui se sont déguisés en patriotes palestiniens, avec un cœur et une mentalité de traîtres.

Aujourd’hui, le Fatah est aux prises avec une foule de problèmes compliqués qui mettent en danger la survie même du mouvement en tant que mouvement de libération.

D’abord, le Fatah doit gérer les contrecoups de la mort de Yasser Arafat, qui, en dépit de toutes ses erreurs et ses défauts, s’était arrangé pour préserver la cohésion du mouvement national palestinien.

Aujourd’hui, une nouvelle structure de pouvoir a été créée, une structure de pouvoir qui considère comme anachronique et même répugnante la résistance nationale contre l’occupation israélienne.

De plus, cette structure de pouvoir est prête à tout pour sauvegarder ses intérêts criminels. Nul besoin de dire que l’appareil actuel de police d’Etat en Cisjordanie montre qu’on ne peut compter sur la junte de Ramallah et ses nombreuses cohortes et parasites pour s’occuper du fardeau national. Ils sont simplement trop soumis à Israël et trop asservis à leurs propres intérêts partisans pour représenter honnêtement la véritable conscience collective du peuple palestinien et son interminable lutte pour la liberté et la justice.

En conséquence, pour les forces indépendantes d’esprit au sein du Fatah, il serait faux de penser que le seul but derrière la « coordination sécuritaire » avec Israël est de combattre ou d’érle Huer le Hamas. En vérité, le véritable objectif est d’intimider, d’étouffer et si nécessaire d’éliminer toute opposition à toute tentative de liquidation de la cause palestinienne. C’est pourquoi les hommes et les femmes libres au Fatah qui seraient tentés de dire « NON » à un règlement imposé qui perpétuerait la domination israélienne sur la terre et la vie palestiniennes, doivent être écrasés par les soldats sans foi de Dayton, qui ont subi un lavage de cerveau tel qu’ils croient que l’ennemi du peuple palestinien est « le Hamas et les forces de la résistance », et non Israël.

Deuxièmement, les forces indépendantes du Fatah doivent aussi reconnaître qu’au cours des dernières années, s'est installée au Fatah, une énorme bureaucratie de fonctionnaires, employés, opérateurs, commandants de la sécurité et business men, dont les intérêts et le bien-être financier et économique dépendent largement de la préservation du statu quo, à savoir la persistance de la relation maître-esclave entre Israël et l’Autorité Palestinienne.

Ces gens se battraient bec et ongle pour prolonger ou même perpétuer la situation actuelle, c’est-à-dire la soumission et l’assujettissement de l’AP à l’occupation israélienne.

De plus, c’est un secret de polichinelle que la survie financière du Fatah dépend en grande partie des coffres du gouvernement de Salam Fayyad soutenu par les USA. Tout effort véritable que ferait le Fatah pour se délivrer de la mainmise USraélienne rencontre donc une forte résistance du gouvernement Fayyad.

Il y a bien sûr ceux qui croient qu’une des principales raisons de la nomination du gouvernement Fayyad est d’émasculer et de « domestiquer » le Fatah. Malheureusement, cette vision des choses est justifiée par les événements des dernières années.

Cela signifie que le Fatah ne peut pas exercer sa libre volonté, même s’il le souhaite, aussi longtemps qu’il reste financièrement dépendant des coffres du gouvernement Fayyad. Ce qui force finalement le Fatah à choisir entre deux options : se coaliser dans la structure gouvernementale de l’AP et dire au-revoir à toute prétention de résistance, ou être financièrement indépendant pour être politiquement libre et capable de résister aux diktats israéliens.

Vous ne pouvez pas dire « Non » à la main qui vous nourrit.

Le Fatah devrait se consacrer à mettre fin à la scission avec le Hamas aussi vite que possible en purgeant ses rangs des agents israéliens, et, c’est triste, mais ils sont nombreux. Il devrait se rendre compte que seul, il ne peut atteindre les objectifs de libération et d’indépendance. C’est pourquoi un des objectifs centraux de la Conférence du Fatah doit être la reprise des relations avec le Hamas et la restauration de l’unité nationale palestinienne.

Il est tout simplement inacceptable et scandaleux, pour un mouvement de libération, que certains de ses dirigeants disent aux commandants de l’armée d’occupation israélienne que « Nous sommes alliés, et nos buts sont les mêmes, et notre ennemi commun est le Hamas. » Il y a encore quelques années, proférer de telles paroles aurait été durement sanctionné.

C’est pourquoi de tels gens ne doivent pas rester à leurs postes, et encore moins au Fatah, une minute de plus.

Enfin, la réelle contradiction est entre nous, le peuple palestinien, et Israël, l’occupant néo-nazi de notre pays, pas entre nous, les Palestiniens. C’est ce que chaque Palestinien, et chaque membre du Fatah, devrait comprendre.

Traduction: MR pour ISM

Lien de l'article: http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12416&type=analyse&lesujet=Résistances

Pénurie de médicaments : une catastrophe humaine menace les malades de Gaza

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 31 juillet 2009

(Photo CPI)

Gaza – CPI
Le bureau de pharmacie au ministère de la santé a déclaré l’épuisement de quatre-vingts sortes de médicaments des plus essentiels. Des médicaments concernant les tumeurs, les maladies du rein, entre autres. Ce manque est une conséquence naturelle de ce blocus imposé par les occupants israéliens depuis trois ans.

Dans un communiqué dont notre Centre Palestinien d’Information (CPI) a reçu une copie, hier jeudi, Dr. Youssef Al-Modelel, directeur général au ministère, a attiré l’attention sur une catastrophe immédiate menaçant des centaines de malades palestiniens, surtout ceux dont l’état est grave.

Encore une fois, Al-Modelel a adressé un appel de détresse aux organisations humanitaires et juridiques pour permettre aux médicaments d’entrer dans la bande de Gaza avant que n’ait lieu une catastrophe.

L’épuisement de médicament représente une sonnette d’alarme, surtout du fait que la plupart des malades ne puissent voyager pour chercher le soin nécessaire.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s755Qk57Ztr3Sf%2bnmKvRLvj1v3pCy54P7CfAqbRoAtxX%2fKgwxn4hsjgyndifeddzQLy9lZqro48tLdjBk3jRXPG2noHK5uDYzzWc8zh2bjw48%3d

Martyrs: Le martyr Hayel Abou Zaïd a passé le clair de sa vie dans les prisons israéliennes

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 31 juillet 2009

(Photo CPI)

Ramallah – CPI
Le martyr Hayel Abou Zaïd est originaire du mont syrien du Golan, tojours occupé par les Israéliens. Il a passé une vingtaine d’années de sa vie dans les prisons de l’occupation israélienne. Et c’est la prison qui a été la cause directe de sa mort. La négligence médicale, la torture et toutes sortes d’agressions pratiquées contre lui, contre tous les captifs palestiniens d’ailleurs, ont fait de lui un homme fantôme. Six mois seulement après sa sortie de prison, il est parti auprès de son Seigneur se plaindre de ces occupants inhumains.

Le 7 juillet 2009, nous avons vécu la quatrième commémoration du départ de ce héro. Un exemple de ce que les captifs palestiniens subissent dans les prisons israéliennes : toutes sortes d’agressions et de négligences dont surtout cette négligence médicale qui n’arrête de tuer des centaines de captifs palestiniens.

Dans un rapport dont notre Centre Palestinien d’Information (CPI) a reçu une copie, le centre Ahrar, Libres, expose quelques phases de la vie de Hayel, phases de lutte contre ceux qui occupent sa patrie.

Des traces évidentes

Le martyr captif Hayel a passé vingt ans de sa courte vie dernière les barreaux israéliens. En effet, il n’a respiré l’air de la liberté que pendant dix-sept ans.

Lorsqu’il a vu sa terre syrienne du Golan occupée par les Israéliens, avec d’autres jeunes Syriens, il a formé le groupe « Le mouvement de la résistance secrète ». Quelques temps plus tard, les occupants ont mis la main sur lui pour le condamner à une incarcération de 27 ans dont il a purgé 20 années, avant d’être relâché pour aller mourir chez les siens !

Dans les prisons, Hayel n’était jamais au goût de l’occupant. Il organisait ses collègues. Il organisait des actions, des grèves. Un défi permanent pour l’occupant, au prix fort de sa jeunesse, puis de sa vie tout court.

Hayel adorait sa terre et celle de la Palestine.

La naissance

Hayel Hossein Abou Zayd est né dans le village de Majdel Chams, le 1er juillet 1968.

Dès sa petite enfance, il se montrait actif contre les autorités israéliennes d’occupation. Il faisait face aux soldats d’occupation, avec le bâton s’il le fallait. Petit à petit, un mouvement bien organisé s’est mis à barrer la route aux occupants.

Enlèvement et jugement

Hayel n’avait pas encore 17 ans lorsqu’une grande force israélienne a investi sa maison pour le kidnapper.

Pourtant, l’interrogation a montré qu’il avait une endurance héroïque. Les occupants n’ont pas pu tirer un seul mot de lui.

Un chef en captivité

Après avoir été condamné à 27 ans de prison ferme, il n’a pas arrêté ses activités. Il est vite devenu un chef en captivité. Il a mené bien des grèves, surtout cette grève ouverte de 1992 et la célèbre mutinerie d’Asqalan de 1991.

Hayel était si gênant pour les occupants qu’ils lui interdisaient de voir son père agonissant.

La maladie

Le 6 décembre 2004, il a été hospitalisé pour un cancer du sang. Il est resté dans l’hôpital, les mains et pieds enchaînés !

Les bourreaux israéliens ne l’ont relâché qu’après être devenu un fantôme de lui-même, un mort-vivant. Six mois seulement après sa sortie de l’hôpital, il a quitté ce bas monde.

Fouad Al-Khafach, directeur du centre Ahrar, appelle à l’ouverture d’une enquête internationale pour mettre sous lumière les cas de ces centaines de Palestiniens qui perdent la vie à cause du mauvais traitement pratiqué par les occupants israéliens dans leurs prisons.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7nN8p6I966tuJ4SNfdIm9A5G8UlLUxs9j68xniGAbviuZvHZIBL2k%2bcQgGFtqy4aXJpTP%2bSF2KGAx4AQNBFJuGG98mW5N%2fEIOWBAEfcA9A8U%3d

Cette année scolaire était une des plus difficiles

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 31 juillet 2009



(Photo CPI)


Khan Younis – CPI

Le bureau de l’éducation du département de Khan Younes a organisé une fête pour célébrer la fin de l’année scolaire 2008-2009. Dr. Mohammed Asqoul, ministre de l’éducation, y était présent, et il y a donné un discours.

Cette année scolaire qui vient de prendre fin était la plus difficile dans toute l’histoire de l’éducation. Nos enfants ont cependant pu vaincre toutes les difficultés. Les résultats étaient meilleurs que l’année dernière. Même meilleurs que ceux de quelques pays arabes, pourtant politiquement stables.

Le ministre a ainsi félicité les élèves, tout en assurant que son ministère mettra tout à leur service.

Les élèves qui ont réussi avec mention auront toute l’attention du ministère, dit de son côté le directeur de l’éducation du département de Khan Younes. Ils ont eu le droit à des cadeaux particuliers, et leurs écoles à des attestations d’excellence.


Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1sTdnLt0EYTdnLU9CAopwHrQCoQ76GhfMwQnHZ3JfMNa7o8hzAcWb4Ughhdzgre8gexZusZRx7sAE80DWNwyAEuzGdCd5%2fkiCMGyrJJV9E28k0%3d

Diaporama de la journée du 30 juillet 2009 en terre de Palestine

Lien du diaporama: http://fr.news.yahoo.com/photos/diaporama/israel-palestine.html

Let Them Eat Kenafah – A Poem

Lien de l'article: http://palestinechronicle.com/view_article_details.php?id=15315

Jewish Fundamentalists Storm al-Aqsa Mosque

Lien de l'article: http://palestinechronicle.com/news.php?id=19d59bb77449c455a349d6e51298c7f4&mode=details#19d59bb77449c455a349d6e51298c7f4

Le réseau des mosquées appelle à faire la prière à al Aqsa pour la défendre

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 30 juillet 2009

(Photo CPI)

Gaza – CPI
Le réseau des mosquées a averti des conséquences dangereuses du silence des arabes et des musulmans envers les attaques sionistes continuelles contre la mosquée d'al Aqsa et la ville d'al Qods.

Il a appelé les habitants de la ville sacrée d'al Qods et les palestiniens qui habitent dans les territoires occupés en 1948, à se diriger vers la mosquée d'al Aqsa pour faire leur prière et la défendre des agressions sionistes.
Dans un communiqué dont le centre Palestinien d'information a reçu une copie, le réseau a appelé, le mercredi 29/7, les savants de la nation arabe et islamique ainsi que ses leaders à se réunir pour discuter des violations sionistes contre la ville occupée d'al Qods et prendre des pas sérieux pour la défendre et arrêter les violations sionistes.

Il a appelé les leaders de la nation et les hommes libres dans le monde à faire face aux sionistes qui tentent de démolir la mosquée sainte d'al Aqsa.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s76P9UmMtHJi4MIgUychf48B23Hs4JmWGsD683QZye7Aeq%2bfq3rsh2tyk%2fwMEF1dDLU7U6M5dRxIXgN2w2oMJ55%2ftvDDutUJp1AFz3EW2WFKU%3d

jeudi 30 juillet 2009

Al-Aqsa face à un danger « réel, immédiat »

Publié sur le site D'Alter Info le 30 juillet 2009
Par Khaled Amayreh

Les Palestiniens sonnent l’alarme sur les fouilles ininterrompues d’Israël sous Haram al-Sharif (le Sanctuaire Noble) à Al-Quds (Jérusalem Est occupée), qui posent un danger « réel et immédiat » à sa Mosquée Aqsa, le troisième lieu saint de l’Islam.

« Les fouilles israéliennes et les creusements continus juste en dessous de l’esplanade d’Haram al Sharif ont d’ores et déjà causé des dommages irréparables à la stabilité des fondations de la Mosquée Al-Aqsa, » dit Sheikh Raed Salah (photo ci-contre), chef du Mouvement Islamique, à IslamOnline.net.

Salah, qui surveille de près les fouilles israéliennes dans la Vieille Ville d’Al-Quds depuis plus de 25 ans, dit qu’Israël ne prête aucune attention aux protestations des pays arabes et musulmans sur les périls que ses fouilles posent aux lieux saints islamiques.

Ces dernières années, le gouvernement israélien, en coordination avec un puissant groupe de colons, a commencé à creuser un énorme réseau de tunnels sous la Vieille Ville.
Israël décrit les tunnels comme « des projets touristiques » qui ne constituent aucune menace aux lieux saints islamiques.

Cependant, les organisations palestiniennes et quelques israéliennes, dont le Comité israélien contre la démolition de maisons (ICAHD), pensent que le but ultime est de créer un itinéraire d’accès souterrain pour attaquer Al-Aqsa et d’autres lieux du secteur.

L'année dernière, un avocat israélien représentant le groupe anti-colonies, Ir Amin, a révélé que des colons financés par le gouvernement essayaient d'établir "des faits irréversibles" comme partie d'un projet de prise de contrôle.

« Il ne fait aucun doute que les fondations d’Aqsa sont minées par ces tunnels et autres fouilles, » maintient Sheikh Salah.

« Il n’est pas nécessaire d’être un grand architecte pour s’en rendre compte. Nous avons déjà découvert des trous et des fissures sur tout le site. »

Une section de la cour de la Mosquée Aqsa a cédé l'année dernière suite aux fouilles israéliennes.

L’effondrement s’est produit près de la fontaine Qaitbay, dans la section occidentale de la mosquée.

Le trou, profond d'un mètre, est considéré comme un signe avant-coureur alarmant de ce qui va se passer dans l’avenir.

Une école dans le quartier Silwan s'est aussi partiellement écroulée en raison des fouilles israéliennes dans le secteur.

Démolir Al-Aqsa

Sheikh Salah dit qu’il est absolument certain qu’Israël veut détruire la Mosquée.

« Ils veulent le faire de manière à ce que ça apparaisse comme le résultat de causes naturelles, comme un tremblement de terre. »

Salah dit qu’Israël a un « projet diabolique » et le met en œuvre pendant que les Musulmans continuent d’observer et se contentent de protestations verbales.

« Ce ne sont pas des réactions verbales qui arrêteront les desseins israéliens contre les lieux saints islamiques, en particulier la Mosquée Aqsa, » souligne-t-il.

« Il faut que les peuples et les gouvernements musulmans prennent des initiatives.
Les Musulmans doivent dire avec force à Israël et à ses partisans que les lieux saints islamiques à Al-Quds sont une ligne rouge. »

Al-Aqsa est le premier Qiblah des Musulmans [la direction vers laquelle se tournent les Musulmans pour les prières] et c'est le troisième lieu saint après Al Ka’bah, à La Mecque, et la

Mosquée du Prophète Muhammad à Médine, en Arabie Saoudite.

Sa signification a été renforcée par l'incident d'Al Isra’a et Al Mi'raj - le voyage nocturne de La Mecque à Al-Quds et l’ascension aux cieux du Prophète Muhammad (Paix et Bénédictions Sur Lui).

Des leaders religieux israéliens, y compris des membres de la Knesset, ne font aucun secret de leurs plans quant à Al-Aqsa.

Les Fidèles du Mont du Temple, un groupe fanatique extrémiste, s’est consacré à la démolition de la Mosquée Aqsa et du Dôme du Rocher.

L’Institut du Mont du Temple, autre société juive extrémiste, a préparé des plans détaillés pour la reconstruction du présumé Temple de Salomon sur les décombres d’Al-Aqsa.

Il a une grande maquette du temple, des vêtements spéciaux pour ses rabbins, des lieux spéciaux pour des offrandes sacrificielles, un calice d'encens, des navires de cuivre pour des offrandes de repas, un navire d'argent pour la libation de vin et d'autres ustensiles d’offrande.

Sans exagération

Ces dernières années, les autorités d'occupation israéliennes ont permis aux extrémistes juifs de prier à l'intérieur de l'esplanade Sharif Al-Haram.

Les fonctionnaires des Dotations Religieuses Musulmanes ont averti que permettre aux Juifs de prier à Haram n’est qu’une partie d’un plan plus large visant à usurper les lieux saints islamiques.

« Je pense qu'ils veulent s’assurer de prendre pied, pour plus tard consolider et étendre la présence juive, » maintient Sheikh Muhammed Hussein, Chef du Conseil Suprême Musulman qui supervise le Haram al-Sharif.

« C’est la raison pour laquelle les Musulmans du monde entier, les peuples et les gouvernements, doivent protester à voix haute contre cette agression flagrante et provocante du caractère sacré des sanctuaires islamiques. »

Sheik Raed Salah, qui se consacre à dénoncer les plans israéliens à Al-Quds, dit que les Musulmans du monde entier devraient se rendre compte que ses avertissements répétés ne sont pas du tout exagérés.

« Quand les Musulmans se rendront-ils compte que les dangers sont réels ? Quand la Mosquée sera détruite et que la nouvelle de sa destruction paraîtra sur Al-Jazeera ? »

Il a un message clair aux Musulmans et à tous ceux pour qui al-Quds et Al-Aqsa comptent.

« Seul un réveil véritable et rapide des Arabes et des Musulmans peut aider et c'est exactement ce que nous essayons d'effectuer. »

Source: Islam On Line
Traduction: MR pour ISM

Lien de l'article: http://www.alterinfo.net/Les-autorites-de-l-occupation-imposent-un-siege-contre-la-mosquee-d-al-Aqsa_a35171.html

Israël autorise la première livraison de ciment à Gaza depuis l’opération Plomb Durci

Publié sur le site Palestine News Network le 30 juillet 2009
Par Leyla Jad

GAZA – Les autorités israéliennes ont autorisé une livraison de ciment pour la première fois depuis l’offensive militaire contre la bande de Gaza, l’hiver dernier.

Raed Fattouh, un fonctionnaire du ministère palestinien d’Economie, a confirmé le mercredi 29 juillet que le ciment, acheminé par l'UNRWA, devrait passer par le points de passage de Kerem Shalom.

Un responsable du ministère de la Défense a déclaré que cette livraison exceptionnelle, qui comprend aussi de l’acier, devrait être acheminée «dans les prochaines semaines». Les 310 tonnes de ciment seront destinées à la reconstruction d'un centre de traitement des eaux usées, d'un moulin et du cimetière britannique, détruits durant l’attaque israélienne.

Israël a interdit l’acheminement de ciment et d’autres matériaux absolument nécessaires à la reconstruction du territoire palestinien, durement attaqué. Des quartiers entiers ont été rasés par les forces israéliennes et plus de 1500 Palestiniens tués.

Les Gazaouis ont recommencé à réparer leurs habitations avec du matériel trouvé dans les bâtiments bombardés, mais aucun réel processus de reconstruction n’a pu commencer.

La bande de Gaza est soumise à un strict blocus de la part d’Israël depuis que la prise du contrôle du Hamas en 2007.

Lien de l'article: http://french.pnn.ps/index.php?option=com_content&task=view&id=4291

L’AP se prépare à des arrestations massives

Publié sur le site Palestine News Network le 30 juillet 2009
Par Leyla Jad

RAMALLAH – Une campagne d’arrestations de dizaines de responsables du Hamas est en train d’être préparée par les sources de la sécurité de l’Autorité Palestinienne.

Les services de sécurité ont dressé une liste de plus de 100 membres du Hamas, y compris de députés du Conseil législatif.

Il s’agirait d’une réponse au refus du Hamas, le mouvement islamique qui gouverne dans la bande de Gaza, de permettre aux dirigeants du Fatah dans la bande de Gaza d’assister à la sixième conférence du Fatah, qui se tiendra à Bethléem la semaine prochaine.

Environ 1750 personnes y participeront.

Lien de l'article: http://french.pnn.ps/index.php?option=com_content&task=view&id=4286

Le rêve sioniste vu par les historiens

Publié sur le site info-palestine.net
Par Morsi Attalla - Al-Ahram/hebdo

L’unique moyen de connaître les intentions et les objectifs réels de l’Etat hébreu est de traverser l’esprit et la pensée israéliens, puisque dans n’importe quelle société l’esprit des écrivains et penseurs constitue la meilleure expression de la conscience, des ambitions et des rêves de cette société.

(Photo Info-Palestine)

Je ne suis pas d’accord avec ceux qui s’opposent à la traduction des ouvrages israéliens, qu’ils soient en hébreu, en anglais ou en français. La traduction n’a rien à voir avec la normalisation, de plus cette position de refus constitue une certaine arriération et un éloignement de la méthode scientifique que nous avions adoptée après la défaite de 1967 et qui se base sur le principe « Connais ton ennemi ». L’unique moyen de connaître les intentions et les objectifs réels de l’Etat hébreu est de traverser l’esprit et la pensée israéliens, puisque dans n’importe quelle société l’esprit des écrivains et penseurs constitue la meilleure expression de la conscience, des ambitions et des rêves de cette société.

De plus, les écrits et les études dévoilent les tendances des lignes générales de la politique de chaque Etat. Cela n’empêche tout de même pas d’être prudent, car tout ce qui est écrit, en particulier en Israël, n’exprime pas nécessairement la vérité de l’esprit de la société israélienne dont la composition est très particulière.

Israël est un Etat où les nationalités d’origine sont nombreuses et où les rôles sont très bien distribués. De plus, grâce au patrimoine juif, l’Etat hébreu sait bien employer les systèmes culturels, intellectuels et médiatiques comme des tubes à essai prêts à être employés selon des objectifs très précis et des dates bien fixes. Il y a des années, le monde arabe a été ébloui par un nouveau courant intellectuel en Israël portant le nom de « Nouveaux historiens », dont le plus célèbre était le penseur et écrivain juif Benny Morris. Celui-ci, avec un nombre d’écrivains comme Tom Segev, avait guidé une campagne appelant à la révision de l’Histoire israélienne en effectuant une nouvelle lecture objective. Son ouvrage le plus célèbre Rightness Victims semblait apparemment impartial en critiquant les politiques et les pratiques israéliennes contre les Palestiniens. Mais le contenu dévoile une croyance profonde du rêve sioniste qui aspire à la fondation d’un Etat juif sur les territoires palestiniens. Ceci signifie que la critique des nouveaux historiens se concentre sur le moyen d’exécuter le rêve sioniste au niveau de sa forme et non pas celui de sa légitimité. En fin de compte, l’objectif est de prouver le droit hébreu en Palestine et de justifier les pratiques atroces contre les Arabes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, c’est-à-dire pendant la phase de préparation du projet sioniste armé.

Source: http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2009/7/29/opin4.htm

Lien de l'article: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7036

Les Sarayas d'al Qods s'accrochent avec une force sioniste près de Kissoufim

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 30 juillet 2009

Photo CPI)

Khan Younès – CPI
Les résistants des Sarayas d'al Qods, la branche militaire du mouvement du Djihad islamique en Palestine, se sont accrochés avec une force sioniste spéciale près du poste militaire sioniste de Kissoufim, en la ciblant avec 6 obus de mortier, aujourd'hui à l'aube, le jeudi 30/7.

Dans un communiqué militaire dont le centre Palestinien d'information a reçu une copie, les Sarayas d'al Qods ont dit qu'un groupe de ses unités s'est accroché avec une force sioniste qui s'est infiltrée dans les terres agricoles palestiniennes, près du regroupement colonial sioniste de Kissoufim, situé à l'est de Khan Younès en la ciblant avec 6 obus de mortier.

Elles ont dit que cette opération vient dans le cadre de la riposte de la résistance palestinienne aux agressions et attaques sionistes continuelles contre le peuple palestinien.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7ev%2fQt2%2fVBpVosWB6YS%2fR3yx0MESasgDmluKVreybFe2wuHCXwAHlLxZUvxNIU7PhMAf09JuwbAJZCacDv5OZKe7v0xKJrCRB60xk6B%2feqeQ%3d

Les milices d'Abbas exécutent un massacre contre les partisans du Hamas à Bethléem

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 30 juillet 2009

(Photo CPI)

Bethléem – CPI
Des sources bien informées ont dit au centre palestinien d'information que les milices du président sortant, Mahmoud Abbas, lancent une vaste campagne d'arrestation, non précédente, contre les leaders et partisans du mouvement Hamas dans la ville de Bethléem, en les torturant sauvagement dans les prisons de l'autorité.

Les sources ont dit que les partisans du Hamas s'exposent à différentes sortes de tortures dans les prisons de l'autorité, en Cisjordanie occupée.

On note que les milices d'Abbas ont enlevé le captif, Eyad Habib, après sa libération des prisons sionistes, en l'empêchant de voir sa famille.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7mg5yDeP7Nf0CWrCcqo1hXKkxWc3xPeFx%2bBWaOceD6vEgFdQcFiCWmpqPnRTuxDRwiy7JQuwN6qLv8oZvBzjqEcDwylWsbXRH00GFEFQXy3Y%3d

Al Masri:aucun membre du Fatah ne pourra sortir qu'après la libération de nos captifs en Cisjordanie

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 30 juillet 2009

(Photo CPI)

Gaza - CPI
Le député et dirigeant du Hamas, Mouchir Al Masri a affirmé que son mouvement n'acceptera pas la sortie d'aucun membre du Fatah de la Bande de Gaza, avant la libération de ses captifs politiques en Cisjordanie.

En condamnant la poursuite des punitions collectives, ainsi que es pratiques de tortures et d'humiliations des fils et enfants des martyrs, notamment les partisans du Hamas dans les prisons de l'autorité palestinienne, en Cisjordanie, Al Masri a confirmé, le mercredi 29/7, lors d'un discours au camp d'Al Nousseirate et d'Al Boureidj, que plus de 1000 partisans captifs du Hamas souffrent énormément, au moment ou les milices du président sortant, Mahmoud Abbas ont rendu à l'occupation plus de 100 soldats sionistes, en prétendant qu'ils se sont égarés en Cisjordanie.

Le leader du Hamas a condamné fortement la continuation des campagne d'arrestations hostiles contre les résistants palestiniens, en qualifiant les coopérations sécuritaires des milices d'Abbas avec l'occupation israélienne, de crime très flagrant contre tout ce qui est palestinien, et surtout liquidation de la question légitime et la résistance nationale palestinienne.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7s4lr12E2tLtVnEeOiav9SyviQeWky2gCGQ0UvudxqstqemZy4YXkjdMy4YXjy%2bUDIvl2LBChdgpYpXtvxkRImFV2PM83ZRGLvvbyBE96aNI%3d

L'enlèvement des députés palestiniens représente un terrorisme international

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 30 juillet 2009

(Photo CPI)

Gaza – CPI
La ligue internationale des parlementaires pour le soutien de la Palestine a affirmé que l'enlèvement des députés palestiniens par les forces occupantes sans aucune accusation représente une pratique terroriste refusée par toutes les lois internationales.

La ligue a exprimé sa condamnation à cette mesure sioniste illégale pratiquée contre les députés palestiniens.
Le secrétaire de la ligue internationale, Abdallah Kassir, a dit, le mercredi 29/7, dans un coup téléphonique avec les membres de la campagne internationale pour la libération des députés captifs, que la ligue a organisé une réunion en coopération avec le parlement belge pour discuter des moyens qui aident à activer la cause des députés palestiniens captifs dans les prisons sionistes.

Il a affirmé la réussite de cette réunion qui a reçu des réactions positives sur le niveau belge, tout en soulignant que la ligue va organiser, prochainement, des sit-in et des réunion dans le but d'activer la question des députés Palestiniens captifs sur tous les niveaux internationaux.

Kassir a considéré que ces activités viennent dans le cadre du travail de la ligue pour confirmer son refus et sa condamnation à l'enlèvement illégal des députés palestiniens par l'occupation qui viole, de façon très flagrante, toutes les lois et règles internationales.

"Les pratiques sionistes contre les députés palestiniens représentent un terrorisme refusé", a ajouté Kassir.

Enfin, il a déclaré que la ligue a contacté tous les parlementaires dans tous les pays du monde pour obtenir leur soutien à la question des députés Palestiniens captifs dans les prisons sionistes.
Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s73Yl6mD1jzmRkGxXELGxuzwM%2blAP%2bYbCxB1TPhPyYN7GB36bkwbz4BeHgq9%2fMS5IKAz31Jze1Ht5exDnIdxUi0TND%2f9ODa3O9K19GIvS3Ofw%3d

Le député Al Achkar : les aspirations et tentatives de Netanyahu vont échouer également

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 30 juillet 2009

(Photo CPI)

Gaza - CPI
Le vice-président du bloc parlementaire du Hamas, changement et reforme , Ismaïl Al Achkar, a affirmé que le Hamas représente la conscience très vive du peuple palestinien et le maintien à ses droits et principes face aux violations et crimes continuels sionistes, tout en s'attachant à la lutte et soulignant que les aspirations et tentatives très basses du premier ministre extrémiste, Benjamin Netanyahu, pour provoquer les palestiniens contre le Hamas, vont échouer comme celles de ses prédécesseurs, Charon et Rabin.

Lors d'une déclaration de presse, le mercredi 29/7, Al Achkar a affirmé que les palestiniens vont faire échouer, certainement, les aspirations honteuses de Netanyahu, en soulignant qu'Ariel Charon avait aussi déclaré que la sécurité de la colonie de Netzarim est la même que celle de Tel Aviv, mais Sharon est disparu, et que "Netzarim" a été évacuée, alors que les aspirations de leur prédécesseur, Rabin ont échoué également, malgré qu'il rêvait de s'éveiller, un jour, et que Gaza soit engloutie par la mer, mais bien au contraire, Gaza célèbre, aujourd'hui, sa victoire après la guerre globale sioniste.

Tout en insistant sur l'attachement et le soutien immuable de la résistance pour protéger les droits légaux, intérêts suprêmes et principes légitimes du peuple palestinien, Al Achkar a confirmé que le Hamas représente, aujourd'hui, un chiffre très importants et capital dans la scène palestinienne, notamment pour faire face aux violations et crimes incessants de l'occupation israélienne.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7MUtSgYEQYE%2bOziogiHCrnP%2fQusX97u%2fJJoKnr6EP9EWsNzBo%2fJW9x7uhK2tJr9tUJ3GBt3oteRc6AHXyR9XiU6BC6sAG4eOp0XWgzw%2fvWak%3d

Divertir Israël apartheid ne mérite aucune amnistie ! Lettre ouverte à Amnesty International

Publié sur le site The International Solidarity Movement le 30 juillet 2009
Par PACBI
En mai 2009, la Campagne Palestinienne pour le Boycott Universitaire et Culturel d’Israël (PACBI) a demandé au chanteur/poète Léonard Cohen de tenir compte de l’appel palestinien au boycott culturel d’Israël et de refuser toute complicité avec les violations du droit international par Israël en annulant son concert prévu en septembre en Israël, en particulier au vu des crimes de guerre d’Israël à Gaza au début de cette année.

(Photo ISM)

Selon un article du 28 juillet paru dans le Jerusalem Post[ http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1248277906714&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull ], Amnesty International USA a accepté de coopérer avec Cohen, une sorte de « retour aux affaires comme d’habitude ». Amnesty International USA servira de sponsor à un nouveau fonds qui blanchira l’argent levé au concert de Cohen en Israël en s’en servant pour financer des programmes pour « la paix ».

En tant qu’une des partisans les plus puissants au monde pour les droits de l’homme et le droit international, vous allez ainsi contrecarrer les efforts non violents et efficaces de la société civile palestinienne et internationale pour mettre un terme aux violations israéliennes du droit international et des principes des droits de l’homme.

Nous vous appelons à être cohérents avec vos valeurs et à retirer immédiatement votre soutien au concert inique de Léonard Cohen en Israël.

L’article du Jerusalem Post indique que Cohen et son staff, ayant été très critiqués pour leur tentative de normaliser l’occupation et l’apartheid d’Israël, essaient de blanchir le concert en Israël en se servant de la notoriété d’Amnesty International USA.

Selon l’article, « tous les bénéfices nets du concert de Léonard Cohen au Stade Ramat Gan le 24 septembre seront affectés à un fonds qui vient d’être créé au bénéfice d’organisations israéliennes et palestiniennes qui travaillent pour la réconciliation, » et les fonds seront « sponsorisés par Amnesty. »

Curt Goering, le directeur général adjoint d’Amnesty International USA, a dit au Post : « Nous voyons là une formidable occasion de reconnaître, de soutenir et de rendre hommage aux Israéliens et aux Palestiniens qui travaillent pour la paix et les droits de l’homme dans un environnement difficile et des désaccords insurmontables. Notre participation est complémentaire à ce que nous faisons, même si cette initiative diverge du travail habituel d’Amnesty. »

POURQUOI NOUS DEMANDONS A AMNESTY DE SE RETIRER DU PROJET

En soutenant le concert de Cohen en Israël, Amnesty International sape activement le travail particulièrement fructueux de la société civile palestinienne et internationale pour mettre fin à l’occupation et aux autres violations du droit international et des principes des droits de l’homme par Israël. Nous estimons que cette position d’Amnesty est particulièrement frustrante et bizarre, étant donné votre appel à un embargo des armes contre Israël suite à ses atrocités à Gaza au début de cette année, que votre organisation a décrites comme constituant des crimes de guerre.

Accepter des fonds provenant du concert de Cohen en Israël équivaut à Amnesty acceptant des fonds d’un concert à Sun City en Afrique du Sud apartheid. Des bénéfices obtenus par la violation des droits de l’homme et du droit international sont entachés et ne devraient être acceptés par aucune organisation pour les droits de l’homme moralement cohérente, en particulier lorsque cet argent va servir à blanchir les violations même qui sous-tendent ces profits.

De plus, vos partenaires israéliens dans cette entreprise entravent activement tout effort pour parvenir à une paix juste. Le Centre Peres pour la Paix, avec son budget annuel de plusieurs millions de dollars et un immeuble de quinze millions de dollars, est listé de manière incongrue par le Jerusalem Post tant comme bénéficiaire du fonds que comme membre du Conseil d’Administration du nouveau fonds. Le Centre Peres pour la Paix a été dénoncé par les principales organisations de la société civile palestinienne pour avoir fait la promotion de projets conjoints palestino-israéliens qui ne sont « ni efficaces pour apporter la réconciliation, ni souhaités » et qui mettent en valeur « la réputation et la légitimité institutionnelle israéliennes, sans rendre justice aux Palestiniens, face aux violations continues du gouvernement israélien du droit international et des droits de l’homme palestiniens fondamentaux, y compris des violations des Conventions de Genève. » Un éditorialiste du Ha’aretz Daily israélien a qualifié le Centre Peres de paternaliste et colonial, expliquant que « il s’efforçait de pousser la population palestinien à accepter son infériorité et la préparait à survivre sous les contraintes arbitraires imposées par Israël, pour maintenir la supériorité ethnique des Juifs. »

Selon le Jerusalem Post, votre autre partenaire indirect dans ce projet est la Israel Discount Bank, un sponsor clé du concert de Cohen. Who Profits, un projet de la Coalition des Femmes pour la Paix d’Israël, rapporte que la Israel Discount Bank a des filiales dans les colonies de Beitar Illit et de Maale Adumim, qu’elle a financé des constructions dans les colonies de Har Homa, Beitar Illit et Maale Adumim, et qu’elle est l’actionnaire principal d’une usine dans une colonie.

Amnesty n’a pas besoin qu’on lui rappelle que toutes les colonies israéliennes construites sur le territoire occupé palestinien sont non seulement illégales selon le droit international, mais sont également considérées comme des crimes de guerre par la Quatrième Convention de Genève. Votre projet d’établir un partenariat indirect avec une banque qui tire des bénéfices de l’occupation et de superviser un fonds qui utilise une partie de cet argent légalement et moralement souillé contredit les principes fondateurs d’Amnesty et son engagement pour les droits de l’homme.

La dernière tentative de l’équipe de Cohen pour trouver une couverture palestinienne alternative a également échoué. La seule organisation palestinienne indiquée faussement par l’article du Jerusalem Post comme étant partenaire du projet, le Palestinien Happy Child Center, a confirmé qu’elle n’en faisait pas partie. Aucune organisation palestinienne ne participe à ce blanchiment.

CONTEXTE DU BOYCOTT

La communauté internationale n’ayant lancé aucune action pour mettre fin à l’oppression israélienne du peuple palestinien, et inspiré par le mouvement de boycott international qui a aidé à en finir avec l’apartheid en Afrique du Sud, la société civile palestinienne a lancé des appels au Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël, y compris un boycott universitaire et culturel d’Israël.

Signé par près de soixante organisations de la société culturelle et civile palestinienne et inspiré par les boycotts anti-apartheid d’Afrique du Sud, l’appel de PACBI demande que « la communauté internationale boycotte totalement et systématiquement toutes les institutions universitaires et culturelles israéliennes, pour contribuer à la lutte pour mettre fin à l’occupation, à la colonisation et au système d’apartheid d’Israël. » Ces appels palestiniens ont inspiré un mouvement de boycott international grandissant, qui a encore pris de l’ampleur à la suite de l’attaque d’Israël contre Gaza l’hiver dernier.

En avril, le Comité Britannique pour les Universités de Palestine (BRICUP) et plus de 100 israéliens ont demandé à Léonard Cohen d’annuler son concert prévu en septembre en Israël. Des protestations contre le projet de Cohen de se produire en Israël ont eu lieu lors des concerts de Cohen à New-York, Boston, Ottawa et Belfast, entre autres.

Devant l’ampleur que prenaient les protestations, Cohen a tenté de programmer un petit concert à Ramallah pour « équilibrer » son concert en Israël. Les Palestiniens ont cependant refusé le concert de Ramallah. Le groupe palestinien qui était supposé accueillir le concert de Ramallah a annulé son invitation à M. Cohen après avoir réalisé les effets contraires que celui-ci aurait sur le mouvement de boycott, qui bénéficie d’un soutien palestinien très ample. Reflétant l’humeur générale de la société palestinienne contre toute symétrie entre la puissance occupante et le peuple sous occupation, un communiqué de PACBI du 12 juillet a expliqué [ http://www.pacbi.org/etemplate.php?id=1040 ]: « Ramallah ne recevra pas Cohen tant qu’il aura l’intention de blanchir le régime d’apartheid colonial d’Israël en se produisant en Israël. PACBI a toujours rejeté tout projet de concerts ou autres événements artistiques ‘équilibrés’ en Israël – actes conscients de complicité dans la violation d’Israël du droit international et des droits de l’homme – par des événements symboliques dans le territoire palestinien occupé. »

Pour toutes les raisons ci-dessus, nous vous exhortons à retirer Amnesty International de ce projet discrédité et de cet argent souillé.

Signatures :

. The Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI),
. Adalah-NY: The Coalition for Justice in the Middle East, American Jews for a Just Peace (US),
. Boycott from Within (Israel),
. British Committee for the Universities of Palestine (BRICUP),
. International Jewish Anti-Zionist Network,
. Jews Against the Occupation-NYC,
. New York Campaign for the Boycott of Israel (NYCBI),
. Palestine Solidarity Campaign (UK),
. US Campaign for the Academic & Cultural Boycott of Israel.

Cc adressée à :

- Larry Cox, Executive Director of Amnesty International USA
- Curt Goering, Senior Deputy Executive Director of Amnesty International USA
- Zahir Janmohamed, Advocacy Director for the Middle East and North Africa at Amnesty International USA
- Colm Ó Cuanacháin, Amnesty International (UK) Senior Director, Campaigns
- Claudio Cordone, Amnesty International (UK) Senior Director, Research and Regional Programs
- Donatella Rovera, Amnesty International (UK) Researcher on Israel and the Occupied Palestinian Territories.

Source: http://www.pacbi.org/etemplate.php?id=1060
Traduction: MR pour ISM

Lien de l'article: http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12413&type=analyse&lesujet=Boycott

Nouveau contrat de fourniture du gaz égyptien aux sionistes‏

Publié sur le site The International Solidarity Movement le 30 juillet 2009
Par Al Quds Al Arabi

Un contrat pour une durée de 22 ans, à un prix inférieur au prix du marché mondial, pour une société exportatrice sioniste dirigée par le général Yaron, qui a participé aux massacres de Sabra et Chatila en 1982. Telles sont les nouvelles modalités de fourniture du gaz naturel égyptien à l'ennemi sioniste, selon un article de Khaled el Chami et Zouheir Andraos paru ce jour 30/07/09 sur le site internet de Al Quds Al Arabi.

L'ex-ambassadeur d'Egypte, Ibrahim Yousri, qui a introduit une action en justice pour annuler l'exportation du gaz égyptien à Israël, a révélé les nouvelles modalités de fourniture du gaz égyptien pour une durée de 22 ans, transformant l'Egypte en "une concession privée aux mains d'un nombre de personnes placées au-dessus de tout contrôle".

Monsieur Yousri, qui est un diplomate chevronné et un expert en droit international, a ajouté que "ce nouveau contrat de fourniture dont nous avons appris la teneur par la presse israélienne illustre le mépris total de nos dirigeants pour l'intérêt national et le pillage de nos ressources", d'autant que l'Egypte ne dispose pas de surplus en matière de gaz naturel qui justifie son exportation, et qu'elle a, au contraire, besoin de chaque mètre cube de cette ressource. Il se demande la raison pour laquelle l'Egypte fournit à Israël son gaz à un prix inferieur de 12 dollars au prix du marché mondial.

Il ajoute que toutes les forces politiques égyptiennes sont actuellement unies et déterminées à stopper l'exportation du gaz à Israël, et a rappelé l'action unitaire récente de l'ensemble des composantes politiques égyptiennes, parmi lesquelles les Frères musulmans et le Parti du rassemblement.

C'est The Marker, le supplément économique du quotidien israélien Haaretz, qui a révélé que le consortium privé égypto-israélien EMG, chargé d'importer le gaz naturel égyptien, avait conclu il y a deux jours ce nouveau contrat pour importer des quantités massives de gaz pendant une durée de 17 ans renouvelables pour 5 années supplémentaires.

Le journaliste Avi Bar Eli précise que la société EMG, détenue par l'homme d'affaires israélien Yossi Miman (propriétaire de la chaine 10 de télévision israélienne) et associé du gouvernement égyptien, a décidé, en partenariat avec la société israélienne Dorad de production d'électricité, d'importer 12,5 milliards de mètres cubes de gaz égyptien dans le cadre d'un nouveau contrat de fourniture, pour un montant qui se situe entre 2,1 et 2,5 milliards de dollars.

On se rappelle que l’Egypte avait commencé en février 2008 à livrer du gaz naturel à l'Etat sioniste à un prix de 0,75 dollar par million d’unités thermiques, tandis que le prix sur le marché mondial atteint les 10 dollars par million d’unités thermiques...

Il est également utile de préciser que le directeur de la société Dorad n'est autre que le général Amos Yaron, mis en cause par un tribunal belge en 2003 pour sa participation aux massacres de Sabra et Chatila en 1982 au Liban, aux motifs de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Monsieur Yousri a précisé que ce nouveau contrat a été conclu par le biais de ce partenariat sous couverture de contrat de droit privé pour le soustraire à l'obligation d'une décision prise en conseil des Ministres… Il a ajouté qu'il était déterminé à poursuivre son recours pour annulation contre cette "décision administrative qui touche un bien public".

Il a également ajouté que dans sa bataille juridique, il avait perdu le recours en référé, mais que la cause serait plaidée en septembre devant le tribunal administratif et qu'il était certain de gagner.

Source: http://www.alquds.co.uk/index.asp?fname=today\29z50.htm&storytitle=ffمدة العقد 22 عاما والمقابل اقل من &#

Traduction: NA

Lien de l'article: http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12414&type=communique

Al Koudari : l'acheminement des matériaux de construction vers Gaza est une nécessité humanitaire

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 30 juillet 2009

(Photo CPI)

Gaza - CPI
"L'acheminement des matériaux de construction vers la Bande de Gaza, est une nécessité humanitaire urgente pour reconstruire ses infrastructures dévastées complètement après la guerre sauvage sioniste", a réclamé Al Khoudari, le chef du comité populaire pour la lutte contre le blocus arbitraire et injuste, imposé depuis plus de 3 ans consécutifs contre la population de la Bande de Gaza.

Le député Djamel Al Khoudari a appelé les pays donateurs à presser sur l'entité sioniste pour qu'elle ouvre les passages et sauver les habitants de la Bande qui vivent une situation très critique à cause du blocus israélien sévère et inhumain, tout en soulignant qu'il est temps de prendre des mesures sérieuses sur le terrain pour faire entrer les matériaux de constructions et sauver la situation très difficile des habitants de Gaza qui sont privés de leurs droits légaux, notamment après la guerre sauvage sioniste.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7%2fq5lQHxxtW0T8mHkUxlrgd%2fhltkn%2fRij%2bf%2bW2PzSbRCDvG9AcJYoDhXrFBaA5wCzoHW5QzltGWQCKstTU3OgOs8fJi37fpWaW0b2MyNltnc%3d

Incursion collective sioniste dans les esplanades de la mosquée d'Al-Aqsa

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 29 juillet 2009

(Photo CPI)

Al-Qods occupée – CPI
L'organisation d'Al-Qods pour les legs pieux et le patrimoine a affirmé que des groupes sionistes ont envahi les esplanades de la sainte mosquée d'Al-Aqsa et ont effectué des rites à l'occasion de la commémoration de la tombé du prétendu temple.

Dans un communiqué de presse dont le Centre Palestinien d'Information a reçu une copie, l'organisation a déclaré que plus de 200 extrémistes sionistes ont envahi, le matin de ce mercredi 29/7, les esplanades de la sainte mosquée d'Al-Aqsa et se sont déployés dans tout le lieu, notamment dans la région de la porte des Maghrébins, la porte de Katanins à l'ouest du dôme du rocher. Un troisième groupe est resté dans la région de Kas.

L'organisation a lancé un appel urgent au monde arabe et islamique pour intervenir immédiatement pour sauver la sainte mosquée d'Al-Aqsa qui est exposé à des attaques continuelles de la part des Sionistes.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7nFY5L%2bixuAf5LjRxFvaTXLcbw2LDyJ2jtjfkkshIkHxjUG1EaBUteyIL6x96JlsGCKKUPv0VLqf28r9btO%2bk7gIipBsZz9%2fB%2bM6EnDhdpi8%3d

Le gouvernement d’entente: Les agressions sionistes sur al-Qods sont un facteur explosif dans la région

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 29 juillet 2009

(Photo CPI)


Gaza -CPI
Les gouvernement de l’entente, sous la direction du premier ministre Palestinien, Ismail Haniyeh, a fortement averti des dernières violations et agressions sionistes contre la ville sainte d’al-Qods et sa mosquée bénie d’al-Aqsa, en les qualifiant un énorme facteur destructif et explosif contre la toute la région, en appelant les pays arabes et musulmans à lui faire face par tous les moyens possibles.

Lors de sa réunion hebdomadaire qui s’est tenue le mardi, 28/7, le porte-parole du gouvernement d’entente, Tahar Nounou a affirmé que le gouvernement a condamné fortement la poursuite des violations et agressions sionistes, en particulier l’extension coloniale dans la ville sainte d’al-Qods et prés de la mosquée sacrée d’al-Aqsa, en protestant fermement contre les rites des extrémistes sionistes, dans ses esplanades saintes.

En saluant l’appel des députés britanniques pour la levée du blocus arbitraire, et le dialogue inconditionnel avec le Hamas, en estimant des pas avantageux dans le bon chemin, et que les pays européens renforcent leur soutien aux intérêts suprêmes et droits légaux du peuple Palestinien.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7gDiNWboJqygMhFeCcm%2bl18TSwTZywpKaxJXvLEcY4DsZqBMyks1zmhcdIsIulMSlCNsOMvjq7N5zW10IwY8m9Lv%2fxdC8yPINq7rQ7rjGyIk%3d