dimanche 22 juillet 2018

Gaza reporter: 'My brother's body was in pieces in front of me'

Reporter de Gaza: "Le corps de mon frère était en morceaux devant moi"

Maryam Abu Daqqa, a local journalist in Gaza Strip, recounts reporting on the Israeli attack that killed her brother.

Maryam Abu Daqqa, centre, reacts upon learning that her brother 
was killed by Israeli troops [Ibraheem Abu Mustafa/Reuters]


For journalist Maryam Abu Daqqa, it was another day at work covering the protests near the Israeli fence, in the Gaza Strip's east.

Since March 30, the 24-year-old reporter for the local Sharq news agency had been documenting the weekly Great March of Return demonstrations calling for the right of return of refugees to the areas

Hassan Shokeh on 49th Day of Hunger Strike, Joined by 3 More Palestinian Administrative Detainees

Hassan Shokeh est au 49ème jour de la grève de la faim, rejoint par 3 autres détenus administratifs palestiniens

Hassan Shokeh Photo: Asra Media

Hassan Shokeh is facing a serious medical crisis on his 49th day of hunger strike against his administrative detention, by Israeli occupation forces, without charge or trial. He was joined on his strike by three more administrative detainees, Islam Jawarish, Issa Awad and Mahmoud Ayyad, on

Israel’s ‘Jewish nation-state’ law a prelude to annexation

La loi israélienne sur «l'Etat-nation juif» prélude à l'annexion

Left unchecked, the racist state will sooner or later encompass every inch of the land

When the Netanyahu government passed a Basic Law this week enshrining a superior set of rights for Israel’s Jewish citizens, it ushered in a new era of open apartheid. To appreciate the significance of the new nation-state law, one must understand why the bill split Israel’s nationalist camp, and why

Israel has finally come out as an ethno-religious state

"israël" est finalement sorti comme un état ethno-religieux

The only thing left for Palestinians to do is fight for one state espousing democracy and secularism.


Knesset member Oren Hazan takes a selfie with Israel's Prime Minister 
Benjamin Netanyahu after a Knesset session that passed the 'nation-state' 
bill in Jerusalem on July 19 [AP Photo/Olivier Fitoussi]


In Palestine, we are dealing with a complex situation: We have a settler-colonial project that denies its colonialism and argues it is a democracy and we have its victims whose victimisation has been dismissed for decades and whose national liberation struggle has been defamed.

The colonisers have been successful in manipulating the narrative on what is going on, rewriting history and whitewashing their crimes. Various countries around the world have bought into their lies

Israeli 'Nation-State' law a 'clear form of apartheid', says Barenboim

Selon Barenboïm, la loi israélienne de l'«Etat-nation» est une «forme claire d'apartheid»

World-renowned pianist says he is 'ashamed to be an Israeli' following passing of legislation

Barenboim describes himself as a citizen of Argentina, 
Israel, Palestine and Spain (Reuters)
MEE and agencies

Daniel Barenboim, the world-renowned pianist and conductor, has labelled Israel's "Nation State" law as "a very clear form of apartheid".

Writing in Haaretz on Sunday, in a piece entitled: "Today, I Am Ashamed to Be an Israeli," Barenboim said the law, passed on Thursday, "confirms the Arab population as second-class

Israeli Army Leadership Does Not Believe Hamas Is Responsible For Killing The Soldier

La direction de l'armée israélienne ne croit pas que le Hamas soit responsable de la mort du soldat


Senior Israeli Military officials said that they do not believe Hamas was behind the death of an Israeli soldier, who was shot with sniper fire from Gaza Friday, and added that the person who shot the soldier acted without Hamas’s approval.

Israel believes that Hamas did not approve the shooting of the soldier, and had no knowledge of the attack, especially since senior political leaders of the movement, including its Political Bureau Chief

Israel alleges incendiary kites an obstacle to ceasefire deal

"israël" allègue que les cerfs-volants incendiaires constituent un obstacle à l'accord de cessez-le-feu

Gaza protests on Friday, 29 Juner 2018. Credits: PCHR

PNN/ Gaza/

Negotiations for an end to the incendiary kites flown from Gaza over the Israeli border prove difficult for Hamas as the death toll in Gaza’s March of Return continue to rise and rumors spread of another war.

Conflicting accounts among news outlets write that the group responsible for the Kites, Gaza’s

The PA, the ICC and Israel

L'AP, la CPI et "israël"

The International Criminal Court is finally launching pretrial proceedings in Israel war crimes case

Richard Silverstein

Last week, the International Criminal Court announced it would commence the pretrial phase of a war crimes case brought by the Palestinian Authority (PA) against Israel.

An Israeli news report called the move "almost unprecedented". A three-judge panel has been appointed to hear the case: Peter Kovacs (presiding judge), Marc Perrin de Brichambaut and Reine

Israel to reopen Gaza goods crossing Tuesday if calm holds

"israël" va rouvrir le passage de marchandises à Gaza mardi si le calme règne

AFP/File /A lorry passes through the the Kerem Shalom crossing, the main passage 
point for goods entering Gaza, in the southern Gaza Strip town of Rafah, on July 17, 2018



Israel will reopen its only goods crossing with the blockaded Gaza Strip on Tuesday if calm is maintained, a minister said, after having closed it July 9 partly over kites carrying firebombs.

UN officials meanwhile warned that the Gaza Strip was facing serious fuel shortages affecting

Jordan protests Israeli ‘violations’ at Al-Aqsa

La Jordanie proteste contre les "violations" israéliennes à Al-Aqsa

More than 1,000 Jewish settlers forced their way into Jerusalem's flashpoint Al-Aqsa compound

By Laith Joneidi

AMMAN

Jordan said Sunday it has protested Israeli violations at East Jerusalem’s Al-Aqsa complex as hundreds of Jewish settlers forced their way into the flashpoint site.

In a statement, government spokeswoman Jumana Ghunaimat said the Jordanian Embassy in Tel Aviv has lodged a formal diplomatic protest with the Israeli Foreign Ministry over Israeli violations

Jerusalem: IOF arrest seven youths, including female activist

Jérusalem: les forces d'occupation israéliennes arrêtent sept jeunes, y compris une activiste


PNN/ Jerusalem/

Israeli Occupation Forces (IOF) on Sunday carried out an arrest campaign in the occupied city of Jerusalem, targeting seven citizens, including a woman.

Hundreds of Israeli settlers storm Al-Aqsa compound

Des centaines de colons israéliens prennent d'assaut le camp d'Al-Aqsa

Palestinian sources say at least 1,023 settlers entered the compound under heavy police protection.

More than 1,000 Jewish settlers converge on Al-Aqsa compound 
backed by Israeli police officers in Jerusalem [Anadolu Agency]


Hundreds of Israeli settlers have stormed the Al-Aqsa Mosque compound in occupied East Jerusalem to commemorate the historic destruction of Jewish temples, referred to in Israel as Tisha B'av.

Palestinian sources said that at least 1,023 settlers entered the compound on Sunday under heavy

Over 1,000 Jewish settlers converge on Al-Aqsa complex

Plus de 1 000 colons juifs convergent vers le complexe Al-Aqsa

Backed by Israeli police, hundreds of settlers force their way into flashpoint Al-Aqsa compound

By Said Amuri

JERUSALEM

More than 1,000 Israeli settlers on Sunday forced their way into East Jerusalem’s flashpoint Al-Aqsa Mosque compound, according to a Palestinian official.

Speaking to Anadolu Agency, Firas al-Dibis, an official with Jerusalem’s Jordan-run Religious Endowments Authority, said Israeli police stormed the compound before the settlers and carried out

Colonial Settlers Storm Hebron-area Village (VIDEO)

Des colons prennent d'assaut un village de la région d'Hébron (VIDEO)


Israeli settlers continued to storm the Palestinian village of Susiya, for the third day in a row, in the southern occupied West Bank district of Hebron, on Sunday.

According to local Ma’an sources, dozens of Israeli settlers, under the armed security by Israeli

Turkish aid agency supports development in Palestine

Une agence d'aide turque soutient le développement en Palestine

TIKA has built schools, houses and hospitals, helped agriculture and industry

By Esat Firat 

JERUSALEM

The Turkish International Cooperation and Development Agency (TIKA) caters to the needs of Palestinians through several projects.

From 2005-2008, TIKA completed 543 projects in the health, water, and archaeological sectors.

TIKA concluded 332 of these projects in occupied West Bank, 81 in occupied East Jerusalem, and

Egypt hikes gas prices by up to 75% in IMF-backed austerity plan

L'Egypte hausse les prix du gaz jusqu'à 75% dans le plan d'austérité soutenu par le FMI  

Price hikes under the three-year IMF programme helped drive up
 Egypt's annual urban consumer inflation rate to 14.4 per cent in June.


Egypt said on Saturday it was raising the price of natural gas for home and commercial use by up to 75 per cent, the latest move in an IMF-backed austerity programme that has left many Egyptians struggling to make ends meet.

The increases follow hikes to fuel, electricity and public transport prices that are part of a $12 billion

Syrian White Helmets: 422 rescue volunteers evacuated to Jordan by Israel

Casques blancs syriens: 422 volontaires de secours évacués en Jordanie par Israël

Jordan said that Britain, Canada, and Germany have promised to resettle rescue volunteers

Israel said the evacuations took place at request of United States and European powers (AFP)

MEE and agencies

Hundreds of rescue volunteers from the Syrian Civil Defence were evacuated to Jordan by Israel at the request of the United States and European powers.

A Jordanian government source said 422 people were brought from Syria, over the Israeli-occupied

Mort d'Adama Traoré en 2016 : "Il n'est pas normal que [les] gendarmes n'aient jamais été entendus par des juges"

Par la voix de son avocat, la famille d'Adama Traoré, mort lors de son arrestation en 2016, est toujours persuadée qu'il s'agit d'une bavure policière. Un rassemblement est prévu ce samedi à Beaumont-sur-Oise.

Yassine Bouzrou, l'avocat de la famille d'Adama Traoré, en 2011. 
Photo d'illustration. (SILVERE GERARD / MAXPPP)

"Il n'est pas normal que [les] gendarmes n'aient jamais été entendus par des juges d'instruction", a affirmé samedi 21 juillet sur franceinfo Yassine Bouzrou, l'avocat de la famille d'Adama Traoré mort en 2016 après son interpellation par des gendarmes à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise). Selon lui, il y

Alexandre Benalla était sur le point de prendre la tête de la sécurité de l'Elysée

Alexandre Benalla. ((ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP))

L'ancien garde du corps avait été chargé par Emmanuel Macron de réorganiser toute sa sécurité.

Le rôle d'Alexandre Benalla auprès d'Emmanuel Macron était tout sauf anodin : selon des informations du "Point" et de "BFMTV", l'ancien garde du corps avait pour mission de piloter un projet de refonte des services de sécurité de l'Elysée. Objectif : mieux coordonner les missions du

Affaire Benalla-Crase : la note interne de la gendarmerie pour calmer ses troupes

Alexandre Benalla, au centre, était bien un engagé de la réserve opérationnelle. REUTERS/Pascal Rossignol


Après l’implication de deux réservistes de la gendarmerie dans des violences commises lors d’une manifestation le 1er mai, une note interne détaille fonction et grade de chacun. Et annonce déjà les sanctions.

Pour apaiser le trouble naissant dans les rangs de la gendarmerie après l’affaire Benalla-Crase qui

Affaire Benalla : "je n'ai vu aucun policier contester" les violences, témoigne l'auteur de la première vidéo

L'homme a filmé la première vidéo d'Alexandre Benalla, révélée mercredi soir par "Le Monde". @ Capture d'écran YouTube


"Leur comportement laissait paraître que c'est eux qui commandaient l'opération", estime l'auteur des images qui ont fait éclater l'affaire à propos d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase. 

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Sa vidéo a fait éclater un scandale qui secoue désormais tout l'exécutif. Disponible sur les réseaux sociaux depuis le 1er mai, elle a été relayée mercredi soir par le journal Le Monde, qui y a repéré

Affaire Benalla : le couple agressé "avait une attitude extrêmement pacifique"

Quand Alexandre Benalla s'en est pris physiquement à un jeune couple, lors des manifestations du 1er-Mai, le photographe Naguib Michel Sidhom fut témoin de la scène. Il revient sur cet épisode.

Alexandre Benalla s'en est pris physiquement à un jeune couple, lors des manifestations du 1er-Mai. Le
 photographe Naguib Michel Sidhom a immortalisé cet instant clé. (NAGUIB-MICHEL SIDHOM / AFP)


Le couple de jeunes qui a été frappé par Alexandre Benalla et Vincent Crase lors des manifestations du 1er-Mai à Paris "avait une attitude extrêmement pacifique", a témoigné sur franceinfo dimanche 22 juillet, Naguib Michel Sidhom, photographe et ancien journaliste qui a notamment travaillé à

Le JDD révèle ce matin ce qu'a dit Alexandre Benalla en garde à vue... et ses arguments étaient bien préparés !


Le JDD révèle ce matin ce qu'a dit Alexandre Benalla en garde à vue et ses arguments étaient bien préparés à en croire le quotidien. Chaque point avait visiblement était précisément étudié pour prouver qu'il n'avait pas enfreint la loi et que bien au contraire il avait précisément respecter toutes les règles:

Pourquoi était-il à la manifestation ?

Il a assuré en garde à vue que c'est à l'invitation de la préfecture de police qu'il s'est rendu comme

Affaire Benalla : le commissaire Maxence Creusat a été mis en examen pour avoir transmis des images de vidéosurveillance

L'un des trois policiers mis en cause dans ce dossier a été mis en examen, dimanche après-midi. Ces agents sont soupçonnés d'avoir transmis les images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla.

Le commissaire Maxence Creusat a été mis en examen pour avoir transmis des images de 
vidéosurveillance, dimanche 22 juillet. (Ilustration) (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)


L’un des policiers mis en cause dans l’affaire Benalla a été mis en examen, dimanche 22 juillet, pour "détournement d’images issues d’un système de vidéo protection" et "violation du secret professionnel", a appris France Inter. Il s’agit du commissaire Maxence Creusat. Cet homme n’a plus le droit d’exercer à la Direction de l'ordre public et de la circulation, mais il garde le droit d’exercer son métier ailleurs qu’à la DOPC, qui dépend de la préfecture de police de Paris. C’est la première mise en examen dans cette affaire.


Deux autres policiers sont également impliqués dans ce dossier, ils sont aussi auditionnés par le juge d’instruction dimanche après-midi. Ces agents sont soupçonnés d'avoir copié des extraits d'images de caméras de vidéosurveillance des incidents du 1er-Mai, qui appartiennent à la préfecture de police de Paris et de les avoir transmises à Alexandre Benalla.

Les auditions des cinq suspects de l'affaire Benalla ont commencé dimanche à 16h30 : les trois policiers, Vincent Crase et Alexandre Benalla. Le juge d'instruction les entend successivement, après que le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire dans la matinée. Alexandre Benalla doit être entendu en dernier par le magistrat.


Édité par Noémie BonninSophie 
Parmentier
Radio France

Moyen-orient. Comment Israël a évacué les "Casques blancs" de Syrie

Photo prise dans la Douma, à l’est de Damas, en 2016. 
PHOTO : AFP / Sameer Al-Doumy


Quelque 800 Syriens, membres des Casques blancs accompagnés par leurs familles, ont été évacués dans le plus grand secret par l’armée israélienne. Menacés par l’avancée des troupes de Bachar Al Assad, ils ont trouvé un asile provisoire en Jordanie.

Quelques 800 Syriens, membres des “Casques blancs”, une organisation de secouristes en zone rebelle, ont été évacués par l’armée israélienne aux petites heures de la nuit, entre samedi et

Pour ses funérailles, le martyr Badwan a voulu qu'on l'enveloppe dans le drapeau turc

"Si je tombe en martyr, enveloppez-moi dans le drapeau turc". Telle a été la demande du jeune Palestinien Mohammed Badwan aux siens à chaque fois qu'il quittait sa maison en direction de la frontière orientale de la bande de Gaza


"Si je tombe en martyr, enveloppez-moi dans le drapeau turc". Telle a été la demande du jeune Palestinien Mohammed Badwan aux siens à chaque fois qu'il quittait sa maison en direction de la frontière orientale de la bande de Gaza pour participer à la Marche du Retour.

Vendredi, Mohammed Badwan, 27 ans, est tombé en martyr. Une balle israélienne lui a percé le

Israël. Légalisation de l’apartheid et feu vert pour l’annexion

Mur de barbelés en Cisjordanie, devant le village palestinien de Walajeh, 
avec en «arrière-fond» la colonie de Gilo (18 mars 2018)

Entretien avec Fady Khoury

Le 18 juillet 2018, au cours de la soirée, les députés de la Knesset (parlement) ont adopté par 62 voix contre 55 une loi définissant Israël comme «foyer national juif». Le rapporteur de la loi, Avi Dichter, lance aux députés arabes: «Vous n’étiez pas ici avant nous et vous ne resterez pas ici après nous.»

Cette loi a valeur constitutionnelle. Au sens propre du terme, Israël n’a pas de constitution. C’est

Hébron: Un Palestinien atteint du syndrome de Down attaqué par des soldats israéliens

La barbarie et l'abjection au quotidien, voilà ce qu'est le sionisme
- qui lui ont infligé une fracture à la main


AA / Hebron (Cisjordanie occupée) / Loubaba Zoukan

Des soldats israéliens ont attaqué, vendredi, un jeune Palestinien atteint du syndrome de Down dans la ville d'Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, lui causant une fracture à la main.

Blocus israélien contre Gaza : plusieurs bateaux appareillent en direction du territoire palestinien



Plusieurs bateaux appareillent aujourd’hui en direction du territoire palestinien, totalement isolé depuis onze ans par Israël. Onze ans d’un enfermement totalement illégal et inhumain pour les populations palestiniennes.

Quatre bateaux, partis de Suède le 15 mai, composent la Flottille de la liberté 2018. Deux d’entre eux,

A Gaza et en Israël, la peur de la guerre malgré la trêve

Les forces israéliennes tirant des bombes lacrymogènes à la frontière avec Gaza, le 20 juillet 2018. AFP / SAID KHATIB

"Je sais que l'occupant (israélien) mène des raids pour préparer son opinion publique" à un conflit, selon une habitante de l'enclave palestinienne.
OLJ/AFP/Adel ZAANOUN et Mike SMITH

Si le calme est revenu dans la bande de Gaza après un nouveau pic de violences, des civils palestiniens et israéliens craignent que n'éclate un nouveau conflit entre l'Etat hébreu et le Hamas, au

Gaza : 4 martyrs et 210 blessés dans des attaques israéliennes

Les avions et les chars ont attaqué huit cibles relevant de Hamas dans la Bande de Gaza, déclare l'armée israélienne.

AA/ Gaza

Le porte-parole de l'armée israélienne a déclaré avoir bombardé plusieurs cibles le long de la frontière avec la Bande de Gaza en réponse à "un tir (mené par des Palestiniens) contre une unité de l’armée dans le sud du secteur".

"Les avions et les chars ont attaqué huit cibles relevant de l'organisation terroriste Hamas dans la

Israël va rouvrir mardi un terminal à Gaza si la situation reste calme

Un maître chanteur sans égal, après des bombardements meurtriers on remue la carotte des vivres mais c'est oublier qui donne la vie et qui la reprend !


Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a annoncé dimanche la réouverture mardi du seul point de passage de marchandises entre Israël et la bande de Gaza sous blocus, à condition qu’un calme total règne d’ici là. “Si aujourd’hui et demain la situation qui prévalait hier (samedi) reste inchangée, nous autoriserons mardi que le terminal de Kerem Shalom reprenne son activité normale”

Vivre et mourir à Ghaza

Le monde entier observe, depuis le 30 mars dernier, les manifestations pacifiques et parfois désespérées que les Palestiniens mènent dans le secteur frontalier de Ghaza, comme au niveau de la ville sacrée d'El Qods.

Un cessez-le-feu avec Israël annoncé par le Hamas était globalement respecté samedi dans la bande de Ghaza, au lendemain d'échanges de tirs qui ont coûté la vie à quatre Palestiniens et un soldat israélien. Israël n'a pas confirmé l'accord de cessez-le-feu, entré en vigueur peu après minuit, mais les bombardements israéliens massifs de
vendredi sur Ghaza ont cessé, et aucun tir de roquette palestinien vers Israël n'a été rapporté, selon des sources israéliennes et palestiniennes.»Grâce aux efforts de l'Egypte et de l'ONU, nous sommes parvenus (à un accord) pour revenir à l'état de calme qui précédait, entre l'occupation (israélienne) et les factions palestiniennes», a annoncé dans la nuit un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum.
A Ghaza, comme dans les autres territoires palestiniens occupés par l'armée israélienne, les jours se suivent et se ressemblent, avec leur lot de tragédies quotidiennes. C'est ainsi que vendredi dernier, les tirs des soldats israéliens et les bombardements ininterrompus de l'aviation sioniste ont coûté la vie à trois Palestiniens. Les explications pour tenter de justifier ces exactions sont toujours les mêmes: les colonies juives implantées dans ces zones de non-droit auraient essuyé des tirs de la part du mouvement Hamas.
Le ministère de la santé à Ghaza égrène presque chaque jour la litanie des morts et des blessés, souvent des jeunes et des enfants comme ce fut le cas, voici une semaine, lorsque des adolescents de 9 et 16 ans ont succombé sous les balles des soldats israéliens ou encore cet autre enfant abattu après que l'immeuble devant lequel il se trouvait fut l'objet d'un raid des avions israéliens, prétextant le fait qu'il servait d'abri aux activistes du Hamas.
Ce vendredi, également, le même argument est brandi sans vergogne. Les trois Palestiniens ont été tués près de Khan Younès, dans le sud de la bande de Ghaza, lors d'une attaque ayant ciblé, selon le porte-parole de l'armée israélienne, un «poste d'observation» du Hamas. Un troisième Palestinien a été victime des tirs des forces d'occupation sionistes à Rafah, également dans le secteur sud de la bande de Ghaza. Israël se complaît à annoncer laconiquement que des avions et des chars ont effectué une mission de «défense» en bombardant «des cibles militaires dans toute la bande de Ghaza», ressassant qu'il s'agit toujours de «réponse à des tirs visant des troupes israéliennes» près de la frontière avec l'enclave palestinienne soumise, depuis des années, à un blocus outrancier.
De temps à autre, et c'est d'ailleurs le cas avec le communiqué d'hier, l'état-major sioniste argue du fait que les tirs contre ses soldats ont eu lieu après de «violentes émeutes le long de la clôture de sécurité», ce qui indique implicitement la manière dont ces échauffourées ont éclaté et la «réponse» habituelle que les forces israéliennes n'ont pas manqué d'apporter.
Le monde entier observe depuis le 30 mars dernier les manifestations pacifiques et parfois désespérées que les Palestiniens mènent dans le secteur frontalier de Ghaza, comme au niveau de la ville sacrée d'El Qods, dont l'occupation tend à devenir pour Israël un fait inexorable, pour commémorer la date de la création en 1948 de l'Etat hébreu après qu'ils furent chassés de leur pays, et pour dénoncer en même temps le blocus imposé à la bande de Ghaza. Ils furent plus d'une centaine à payer le prix de leur revendication. Nombre d'entre eux étaient des jeunes dans la fleur de l'âge, froidement abattus par les soldats israéliens qui en ont fait une sorte d'exercice sans le moindre risque. Et pour cause, aucun Israélien à ce jour n'a subi la moindre égratignure. La communauté internationale a eu beau clamer son indignation, face au veto américain rien n'y fait. Tout au plus, l'Assemblée générale de l'ONU a marqué symboliquement son unanimité à constater l'odieuse barbarie de l'occupant sioniste, sa morgue et son assurance de totale impunité.
Ceci explique cela, la démarche israélienne devient de plus en plus meurtrière et son appétit expansionniste ne connait plus de limites. Un signal d'alarme vient d'être donné, pas plus tard que dimanche dernier lorsque l'armée israélienne et les combattants du Hamas ont connu leur plus importante confrontation depuis la guerre de 2014. Si rien n'est fait au niveau de l'ONU ou de la CIJ que l'Autorité palestinienne a officiellement saisie au sujet des exactions évoquées, il faut craindre que le sang palestinien ne coule à nouveau, comme à Sabra et Chatila, à la grande joie de Benjamin Netanyahu, le dirigeant israélien le plus extrémiste depuis Ariel Sharon.

Journal de bord de Sarah, depuis la Flottille de la Liberté

Par Sarah Katz

Vendredi 20 fin d'après-midi, rapide écho
Nous sommes en retard par rapport au programme donné aux autorités portuaires, et le ‘Freedom’ et le ‘Al Awda’ ont dû libérer leurs places. Nous sommes maintenant quasiment face à face, si j'ose dire, séparés par toute la largeur de la darse correspondant aux chantiers d'entretien.

Les boites de médicaments embarqués à bord du 'Al-Awda'

A l'heure où j'écris, le moteur du ‘Al Awda’ ronronne, signe que le circuit électrique a retrouvé sa forme. Les équipes médias en profitent pour engranger récits et expériences des participants de la